Publicité

Thé, café, des boissons anti-AVC

Thé, café, des boissons anti-AVCBonne nouvelle pour ceux qui n’envisagent pas une journée sans leur petit noir du matin ! Boire tous les jours au moins une tasse de café – ou deux tasses de thé vert – protégerait contre le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC). Une équipe japonaise le confirme en effet. Leur constat doit toutefois être nuancé. Ils ne précisent pas en effet les types de café consommés…

Yoshihiro Kokubo et son équipe du Japan’s national cerebral and cardiovascular Center d’Osaka ont interrogé 83 269 Japonais âgés de 45 à 74 ans sur leur consommation de thé vert et de café. Chacun des participants a été suivi en moyenne pendant 13 ans et aucun ne souffraient de cancers et de maladies cardiovasculaires au début de l’étude.

Les auteurs confirment qu’une consommation quotidienne de ces boissons serait bénéfique pour la santé. Ils ont observé que  les individus qui boivent au moins une tasse de café chaque jour réduiraient leur risque d’AVC de 20% par rapport à ceux qui n’en consomment pas.

Le thé vert aussi

Quant aux consommateurs de deux ou trois tasses quotidiennes de thé vert, ils verraient leur risque d’AVC diminué de 14% par rapport aux abstinents. Une consommation équivalente abaisserait, en outre, le risque d’hémorragie cérébrale de 32% !

Une excellente nouvelle pour beaucoup d’individus à travers le monde. Le thé et le café représentent les boissons les plus populaires… après l’eau. Ce qui signifie que « ces résultats – obtenus au Japon – pourraient s’appliquer à de très nombreux pays », se réjouissent les auteurs japonais.

Ecrit par : Dominique Salomon – Edité par : David Picot

Source : Stroke, Journal of the American Heart Association, 14 mars 2013

© 1996-2013 Destination Santé SAS – Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de Destination Santé. Tout contrevenant s’expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle: jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 08.09.2017