Publicité

Le méthotrexate améliore la fonction physique des personnes atteintes d’arthrose du genou après 3 mois

ATLANTA – Une nouvelle étude présentée à l’ACR Convergence 2020, la réunion annuelle de l’American College of Rheumatology, montre qu’après trois mois de traitement au méthotrexate oral, les adultes souffrant d’arthrose primaire du genou (OA) avec inflammation ont connu des améliorations significatives de la fonction physique et de l’inflammation, signe que cette pilule générique peu coûteuse pourrait être une intervention importante pour l’OA du genou (ABSTRACT #1648).

L’arthrose est une maladie articulaire courante qui touche le plus souvent les personnes d’âge moyen à avancé. Elle est communément appelée « usure des articulations », mais on sait maintenant que l’arthrose est une maladie de l’ensemble de l’articulation, qui touche le cartilage, la doublure de l’articulation, les ligaments et l’os.

Le méthotrexate améliore la fonction physique des personnes atteintes d'arthrose du genou après 3 mois

Dégradation progressive des structures des genoux

De nombreuses personnes atteintes d’arthrose du genou présentent des signes cliniques d’inflammation des articulations, notamment un gonflement, une chaleur et une douleur. Bien que l’inflammation puisse jouer un rôle majeur dans la douleur, la perte de fonction et les lésions progressives des articulations touchées par l’arthrose, il n’existe actuellement aucun traitement médicamenteux accepté pour traiter cette maladie chez ces patients. Cette étude, qui a été menée par des chercheurs de l’hôpital SSKM de Kolkata, en Inde, a comparé le méthotrexate oral à un traitement placebo avec de la glucosamine, un supplément courant pour soulager la douleur arthritique, chez des adultes atteints d’arthrose primaire du genou.

Selon le co-auteur de l’étude, Biswadip Ghosh, MD, professeur associé au département de rhumatologie de l’Institut d’enseignement médical supérieur et de recherche de Kolkata, en Inde, presque tous les patients atteints d’arthrose primaire du genou connaissent des périodes de chaleur et de gonflement de l’articulation, avec une augmentation de la douleur et une réduction de la fonction. Ces inflammations endommagent un peu plus, à chaque fois, les structures des genoux. Après un certain temps, le gonflement s’estompe en partie à cause de la combustion des matériaux. Cela laisse le genou dans un état de perte fonctionnelle désespérée où la physiothérapie n’aide que très peu à l’enrôlement pour le remplacement du genou.

Le méthotrexate améliore la fonction physique des personnes atteintes d'arthrose du genou après 3 mois

Améliorations significatives du score WOMAC

Des hommes et des femmes atteints d’arthrose primaire du genou, qui présentaient un gonflement et des douleurs dans les deux articulations du genou depuis au moins six mois, et dont les radiographies montraient également des signes d’arthrose, ont été recrutés pour l’étude. Les chercheurs ont exclu toute personne souffrant d’arthrose avancée ou secondaire, toute personne ayant subi une arthroscopie (procédure de diagnostic et de traitement des problèmes articulaires), une injection intra-articulaire de stéroïdes au cours des trois mois précédents ou des patients souffrant de diabète non contrôlé, de maladies rénales, hépatiques ou de goutte.

Les patients présentant des signes d’inflammation locale, tels que des douleurs et un gonflement de l’ensemble du genou à la chaleur, ont été examinés pour vérifier la vitesse de sédimentation des érythrocytes et les niveaux sanguins de protéine C-réactive. Tout patient présentant une augmentation des deux marqueurs inflammatoires lors d’un examen ou de deux examens effectués à un mois d’intervalle a été placé dans un groupe inflammatoire dans le cadre de l’étude. Les autres patients ont été placés dans un groupe non inflammatoire.

Des échantillons de sang prélevés sur tous les patients et les témoins sains ont été testés pour certains biomarqueurs de l’arthrose. Les patients du groupe inflammatoire de l’arthrose primaire du genou ont été soumis à un examen clinique, à des analyses sanguines, à une échographie musculo-squelettique et à une radiographie, ainsi qu’à une IRM de leurs genoux pour détecter d’autres formes d’arthrite inflammatoire. Les patients du groupe inflammatoire ont ensuite été répartis au hasard pour prendre 15-20 mg/ semaine de méthotrexate oral ou 1 500 mg/jour de glucosamine comme placebo, puis contrôlés une fois par mois pendant trois mois. Les patients étaient autorisés à prendre de l’acétaminophène ou du tramadol pour soulager la douleur si nécessaire et recevaient également des AINS pendant 7 à 10 jours au début de l’étude pour améliorer l’observance.

Au total, 344 personnes souffrant d’arthrose primaire du genou ont été incluses et examinées de juillet 2016 à juin 2019. Les chercheurs ont constaté que 249 patients présentaient une inflammation locale, ou un gonflement accompagné de douleur et de chaleur dans les deux genoux, et que 172 de ces 249 avaient une vitesse de sédimentation érythrocytaire et/ou une protéine C réactive élevées. Les résultats de l’étude ont montré que les patients souffrant d’arthrose primaire du genou avec des signes d’inflammation avaient des améliorations significatives de leur score WOMAC (Western Ontario and McMaster Universities Arthritis Index), une mesure largement utilisée de la fonction physique, et de la vitesse de sédimentation des érythrocytes et de la protéine C-réactive après trois mois de prise de méthotrexate par voie orale. Les patients qui ont pris de la glucosamine n’ont eu aucune amélioration significative de ces mesures de la fonction et de l’inflammation. Ces nouvelles données suggèrent que le méthotrexate peut être une intervention efficace pour les personnes atteintes d’arthrose du genou qui souffrent de douleur et d’inflammation.

Le prof. Ghosh explique que les traitements proposés aux patients atteints d’arthrose primaire du genou sont généralement le soutien physique et le remplacement du genou, qui visent essentiellement à gérer les effets de la maladie. Cette étude donne ainsi de l’espoir aux patients, non seulement grâce à cette molécule peu coûteuse, le méthotrexate, mais aussi grâce à d’autres thérapies orientées vers une cause de la maladie : l’inflammation. Il faudra donc envisager l’usage du méthotrexate en cas de signes d’inflammation à la fois locale et systémique chez les patients atteints d’arthrose primaire du genou lorsque les traitements classiques ne sont pas utiles. En outre, il faudrait à l’avenir orienter davantage de recherches vers les voies inflammatoires de la maladie.

Références & Sources :

ACR Convergence 2020

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Seheno Harinjato (Rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies), relecture par Xavier Gruffat (pharmacien)

Date de dernière mise à jour du dossier :
10.11.2020

Crédits photos :
Creapharma.ch, Adobe Stock, © 2020 Pixabay

Crédit infographie : 
Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 10.11.2020