Publicité

Les fibres alimentaires protègent contre l’obésité et le syndrome métabolique

ATLANTALa consommation de fibres alimentaires peut prévenir l’obésité, le syndrome métabolique et les changements indésirables qui s’opèrent dans l’intestin en favorisant la croissance de «bonnes» bactéries dans le côlon, selon une étude menée par la Georgia State University. Cette étude a été réalisée sur des souris.

La consommation de fibres aide à bien vieillir

Les chercheurs ont découvert que l’enrichissement du régime alimentaire des souris avec l’inuline de fibres fermentescibles permettait de prévenir le syndrome métabolique, induit par un régime riche en graisses. Ils ont aussi identifié de manière précise le fonctionnement de ce processus dans le corps. Le syndrome métabolique est un ensemble de maladies étroitement liées à l’obésité qui inclut l’hypertension, l’hyperglycémie, l’excès de graisse corporelle autour de la taille et l’hypercholestérolémie. Lorsque ces maladies surviennent ensemble, elles augmentent le risque de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de diabète.

Microbiote intestinal

L’obésité et le syndrome métabolique sont associés à des altérations du microbiote intestinal (anciennement flore intestinale), c’est-à-dire la population de micro-organismes qui vit dans les intestins. On pense que les changements modernes influençant les habitudes alimentaires, en particulier la consommation d’aliments transformés dépourvus de fibres, affectent le microbiote et favorisent l’augmentation de la maladie inflammatoire chronique, y compris le syndrome métabolique. Des études ont montré qu’un régime riche en graisses détruit le microbiote intestinal, réduisant la production de cellules épithéliales qui tapissent l’intestin et provoquant l’invasion des cellules épithéliales intestinales par les bactéries intestinales.

Cette étude a montré que l’inuline fermentescible restaure la santé intestinale et protège les souris contre le syndrome métabolique provoqué par un régime riche en graisses, et ce, en restaurant les niveaux de microbiote intestinal, en augmentant la production de cellules épithéliales intestinales et en restaurant l’expression de la protéine interleukine-22 (IL-22), qui empêche le microbiote intestinal d’envahir les cellules épithéliales.

Fibres fermentescibles

« Nous avons constaté que la manipulation de la teneur en fibres alimentaires, en particulier en ajoutant des fibres fermentescibles (fermentables), aide à prévenir le syndrome métabolique », a déclaré dans un communiqué de l’étude le Dr Andrew Gewirtz, professeur à l’institution Institute for Biomedical Sciences de l’Etat de Georgie (États-Unis). Il poursuit : « Cette étude a révélé que le mécanisme spécifique utilisé pour restaurer la santé intestinale et réprimer l’obésité et le syndrome métabolique est l’induction de l’expression de l’IL-22. Ces résultats contribuent à la compréhension des mécanismes qui sous-tendent l’obésité induite par le régime alimentaire et offrent un aperçu de la façon dont les fibres fermentescibles peuvent promouvoir une meilleure santé. »

Structure de l’étude

Pendant 4 semaines, les chercheurs ont nourri des souris, soit avec une nourriture pour rongeurs à base de céréales, une alimentation riche en matières grasses (5% de cellulose comme source de fibres) ou une alimentation riche en fibres enrichie en fibres (fibre d’inuline fermentescibles ou fibre de cellulose insoluble). Le régime riche en graisses était lié à une augmentation de l’obésité et des affections associées au syndrome métabolique.

Ils ont découvert qu’un régime enrichi en inuline réduisait la prise de poids et diminuait sensiblement l’obésité causée par un régime riche en graisses. Ces changements ont été accompagnés d’une réduction de la taille des cellules graisseuses. Ces changements ont été accompagnés d’une réduction de la taille des cellules graisseuses. L’enrichissement alimentaire en inuline a également abaissé considérablement les taux de cholestérol et largement empêché la dysglycémie (taux anormaux de sucre dans le sang). Les chercheurs ont trouvé qu’en agissant seules, les fibres de cellulose insolubles réduisaient modestement l’obésité et la dysglycémie.

Restauration du microbiote 

Compléter le régime riche en graisses avec de l’inuline a aidé à restaurer le microbiote intestinal. Cependant, l’inuline n’a pas rétabli les niveaux de microbiote des souris nourries à base de céréales. Une différence nette dans les niveaux de microbiote persiste entre les souris nourries avec un régime riche en graisses et celles nourries avec un régime à base de céréales. L’enrichissement des régimes riches en graisses avec de la cellulose n’a qu’un léger effet sur les niveaux de microbiote.

De plus, les chercheurs ont découvert que le fait de passer d’une alimentation à base de céréales à un régime riche en graisses entraînait une perte de masse colique qui, selon eux, contribue à une inflammation légère et au syndrome métabolique. Quand les souris ont retrouvé leur régime alimentaire à base de céréales, la masse du colon a été entièrement restaurée. Cette étude a été publiée le 21 décembre 2017 dans le journal scientifique Cell Host & Microbe (DOI : 10.1016/j.chom.2017.11.003).

Fibres alimentaires

Selon le département américain d’agriculture et de santé et des services humains (US Departements of Agriculture and Health and Human Services), les femmes devraient consommer chaque jour 25 gr de fibres et les hommes 38 gr. Lire aussi : 10 aliments riches en fibres alimentaires

Le 25 janvier 2018. Par la rédaction de Creapharma.ch. Source : communiqué de presse de l’étude en anglais. Référence : Cell Host & Microbe (DOI : 10.1016/j.chom.2017.11.003).

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 25.01.2018