Le jeûne intermittent 16:8 (heures) agit sur la perte de poids chez les obèses

Le jeûne intermittent 16:8 agit sur la perte de poids chez les personnes obèsesCHICAGOUne nouvelle étude publiée le 18 juin 2018 par des chercheurs de l’Université de l’Illinois à Chicago dans la revue Nutrition and Healthy Aging (DOI : 10.3233/NHA-170036) a montré que le jeûne intermittent est un outil efficace pour réduire le poids et la pression artérielle. Cette recherche est la première à examiner l’effet de ce jeûne qui consiste à limiter la consommation d’aliments à certaines heures chaque jour, sur la perte de poids chez les personnes obèses.

Pour étudier l’effet de ce type de régime, les chercheurs ont travaillé avec 23 volontaires obèses dont l’âge moyen était de 45 ans et l’indice de masse corporelle moyen, ou IMC, de 35. Entre 10 h et 18 h, les personnes au régime pouvaient manger tout type d’aliments, sans restriction de quantité, mais pour les 16 heures restantes, elles ne pouvaient boire que de l’eau ou des boissons sans calories. L’étude a suivi les participants pendant 12 semaines.


Perdre du poids est toujours important, même si on en reprend plus tard (étude)

Baisse des calories consommées, du poids corporel et de la tension artérielle

Lorsqu’on les compare à un groupe témoin historique ayant fait l’objet d’un essai de perte de poids antérieur sur un autre type de jeûne, les chercheurs ont constaté que ceux qui suivaient le jeûne intermittent consommaient moins de calories, perdaient du poids et présentaient des améliorations de la tension artérielle. En moyenne, les participants ont consommé environ 350 calories en moins, ont perdu environ 3 % de leur poids corporel et ont vu leur tension artérielle systolique diminuer d’environ 7 millimètres de mercure (mmHg), la mesure standard de la tension artérielle. Toutes les autres mesures, y compris la masse de graisse, la résistance à l’insuline et le cholestérol, étaient semblables à celles du groupe témoin.

Une alternative moins contraignante ?

« Le message à retenir de cette étude est qu’il existe des alternatives de perte de poids qui n’incluent pas le comptage des calories ou l’élimination de certains aliments », a déclaré Krista Varady, professeure agrégée de kinésiologie et de nutrition au Collège des sciences de la santé appliquées de l’UIC et auteure correspondante de l’étude.

Bien qu’il s’agisse de la première étude à se pencher sur le régime 16:8, nommé ainsi en raison de ses 16 heures de jeûne et de ses 8 heures de “festin”, elle affirme que les résultats s’alignent sur les recherches antérieures sur d’autres types de régimes à jeûne intermittent.

« Les résultats que nous avons vus dans cette étude sont similaires à ceux que nous avons trouvés dans d’autres études sur les autres méthodes de jeûne par intervalles », a dit le prof. Varady, « mais l’un des avantages du régime 16:8 est peut-être qu’il est plus facile à maintenir pour les gens. Nous avons observé que moins de participants ont abandonné cette étude par rapport aux études menées sur d’autres régimes de jeûne ».


Le régime 16:8 est-il plus efficace ?

Elle ajoute que bien que la recherche indique que le jeûne quotidien fonctionne pour la perte de poids, il n’y a pas encore eu d’études pour déterminer s’il agit mieux que d’autres régimes. Les chercheurs ont cependant observé que la perte de poids est légèrement inférieure à ce qui a été observé dans d’autres études sur le jeûne intermittent.

« Ces données préliminaires ouvrent la voie à l’utilisation du jeûne comme une technique pour perdre du poids chez les adultes obèses, mais des essais contrôlés randomisés à plus long terme et à grande échelle sont nécessaires », confirment le prof. Varady et ses collègues.

« Le régime 16:8 constitue un autre outil de perte de poids et nous disposons maintenant des preuves scientifiques préliminaires à l’appui », selon le prof Varady. « Quand il s’agit de perte de poids, les gens ont besoin de trouver ce qui fonctionne pour eux parce que même d’infimes succès peuvent conduire à des améliorations de la santé métabolique ».

Un tiers d’obèses aux Etats-Unis

Les Centers for Disease Control and Prevention américains estiment que plus d’un tiers des adultes aux États-Unis souffrent d’obésité, ce qui augmente considérablement le risque de maladies métaboliques comme les maladies coronariennes et le diabète de type 2, et que l’obésité est plus répandue chez les Noirs non hispaniques et les adultes d’âge moyen.

Le 21 juin 2018. Par la rédaction de Creapharma.ch (supervision scientifique par Xavier Gruffat, pharmacien). Sources : Communiqué de presse de l’étude (en anglais). Référence : Nutrition and Healthy Aging (DOI : 10.3233/NHA-170036). – Crédits photos : Fotolia.com.

Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 21.06.2018