Publicité

La présence de bactéries dans l’urine n’indique pas toujours une infection urinaire

ARLINGTON (VIRGINIE) – Les médecins devraient réfléchir attentivement avant de soumettre leurs patients à un test de dépistage d’une infection des voies urinaires comme la cystite afin d’éviter un surdiagnostic et un traitement antibiotique inutile, selon les lignes directrices mises à jour sur la bactériurie asymptomatique (BA), publiées par l’Infectious Diseases Society of America (IDSA) et relayées le 21 mars 2019 dans le journal Clinical Infectious Diseases (DOI : 10.1093/cid/ciy1121).

La BA ou bactériurie asymptomatique – la présence de bactéries dans l’urine sans les symptômes d’une infection – est assez courante et a été identifiée comme un facteur contribuant à une mauvaise utilisation des antibiotiques, favorisant ainsi la résistance. Bien que les lignes directrices mises à jour suivent les recommandations précédentes afin d’éviter le dépistage chez certains groupes de patients qui ne présentent pas de symptômes – y compris les femmes non enceintes en bonne santé, les personnes âgées, les personnes atteintes de diabète et les personnes atteintes de lésions médullaires – elles incluent également des groupes qui n’ont pas été traités auparavant, comme les nourrissons et les enfants, les personnes ayant subi une arthroplastie ou autre chirurgie non-urologique et celles qui ont subi des greffes d’organe.

Résistance aux antibiotiques

Prescription inappropriée d’antibiotiques

« Le dépistage de ces patients est beaucoup trop fréquent et mène à la prescription inappropriée d’antibiotiques, ce qui, selon certaines études, pourrait en fait augmenter le risque d’infection urinaire et contribuer à d’autres infections graves comme les Clostridioides difficiles », a déclaré Lindsay E. Nicolle, MD, FIDSA, présidente du comité qui a élaboré les directives et professeur émérite à la Rady Faculty of Health Sciences, Université du Manitoba à Winnipeg. « En général, les médecins ne devraient pas faire de cultures d’urine à moins que les patients ne présentent des symptômes compatibles avec une infection, comme des brûlures pendant la miction, des mictions fréquentes ou des douleurs abdominales ou une sensibilité du dos au niveau des côtes inférieures », ajoute-t-elle.

Cas fréquents de bactériurie asymptomatique (BA)

Certains symptômes que les gens supposent indiquer une infection urinaire – comme l’odeur d’urine et la confusion chez les personnes âgées – sont habituellement causés par d’autres maladies. Il importe de s’assurer que celles-ci n’en sont pas à l’origine avant de procéder au test, rappelle le Prof. Nicolle.

Elle poursuit qu’environ 3 à 7% des femmes en bonne santé ont la bactériurie asymptomatique à un moment donné, surtout celles qui sont sexuellement actives. Environ 50% des personnes atteintes de lésions médullaires et 30 à 50% des personnes vivant dans des foyers de soins infirmiers sont aussi affectées par la BA.

Les lignes directrices mises à jour suivent les recommandations des lignes directrices précédentes pour ne dépister et traiter que les patients qui risquent de développer des complications de la BA, y compris les femmes enceintes et celles qui subissent des interventions urologiques endoscopiques.

Le 22 mars 2019, Sources : communiqué de presse de l’étude en français – Références : Clinical Infectious Diseases (DOI : 10.1093/cid/ciy1121). Crédits photos et infographies : Adobe Stock, Creapharma.ch

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 23.03.2019