Publicité

Les catéchines du thé vert favorisent le stress oxydatif (étude)

Le thé vert agit un peu comme un vaccin

Publicité

ZURICHLe thé vert est connu depuis longtemps pour ses bienfaits sur la santé. Il contient notamment des catéchines appelées ECG et EGCG qui prolongeraient la vie. Ces deux substances appartiennent au groupe des polyphénols. Elles sont considérées comme des antioxydants, ce qui signifie qu’elles neutralisent ou préviennent le stress oxydatif, causé par les radicaux libres agressifs de l’oxygène, dans le corps. Jusqu’à présent, les recherches partaient du principe que les catéchines neutralisaient ces radicaux libres et empêchaient ainsi d’endommager les cellules ou l’ADN. L’une des sources de radicaux libres d’oxygène est le métabolisme ; par exemple, lorsque les mitochondries – les centrales électriques de la cellule – travaillent pour produire de l’énergie. Les chercheurs de l’EPF Zurich (ETH), dirigés par Michael Ristow, professeur de métabolisme énergétique au département des sciences et technologies de la santé de l’EPF Zurich, et leurs collègues de l’université d’Iéna, ont examiné de plus près l’action des catéchines chez le ver nématode C. elegans. et ils sont arrivés à une conclusion différente, apparemment paradoxale : au lieu de supprimer le stress oxydatif, les catéchines du thé vert le favorisent. Les résultats de cette recherche ont été publiés le 04 octobre 2021 dans le journal scientifique Aging (DOI : 10.18632/aging.203597).

Augmentation temporaire du stress oxydatif, pro-oxydants

Lors de cette étude, l’équipe du professeur Ristow a montré que ces polyphénols du thé vert augmentent d’abord le stress oxydatif à court terme, mais que cela a pour effet ultérieur d’augmenter les capacités de défense des cellules et de l’organisme. En conséquence, les catéchines du thé vert ont permis d’allonger la durée de vie et d’améliorer la condition physique des nématodes.

Ainsi, les polyphénols du thé vert, ou catéchines, ne sont pas en fait des antioxydants, mais plutôt des pro-oxydants qui améliorent la capacité de l’organisme à se défendre, un peu comme une vaccination.

Toutefois, cette augmentation de la capacité de défense ne se manifeste pas par le biais du système immunitaire, mais plutôt par l’activation de gènes qui produisent certaines enzymes telles que la superoxyde dismutase (SOD) et la catalase (CTL). Ce sont ces enzymes qui inactivent les radicaux libres dans le nématode ; ce sont essentiellement des antioxydants endogènes.

Les catéchines du thé vert favorisent le stress oxydatif (étude)

Le sport et la réduction des calories ont un effet similaire

Le prof. Ristow n’est pas surpris de voir ce type de mécanisme à l’œuvre. Son groupe de recherche a montré en 2009 que si le sport favorisait la santé, c’est parce que les activités sportives augmentaient le stress oxydatif à court terme, améliorant ainsi les défenses de l’organisme. Consommer moins de calories a le même effet, comme cela a été démontré à plusieurs reprises chez l’animal. Les souris nourries avec un régime hypocalorique vivent plus longtemps que celles nourries avec un régime normal, riche en calories.

Selon le chercheur, les résultats de cette étude sont transposables à l’homme. Les processus biochimiques de base par lesquels les organismes neutralisent les radicaux libres d’oxygène sont conservés au cours de l’évolution et sont présents dans tous les organismes, de la levure unicellulaire à l’homme.

Le thé vert oui, les concentrés non

Le prof. Ristow avoue boire lui-même du thé vert tous les jours, une pratique qu’il recommande. Mais il déconseille cependant de prendre des extraits ou des concentrés de thé vert. Selon lui, à partir d’une certaine concentration, cela devient toxique. Les catéchines à forte dose inhibent les mitochondries à tel point que la mort cellulaire s’ensuit, ce qui peut être particulièrement dangereux pour le foie. Quiconque consomme ces polyphénols à des doses excessives risque de ce fait d’endommager ses organes.

Si c’est dans les variétés japonaises de thé vert que l’on trouve le plus de catéchines, les autres thés verts contiennent également des quantités suffisantes de ces polyphénols. Le thé noir, quant à lui, contient une quantité beaucoup plus faible de catéchines, car celles-ci sont largement détruites par le processus de fermentation. C’est pourquoi, le thé vert est préférable au thé noir toujours d’après l’explication du prof. Ristow.

Publicité

Références & Sources :
Aging (DOI : 10.18632/aging.203597), Keystone-ATS (avec notre partenaire Pharmapro.ch)

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Seheno Harinjato (rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies), rédaction Creapharma.ch

Date de dernière mise à jour du dossier :
01.11.2021

Crédits photos :
Creapharma.ch, Adobe Stock, © 2021 Pixabay

Crédit infographie : 
Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 01.11.2021
Publicité