Appendicite

Résumé sur l’appendicite

Résumé sur l'appendiciteL’appendicite est une inflammation douloureuse et dangereuse si elle n’est pas prise en charge à temps. Cette infection n’est pas grave, si elle est détectée à temps et traitée immédiatement. En effet, l’appendicite reste une urgence médicale qui se soigne bien. Non traitée, elle peut toutefois provoquer une péritonite (infection généralisée de la cavité abdominale) par éclatement de l’appendice enflammé et obstrué. La péritonite peut être fatale.

Publicité

L’appendice est une petite poche de l’intestin, entre le petit et le gros intestin, qui en soit ne sert plus à rien dans le processus digestif et qui en principe ne le dérange pas non plus. C’est l’appendice iléo-caecal. Longtemps, on a cru que cet appendice était réellement devenu inutile à l’homme durant des siècles d’évolution, une sorte de vestige, mais il semblerait que ce bout d’intestin soit tout de même un organe du système lymphatique, participant au système immunitaire. Son ablation, lors de traitement chirurgicaux suite à une appendicite ne nuit tout de même pas au système immunitaire, puisque cette fonction du corps est déjà assurée à plusieurs endroits (ganglions lymphatiques, etc.).

Il arrive cependant, que des restes d’aliments et de bactéries propres à l’intestin, s’accumulent dans l’appendice. Les bactéries qui se trouvent dans les intestins et qui normalement participent à la digestion, peuvent parfois causer une infection et une inflammation de l’appendice intestinal, provoquant une appendicite.

Une appendicite se caractérise par des douleurs intenses, diffuses, accompagnées de vomissements et de pertes d’appétit. Ces symptômes ne sont pas caractéristiques de l’appendicite et ne font pas toujours penser à la maladie, ce qui peut retarder le traitement. Par la suite, les symptômes se localisent vers la droite de l’abdomen, faisant alors penser à une éventuelle appendicite.

Définition

Étymologiquement, il est possible de comprendre le mot appendicite en le décomposant. La première partie fait intervenir le mot appendice. Il s’agit de l’appendice vermiforme appartenant à l’intestin. La terminaison «ite» signifie inflammation. C’est donc une inflammation de l’appendice.

Résumé sur l'appendiciteDurant le développement de l’homme, des parties de son corps sont atrophiées, car elles ne servent plus à rien. C’est le cas par exemple du coccyx, partie terminale de la colonne vertébrale, vestige de nos lointains ancêtres préhistoriques. En principe, le coccyx n’est plus utilisé et on se souvient de son existence seulement lors de cours d’anatomie ou encore lorsque l’on tombe lourdement sur le derrière et qu’il se brise ou se déplace, causant des douleurs terribles. C’est le cas également de l’appendice vermiforme, partie de l’intestin ayant régressée, car non utilisée au niveau digestif. Il semblerait tout de même que cet appendice serve comme organe lymphatique, participant à l’immunité. En principe inoffensive, elle peut cependant provoquer des douleurs intenses et une issue fatale, lorsque l’appendicite n’est pas prise en charge à temps.

Une appendicite peut apparaître lorsque l’appendice est bouché dû à des restes alimentaires, «tombant» malencontreusement dans l’appendice. Ces restes alimentaires peuvent ensuite s’infecter par le biais de bactéries, qui le plus souvent proviennent de la flore intestinale. Ces bactéries sont en principe en symbiose avec le tube digestif. Par symbiose, il faut comprendre que ces bactéries sont en principe inoffensives à l’homme et leur présence est très importante dans le processus digestif. L’état «normal» se distingue alors de la maladie, lorsque ces bactéries provoquent des maladies, telles qu’une appendicite.

L’appendicite représente une urgence médicale.

Epidémiologie

L’ablation de l’appendice ou appendicectomie est la chirurgie d’urgence la plus courante au monde, avec environ 300’000 interventions chirurgicales effectuées chaque année seulement aux États-Unis, comme le relève le site CBSNews en septembre 2018.

Causes

Causes de l'appendiciteL’appendicite apparaît lorsque l’appendice vermiculaire de l’intestin se bouche par l’accumulation de matières alimentaires et de bactéries. Ces matières alimentaires peuvent ensuite s’infecter à cause de germes, normalement inoffensifs dont les intestins sont colonisés et utiles pour le processus digestif. En effet, ces germes font partie de la flore intestinale. Parfois cependant, ces germes peuvent causer l’apparition d’une appendicite. L’inflammation provoquée par l’obstruction de l’appendice peut également provoquer l’infection de ce dernier.

Lors de crise aiguë d’appendicite, de fortes douleurs diffuses apparaissent au niveau abdominal. Parfois, le malade est nauséeux et vomit. Ces douleurs ne sont pas très caractéristiques de la maladie. Une autre caractéristique de la maladie est une perte d’appétit. Par la suite, les douleurs s’intensifient et sont ressenties du côté droit du ventre.

Si une personne se présente à la pharmacie, avec ce genre de symptômes, le pharmacien enverra le malade aux urgences, afin de ne pas retarder le traitement.

Il existe d’autres causes d’appendicite, moins fréquentes :

– Obstruction de l’appendice par des pépins de fruits

– Cancer de l’appendice (plutôt chez les personnes âgées)

Personnes à risque

L’appendicite peut apparaître à tout âge, bien qu’elle soit rare chez les enfants de moins de 4 ans et les personnes de plus de 30 ans. En principe, l’appendicite touche essentiellement les personnes de 10 à 30 ans, sans qu’aucune raison ne soit connue.

Symptômes

Symptômes appendiciteLes symptômes d’une appendicite sont diffus et peu caractéristiques de la maladie. Afin de ne pas passer à côté d’une appendicite et risquer le pronostic vital du malade, il est préférable d’envoyer aux urgences toute personne présentant les symptômes suivants :

– Douleurs de ventre (maux de ventre) commençant au nombril, puis diffusant vers le côté droit du ventre, dans la partie inférieure de l’abdomen

– Légère fièvre allant jusqu’à 38°C

– Troubles digestifs sous forme de diarrhées ou de constipation

Vomissements

– Perte de l’appétit

Au début de la maladie, les symptômes sont moins violents, les douleurs sont moins intenses et plutôt diffuses au niveau du ventre. A ce stade, les différents troubles digestifs peuvent déjà être présents: vomissements, diarrhées ou constipation, avec perte de l’appétit. Les douleurs s’intensifient ensuite et sont plus constantes, marquées, se déplaçant vers le bas de l’abdomen, du côté droit.

Lors d’une appendicite aiguë, les symptômes peuvent être plus graves et plus marqués :

Les douleurs sont alors plus violentes, et apparaissent brutalement chez une personne qui est normalement saine.

Lorsque les symptômes suivants sont présents, on est en présence d’une appendicite qui s’est aggravée :

– Douleurs intenses et diffuses dans tout l’abdomen

Fièvre élevée, présence de frissons

Vomissements

En cas d’appendicite aiguë, il faut immédiatement opérer le patient pour ne pas risquer une péritonite et donc une issue fatale.

Diagnostic

Le diagnostic d’une appendicite est essentiellement clinique. Le médecin tient compte des symptômes décrits par le patient d’autant plus si la personne n’a jamais eu d’appendicectomie (enlèvement par chirurgie de l’appendicite).

Chez les jeunes femmes cependant, il faudra encore exclure une éventuelle grossesse extra-utérine, par un contrôle gynécologique.

La Yersinose est une maladie infectieuse pouvant provoquer les mêmes symptômes qu’une appendicite. Mais la culture de l’agent infectieux à partir des selles ou du sang montre la présence de la bactérie Yersinia pseudotuberculosis et Yersinia enterocolitica.

Notons encore qu’une appendicite est rare chez les enfants de moins de 4 ans. Il se peut que les douleurs abdominales proviennent d’infections rhino-pharyngées.

– Après avoir identifiés les symptômes de douleurs, le clinicien pourra effectuer un petit test abdominal : il appuiera sur le côté droit de l’abdomen. En cas d’appendicite avérée, la douleur est beaucoup plus intense lorsque le médecin retire sa main. La douleur est donc moindre à la pression, mais s’intensifie lorsque la pression disparaît.

Ainsi, il est important, lors d’une appendicite suspectée, que le médecin procède à un diagnostic différentiel, c’est-à-dire qu’il élimine les autres sources de maux de ventre et éviter ainsi une chirurgie inutile. En effet, toute opération reste une intervention invasive, qui n’est donc jamais anodine, de par l’intervention en elle-même, ainsi que de l’anesthésie toujours nécessaire.

– Par différentes méthodes diagnostiques, le médecin pourra se rendre compte de l’étendue de la maladie. C’est ainsi que le médecin procédera à l’examen clinique, suivi d’un bilan sanguin à la recherche d’une éventuelle infection. Il peut également avoir recours à une échographie Les tests urinaires pourront éliminer les infections urinaires pouvant donner les mêmes symptômes qu’une appendicite.

Des tests à base d’imagerie (rayons X, ultrasons, CT scan) au niveau de l’abdomen sont aussi possibles notamment pour exclure d’autres causes des douleurs.

Publicité

Toutefois, il est toujours préférable d’enlever cet appendice, même s’il n’est pas infecté, plutôt que de rater une appendicite et risquer la vie du patient.

Complications

La complication majeure d’une appendicite est une péritonite, une infection de la cavité abdominale, pouvant entraîner la mort.

Publicité

L’infection peut s’étendre au corps entier, on parle alors de sepsis (septicémie).

Traitements

Opération appendicite - Chirurgie appendiciteChirurgie 
Le traitement de l’appendicite consiste principalement en une opération chirurgicale, appelée appendicectomie. L’appendice enflammé est totalement enlevé par le médecin, afin d’éviter une infection généralisée de la cavité abdominale, appelée péritonite.
Il existe une chirurgie moins invasive d’appendicectomie, appelée appendicectomie laparoscopique. Lors de cette intervention, l’appendice est retiré à l’aide d’un petit tube. La cicatrice est moindre.
Il n’existe aucun traitement médicamenteux contre l’appendicite. Cependant, pour éviter les complications d’une appendicite, le médecin donnera des antibiotiques avant l’intervention et après l’intervention chirurgicale, au cas où des bactéries se seraient tout de même propagées dans l’abdomen.
De plus, même si l’appendice est déjà rompu, on effectue tout de même une appendicectomie, tout en délivrant des antibiotiques pour éviter la péritonite ou la septicémie.

Antibiotiques et plus forcément une chirurgie
Toutefois, et comme l’a relevé une étude finlandaise publiée en septembre 2018, dans certains cas une prise d’antibiotiques peut s’avérer suffisante. Des chercheurs finlandais se sont en effet demandés quel était le taux de récidive à long terme chez les patients atteints d’appendicite aiguë non compliquée (notamment avec appendice non rompu et pas d’obstruction fécale) traités par antibiotiques. Pour répondre à cette question, les scientifiques ont réalisé un suivi observationnel sur une durée de 5 ans de 257 patients initialement traités avec des antibiotiques pour une appendicite aiguë non compliquée. Les patients ont reçu après l’admission aux urgences des antibiotiques en solution injectable (IV) pendant trois jours à l’hôpital, suivis de sept jours de prise orale (ex. comprimé, gélule) d’antibiotiques à domicile. Les participants ont aussi subi des tomodensitogrammes (CT scans) pour écarter la possibilité de cas graves.
A la fin de ces 5 ans, 60% des patients n’ont pas eu besoin de se faire enlever l’appendice. Ce qui est particulièrement intéressant est que sur les 100 participants qui ont eu besoin d’une intervention chirurgicale, 70 % l’ont subie au cours de la première année, et aucune des 100 autres n’a eu d’effets indésirables liés au retard dans l’exécution de l’opération (appendicectomie). Pour les scientifiques, le suivi à long terme des patients souffrant d’appendicite aiguë non compliquée suggère qu’un traitement initial aux antibiotiques plutôt qu’une chirurgie pourrait être une alternative possible. Cette étude a été publiée le 25 septembre 2018 dans le journal scientifique de référence JAMA (10.1001/jama.2018.13201).

Prévention

Comme il est impossible d’exercer un effet sur une éventuelle inflammation de l’appendice de l’illéo-caecum, il n’est donc pas possible de prévenir une appendicite. Par contre, il est essentiel d’agir vite lorsque l’on suspecte une appendicite.

Ainsi, chez une personne n’ayant jamais eu d’appendicectomie et présentant les symptômes très peu caractéristiques d’une appendicite, il s’agira tout de même de l’envoyer très rapidement, en urgence à l’hôpital. Les symptômes suivants devront faire penser à une appendicite : des douleurs au ventre intermittentes, diffus devenant de plus en plus intenses avec une migration des douleurs vers le côté droit de l’abdomen, présence de troubles gastro-intestinaux tels que vomissements, diarrhées ou constipation, ainsi que perte d’appétit. La fièvre est toutefois légère (ne dépassant que rarement les 38°C).

Lorsqu’une personne se plaint de maux de ventre et que l’on suspecte une appendicite, il est important de ne pas prendre d’anti-douleurs qui pourraient masquer les signes cliniques. La diminution des douleurs sous antalgiques peut alors retarder la prise en charge du patient et rendre l’appendicite plus grave, vu que sans douleur, le patient ne s’inquiète plus.

Pour soulager le patient, il sera préférable de lui mettre du froid sur le ventre.

De plus, il ne faudra donner ni de l’eau ou de la nourriture au patient, au risque de retarder l’intervention chirurgicale.

Sources & Références :
Mayo Clinic, CBSNews, JAMA (10.1001/jama.2018.13201).

Comment traduit-on appendicite dans d’autres langues ?
Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 28.09.2018