Publicité

La méthode des Alcooliques Anonymes (AA) pourrait être complémentaire avec d’autres traitements de l’abus d’alcool

WACO (ÉTATS-UNIS)La plupart des fournisseurs de traitements pour les personnes souffrant de troubles liés à la consommation d’alcool (alcoolisme) connaissent bien soit le programme en 12 étapes des Alcooliques Anonymes ou AA, soit un traitement différent tel que la thérapie cognitivo-comportementale – mais les deux approches peuvent bien s’harmoniser afin de combler le fossé. C’est ce qu’un chercheur de l’université Baylor explique dans l’article “Traitement des troubles liés à la consommation d’alcool : Integration of Alcoholics Anonymous and cognitive behavioral therapy” publié le 28 avril 2020 dans la revue Training and Education in Professional Psychology de l’American Psychological Association (DOI : 10.1037/tep0000265).

Publicité

Troubles psychologiques fréquents

Les troubles liés à la consommation d’alcool font partie des troubles psychologiques les plus fréquents chez les Américains, selon le National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism. On estime que seuls 10 % des personnes souffrant de ces troubles reçoivent un traitement, le traitement le plus populaire étant une forme d’implication des Alcooliques Anonymes en 12 étapes. Mais de nombreuses idées fausses sur les AA continuent de persister.

« Les cliniciens devraient être attentifs à leurs préjugés ou idées fausses sur le programme des AA et les membres des AA. Des recherches empiriques sur le fonctionnement des programmes en 12 étapes sont maintenant largement disponibles », a déclaré Sara Dolan, Ph. D., professeur associé de psychologie et de neuroscience et directrice du programme de doctorat en psychologie clinique (Psy.D.) à l’Université Baylor. « Comme il est probable que les cliniciens travailleront avec des personnes qui s’engagent dans des programmes en 12 étapes, nous devrions en apprendre le plus possible sur la manière d’intégrer le traitement en 12 étapes dans notre travail avec ces clients ».

La méthode des Alcooliques Anonymes pourrait être complémentaire avec d'autres traitements de l'abus d'alcool

Les idées fausses sur les AA

Les auteurs ont discuté des idées fausses sur les AA, y compris ces croyances :

Que les AA sont un programme religieux nécessitant la croyance en Dieu pour franchir les étapes. Alors qu’une influence chrétienne historique existe dans les principes des AA (auto-examen, confession, restitution et service aux autres), les AA se considèrent comme un “programme d’action spirituel”. Elle n’est alliée à aucune secte, confession, politique, organisation ou institution, et elle n’endosse ni ne soutient aucune cause. Le Big Book – le manuel de rétablissement de l’AA – demande seulement si l’on est « prêt à croire qu’il existe une Puissance supérieure à soi-même », sans qu’il soit nécessaire de définir cette Puissance ou d’affirmer avec une certitude absolue qu’elle existe.

L’AA nie toute responsabilité personnelle en matière de sobriété. Bien que la première étape du programme demande aux individus d’admettre leur “impuissance” face à l’alcool, le programme vise à aider les individus à accepter la responsabilité personnelle de leurs actions.

Distinctions entre AA et TCC

Il existe des distinctions importantes entre les AA et la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), a déclaré le Prof. Dolan. Alors que l’objectif des AA est l’abstinence totale, la TCC encourage parfois l’abstinence totale et cherche à réduire la quantité que l’on boit afin de réduire les dommages causés à soi-même ou aux autres. Une autre différence est que dans les AA, la principale relation thérapeutique se fait avec un pair – une personne qui est en voie de guérison d’une consommation nocive d’alcool et de substances. Dans le cadre de la TCC, la relation principale est avec un psychothérapeute qui peut ou non être en voie de guérison. Une autre différence encore est que dans les AA ou les programmes en 12 étapes, les clients peuvent obtenir une aide gratuite qui protège leur anonymat.

Similarités entre les deux approches

Mais les deux approches ont beaucoup en commun selon le chercheur. Dans les deux cas, le travail effectué pour parvenir à contrôler la consommation d’alcool est fondamentalement de nature cognitive et comportementale.

Par exemple, l’AA s’efforce d’identifier les pensées, les émotions, les attitudes et les comportements qui causent des problèmes, puis de les remplacer par de nouveaux, plus adaptables, afin de surmonter la consommation problématique d’alcool et d’autres drogues et d’adopter un comportement altruiste.

De même, la thérapie cognitivo-comportementale cherche à identifier et à remplacer les croyances dysfonctionnelles et à aider les clients à apprendre à faire face par d’autres moyens que la boisson.

Les AA et la thérapie cognitivo-comportementale ont des définitions similaires du trouble de l’alcoolisme et de la toxicomanie et se ressemblent en ce sens qu’elles incitent les individus à faire le point sur leurs émotions et leurs comportements : la TCC par l’enregistrement quotidien des émotions négatives et les AA par l’admission quotidienne de pensées ou de comportements égoïstes, malhonnêtes, égoïstes ou craintifs.

Certaines interventions et compétences sont également similaires. La TCC favorise le soutien social, la formation aux compétences interpersonnelles et l’apprentissage de la régulation des émotions et de la tolérance de la détresse ; les AA préconisent d’éviter les anciennes “personnes, lieux et choses” propices à la consommation d’alcool, de recourir plutôt à des parrains et à des groupes de soutien et de modeler le comportement des membres sobres des AA.

Les deux approches préconisent la prise de responsabilité pour ses actes, l’acceptation et des moments d’examen de conscience et de détente, ont écrit les chercheurs. Le CBT conseille d’utiliser des techniques de relaxation et d’entraînement, tandis que les AA suggèrent la prière et la méditation.

L’article recommande aux cliniciens de prendre conscience de leurs idées fausses sur les AA et les membres des AA et de s’informer sur les AA. Par exemple, il serait utile d’assister en tant qu’invité aux réunions des AA (certaines sont ouvertes aux invités, tandis que d’autres sont réservées aux membres), ainsi que de lire le matériel du programme des AA, y compris le Big Book.

Références & Sources :
Revue Training and Education in Professional Psychology

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Xavier Gruffat (Pharmacien et Rédacteur en chef de Creapharma), Seheno Harinjato (Rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies).

Date de dernière mise à jour du dossier :
03.05.2020

Crédits photos :
Creapharma.ch, Adobe Stock, © 2020 Pixabay

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 03.05.2020

Publicité