Publicité

Acide urique & Hyperuricémie

Acide urique

L’acide urique est un déchet métabolique qui s’élimine par les urines. Lorsque les cellules meurent, l’ADN de ces cellules produit notamment une substance appelée purine. L’acide urique provient d’une transformation chimique des purines.
Cette molécule est présente en petite quantité chez chaque individu, les problèmes se manifestent lors d’excès.
L’acide urique de dissout dans le sang puis est éliminé par les reins dans l’urine. S’il y a davantage d’acide urique que la capacité d’élimination des reins, une hyperuricémie (lire ci-dessous) peut se développer. Si l’acide urique s’accumule ensuite sous forme de cristaux dans les articulations ou d’autres tissus, une crise de goutte peut se manifester.
Il faut savoir que la majorité des personnes souffrant d’hyperuricémie ne vont pas développer la goutte. Mais seulement si l’acide urique forme des cristaux dans l’organisme, il est probable que la goutte se développe. L’acide urique peut aussi se déposer au niveau des reins, aboutissant parfois à la formation de calculs rénaux (calculs urinaires)1.

Publicité

goutte origineADN (qui peut provenir par exemple d’une cellule morte de son propre organisme ou d’une source externe comme de la viande) > Purines > Acide urique
Image : molécule de l’acide urique (source: Wikipedia.org)

Pourquoi l’acide urique augmente dans le sang ?
L’augmentation de la concentration d’acide urique dans le sang repose sur des mécanismes complexes. Pour résumer, le taux élevé d’acide urique reposerait sur des déficits de synthèse de certaines enzymes qui transforment les purines de l’ADN. De plus, une cause plus simple à expliquer est l’incapacité du rein à éliminer l’acide urique. Boire de l’alcool a un effet négatif sur la goutte, car il va diminuer l’élimination rénale de l’acide urique. Un excès d’aliments contenant des purines (typiquement des protéines qu’on retrouve dans la viande) favorise un taux élevé d’acide urique. On estime que 20% de l’acide urique produit par le corps provient de l’alimentation de façon directe et l’autre partie provient des cellules naturellement mortes de l’organisme. Pour éviter la goutte, le taux d’acide urique dans le sang (sérum) ne devrait pas dépasser 6 mg/dl (parfois chez l’homme 7 mg/dl ou 70 mg/l).
La prise prolongée de certains médicaments (ex. diurétiques, bêta-bloquants) peut aussi favoriser l’augmentation de l’acide urique dans le sang.

Dosage de l’acide urique (uricémie) : 
– Chez la plupart des personnes ne souffrant pas de goutte, le taux d’acide urique dans le sang se situe entre 4 et 5 mg/dl (données pour les Etats-Unis, 2015). En France, la valeur normale de l’acide urique est comprise entre 25 et 65 mg/l2, c’est-à-dire entre 2,5 et 6,5 mg/dl.
On distingue parfois des valeurs normales pour les hommes : entre 30 et 70 mg/l (mg/L) ; et pour les femmes : entre 20 et 60 mg/l (mg/L)3.
Remarques sur le dosage et valeurs de l’acide urique : 
– Le dosage de l’acide urique se fait à jeun et au repos4.
– Une personne souffrant de goutte, ou à risque de développer la maladie, devrait mesurer son taux d’acide urique chaque 6 mois.
– On ignore encore pourquoi certains développent la maladie de la goutte et d’autres non. De nombreuses personnes qui souffrent de goutte ont eu pendant des années un taux élevé d’acide urique avant de connaître leur première crise.
– Le taux d’acide urique est parfois plus élevé chez l’homme que chez la femme (voir valeurs normales ci-dessus différentes chez l’homme que la femme).
– Pendant la grossesse, le taux normal d’acide urique est naturellement plus bas (40 mg au maximum) et a tendance à augmenter progressivement jusqu’au 6ème mois5. Chez la femme enceinte, un taux d’acide urique de 50 mg/l ou plus peut être le signe d’une toxémie gravidique (une grave affection pouvant mener à la mort du foetus).
– Le dosage de l’acide urique est en général conseillé chez les personnes souffrant de la goutte (et ceux prenant des médicaments abaissant l’acide urique comme l’allopurinol), les personnes à risque de souffrir de la goutte, les personnes obèses ou les personnes diabétiques.

Diagnostic – Test rapide
Le dosage de l’acide urique se fait en laboratoire sur des prélèvements de sang (uricémie) ou d’urine (uricosurie ou uricurie). La méthode repose en général sur la colorimétrie enzymatique (méthode dite de l’uricase).
Il n’existe pas de test rapide sous forme de bandelettes pour doser l’acide urique, par exemple vendus en pharmacie, selon le site suisse de référence Pharmavista.net dans un article publié en août 2019.

Solubilisation de l’acide urique
6,8 mg/dl est le point de solubilisation de l’acide urique dans le sang. Autrement dit, au dessus de 6,8mg/dl des cristaux d’acide urique peuvent se former et venir notamment se loger dans les articulations et en partie celle du gros orteil (lire davantage sous Causes sur notre thème complet sur la goutte).

Publicité

La majorité des cas de goutte provoque une récidive, selon une étude

Acidité et taux d’acide urique
Au niveau clinique, les médecins ont constaté que si le pH de l’urine d’un patient est bas, par exemple de 5, le risque de goutte augmente comparé à une personne ayant une urine avec un pH à 6,5. Chez des personnes âgées notamment souffrant de diabète, un pH de 5,0 est fréquent. On sait que l’acidité (ex. dans le sang) abaisse le taux de solubilisation de l’acide urique, ce qui augmente la probabilité de formation de cristaux d’acide urique.

Principales molécules utilisées pour abaisser le taux d’acide urique
Allopurinol. L’allopurinol est contre-indiqué lors d’hyperuricémie asymptomatique, c’est-à-dire lorsque le taux d’acide urique (sanguin) est élevé mais qu’aucun symptôme n’est présent (pas de goutte, pas de douleurs…).
– Febuxostat
– Probénécide

Découvrez les traitements pour prévenir la goutte

Hyperuricémie

L’hyperuricémie est une concentration trop élevée d’acide urique dans le sang.

Epidémiologie hyperuricémie
On estime que dans la population générale jusqu’à 20% des personnes souffrent d’hyperuricémie, selon un article publié en novembre 2017 dans le journal interne du congrès ACR de San Diego (Etats-Unis). Par comparaison, environ 4% de la population américaine souffre de goutte. Cela signifie que la majorité des personnes souffrant d’hyperuricémie ne va pas développer la goutte.

Hyperuricémie asymptomatique (sans goutte)

Certains scientifiques, comme le Dr Michael Pillinger qui s’exprimait dans le journal interne du congrès de rhumatologie ACR en novembre 2017, estiment qu’une hyperuricémie asymptomatique (sans symptôme) pourrait aussi avoir des conséquences sur la santé. Des données ont notamment montré qu’une diminution du taux d’acide urique chez des patients avec une maladie rénale mais ne souffrant pas de goutte présentaient une diminution de la progression de la maladie, selon le Dr Pillinger qui est un grand spécialiste de la goutte et de l’hyperuricémie. De plus, sur des modèles in vitro et animaux, des données suggèrent que l’hyperuricémie pourrait contribuer au développement de maladies cardiovasculaires.

Lire aussi : goutte, calculs rénaux

Rédaction : 
Xavier Gruffat (pharmacien)

Sources : 
American College of Rheumatology (ACR), Gout & Uric Acid Education Society, FDA, Pharmavista.net

Dernière mise à jour : 
04.07.2022

Notes de bas de page et références :

  1. Livre : “Lire et comprendre ses analyses médicales”, 2017, par Docteur Mary Liber, Editions du Puits Fleur, Hericy, France
  2. Livre : “Mieux lire et comprendre vos analyses biologiques”, 2021, par Docteur Luc Bodin, 6ème édition, Dauphin Editions, Paris, France
  3. Livre : “Lire et comprendre ses analyses médicales”, 2017, par Docteur Mary Liber, Editions du Puits Fleur, Hericy, France
  4. Livre : “Lire et comprendre ses analyses médicales”, 2017, par Docteur Mary Liber, Editions du Puits Fleur, Hericy, France
  5. Livre : “Lire et comprendre ses analyses médicales”, 2017, par Docteur Mary Liber, Editions du Puits Fleur, Hericy, France

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 04.07.2022
Publicité