Coliques du nouveau-né

Définition

CoquelucheLes coliques du nouveau-né touchent fréquemment les nourrissons dès les 15 premiers jours de leur vie jusqu’à l’âge de 3 à 6 mois. Cette douleur qui se manifeste au niveau du ventre de l’enfant constitue souvent une source de pleurs et de perturbation du sommeil. Il convient de préciser qu’il s’agit d’une affection bénigne fréquente chez les bébés.
Lors de coliques du nouveau-né, la famille entière est souvent affectée, ce qui peut mener à un certain stress notamment pour les parents à cause de nuits de sommeil écourtées.

Publicité

Epidémiologie

Environ 1 nouveau-né ou nourrisson sur 4 souffrent de coliques du nouveau-né.

Causes

Causes coliques du nouveau-néMalgré les progrès de la médecine, les causes de la colique du nouveau-né sont encore mal connues. Jusqu’à présent, les spécialistes se basent sur des hypothèses.
Certains d’entre eux parlent d’immaturité au niveau du système digestif du bébé. En effet, ils estiment que son estomac et son tube digestif ne sont pas encore suffisamment développés et ne sont pas habitués à recevoir le lait maternel ou celui du biberon.
Une autre hypothèse évoquée est la trop forte dose de lactose contenue dans le lait en début de tétée et que le nourrisson n’arrive pas toujours à supporter. Les médecins jugent également que la colique du nouveau-né serait une sorte de réaction à l’anxiété de ses parents ou encore serait engendrée par une perception de fragilité de leur environnement immédiat.
Enfin, les autres causes possibles de la colique du bébé seraient la présence de gaz intestinaux, des troubles au niveau de sa motricité intestinale ou encore des allergies.
Le microbiote, anciennement appelé flore intestinale, pourrait aussi expliquer pourquoi certains enfants souffrent de coliques et pas d’autres.

Symptômes

Les coliques du nouveau-né se manifestent par des maux de ventre qui le font apparemment souffrir. De ce fait, il pleure beaucoup, notamment en fin d’après-midi ou le soir, après le repas.

La durée des coliques est généralement stable, de quelques minutes à quelques heures. L’enfant est agité et il replie ses jambes contre son ventre. Il n’arrête pas de pleurer, car seuls ce geste et ces crises de larmes lui permettent d’exprimer sa souffrance. Il demeure souvent inconsolable jusqu’à ce qu’il soit en mesure d’émettre un gaz, ce qui semble le soulager. Son visage est en général rouge.

Durée des symptômes 
Les coliques du nouveau-né ou du nourrisson peuvent durer jusqu’à 3 mois.
Dans la plupart des cas de coliques, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes vers 3 ou 5 mois environ, selon la Mayo Clinic. Une évaluation médicale n’est généralement pas nécessaire.

Diagnostic

Pour diagnostiquer la colique du nourrisson, il convient de l’emmener consulter un pédiatre. Celui-ci est en mesure de savoir si votre enfant souffre réellement de colique ou non, ou encore si celle-ci est la manifestation d’une autre maladie qui pourrait affecter le bébé.
Une règle de trois
Une “règle de trois” est souvent utilisée par le pédiatre pour diagnostiquer une colique du nourrisson, ce dernier doit avoir des coliques pendant au moins 3 heures par jour, au moins 3 jours par semaine et pendant au moins 3 semaines à la suite.

Complications

Même si elles sont douloureuses et souvent spectaculaires, les coliques du nouveau-né demeurent bénignes et s’arrêtent spontanément quand l’enfant atteint l’âge de 3 ou 4 mois, au plus tard 6 mois. Cependant, si le bébé a de la fièvre, il peut s’agir d’une gastro-entérite et non de coliques. Par ailleurs, s’il vomit ou présente des douleurs abdominales, il faut l’emmener d’urgence consulter un médecin, car il peut souffrir d’une affection beaucoup plus grave.

Traitements

À l’heure actuelle, il n’existe pas encore de médicaments préconisés pour traiter les coliques du nourrisson. Certains spécialistes pensent d’ailleurs que les médicaments ne sont pas toujours les meilleurs remèdes pour soulager l’enfant. Il est cependant possible de recourir à des traitements naturels comme l’argile verte. Pour ce faire, il suffit de prendre un demi-verre d’eau, d’y ajouter une cuillerée d’argile verte, de remuer le tout et de laisser décanter. Le mieux est de faire la préparation la veille et de donner au nourrisson, le lendemain, une pipette de 10 ml avant chaque tétée en veillant à ne pas toucher à la poudre qui se trouve au fond du verre.

Calmer le nourrisson
Il peut être très efficace de donner un bain chaud au nourrisson. S’il ne se calme pas, le mieux est de le prendre dans les bras, dans un endroit calme, avec une lumière douce, et de masser légèrement son ventre en faisant un geste circulaire et régulier notamment autour du nombril.

Régime alimentaire
Les coliques du nouveau-né touchent aussi bien les enfants nourris au sein maternel que ceux qui sont allaités au biberon. Le pédiatre peut à la rigueur recommander une alimentation avec du lait dit « hypoallergénique » qui est censé être plus digeste pour le bébé.

Les Bons conseils mentionnés ci-dessous sont aussi des méthodes pouvant s’avérer efficaces pour lutter contre les coliques.

Phytothérapie (plantes médicinales)

– La préparation d’une tisane calmante à base de fenouil ou de camomille qui serait donnée au bébé à raison d’une pipette avant les tétées est également conseillée. Dans l’idéal, la maman pourra aussi boire de cette tisane.
– L’anis vert est parfois utilisée contre les coliques.
Attention, certains spécialistes déconseillent les tisanes aux nourrissons qui souffrent de colique, à cause d’un risque de sevrage précoce (arrêt de l’allaitement). En effet, les tisanes sont souvent mises dans des biberons, avec un risque plus élevé par la suite de sevrage.

Bons conseils

Avant de suivre ces recommandations, assurez-vous auprès de votre médecin que votre enfant souffre effectivement de coliques.

– Si vous allaitez votre enfant, utilisez une tétine (ou lolette en Suisse). Si vous lui donnez du biberon, la tétine anti-aérophagie lui fera un grand bien, car le fait de sucer peut l’aider à se calmer.

– Augmentez la fréquence de son alimentation tout en diminuant la quantité de lait. Et surtout, veillez à ce qu’il fasse bien son rot après une tétée.

– Prenez tout le temps nécessaire en le nourrissant. Si vous lui donnez votre sein, supprimez de votre régime tout aliment qui peut favoriser la formation de gaz, comme les brocolis, les choux ou les salades.

– Votre enfant souffre et il a besoin de réconfort. Il est important de le rassurer et d’accroître le contact avec lui. Faites-lui des câlins, promenez-le.

– Vous pouvez également mettre votre nourrisson à plat ventre sur votre avant-bras. Inclinez un tout petit peu sa tête dans votre main et laissez ses bras et ses jambes pendre des deux côtés de votre bras. Une fois qu’il est bien équilibré, vous pouvez vous promener de cette façon avec lui, ou même esquisser quelques légers pas de danse afin de l’aider à se calmer et à s’endormir.

– Dans le même ordre d’idées, vous pouvez lui faire prendre un bain chaud qui abaissera la tension ambiante autour de lui et qui l’aidera à tomber dans les bras de Morphée. Il est également possible de mettre une musique de fond qui pourra apaiser son anxiété et le calmer.

– N’hésitez pas à lui masser doucement le ventre avec une huile adaptée. Vous devez cependant attendre une demi-heure après le repas avant de le faire.

Publicité

– Appliquer sur le ventre du bébé une bouillotte tiède entourée d’un linge ou d’une serviette, attention à ce qu’elle ne soit pas trop chaude pour éviter des brûlures, peut permettre de calmer le nourrisson lors de coliques.

– Essayez vous-même de maîtriser votre anxiété, notamment s’il s’agit de votre premier enfant. Si vous parvenez à être serein, il le sentira également et les risques de coliques diminuent sensiblement. Si vous sentez que vous perdez le contrôle, passez le relais à quelqu’un qui saura garder son calme et qui pourra transmettre cette sérénité à votre enfant.

Lire aussi : gastro-entérite, flatulence, mal de ventre, maladies infantiles – Une autre maladie touchant les bébés : érythème fessier

Sources : 
Mayo Clinic, Revista Saúde

Rédaction : 
Xavier Gruffat (pharmacien)

Crédits photos & Infographies : 
Fotolia.com/Adobe Stock, Creapharma.ch (Pharmanetis Sàrl)

Date de dernière mise à jour : 
30 novembre 2018

Comment traduit-on colique du nouveau-né dans d’autres langues ?
  • Anglais : Colic (Newborn Colic)
  • Allemand : Neugeborene Koliken
  • Italien : colica neonata
Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 30.11.2018