Publicité

Diabètes : il faudrait les classer en 5 types et non plus en 2 selon une étude scandinave

pré-diabèteSTOCKHOLM – Des chercheurs scandinaves ont publié début mars 2018 dans une prestigieuse revue du groupe The Lancet une étude qui propose de diviser le diabète en cinq formes et non plus en deux comme maintenant. Actuellement, le diabète est principalement classé en diabète de type 1 et en diabète de type 2. L’objectif avec cette nouvelle classification est d’améliorer le diagnostic et de plus individualiser le traitement. Dans les 5 formes de diabètes proposées par les scientifiques, 3 sont graves et 2 modérées. Selon l’OMS qui se base sur les derniers chiffres disponibles et notamment une étude du The Lancet, il y avait dans le monde 422 millions de personnes souffrant de diabète en 2014, soit environ 6% de la population. En 2012, le diabète a mené directement à 1,5 millions de morts, toujours selon l’OMS. Le diabète se caractérise par une hyperglycémie, c’est-à-dire un taux élevé de sucre dans le sang.  

Situation actuelle, diabètes 1 et 2

Le diabète de type 1 qui porte parfois le nom de diabète insulino-dépendant ou diabète juvénile est une maladie auto-immune, c’est-à-dire que le corps produit des anticorps qui attaquent ses propres cellules. Cela mène à une incapacité pour le corps de produire de l’insuline au niveau du pancréas. On sait que l’insuline agit comme une clé favorisant l’entrée de sucre dans les cellules. Le diabète de type 1 se manifeste souvent pendant l’enfance et surtout l’adolescence. Il concerne environ 10% de la population. Le diabète de type 2 est la forme principale de diabète et se manifeste souvent à l’âge adulte. Cette forme de diabète est particulièrement liée à l’obésité et au style de vie, comme par exemple chez des personnes qui mangent trop sucrés ou trop gras. Le diabète de type 2 est souvent caractérisé par une résistance à l’insuline. Dans de nombreux pays, l’OMS estime que ce diabète touche environ 90% de la population. Le diabète gestationnel est une forme particulière du diabète qui touche les femmes enceintes, c’est pourquoi on parle plutôt de 2 formes principales de diabètes que de 3.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive sur le diabète de type 2

Diabète type 2, trop général

Les scientifiques ont réalisé cette étude notamment car le diabète de type 2 est très hétérogène, c’est-à-dire que les causes et donc les traitements peuvent beaucoup varier. Une classification plus raffinée devrait notamment permettre d’individualiser les schémas thérapeutiques et d’identifier les personnes présentant un risque accru de complications au moment du diagnostic. Des scientifiques de l’Université Lund à Malmö en Suède et de l’institution Institute for Molecular Medicine à Helsinki en Finlande ont mené cette étude.

Nouvelle classification

Pour mener leur étude, les scientifiques scandinaves ont notamment analysé les données de 8980 personnes nouvellement diagnostiquées de diabète provenant d’une étude dite de cohorte. Au total, les chercheurs ont pris en compte 14’775 patients comme le relève un article de la BBC. Ils ont classé les participants en des clusters (des groupes en français) en fonction de 6 variables comme l’âge, la glycémie ou l’IMC. Les scientifiques ont identifié cinq groupes reproductibles (clusters) de patients atteints de diabète, qui présentaient des caractéristiques et des risques de complications du diabète significativement différents.

5 groupes

Ces 5 groupes (clusters) identifiés et proposés par les chercheurs étaient : 1. diabète auto-immun grave (en anglais severe autoimmune diabetes), 2. diabète avec une grave déficience en insuline (en anglais severe insulin-deficient diabetes), 3. diabète avec une grave résistance à l’insuline(en anglais : severe insulin-resistant diabetes), 4. diabète modéré en lien avec l’obésité (en anglais mild obesity-related diabetes), 5. diabète modéré lié à l’âge (en anglais mild age-related diabetes). Comme on peut le constater, les 3 premières formes (groupes à 1 à 3) sont graves et les 2 dernières formes (4 et 5) sont moins graves, bien que très fréquentes.

Détails

Le diabète auto-immun grave ou sévère concernait 6% des personnes étudiées et touchait principalement les jeunes avec une carence en insuline, il serait l’actuel diabète de type 1 selon la classification classique. Le diabète avec une grave déficience en insuline (en anglais insulin deficient) touchait environ 17% des participants et concernait des personnes jeunes avec un bas IMC (sans surpoids ou obésité) avec une sécrétion d’insuline réduite. Le diabète sévère avec une résistance à l’insuline touchait environ 15% des participants, ces derniers avaient un IMC élevé (surpoids ou obésité) et présentaient une grande résistance à l’insuline. Le diabète modéré en lien avec l’obésité concernait environ 22% des participants et comme son nom l’indique était très lié à l’obésité mais sans présenter une résistance à l’insuline, d’où sa classification de modéré. Dans le dernier groupe qui représentait environ 39% des patients, le diabète modéré en lien avec l’âge touchait des personnes plus âgées que dans les 4 autres groupes d’âge avec peu de problèmes métaboliques. Cette dernière forme était de loin la forme la plus fréquente de diabète.

Risques rénaux

Le diabète sévère avec une résistance à l’insuline (groupe 3) menait à un risque significativement plus élevé de complications rénales que dans les groupes 4 et 5 (diabète modéré), malgré un traitement du diabète similaire. Les participants du groupe avec un diabète avec une grave déficience en insuline (groupe 2) avaient le plus haut risque de tous les groupes de souffrir de rétinopathie (maladie de la rétine).

Cette étude a été publiée le 1er mars 2018 dans le journal scientifique The Lancet Diabetes & Endocrinology (DOI : 10.1016/S2213-8587(18)30051-2).

Le 5 mars 2018. Par Xavier Gruffat (pharmacien). Sources : BBC, The Guardian, OMS (www.who.int), Everydayhealth.com, Folha de S.Paulo – Référence étude : The Lancet Diabetes & Endocrinology (DOI : 10.1016/S2213-8587(18)30051-2).

Crédits photos : Fotolia.com – Infographie : Creapharma.ch

Découvrez nos dossiers complets sur les diabètes : diabète type 1, diabète type 2, pré-diabète

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 28.03.2018