Publicité

Ostéoporose : sous-diagnostiquée et sous-traitée chez les hommes âgés selon une étude

ATLANTA  – Une nouvelle étude a montré que de nombreux hommes âgés qui subissent une fracture sont encore sous-diagnostiqués et sous-traités pour l’ostéoporose. Les détails de cette étude ont été présentés à l’ACR Convergence, la réunion annuelle de l’American College Rheumatology (ACR) qui se tient cette année exceptionnellement online, à cause de la pandémie mondiale de Covid-19.

Dès 70 ans

L’ostéoporose est une maladie fréquente qui résulte d’une perte de masse osseuse (densité osseuse) et d’une modification de la structure osseuse. L’os est un tissu vivant qui est en état constant de régénération. Vers le milieu de la trentaine, la plupart des personnes commencent à perdre lentement plus d’os qu’il n’est possible d’en remplacer. En conséquence, les os deviennent plus fins et plus faibles dans leur structure. Ce phénomène s’accélère chez les femmes au moment de la ménopause. Chez les hommes, la perte osseuse devient généralement plus problématique vers l’âge de 70 ans.

L’ostéoporose peut représenter un problème important pour les patients, notamment en raison de symptômes physiques, d’une augmentation des coûts des soins de santé et de la mortalité. Environ un quart des patients ayant subi des fractures sont des hommes, et de nouvelles preuves suggèrent que les hommes ayant subi des fractures ostéoporotiques ont des résultats moins bons que les femmes. Cette nouvelle étude a examiné les caractéristiques de base des patients masculins de l’assurance-maladie Medicare (une assurance fédérale pour les seniors aux États-Unis) qui ont subi une fracture liée à l’ostéoporose. La raison principale de l’étude était de remédier à l’absence ou à l’insuffisance du dépistage de la densité osseuse.

Ostéoporose : sous-diagnostiquée et sous-traitée chez les hommes âgés selon une étude

Dépistage chez les hommes de plus de 70 ans

“Les hommes ne font généralement pas partie du dépistage de routine recommandé avec le DXA (un type spécifique de rayons X) et sont donc à la fois sous-diagnostiqués et sous-traités. Si de nombreuses comorbidités (c’est-à-dire les maladies cardiovasculaires) sont communément reconnues et traitées chez les hommes, parfois même plus que chez les femmes, l’ostéoporose n’en fait pas partie. Même après une fracture majeure comme celle de la hanche, les taux de traitement sont décevants, laissant les hommes à risque d’une nouvelle fracture”, a déclaré le co-auteur de l’étude, Dr Jeffrey Curtis, professeur de médecine à la division d’immunologie clinique et de rhumatologie de l’université d’Alabama à Birmingham. “Il y a également un manque de lignes directrices cohérentes pour les recommandations de dépistage de l’ostéoporose chez les hommes. Chez les femmes, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Association américaine des endocrinologues cliniques, la Task Force des services préventifs des États-Unis, la Fondation nationale de l’ostéoporose (NOF) et l’Académie américaine des médecins de famille recommandent toutes le dépistage chez les femmes de plus de 65 ans. Cependant, chez les hommes, ces groupes ne font aucune recommandation, à l’exception de la NOF qui recommande que tous les hommes de plus de 70 ans, et ceux de 50 à 69 ans qui présentent des facteurs de risque, doivent être dépistés”.

Les chercheurs ont étudié les bénéficiaires de l’assurance-maladie Médicare à l’acte (FFS) qui ont subi une fracture fermée, ou liée à l’ostéoporose, entre janvier 2010 et septembre 2014. Les critères d’inclusion pour l’étude comprenaient l’âge de 65 ans ou plus au moment de la date d’indexation, et l’inscription continue à l’assurance maladie à l’acte avec des prestations médicales et pharmaceutiques pendant au moins un an avant la date d’indexation et au moins un mois après. Les bénéficiaires de l’assurance maladie Medicare étaient exclus s’ils décédaient dans les 30 jours suivant la date d’indexation. Ils excluaient également les patients atteints de la maladie de Paget ou de toute autre affection maligne, à l’exception du cancer de la peau non mélanome, au départ. Les patients ont été divisés en quatre groupes en fonction de leur diagnostic et/ou de leur traitement de l’ostéoporose au départ. Les diagnostics d’ostéoporose pouvaient être mentionnés dans n’importe quelle position sur n’importe quelle réclamation médicale.

L’étude a porté sur 9’876 bénéficiaires de l’assurance-maladie Medicare. 61% d’entre eux étaient âgés de 75 ans ou plus et 90% étaient blancs. Moins de 6% avaient subi un test de densité minérale osseuse avec le DXA, le test standard, dans les deux années précédant leur fracture. Les chercheurs ont également constaté que deux tiers (62,8%) des patients avaient des antécédents de douleurs musculo-squelettiques et que près de la moitié (48,5 ) avaient pris des opioïdes un an avant leur fracture. Les sites de fractures les plus fréquents étaient la colonne vertébrale, la hanche et la cheville. Sur l’ensemble des patients ayant subi une fracture qualifiante, environ 92% n’ont pas fait de demande de test DXA ou de prescription pour un traitement contre l’ostéoporose au cours des deux années précédant leur fracture de référence. Au départ, 2,8% avaient été testés et non traités, 2,3% avaient été traités mais non testés, et seulement 2,1% avaient été testés et traités à la fois.  La baisse des scanners DXA en 2012 à 2014 a été particulièrement élevée chez les hommes de 75 ans et plus, qui sont plus susceptibles d’être exposés à un risque de fracture.

Selon les conclusions de l’étude, il serait très utile d’identifier plus tôt les patients masculins à haut risque qui pourraient bénéficier d’un dépistage et de thérapies ciblées contre l’ostéoporose, affirment les chercheurs.

“Il est nécessaire de recommander un dépistage cohérent de l’ostéoporose chez les hommes”, déclare le Dr Curtis. “L’intégration de ces recommandations dans les mesures de qualité des soins pour la gestion de l’ostéoporose et les soins post-fracture est justifiée pour améliorer les résultats de santé dans cette population. Quant aux prochaines étapes de la recherche dans ce domaine, il est nécessaire de mieux caractériser les patients à haut risque, y compris les comorbidités existantes qui peuvent avoir une étiologie commune ou des facteurs de risque qui peuvent permettre une identification et un traitement plus précoces”.

Ce travail de recherche présenté lors du congrès annuel de rhumatologie ACR 2020 (cette année online) n’a pas encore été publié, comme le veut la tradition, dans une revue scientifique de référence mais devrait l’être ces prochains mois.

Le 5 novembre 2020. Par Xavier Gruffat (pharmacien). Adapté d’un communiqué de presse de l’ACR en anglais. Sources : Congrès annuel de l’American College of Rheumatology (ACR) appelé ACR Convergence qui s’est tenu de façon exceptionnelle (Covid-19 oblige) online début novembre 2020.

Décharge de responsabilité : cette activité n’est pas sanctionnée par, ni fait partie, de l’American College of Rheumatology (This activity is not sanctioned by, nor a part of, the American College of Rheumatology).

Références & Sources :

American College Rheumatology (ACR)

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Seheno Harinjato (Rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies), relecture par Xavier Gruffat (pharmacien)

Date de dernière mise à jour du dossier :
05.11.2020

Crédits photos :
Creapharma.ch, Adobe Stock, © 2020 Pixabay

Crédit infographie : 
Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 05.11.2020