Sciatique



Résumé sur la sciatique

Sciatique - Résumé - DéfinitionLes maux de dos touchent une grande partie de la population, provoquant de nombreux arrêts maladie. Parmi les douleurs dorsales, il existe les lombalgies et les sciatiques. La lombalgie est un terme générique signifiant douleur de dos, sans étiologie précise : on ne connaît généralement pas les causes d’une lombalgie.
La sciatique, par contre, est engendrée par le pincement du nerf sciatique entre deux vertèbres, souvent à la racine du nerf et occasionnant de vives douleurs. Elle se traduit par une inflammation et une douleur intense, partant de la fesse vers les orteils du pied, en passant par la jambe. Selon la localisation, le trajet douloureux sera différent, permettant un diagnostic médical.


Le médecin, lors de la consultation médicale, identifiera la cause de la sciatique qui peut être mécanique (pincement d’un nerf) ou biologique (cancéreux, par exemple). La principale cause de la sciatique et l’hernie discale.

Lors de forme non compliquée de sciatique, le repos et un traitement antalgique/anti-inflammatoire est prescrit. En général, ce traitement est suffisant. Le médecin réévaluera d’ailleurs la situation quelques jours plus tard. En principe, une sciatique non compliquée se résorbe d’elle-même au bout de 6 semaines environ, dans le 80% des cas.

En cas de sciatique compliquée (paralysante par exemple), une hospitalisation d’urgence est effectuée. Mais ce cas est rare. Un traitement chirurgical peut être envisagé.

Lors de sciatique avérée, on peut soulager la douleur en détendant le dos. La meilleure position est la position couchée, tout en ayant les jambes à 90°. Le repos est préconisé, mais seulement dans la phase aigüe. En effet, une fois les fortes douleurs passées, il est essentiel de reprendre gentiment ses activités quotidiennes. Cela permet un rétablissement plus rapide.

Gaultheria Phytothérapie sciatiqueQuelques remèdes naturels peuvent aider à la guérison, comme l’huile essentielle de gaulthérie pure ou mélangée à de l’huile végétale d’arnica.
Il est possible de prévenir les cas de sciatique en respectant quelques règles d’hygiène de vie, comme une bonne posture dorsale : se tenir droit, par exemple. En se musclant le dos, on évite aussi la survenue de sciatique. Les écoles du dos enseignent d’ailleurs cela : une bonne posture, une musculation du dos, ainsi que la détente du dos.

La chaleur aide également à diminuer la douleur. Ainsi, l’application de compresses chaudes, de bouillotes soulage réellement les douleurs sciatiques. Les bains chauds sont également bienfaisants lors de douleurs sciatiques.

Définition

La sciatique (ou douleurs sciatiques) est une affection en général douloureuse qui irradie le long du trajet du nerf sciatique (et parfois au niveau de ses racines).

Qu’est-ce que le nerf sciatique ?
Sciatique - Résumé - DéfinitionLe nerf sciatique, sans rentrer dans trop de détails anatomiques, est un nerf qui naît au niveau de la moelle épinière et qui descend verticalement sur la face postérieure de la cuisse puis se divise en deux jusqu’en bas de la jambe.
La colonne vertébrale est constituée de plusieurs vertèbres. Chaque vertèbre porte un nom selon sa position. Ainsi, il y a les vertèbres cervicales, dorsales, lombaires, sacrées et coccygiennes. En général, lors de sciatique, la douleur part des vertèbres L5 ou S1, dans le bas du dos. « L » étant une abréviation de vertèbre lombaire et « S », vertèbre sacrée.

La douleur sciatique traduit un pincement, une irritation du nerf sciatique souvent due à une hernie discale.

Le lumbago est une douleur du dos, située dans la région lombaire (bas du dos). Sa cause, contrairement à la sciatique, n’est pas due à une irritation du nerf sciatique. Les causes sont souvent inconnues. Le lumbago est souvent déclenché par un faux mouvement, un tassement des vertèbres.

Epidémiologie

Les maux de dos sont très fréquents dans la société actuelle. Ils sont responsables d’un taux d’absentéisme élevé.

En ce qui concerne la sciatique à proprement dit, elle touche en général 2% de la population occidentale. Les personnes les plus touchées ont entre 35 et 60 ans. Ainsi, en France plus de 400’000 nouveaux cas de sciatique sont déclarés chaque année.

Bien que la sciatique régresse d’elle-même au bout de quelques semaines, elle est très handicapante, pouvant provoquer des douleurs intenses. Ces fortes douleurs peuvent empêcher le malade de travailler.

Dans le monde, on estime que 15% de la population présente des problèmes ou douleurs au niveau du nerf sciatique.

Causes

Sciatique - Résumé - Définition - CauseEn général la sciatique est causée par des lésions de la colonne vertébrale. Il faut savoir que la colonne vértebrale se compose de plusieurs vertèbres séparées par des disques. Parfois ces disques intervertébraux deviennent “usés” et provoquent la compression d’un nerf (ce qui engendre de la douleur) par exemple provoqué par un mouvement inhabituel.

L’hernie discale est de loin la cause principale des sciatiques. Dans ce cas, le disque est altéré. Son noyau (nucléus) sort de sa poche et appuie en permanence sur le nerf sciatique. Les douleurs se ressentent tout le long du parcours du nerf sciatique, nerf qui assure la transmission nerveuse des muscles fessiers et des membres inférieurs (jambes, pieds). Ainsi, la douleur est ressentie de la fesse à la jambe et même jusqu’au pied, même si ces parties sont saines et que seule la racine du nerf soit touchée.

Dans certains cas la sciatique peut être provoquée par de l’arthrose, une luxation de la hanche, une tumeur ou une fracture. Lors d’arthrose, ou de tumeur osseuse vertébrale, le nerf est comprimé par les os. Il peut aussi s’agir d’une tumeur de la racine du nerf, appelée neurinome.

D’autres causes de la sciatique peuvent être: le diabète, le zona (herpès zoster), le fait de rester dans une mauvaise position pendant beaucoup de temps, le fait de porter des charges trop lourdes, etc.

Personnes à risque

Les personnes susceptibles de souffrir de sciatiques sont les personnes :

– de grande taille;

– âgées entre 35 et 60 ans;

– portant souvent des charges lourdes tout en ne ménageant pas leur dos;

– souffrant d’un cancer des os;

– souffrant d’hernie discale;

– restant longtemps assises (travail de bureau, conducteur de car, camioneur);

Symptômes

Au début la sciatique provoque en général des douleurs lombaires aiguës ou chroniques d’intensité variable mais souvent brutale.

Ces douleurs touchent ensuite la jambe et peut même irradier jusqu’en bas de la jambe. Ces douleurs sont cependant souvent unilatérales (ne touchant qu’une jambe à la fois).

Tout dépend à quel niveau le nerf est pincé. Si c’est au niveau de la vertèbre lombaire 5 (L5) seulement, le trajet douloureux est le suivant : de la fesse vers le gros orteil, en passant par la face externe de la cuisse, de la jambe et sur le dos du pied.

Par contre, lorsque c’est au niveau de la vertèbre sacrée 1 (S1) seulement, le trajet douloureux est alors le suivant : de la fesse au 5ème orteil, en passant par la cuisse, le mollet, le talon d’Achille et la face externe du pied.

Dans certains cas, la douleur peut se manifester de la fesse au pied, notamment si deux racines nerveuses sont touchées.

La douleur de la sciatique peut être très forte et empêcher le malade de dormir. Elle peut également être accompagnée de picotements.
La douleur peut être amplifiée par la toux, le rire, ou lorsque le malade se tient debout.
Relevons aussi la sciatique paralysante, dans ce cas on observe une paralysie de la flexion dorsale du pied.

Diagnostic

En général le médecin posera plusieurs questions sur les douleurs (point le plus important) et fera un examen clinique.

Lors de l’anamnèse médicale, le médecin pourra éliminer d’autres causes du mal de dos, telles que les lombalgies communes, les spondylarthrites ankylosantes, les fractures. Le médecin exclura également les lombosciatiques d’origine cancéreuse, dues à une tumeur au niveau du nerf ou des os. Dans le cas des tumeurs, le médecin procèdera à des examens biologiques approfondis.

Au stade initial du diagnostic, il n’est pas encore nécessaire d’effectuer une imagerie, seul un examen neurologique suffit. En effectuant l’examen neurologique, le médecin s’assure de la bonne transmission nerveuse, en testant les réponses musculaires du patient.

Grâce à ce premier examen clinique, le médecin saura si c’est une sciatique compliquée ou non. En cas de sciatique non compliquée, le médecin ne fera pas d’examen complémentaire. Il traitera le patient grâce à des médicaments anti-douleurs et/ou anti-inflamamtoires. Si la douleur est intense, il pourra également prescrire des opioïdes faibles. Une nouvelle évaluation se fera ensuite après quelques jours de traitement.

Lors de sciatique compliquée, par contre, s’il existe une paralysie par exemple, une hospitalisation d’urgence est nécessaire, ainsi que des examens complémentaires, plus détaillés comme une radiographie, un scanner voire un IRM pour identifier exactement où se trouve la lésion.

Complications

En règle générale, lors de sciatique non compliquée, la maladie se résorbe d’elle-même au bout de quelques semaines (de 8 semaines à 1 année). 6 semaines sont souvent nécessaires pour une guérison complète de la sciatique, bien que les douleurs puissent disparaître au bout d’une dizaine de jours déjà.

Notons que la guérison peut être complète, même si la sciatique est due à une hernie discale et que cette dernière ne soit pas forcément traitée de suite.

Notons encore qu’une hernie discale peut appuyer à tel point sur le nerf, empêchant même une miction normale (uriner) ou provoquer une grave constipation.

La paralysie est la complication majeure et problématique d’une sciatique, mais elle reste un événement rare.

De plus, il est possible que le malade, une fois guéri, souffre à nouveau, dans le futur, de sciatique, ce sont les récidives. La prise en charge médicamenteuse tente justement de prévenir la survenue des récidives.

Lors de sciatique compliquée (paralysante, par exemple), un traitement chirurgical d’urgence est souvent nécessaire, pour éviter une instauration définitive de la paralysie.

Les douleurs peuvent parfois être intenses, au point d’être handicapantes dans les activités quotidiennes et empêcher de reprendre le travail. Si le mal de dos devient chronique et que l’arrêt de travail persiste, le malade peut devenir dépressif, car mis en marge de la société pendant trop longtemps.

Quand consulter son médecin ?

Sciatique ConsultationLors de sciatique, il est nécessaire de consulter un médecin lorsque
– les récidives sont fréquentes
– les douleurs ne diminuent pas après une dizaine de jours
– les douleurs sont trop intenses et empêchent le malade d’effectuer ses activités quotidiennes
– la sensibilité musculaire diminue drastiquement
– survient un trouble de la miction (problème pour uriner) une forte constipation.

Traitements

Le médecin devra rechercher la cause de la sciatique, si par exemple l’origine est une hernie discale le médecin devra soigner cette pathologie.

En général le médecin conseille le repos au lit surtout si la douleur est très forte.

Cela dit pour soigner les douleurs de la sciatique le médecin peut prescrire dans antalgiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (ibuprofène, etc.) ou encore des myorelaxants (relaxants musculaires), voire dans certains cas des infiltrations de corticoïdes.

Les antalgiques, les AINS et les myorelaxants sont des traitements de première intention. Si la douleur est très forte, l’administration de médicaments opioïdes (dérivés de la morphine) peut être nécessaire.

Le repos et le traitement antalgique sont prescrits pendant quelques jours. Ensuite, une nouvelle évaluation est faite par le médecin, afin de déterminer si l’on est en présence d’une sciatique compliquée ou non, nécessitant un traitement chirurgical d’urgence.

Si l’on n’est pas en présence d’une sciatique compliquée, mais que l’état du malade n’est pas meilleur (persistance des douleurs), le médecin procèdera à une adaptation du traitement (médication plus forte) ou à l’infiltration de corticoïdes. Il demandera au malade de revenir dans quelques jours afin

Dans les deux tiers des cas une sciatique guérit spontanément dans les 8 premières semaines.

Il faut relever que lorsqu’il y une sciatique paralysante le traitement est chirurgical.

Remarque : 
Une étude publiée le 22 mars 2017 dans la revue spécialisée de référence New England Journal of Medicine a montré que la pregabalin (nom de marque dans plusieurs pays Lyrica®) en gélule (capsule) n’était pas plus efficace qu’un placebo lors de douleurs sciatiques. L’étude a notamment été réalisée par Christine Lin de l’Université de Sydney en Australie.


Phytothérapie

Lors de sciatique, il s’agit de soulager la douleur, l’inflammation. Ainsi, toutes les plantes à composantes antidouleur et anti-inflammatoire sont intéressantes, comme le saule, la griffe du diable ou encore la reine des prés.

Notons cependant que le délai d’action de la griffe du diable (3 semaines minimum) fait de cette plante, une grande alliée lors de rhumatisme, alors que dans le cas de sciatique, l’huile essentielle de gaulthérie lui est largement préférée.

Gaultheria Phytothérapie sciatiqueL’huile essentielle de gaulthérie est facilement reconnaissable, car elle est contenue dans beaucoup de crèmes et pommades anti-inflammatoires. C’est son composant principal, le salicylate de méthyle que l’on sent. Son action antalgique et anti-inflammatoire sont très appréciées lors de douleurs sciatiques et lors de douleurs tout court, d’ailleurs.

Bons conseils

– La chaleur peut aider en cas de sciatique. Vous pouvez par exemple appliquer des enveloppements chauds ou prendre un bain chaud.

– Vous pouvez faire des séances chez un kinésithérapeute pour améliorer le problème de sciatique (fonctionne seulement dans certains cas, parlez-en à votre médecin).

– La position couchée a l’avantage de décharger le dos, les vertèbres et les disques intervertébraux, ce qui réduit les douleurs. En vous couchant, surélever les jambes (les mettre à 90°) soulage davantage le dos.

– Il est en effet conseillé de respecter le repos lors de douleurs intenses. Cependant, dès que votre état s’améliore, il est préférable de bouger un peu, sans forcer et sans faire de faux mouvements. L’activité légère permet un rétablissement plus rapide.

– Une activité sportive adéquate permet également de soulager les douleurs dorsales. La natation est l’exemple type d’un sport adapté, lors de sciatique.

– Il est conseillé de prendre rapidement des médicaments antalgiques (contre la douleur) et anti-inflammatoires. Une inflammation doit se traiter vite et fort. Ainsi, durant 3 jours, il est conseillé de prendre de l’ibuprofène 3 fois par jour, après les repas, pour épargner l’estomac.

Prévention

– Faites du sport comme de la natation, l’aquagym, la musculation. Pensez à muscler le dos, cela soulage la colonne vertébrale et les disques. Il existe certainement des écoles du dos dans votre région. Ces écoles rééduquent les personnes afin qu’elles se tiennent correctement, qu’elles renforcent leur musculature dorsale et sachent également la détendre. Renseignez-vous et profitez-en.

– Portez des objets en vous tenant droit et pliez toujours les genoux lorsque vous soulevez une charge. Vous solliciterez ainsi moins votre dos.


– Essayez de changer souvent de position lorsque vous effectuez un travail ou une tâche par exemple au bureau. Maintenir toujours la même position n’est pas bon pour le dos. Il est également conseillé de se lever régulièrement. Profitez de faire des étirements, des exercices vous aidant à vous relaxer et à vous muscler le dos.

– Choisissez une chaise adaptée pour un meilleur maintien de votre dos. De plus, il existe des ustensiles à poser sur votre chaise pour assurer une bonne position dorsale, comme des coussins.

– Dormez sur un bon matelas et un bon sommier (dur de préférence).

– Portez des chaussures qui vous permettent de vous sentir à l’aise. Les chaussures doivent également bien tenir les pieds.

– Evitez de devenir trop obèse ou en surpoids (mauvais pour votre dos).

Sources (références) : 
New England Journal of Medicine (étude citée dans la partie Traitements)

Comment traduit-on la sciatique dans d’autres langues ?
  • Anglais: sciatica
  • Allemand: Ischialgie
  • Italien: sciatalgia (sciatica)
  • Portugais: ciática
  • Espagnol: ciática
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 24.03.2017

Thèmes

Lire aussi :