Publicité

Anévrisme de l’aorte abdominale

Définition

L’anévrisme de l’aorte abdominale (AAA) est une dilatation localisée des parois de l’aorte au niveau de l’abdomen. L’aorte, une artère, est le plus grand vaisseau sanguin du corps humain qui transporte le sang du coeur vers le centre de la poitrine ainsi que l’abdomen puis ensuite bifurque en deux artères plus petites pour irriguer notamment les membres inférieures. S’il n’est pas traité suffisamment tôt, l’anévrisme aortique peut se rompre, entraînant une hémorragie interne potentiellement mortelle1.

Publicité

Anévrisme
Un anévrisme peut se développer à n’importe quel endroit au niveau de l’aorte, quand il a lieu au niveau de l’abdomen on parle d’anévrisme de l’aorte abdominale (en anglais : abdominal aortic aneurysm). Selon le site suisse de référence Revmed.ch, un anévrisme est une dilatation une fois et demie supérieure à la taille normale. Une taille normale de l’aorte au niveau abdominale est comprise entre 1, 4 cm et 3 cm, toujours selon le site Revmed.ch. La taille ou diamètre d’une aorte normale varie d’une personne à l’autre ainsi qu’en fonction du sexe.

La maladie est souvent asymptomatique (sans symptôme), ce qui la rend difficile à détecter.

Epidémiologie

Les hommes sont plus touchés que les femmes par l’anévrisme de l’aorte abdominale, certaines sources parlent de 4 à 6 hommes touchés pour 1 femme.

On estime que 3 à 8% des personnes de plus de 50 ans souffrent d’anévrisme de l’aorte abdominale dans les pays occidentaux.

Etats-Unis
Aux Etats-Unis, environ 15’000 personnes meurent chaque année suite à une rupture ou dissection de l’aorte au niveau abdominal suite à un anévrisme. Les prestataires de soins de santé diagnostiquent cette affection chez environ 200’000 personnes aux États-Unis chaque année2.

Causes (risques de rupture)

Le principal risque de l’anévrisme de l’aorte abdominale est la rupture, qui s’avère en majorité mortelle.

Bien que des différences importantes existent d’une personne à l’autre, on estime qu’avec un diamètre inférieur à 4 cm, le risque de rupture est nul (plus d’informations ici sur le site suisse Revmed.ch). Au contraire avec un diamètre de 8 cm ou plus le taux de rupture est très élevé, compris entre 30 et 50%. Entre 5,0 cm et 5,9 cm le taux de rupture est compris entre 3 et 15%.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque de l’anévrisme de l’aorte abdominale (AAA) sont :
– L’âge, plus de 65 ans chez un homme et plus de 70 ans chez une femme
– Être un homme (lire aussi sous Epidémiologie ci-dessus)
– Le tabagisme (fumer des cigarettes notamment). 90% des personnes atteintes d’AAA ont des antécédents de tabagisme. Une personne est toujours à risque même en cas après avoir arrêté de fumer.
– L’athérosclérose
– Des cas d’anévrisme de l’aorte abdominale dans la famille (causes génétiques)
– L’hypercholestérolémie
– L’hypertension artérielle (HTA)
– L’obésité

Symptômes

La maladie est la plupart du temps asymptomatique, c’est-à-dire sans symptôme particulier.

Si des symptômes apparaissent, il peut s’agir de douleurs constantes au niveau de l’abdomen. Un mal de dos ou des douleurs aux jambes peuvent aussi être des signes de l’anévrisme de l’aorte abdominale (AAA). Une sensation de pulsation dans le ventre, comme un battement de cœur, sont des signes possibles de l’AAA.

Les signes d’une rupture d’anévrisme de l’aorte abdominale, qui est une urgence médicale, peuvent inclure3 :
– Peau moite, en sueur.
– Étourdissements.
– Évanouissement.
– Battements cardiaques rapides.
– Nausées et vomissements.
– Essoufflement.
– Douleur soudaine et intense dans le ventre, le bas du dos ou les jambes.

Diagnostic

L’imagerie médicale permet de connaître le diamètre de l’artère et d’identifier un éventuel anévrisme. L’échographie abdominale et l’angiographie par tomographie informatisée (CTA) sont deux méthodes de diagnostic souvent utilisées par le personnel médical.

Complications

Rupture d’anévrisme :
Le principal risque de anévrisme de l’aorte abdominale est la rupture d’anévrisme avec un taux de survie d’environ 10%4, même en cas de prise en charge rapide à l’hôpital.
Les études montrent qu’environ 70% des personnes qui sont opérées avant la rupture de leur anévrisme vivent au moins cinq ans de plus. Il ne semble pas y avoir de différence dans les taux de survie entre les personnes ayant subi une chirurgie ouverte et celles ayant subi une chirurgie endovasculaire (lire davantage ci-dessous sous Traitements).

Publicité

Sur le site Revmed.ch vous trouverez un tableau montrant le taux de rupture en fonction du diamètre de l’aorte au niveau abdominal.

Traitements (chirurgie)

Le traitement varie selon la taille de l’anévrisme, exprimé souvent en cm (ex. 5 cm, diamètre de 5 cm, lire sous Causes ci-dessus).

Si l’anévrisme de l’aorte abdominale est petit, c’est-à-dire étroit, et en l’absence de symptôme le médecin peut suggérer une mise en observation  ou surveillance (watch-and-wait en anglais), comme le relève la Mayo Clinic dans un des ses livres (Mayo Clinic A to Z Health, 2016). Par contre si l’anévrisme est large et croît rapidement (ex. expansion de 0,5 cm chaque 6 mois ou 1 cm par an), il est probable qu’une chirurgie s’avère nécessaire. En cas d’anévrisme de taille moyenne, la Mayo Clinic suggère de bien discuter avec le médecin afin de savoir si une chirurgie s’avère ou non nécessaire. Dans ce cas il s’agit d’une décision à prendre au cas par cas en fonction de plusieurs paramètres (ex. expansion, présence de symptômes).

Chirurgie ouverte
Lors de chirurgie, la partie ou section de l’aorte touchée par l’anévrisme est remplacée par un tube synthétique. Dans ce cas on parle de chirurgie ouverte.

Méthodes moins invasives (endoexclusion par endoprothèse)
– Il existe aussi des méthodes dites peu ou moins invasives qui reposent sur la mise en place d’un système de mailles (en anglais mesh) avec une structure métallique au niveau de l’anévrisme de l’aorte pour renforcer la paroi fragilisée de l’aorte. Ces méthodes portent aussi le nom de techniques endovasculaires avec mises en place d’endoprothèses ou d’endoexclusion par endoprothèse.
– L’EVAR (de l’anglais : Endovascular aneurysm repair) est une chirurgie de réparation d’anévrisme peu invasive. Un chirurgien fait une petite incision dans l’aine et insère un cathéter (tube fin et flexible) dans une artère. Grâce à un guidage par rayons X, il introduit le cathéter jusqu’à l’emplacement de l’anévrisme. Le cathéter contient un stent extensible qui s’ouvre à l’intérieur de l’aorte pour renforcer l’anévrisme et empêcher une rupture. Après une EVAR, la personne reste à l’hôpital pendant environ trois jours. La récupération est plus courte que celle d’une chirurgie ouverte.

Bons conseils

– En cas d’absence de symptômes et d’anévrisme étroit, il s’agira de surveiller régulièrement l’évolution de la maladie.

Prévention

– Un dépistage fréquent est important, surtout après l’âge de 50 ans. Des ultrasons peuvent être utilisés par le médecin pour dépister l’anévrisme de l’aorte abdominale.

– Arrêtez de fumer, car on sait que le tabagisme est un facteur de risque très important de cette pathologie.

Sources & Références :
Mayo Clinic, Revmed.ch, Cleveland Clinic.

Crédits photos & Infographies :
Fotolia.com

Comment traduit-on l’anévrisme de l’aorte abdominale dans d’autres langues ?
  •  Anglais : Abdominal Aortic Aneurysm
  •  Allemand : Aortenaneurysma
  •  Italien :  aneurisma aortico
  •  Portugais : aneurisma aórtico abdominal
  •  Espagnol : aneurisma de aorta 

Notes de bas de page et références :

  1. Article de la Cleveland Clinic (Health Library), datant du 11 janvier 2021, consulté le 25 août 2022
  2. Article de la Cleveland Clinic (Health Library), datant du 11 janvier 2021, consulté le 25 août 2022
  3. Article de la Cleveland Clinic (Health Library), datant du 11 janvier 2021, consulté le 25 août 2022
  4. Article de la Cleveland Clinic (Health Library), datant du 11 janvier 2021, consulté le 25 août 2022

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 25.08.2022
Publicité