Publicité

Crises cardiaques : les femmes reçoivent moins de traitements que les hommes

ÉDIMBOURG – Les femmes reçoivent moins de traitements que les hommes pour les crises cardiaques, et ce, même lorsque les taux de diagnostic sont les mêmes.  C’est ce que révèle une nouvelle recherche financée par la British Heart Foundation (BHF) et publiée dans le Journal of the American College of Cardiology.

Amélioration du taux de diagnostic chez les femmes

Crises cardiaques : les femmes reçoivent moins de traitements que les hommesL’essai clinique, dirigé par des chercheurs de l’Université d’Édimbourg, visait à comprendre l’impact de l’utilisation du test sanguin à la troponine à haute sensibilité pour les crises cardiaques, mais avec des seuils spécifiques pour les hommes et les femmes. Le nombre de femmes identifiées a ainsi augmenté de 42 %, passant de 3’521 à 4’991 sur un total de 22’562 femmes.
Cette augmentation signifie qu’un même nombre d’hommes et de femmes ont subi une crise cardiaque ou une blessure au muscle cardiaque après s’être rendus à l’urgence pour des douleurs thoraciques (22 % de femmes et 21 % d’hommes).
Malgré l’amélioration du diagnostic, les chercheurs ont constaté que les femmes étaient environ deux fois moins susceptibles que les hommes de recevoir les traitements recommandés pour les crises cardiaques. Il s’agit notamment de la revascularisation coronarienne avec pose d’une endoprothèse (15 % contre 34 %), du traitement antiplaquettaire double (26 % contre 43 %) et des traitements préventifs, dont les statines (16 % contre 26 %).

Perceptions et préjugés

L’amélioration du diagnostic n’a pas non plus entraîné une diminution du nombre de femmes ayant subi une autre crise cardiaque ou décédées d’une maladie cardiovasculaire en moins d’un an.

Cette recherche a été menée suite à une séance d’information de la BHF qui a révélé qu’en Angleterre et au Pays de Galles, plus de 8’000 femmes sont mortes inutilement de crises cardiaques au cours de la dernière décennie à cause d’une prise en charge qui ne met pas les femmes et les hommes sur un pied d’égalité. L’organisme affirme qu’une perception erronée selon laquelle une crise cardiaque est une maladie masculine et des préjugés inconscients dans la prestation des soins de santé retardent le traitement et réduisent les chances de survie des femmes victimes d’une crise cardiaque.

Test sanguin uniforme pour les hommes et les femmes

Le Dr Ken Lee, BHF Clinical Research Fellow et auteur de l’étude à l’Université d’Édimbourg, a déclaré que le diagnostic d’une crise cardiaque n’est qu’une pièce du puzzle. En effet, la façon dont les professionnels de la santé interprètent les résultats des tests et les antécédents du patient peut être subjective, et des biais inconscients peuvent influencer le diagnostic. Cela peut expliquer en partie pourquoi, même lorsque les taux de diagnostic sont plus élevés, les femmes restent toujours désavantagées en ce qui concerne les traitements qu’elles reçoivent après une crise cardiaque.

Cette recherche appuie les travaux antérieurs de l’équipe d’Édimbourg sur l’amélioration du diagnostic des crises cardiaques. Lorsque les gens arrivent à l’urgence et sont soupçonnés d’avoir une crise cardiaque, on leur fait passer un test sanguin à la troponine pour en diagnostiquer la cause. Les hôpitaux ont tendance à utiliser un test sanguin uniforme pour les hommes et les femmes. Celui-ci fonctionne en mesurant la troponine dans le sang, une protéine libérée par le cœur endommagé après une crise cardiaque.

Différence biologique

Cette même équipe d’Édimbourg a cependant démontré la nécessité de calibrer le test différemment pour les hommes et les femmes, car une quantité moindre de troponine est libérée chez les femmes pendant une crise cardiaque. Selon le Dr Lee, le fait de s’attaquer à cette différence biologique entre les hommes et les femmes a permis de réussir à améliorer le test pour détecter davantage de femmes qui ont eu une crise cardiaque. Dans le cas contraire, ces femmes auraient été mal diagnostiquées.

Test sanguin calibré

Les chercheurs déclarent qu’il est désormais important que ce test sanguin, avec ses mesures spécifiques pour les hommes et les femmes, soit utilisé pour guider le traitement. De même, il est de s’attaquer à ces disparités dans les soins des hommes et des femmes victimes d’une crise cardiaque. Partout, les femmes devraient bénéficier d’un meilleur diagnostic de crise cardiaque.

Le 18 octobre 2019. Par la rédaction de Creapharma.ch (supervision scientifique par Xavier Gruffat, pharmacien). Sources : Communiqué de presse de l’étude (en anglais). Référence : Journal of the American College of Cardiology. Crédit photos : Adobe Stock

Résumé

Les inégalités en matière de soins cardiaques chez les femmes et les hommes persistent malgré une amélioration du taux de diagnostic selon une étude financée par la British Heart Foundation (BHF) et publiée dans le Journal of the American College of Cardiology. Pour les chercheurs, chacun doit pouvoir reconnaître les symptômes d’une crise cardiaque et il importe de combler cet écart entre les sexes en matière de crise cardiaque grâce à plus de recherche et une plus grande prise de conscience. Ils préconisent également des analyses sanguines sur mesure pour les hommes et les femmes afin d’arriver à un meilleur diagnostic des crises cardiaques, un meilleur traitement et de meilleures chances de survie aux crises cardiaques pour les femmes.

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 18.10.2019