Leishmaniose (viscérale)

Définition

La leishmaniose viscérale est une maladie infectieuse causée par un protozoaire (insecte), Leishmania chagasi, transmis à l’homme par une piqûre de moustique.

Publicité

Il existe plusieurs formes de leishmaniose, dans ce dossier nous parlerons surtout de la leishmaniose viscérale. Dans cette forme l’infection s’est répandue dans les organes vitaux. La leishmaniose cutanée qui comme son nom l’indique touche la peau est une forme très répandue. 

Epidémiologie

Le Brésil est particulièrement touché par la leishmaniose. En 2016, l’Etat de Sao Paulo a enregistré 10 morts de la leishmaniose viscérale, selon le journal brésilien de référence Folha de S.Paulo datant du 4 mars 2018. Ces morts n’étaient pas localisés dans la capitale de l’Etat (ville de Sao Paulo) mais en province (interior en portugais). Du 1er janvier 2017 au 19 décembre 2017 le nombre de décès de la leishmaniose viscérale dans l’Etat de Sao Paulo était de 7, toujours selon la Folha de S.Paulo.

Causes

La leishmaniose viscérale est causée par un protozoaire, Leishmania chagasi, transmis à l’homme par une piqûre de moustique.

Publicité

Rage RésuméTransmission
La transmission de la maladie a lieu lorsque les moustiques femelles piquent des animaux infectés comme des chiens puis piquent l’homme et transmettent le protozoaire Leishmania chagasi (cause de la maladie).
On peut noter que ce n’est pas le chien qui transmet la maladie à l’homme mais un moustique, le chien agit comme réservoir ou hôte du protozoaire.

Symptômes

Les symptômes de la leishmaniose viscérale sont surtout de la fièvre sur une longue période, une augmentation de la taille du foie et de la rate, une perte de poids, une faiblesse ou fatigue, une anémie ou encore une réduction de la force musculaire. D’autres symptômes peuvent aussi être présents.
Remarquons que la majorité des personnes infectées par le protozoaire Leishmania chagasi ne vont pas développer la leishmaniose viscérale.

Complications

Si la leishmaniose viscérale n’est pas correctement traitée, elle est mortelle dans environ 90% des cas, selon le journal brésilien Folha de S.Paulo. D’où la nécessité de prévenir la leishmaniose viscérale et de diagnostiquer correctement la maladie.

Traitements

Il existe des médicaments pour éliminer le parasite (Leishmania chagasi) autant chez l’homme que chez l’animal (chien surtout).

Le médicament (molécule) utilisé varie en fonction du type de parasite. L’antimoniate de méglumine et le stibogluconate de sodium sont deux molécules couramment utilisées en cas de leishmaniose. Lors de leishmaniose viscérale, c’est surtout l’amphotéricine qui est utilisée.

Prévention

– Pour prévenir la leishmaniose viscérale, il s’agira de lutter contre les moustiques qui transmettent le parasite (protozoaire). Un nettoyage des habitations peut être conseillé dans les zones à risque. Il s’agira notamment d’éviter les eaux stagnantes qui favorisent la reproduction des moustiques.

– Début 2018, selon nos informations, il n’existait pas de vaccin pour prévenir la leishmaniose viscérale.

Bons conseils

– Comme la leishmaniose viscérale est hautement mortelle (env. 90% des cas, lire aussi sous Complications ci-dessus) en cas d’absence de traitement ou d’instauration trop tardive il est important que dans les zones où la maladie sévit (zones endémiques) que le corps médical soit capable de bien diagnostiquer la maladie et prescrire rapidement un traitement adapté en cas de diagnostic confirmé.

– Les autorités de santé compétentes doivent dans les zones endémiques de la maladie effectuer un travail de sensibilisation autant pour le corps médical que pour la population générale.

Sources & Références :
Folha de S.Paulo (Brésil), Revista Saúde (Brésil)

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Xavier Gruffat (Pharmacien et Rédacteur en chef de Creapharma)

Article mis à jour : 
30 novembre 2018

Crédits photos :
Creapharma.ch, Fotolia.com/Adobe Stock.

Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 30.11.2018