Publicité

Prégabaline

La prégabaline est une molécule utilisée notamment contre les douleurs neuropathiques (par ex. complications du diabète ou du zona), contre le trouble anxieux généralisé ainsi que contre certaines formes d’épilepsie. La prégabaline appartient à la famille des antiépileptiques. L’effet repose notamment sur une diminution de l’excitation neuronale.
La prégabaline est un analogue de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA).

Publicité

Noms de la molécule :
Prégabaline, pregabalinum, isobutyl-GABA

Formule de la molécule :
C8H17NO2

Temps de demi-vie et élimination :
Le temps de demi-vie de la prégabaline est d’environ 6 heures. Il n’existe pas de métabolite actif. L’élimination est rénale.

Effets :
La prégabaline a des propriétés analgésiques, antiépileptiques, anxiolytiques et sédatives. Dans le système nerveux central, elle réduit la libération de divers neurotransmetteurs tels que le glutamate, la noradrénaline et la substance P, diminuant ainsi l’excitabilité neuronale.
La prégabaline est comme la gabapentine un dérivé de l’acide γ-aminobutyrique (GABA). Le GABA est le principal neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central chez l’homme. Cela dit, la prégabaline n’agit pas sur les récepteurs GABA mais elle agit sur d’autres récepteurs spécifiques.

Indications :
– Douleurs neuropathiques : complications du diabète, complications du zona (herpès zoster), maux de dos
Epilépsie (dans certaines formes d’épilepsie)
– Trouble anxieux généralisé
Syndrome des jambes sans repos (en général en 2ème intention)
Fibromyalgie (en général en 2ème intention, le médicament est indiqué dans certains pays)

Remarque : contre les troubles anxieux généralisés, la prégabaline agit aussi bien que les benzodiazépines mais avec un risque un peu moins élevé de dépendance (addiction), même si la prégabaline peut aussi mener à un risque de dépendance.

Effets secondaires :
Les principaux effets secondaires sont la somnolence et les maux de tête.
Les effets secondaires de la prégabaline sont nombreux et fréquents. Les effets secondaires touchent surtout le système nerveux central avec des effets indésirables comme vertiges, troubles de la coordination et cognition, euphorie, etc.
Un risque de dépendance (addiction) existe avec la prégabaline (lire aussi ci-dessous sous Remarques).
Pour la liste complète d’effets secondaires, veuillez lire la notice d’emballage et consulter un médecin.

Contre-indications :
Personnes avec un risque de dépendance (ex. à des substances, drogues), allergie à ce médicament.
Grossesse, allaitement.
Pour la liste complète des contreindications, veuillez lire la notice d’emballage et consulter un médecin.

Interactions :
Le risque d’interactions est assez faible, car la prégabaline est éliminée au niveau rénal et et non pas au niveau du foie où se trouvent les cytochromes à l’origine de nombreuses interactions médicamenteuses.
Attention toutefois à la prise d’autres médicaments agissant sur le système nerveux central avec un effet calmant comme les benzodiazépines ou les opioïdes. Il s’agira aussi de faire attention avec l’alcool.
Pour la liste complète des interactions, veuillez lire la notice d’emballage et consulter un médecin.

Formes galéniques :
La prégabaline est disponible, en tout cas en Suisse, sous forme de gélules (capsules) à 25, 50, 75, 100, 150, 200 et 300 mg de prégabaline. Il existe aussi sur le marché une solution buvable (en allemand Trinklösung) de 20 mg/ml.

Posologie :
La posologie de prégabaline pour un adulte lors de douleurs neuropathiques, de trouble anxieux généralisé ou d’épilepsie est en dose d’initiation de 75 mg par 12h puis en dose d’entretien de 75 à 300 mg par 12h. La dose d’initiation, soit de début, jusqu’à la dose d’entretien peut être augmentée progressivement sur une période de 2 à 3 semaines.
Les gélules (capsules) sont en général prises deux à trois fois (surtout lors d’une dose élevée) par jour, indépendamment des repas.
Syndrome de sevrage
Il est important de réduire progressivement la dose avant un arrêt complet, car un syndrome de sevrage peut survenir avec la prégabaline.

Médicaments vendus en Suisse (mise à jour : mars 2021, source : Compendium.ch) :
Original :
Lyrica®
Génériques :
Prégabaline Sandoz (plusieurs dosages)
Prégabaline Spirig HC (plusieurs dosages)
Pregabalin Mepha (plusieurs dosages)
Pregabalin Pfizer (plusieurs dosages)

Remarques :
– La prégabaline a été mis sur le marché pour la première fois aux États-Unis et en Europe en 2004 sous le nom de marque de Lyrica®, développé par le laboratoire américain Pfizer. En Suisse la première mise sur le marché date de 2005. Il existe désormais des génériques du Lyrica®.
– Une étude publiée le 22 mars 2017 dans la revue spécialisée de référence New England Journal of Medicine a montré que la prégabaline n’était pas plus efficace qu’un placebo lors de douleurs sciatiques. L’étude a notamment été réalisée par Christine Lin de l’Université de Sydney en Australie.
Alternative :
Lors de douleurs neuropathiques la gabapentine présente les mêmes effets. En Suisse en tout cas, la gabapentine n’est pas indiquée contre les troubles anxieux, à la différence de la prégabaline. Contre l’épilépsie, il existe plusieurs alternatives à la prégabaline.
Risque d’addiction :
Depuis sa commercialisation, de nombreux cas d’abus, de tolérance/dépendance et de sevrage ont été observés, parlant en faveur d’un potentiel addictif de la prégabaline. Différentes formes d’abus sont rapportées : prise régulière de doses suprathérapeutiques, exposition ponctuelle à des doses élevées à visée récréative, souvent en association avec d’autres substances addictives1. A dose élevée la prégabaline peut présenter un effet sédatif, euphorisant ou dissociatif.
Les principales complications liées au mésusage de la prégabaline sont un coma, des troubles de la conscience, une désorientation, une confusion. En France, des mesures ont été prises par l’Ansm en 2021 dans les conditions de prescription et délivrance pour limiter le mésusage de la prégabaline2, avec notamment et à compter du 24 mai 2021, la prégabaline devant obligatoirement être prescrite sur une ordonnance sécurisée. En 2021, la prégabaline était en France la première substance faisant l’objet d’ordonnance falsifiée3

Sources & Références : 
Sources : 
Pharmawiki.ch, Compendium.ch, Pharmavista.ch, Ansm (France).
Références et littérature :
“100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020).

Rédaction : 
Xavier Gruffat (Pharmacien)

Dernière mise à jour : 
12.03.2021

Crédits photos :
Fotolia.com/Adobe Stock

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Notes de bas de page et références :

  1. Site Internet Pharmavista.ch du 12 mars 2021
  2. Prégabaline (Lyrica et génériques) : modification des conditions de prescription et délivrance pour limiter le mésusage, 24 février 2021, site : Ansm.sante.fr, site accédé par Creapharma.ch le 12 mars 2021
  3. Site Internet Pharmavista.ch du 12 mars 2021
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 12.03.2021

Publicité