Publicité

Lopéramide

Le lopéramide est un antidiarrhéique. Il peut être utilisé autant contre les diarrhées aiguës que chroniques. Il appartient à la classe de médicaments appelés inhibiteurs péristaltiques.

Publicité

Noms de la molécule :
Lopéramide, loperamide (nom anglais), loperamidum (nom latin), loperamidi hydrochloridum PhEur, loperamidhydrochlorid.

Formule de la molécule :
C29H33ClN2O2

Temps de demi-vie et autres informations :
Le temps de demi-vie du lopéramide est de 10h à 12h. Il existe des métabolites actifs. L’élimination de la lopéramide est principalement hépatique.

Effets :
Les effets du lopéramide sont basés sur une fixation ou liaison aux récepteurs opioïdes μ dans la paroi intestinale et à l’inhibition des mouvements intestinaux. Le lopéramide renforce aussi le tonus du sphincter anal.

Indications :
Diarrhée (de différentes causes, ex. choléra, gastro-entérite, diarrhée du voyageur)

Remarques sur la diarrhée :
– En cas de diarrhée notamment d’origine infectieuse, le lopéramide ne doit pas être consommé sur une trop longue période (2 jours maximum) sans la recommandation du médecin, car ce médicament constipe (le but recherché) mais retient de ce fait également les substances pathogènes qui devraient être éliminées.
– Il n’est pas conseillé, lors de diarrhées provoquées par un effet secondaire (par exemple  par un antibiotique), de prendre des médicaments à base de lopéramide, veuillez plutôt rechercher la cause et demander conseil à votre spécialiste.
– En cas de diarrhée aiguë, la codéine peut être une alternative bon marché au lopéramide.
– En cas de diarrhée aiguë comme lors de diarrhée du voyageur il faut savoir que la principale thérapie est de remplacer la perte d’eau (liquide) et d’électrolytes, aspect encore plus important chez les enfants que chez les adultes. Cela dit, sur une courte durée le lopéramide peut aussi aider lors de diarrhée aiguë.

Effets secondaires :
Les principaux effets secondaires sont : constipation, flatulence, maux de tête, nausées et vertiges.
Un effet secondaire rare mais grave peut survenir : iléus paralytique (cette maladie peut mener à la mort, le risque est accru chez les enfants).
A dose très élevée (ex. en cas d’abus) le lopéramide peut mener à de graves effets secondaire de type cardiovasculaires ou neurologiques.
Pour la liste complète des effets secondaires, veuillez lire la notice d’emballage.

Contre-indications :
– Hypersensibilité
– Enfants de moins de 2 ans (enfants de 2 à 6 ans, seulement sous recommandation médicale stricte)
– Dysfonctionnement grave du foie
– Ileus
– Colite à Clostridium-difficile-Kolitis.
Pour la liste complète des contre-indications, veuillez lire la notice d’emballage.

Interactions :
Le lopéramide est métabolisé au niveau du foie par les substrats CYP3A4 et CYP2C8. Il peut s’en suivre des interactions avec d’autres médicaments.
Des interactions peuvent notamment survenir avec les médicaments suivants : ritonavir (pour le traitement des infections par le VIH), la quinidine (traitement des troubles du rythme cardiaque), la desmopressine (réduction du flux urinaire, dans le traitement de l’énurésie nocturne chez l’enfant), itraconazole ou kétoconazole (traitement des infections fongiques) ou le gemfibrozil (pour abaisser le taux de cholestérol).
Pour la liste complète des interactions, veuillez lire la notice d’emballage.

Posologie :
Posologie pour adulte (pour les enfants de 6 à 12 ans, diviser la dose adulte en deux) :
Prise de 2 mg deux fois (total de 4 mg) au début pour les symptômes aigus de diarrhée et 2 mg supplémentaires après chaque diarrhée ultérieure. La dose quotidienne maximale est de 8 unités (16 mg par 24h).
Lors de diarrhée chronique, prendre 2 mg de lopéramide comme dose d’entretien chaque 6h à 8h (la première dose peut aussi être de 4 mg). Lors de diarrhée chronique, la dose peut fortement varier d’un individu à l’autre de : de 2 mg à 12 mg/24h.

Formes galéniques :
Le lopéramide est disponible sur le marché (en tout cas en Suisse) sous forme de gélules (2 mg de lopéramide), de comprimés pelliculés (2 mg), de comprimés orodispersibles (2 mg) et de sirops (0,2 mg/ml).

Remarques :
– Le lopéramide a été disponible sur le marché suisse pour la première fois en 1977 sous le nom de marque Imodium®. Il existe désormais des génériques.
– Le lopéramide est le médicament antidiarrhéique le plus prescrit ou utilisé à travers le monde.
– Contrairement au diphénoxylate ou à la codéine, le lopéramide ne semble pas exercer d’activité opiacée chez l’homme à des doses thérapeutiques normales1.
Alternatives
– Le racecadotril, une molécule (médicament) disponible dans certains pays, est une alternative intéressante au lopéramide en cas de diarrhée.
– En cas de diarrhée provoquée par un cancer, une teinture d’opium (Tinctura opii) peut être utilisée et s’avérer plus efficace que le lopéramide.

Sources & Références : 
Sources : 
Keystone ATS (agence de presse suisse), Pharmawiki.ch, Swissmedicinfo.ch.
Références et littérature :
“100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020), Drugs (DOI : 10.2165/00003495-197815010-00003)

Rédaction : 
Xavier Gruffat (Pharmacien)

Dernière mise à jour : 
01.03.2021

Crédits photos :
Fotolia.com/Adobe Stock

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Notes de bas de page et références :

  1. Loperamide: a review of its pharmacological properties and therapeutic efficacy in diarrhoea, Drugs, 1978, DOI : 10.2165/00003495-197815010-00003
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 01.03.2021

Publicité