Cancer du col de l’utérus



Introduction sur le cancer du col de l’utérus

cancer du col de l'utérus introductionLes cancers touchant essentiellement la femme sont le cancer du sein en première place, suivi du cancer du col de l’utérus. Le premier étant détectable par l’auto-examen des seins (auto-palpation), le deuxième ne peut être détecté que chez le gynécologue. Un examen gynécologique tous les deux ans est conseillé chez toutes les femmes à partir de 20 ans. Mentionnons encore deux autres cancers plus rares chez la femme : le cancer des ovaires et le cancer de l’utérus, à ne pas confondre avec le cancer du col de l’utérus (notre photo).
Il existe un lien entre les verrues génitales et le cancer du col de l’utérus. Les deux affections peuvent être causées par un virus de la famille des papillomavirus humains (HPV).


Ainsi, la sexualité jouerait un rôle dans le développement d’un cancer du col de l’utérus. En effet, le nombre de partenaires sexuels, ainsi qu’une sexualité commencée très jeune seraient des causes pouvant entraîner l’apparition d’un cancer du col de l’utérus.

Plus le traitement sera commencé tôt, plus les chances de survie seront grandes, car les cellules anormales n’auront pas encore eu le temps de se disséminer et d’attaquer d’autres organes du bassin. Une fois encore, cela montre l’importance d’un test de dépistage effectué régulièrement chez le gynécologue.

cancer du col de l'utérus femmeLe cancer du col de l’utérus n’est certes pas le premier cancer chez la gent féminine. Il faut tout de même rappeler qu’1 femme sur 4, atteinte du cancer du col de l’utérus, meure chaque année. Les femmes ont donc le droit de savoir et de se protéger.
Dans de nombreux pays (France, Suisse, Belgique, Canada), il existe un vaccin pour prévenir le cancer du col de l’utérus, en tout cas une grande partie des cas de cancer du col de l’utérus.

Définition

Le col de l’utérus, appelé également cervix, est la partie basse de l’utérus, menant vers le vagin. Suite à différents facteurs de risque, il peut se développer un cancer au niveau du col de l’utérus. Le cancer du col de l’utérus est le deuxième cancer touchant la femme, après le cancer du sein.  Le cancer du col de l’utérus est une néoplasie qui touche les cellules du col de l’utérus.

La maladie se développe en plusieurs phases et peut être détectée chez le gynécologue par des tests cytologiques (des cellules) réguliers et l’examen de Papanicolau. Le développement du cancer du col de l’utérus est très lié aux infections provoquées par les virus papilloma virus humain (HPV), qui provoquent notamment les verrues génitales.

Le gynécologue effectue, en effet, un test de dépistage à chaque contrôle. Il est recommandé de faire un contrôle gynécologique tous les 2 ans, voire tous les ans, chez les femmes plus âgées. Ce test est très recommandé, car il est le seul moyen de détecter un cancer du col de l’utérus qui est toujours asymptomatique dans les débuts de la maladie.

On distingue les différentes phases du cancer du col de l’utérus, selon la dissémination du cancer.

Précancer : les cellules sont déjà anormales, mais ne sont pas encore cancéreuses. Dans cette première phase, il y a 3 étapes : la dysplasie légère, modérée, grave.

Ensuite, vient la phase cancéreuse. Au stade 1, le cancer reste limité au col. Au stade 2, le cancer commence son invasion dans les tissus environnants, à savoir la partie supérieure du vagin. Au stade 3, la partie inférieure du vagin est également touchée. Au stade 4, le cancer touchera également le rectum ou la vessie.

Le cancer du col de l’utérus provient de plus en plus tôt chez les jeunes femmes, vraisemblablement dû à un changement des habitudes sexuelles. La sexualité est en effet un facteur de risque dans l’apparition du cancer du col de l’utérus. Un utérus jeune serait plus sensible au développement de ce cancer. C’est également le cas des personnes ayant eu de nombreux partenaires sexuels.

Comme tout cancer, il est essentiel de le dépister tôt, afin de le traiter rapidement et d’enrayer sa dissémination. L’efficacité d’un traitement anti-cancéreux étant en général toujours meilleure, quand la maladie ne s’est pas trop développée, fonction du stade d’évolution du cancer.

Epidémiologie

En France on estime que 3’000 femmes sont touchées par le cancer du col de l’utérus et environ 1’000 personnes en meurent chaque année.

Selon le site Wikipedia le cancer du col de l’utérus est la première cause de mortalité par cancer dans les pays en voie de développement (20 à 30% des cas de cancer chez la femme dans ce pays).

Dans le monde on estime que 275’000 personnes décèdent chaque année de ce cancer, dont plus de trois quarts dans les pays du tiers monde [données publiées en mai 2013].

Causes

Le cancer du col de l’utérus n’a pas de cause bien définie. On parlera de présence de facteurs de risque. Dans le 95% des cas de cancer du col de l’utérus, il y a eu une première infection au papilloma virus humain (HPV). Ces virus existent en plusieurs sous-types avec une relativement forte tendance au développement d’un cancer chez le sujet atteint. Cela dépendra du sous-type.

Le HPV est notamment responsable des verrues génitales, d’où l’existence d’un lien chez les personnes atteintes de verrues génitales et l’apparition d’un cancer du col de l’utérus. Un sujet souffrant de verrues génitales ne développera pas forcément un cancer du col de l’utérus, mais c’est une éventualité à ne pas négliger.

Les facteurs de risque pour le développement d’un cancer sont les suivants :

– Vie sexuelle active

– Vie sexuelle «précoce»

– Nombreux partenaires sexuels

– Tabagisme

– Grossesse précoce

– Grossesses multiples

– Une prévention négligée : dépistage chez le gynécologue non effectué régulièrement


Pour le dernier facteur de risque, mentionnons que le cancer du col de l’utérus passe par plusieurs phases qui sont au début asymptomatiques. En effectuant des frottis réguliers, le gynécologue pourra déceler les cellules anormales et les enlever avant que ces dernières ne se transforment en cellules cancéreuses.

Personnes à risque

Les personnes chez qui le cancer du col de l’utérus risque de se développer sont les suivantes :

– Personnes ayant eu de nombreux partenaires sexuels.

– Personnes ayant des rapports sexuels très tôt. Un utérus jeune au contact du sperme et donc possibilité de contact avec le HPV serait plus sensible au virus et ensuite au développement du cancer du col de l’utérus

– Fumeuses

– Femmes ayant eu des grossesses précoces

– Femmes ayant eu des grossesses multiples

– Femmes qui négligent la prévention, en évitant les contrôles de dépistage chez le gynécologue

– Personnes souffrant d’autres maladies sexuellement transmissibles (VIH/Sida, gonorrhée, syphilis)

– Femmes ayant eu des verrues génitales mal ou non traitées.

En effet, dans le 95% des cas, le développement du cancer du col de l’utérus serait lié au HPV, expliquant ainsi le lien existant entre la présence des verrues génitales et l’apparition au bout de quelques années du cancer du col de l’utérus.

Le cancer du col l’utérus se développe par différentes phases. Jusqu’à ce que le cancer devienne symptomatique, plusieurs années ont pu s’écouler. Si un contrôle gynécologique a été fait durant ces années, le gynécologue pourra enrayer l’apparition de la maladie et traiter à temps le cancer du col de l’utérus qui ne sera pas à un stade trop avancé, donc plus facilement traité.

Symptômes

Le cancer du col de l’utérus se développe en 2 phases et plusieurs sous-stades.

La première phase, appelée également phase précancéreuse est asymptomatique. En effet, les cellules du col de l’utérus sont anormales, on appelle cela la dysplasie, mais elles ne sont pas encore cancéreuses.

Dans le stade 1, la dysplasie est légère. Les cellules sont plus déformées lors du stade 2, appelée dysplasie modérée. Dans le stade 3, on rentre déjà dans la dysplasie grave.

La deuxième phase de développement du cancer du col de l’utérus est appelée la phase cancéreuse. Les cellules dysplasiques (déformées) commencent à envahir les tissus aux alentours. Cette invasion entraine des douleurs, car les cellules malades écrasent les organes du bassin et empêchent également leurs bons fonctionnements.

Lors du premier stade de la phase cancéreuse, le cancer reste limité au col.

Dans le deuxième stade de la phase cancéreuse, le cancer a franchi le col de l’utérus pour venir s’établir également au niveau supérieur du vagin.

Dans le troisième stade de la phase cancéreuse, le cancer du col de l’utérus a également atteint le niveau inférieur du vagin.

Au stade 4, le cancer du col de l’utérus touche la vessie ou le rectum.

Les premiers symptômes de la maladie sont :

– Saignements en dehors des périodes de règles

– Saignements suite aux rapports sexuels

– Pertes vaginales avec forte odeur.

Lors de ces différents symptômes, il est essentiel de demander une consultation médicale, afin d’exclure un cancer du col de l’utérus.

Diagnostic et dépistage du cancer du col de l’utérus

Tout d’abord relevons que le dépistage et le cancer du col de l'utérus diagnosticdiagnostic du cancer du col de l’utérus sont le travail du médecin et seulement lui décidera de la meilleure méthode. De plus on sait que la médecine peut évoluer rapidement et les informations peuvent donc changer. Nous avons toutefois essayé de résumer ci-dessous les méthodes de diagnostic en général utilisées en médecine.

Le diagnostic du cancer du col de l’utérus se fait par la survenue de symptômes, la cytologie, la colposcopie ou encore une biopsie du col de l’utérus.

Symptômes

Le cancer du col de l’utérus est asymptomatique durant les deux premiers stades de la maladie, lorsque les cellules ne sont pas encore cancéreuses, on parle alors de dysplasie légère à modérée. Lorsque les symptômes surviennent, la maladie est déjà à un stade avancé: on est déjà au stade de dysplasie sévère. Le stade suivant la dysplasie sévère est le premier stade cancéreux – les cellules cancéreuses ont commencé à envahir la partie supérieure du vagin.

Ainsi, il est beaucoup plus efficace de recourir à des tests de laboratoire, des analyses, pour prévenir, détecter et traiter le cancer du col de l’utérus.

Cytologie (frottis)

Remarquons tout d’abord qu’il s’agit au sens strict d’un examen de dépistage et pas d’un diagnostic (un vrai diagnostic repose sur une biopsie).

On parle d’une mesure de dépistage, car le frottis (cytologie) a une sensibilité d’environ 65%, cela signifie qu’on arrive à détecter un cancer du col de l’utérus chez 65% des femmes pour lesquelles le test est positif. Par exemple en France on estime qu’il y a chaque année environ 3’000 cas de ce type de cancer et environ 600 à 1000 ont été soumis à un frottis mais le frottis n’a pas réussi à identifier le cancer. C’est pourquoi le frottis est parfois critiqué comme un moyen de dépistage pas parfaitement efficace (avec 65% d’efficacité c’est le moins qu’on puisse dire). Certains médecins aimeraient de ce fait qu’on utilise davantage le test de dépistage du HPV (virus papillomavirus) à partir d’un prélèvement des cellules du col.

Comment fonctionne la cytologie?

Les cellules du col de l’utérus, lors de développement du cancer du col de l’utérus, revêtent une forme particulière, reconnaissable par le gynécologue. Déjà dans la phase initiale de la maladie, phase qui est en principe asymptomatique, le gynécologue pourra identifier des cellules anormales, dites dysplasiques. Il pourra directement les enlever, avant qu’elles ne se développent davantage.

Test de repérage du virus HPV

Ce test est parfois proposé par les médecins. Il consiste à dépister des virus HPV (les virus qui causent ce cancer) dans les cellules du col de l’utérus avec un prélèvement de cellules. Il ne peut pas être utilisé chez les femmes de moins de 30 ans (car avant cet âge on observe beaucoup d’infections au HPV mais sans conséquences graves). Ce test de repérage peut donc être parfois proposé par un médecin par exemple pour savoir s’il faut effectuer une colposcopie (voir ci-dessous) et certains médecins l’utilisent comme test de dépistage. De nouveaux test de repérage du virus HPV semblent prometteurs.

Colposcopie

La colposcopie consiste en l’utilisation d’un microscope posé à l’entrée du vagin. Le médecin pourra plus facilement examiner le col de l’utérus et effectuer un prélèvement des cellules anormales s’il le faut. En effet, le grossissement est de 10 à 20 fois avec utilisation de lumière puissante, facilitant le travail du gynécologue.

Biopsie

Parfois, une biopsie sera nécessaire pour confirmer le diagnostic (au sens strict le dépistage) de cancer du col de l’utérus.

Complications

Que ce soit le cancer du col de l’utérus ou tout autre type de cancer, c’est la présence de cellules anormales et se développant à grande vitesse avec envahissement des organes aux alentours qui pose un réel problème.

Ces cellules anormales, en grande quantité, écrasent les organes et empêchent leur bon fonctionnement. De plus, cela induit des douleurs.


Un cancer peut ensuite donner naissance à des métastases et provoquer un cancer généralisé.

Ainsi, lorsque le cancer n’est pas traité assez tôt ou est mal traité, il peut s’ensuivre la mort de la patiente. C’est donc la principale complication du cancer en général, avec au préalable, une diminution de la qualité de vie de la patiente.

Mais le cancer du col de l’utérus peut être prévenu et traité à temps, si l’on n’a pas négligé le contrôle gynécologique où le médecin fait toujours un test de dépistage par frottis, afin d’y déceler la présence ou non de cellules à l’aspect anormal (les cellules dysplasiques).

Il ne faut surtout pas compter sur d’éventuels symptômes pour ensuite se précipiter chez son gynécologue afin d’y effectuer des tests. En effet, les premiers stades de la maladie sont asymptomatiques. Par contre, un cancer découvert assez tôt pourra être traité plus aisément et entrainer moins de complications notamment au niveau des effets secondaires des médicaments anti-cancéreux. Lorsque le gynécologue découvre des cellules dysplasiques (anormales), mais non cancéreuses encore, il pourra les enlever tout de suite, lors de l’examen et empêcher ainsi le développement de la maladie.

De plus, le cancer du cancer du col de l’utérus peut mener à une éventuelle ablation de l’utérus, rendant de ce fait la femme stérile.

Traitements cancer du col de l’utérus

Le choix du traitement du cancer du col de cancer du col de l'utérus traitementl’utérus dépendra du stade de la maladie, ainsi que de l’âge et des conditions de la patiente. Une femme jeune et désireuse de maternité, ne pourra pas subir d’hystérectomie totale, par exemple.

Lorsque le cancer est au stade I de la phase précancéreuse, il suffira d’enlever les cellules anormales.

Les différents traitements du cancer du col de l’utérus sont: la chimiothérapie, la radiothérapie, la colposcopie et la chirurgie.

La colposcopie

Lors de l’examen colposcopique, il est possible non seulement de délimiter les zones atteintes de la maladie et de les enlever en même temps. En effet, ce stade précancéreux peut durer plusieurs années, le gynécologue pourra donc les enlever avant qu’elles ne se transforment en cancer déclaré.

La chirurgie

La chirurgie consiste en l’enlèvement des organes atteints par la maladie. On parle alors d’hystérectomie. Lorsque le gynécologue effectue une hystérectomie totale, il enlèvera le col de l’utérus et l’utérus, empêchant ainsi à ces femmes toute future grossesse possible. Cette méthode est peu utilisée chez les femmes désireuses de tomber enceinte.

Lorsque le cancer est trop étendu (phase IV), il sera nécessaire d’enlever également tous les organes atteints, comme la vessie, par exemple.

En général, le cancer du col de l’utérus guérit s’il est bien traité et s’il est découvert à temps. Ainsi, dépendant du stade de développement de la maladie, le pronostic vital sera différent. Plus il est découvert et traité tôt, plus le pronostic vital sera favorable. Le 80% des malades guérissent lorsque la maladie est détectée dans les premières phases de la maladie, contre 7% au stade IV.

La radiothérapie

La radiothérapie sert à enlever, éliminer le foyer cancéreux. On utilisera préférentiellement la radiothérapie chez les patientes plus âgées.

Vaccination du cancer du col de l’utérus, voir ci- sous Prévention cancer du col de l’utérus

Bons conseils

– Lorsque le cancer du col de l’utérus est vraiment déclaré, il est nécessaire de suivre méticuleusement les recommandations du médecin traitant. Le cancer peut être bien traité et guérit si la médication a été effectuée correctement.

– Comme pour toute forme de cancer, il n’existe pas de remède naturel contre le cancer du col de l’utérus. Cependant, la patiente pourra avoir recours à l’homéopathie pour mieux supporter son traitement anti-cancéreux.

Prévention (y compris vaccination)

– Pour prévenir le cancer du col de l’utérus, il est important d’effectuer régulièrement des contrôles de dépistage chez le gynécologue. Un contrôle annuel est suffisant.

– Un comportement à risque est également à éviter :

– L’utilisation du préservatif permet dans une certaine mesure, de prévenir la dissémination du HPV et donc la survenue de verrues génitales et/ou l’apparition du cancer du col de l’utérus.

Vaccination prévention du cancer du col de l’utérus

– Il existe un vaccin contre les papillomavirus humains (HPV) permettant de prévenir un nombre important de cas de cancer du col de l’utérus.

En Suisse, depuis 2015 le vaccin est recommandé autant chez les filles que chez les garçons. Le vaccin est administré en général avant le début de l’activité sexuelle, souvent entre 11 et 14 ans. La vaccination permet, en plus de la prévention du cancer, de prévenir les verrues génitales dues aux HPV.

Dernières actualités sur le cancer du col de l’utérus

Comment traduit-on le Cancer du col de l’utérus dans d’autres langues ?
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 24.02.2016

Thèmes

Lire aussi :