Mieux connaître la reine-des-près, la plante qui a donné le nom à l’aspirine

LONDRESLa reine-des-près (Filipendula ulmaria) est une plante riche en flavonoïdes et huiles essentielles qui pousse naturellement en Europe, autant en plaine qu’en montagne comme dans les Alpes. En été, ses fleurs de couleur crème ne passent pas inaperçues dans les prairies européennes, y compris sur les Îles Britanniques. Cette plante apprécie particulièrement les endroits humides. Creapharma fait le point sur cette plante médicinale importante en phytothérapie.

Reine-des-prés - Plante médicinale


À l’origine de l’aspirine

La reine-des-près est surtout connue pour son effet anti-inflammatoire incontestable. En 1897, le chimiste allemand Felix Hoffmann a synthétisé pour la première fois dans une forme stable permettant un usage médical la molécule acide acétylsalicylique à partir de l’acide salicylique, cette molécule provenait d’un extrait de reine-des-près. Le nom de marque aspirine a pour inspiration et origine l’ancien nom botanique de cette plante, Spirea. Le terme Spirea, “spirée” en français, est une référence à la forme du fruit de la reine-des-près. Actuellement, le nom botanique ou binomial de la reine-des-près est Filipendula ulmaria. Relevons qu’une autre plante, la saule, a aussi contribué au développement de l’aspirine.

Une Histoire

Au Moyen-Âge, les fleurs de reine-des-prés étaient jetées sur le sol afin de masquer les mauvaises odeurs, il semblerait que cette méthode plaisait à la Reine d’Angleterre de l’époque, Elisabeth I.

En médecine populaire, la reine-des-près est utilisée depuis des centaines d’années contre les douleurs et notamment les rhumatismes comme la goutte, mais aussi lors de troubles digestifs comme le reflux gastro-oesophagien.

Efficacité prouvée

La science moderne a confirmé son efficacité contre les douleurs. La reine-des-près est le plus souvent consommée sous forme de tisane, de gélule (extrait sec, poudre) ou de teinture. Les parties utilisées sont en général les sommités fleuries (fleurs) mais des études ont montré que la racine avait aussi une action anti-inflammatoire. Lorsque les fleurs sont séchées, l’efficacité semble supérieure à l’utilisation fraîche de la reine-des-près.

Des recherches ont pu montrer que les fleurs et les racines de reine-des-près contenaient des niveaux élevés de composés phénoliques et notamment des flavonoïdes glycosides appelés ulmariosides, un principe actif unique qu’on trouve seulement dans cette plante. Tous ces composants sont responsables d’un effet immunomodulateur en inhibant notamment la prolifération de cellules T (jouant un rôle dans le processus inflammatoire) et d’autres cascades de l’inflammation.

L’avantage de la reine-des-près, par rapport à l’aspirine, est qu’elle n’est pas irritante pour le système gastro-intestinal si la dose est correcte.

Contre-indications

Comme les composants de la reine-des-près ressemblent à l’aspirine (acide acétylsalicylique), cette plante est contre-indiquée chez des personnes allergiques à l’aspirine. Elle peut mener aussi à des interactions avec la warfarine (un médicament fluidifiant le sang) et d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, à cause d’une teneur élevée en salicylates. Demandez conseil à votre pharmacien, le spécialiste de la phytothérapie.

Article mis à jour le 23 août 2018. Par Xavier Gruffat (pharmacien). Crédits photos : Creapharma.ch (Pharmanetis Sàrl), Fotolia.com

Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 23.08.2018