Cannabis

Résumé

Plante à l’effet psychotrope et antiémétique, se présente sous forme de joint de cannabis ou de médicaments prêts à l’emploi (THC synthétique, extrait de plante) dans certains pays (Canada, Suisse ou USA).

Publicité

Remarque : selon la législation suisse (Creapharma.ch est un site basé en Suisse), le cannabis est considéré comme un produit stupéfiant. Le cannabis est une plante avec un effet médicinal contesté, les risques liés à ce produit pouvant être supérieurs aux bénéfices, tout dépend surtout du mode de consommation du cannabis et de ses composants (THC). De plus, chaque personne semble réagir différemment aux effets du cannabis.
Nous nous efforçons sur cette page de décrire au mieux la plante de cannabis en gardant notre esprit critique, sans entrer trop dans une considération sociale ou politique.

Cannabis - Cannabis sativa
Noms

Noms français : cannabis, chanvre indien, chanvre, marihuana, marijuana, kif
Nom scientifique : Cannabis sativa L.
Nom anglais : Cannabis
Nom allemand : Cannabis, Hanf
Nom italien : cannabis
Nom portugais : maconha
Nom espagnol : marihuana

Famille

Cannabaceae

Constituants / Principes actifs

– Cannabinoïdes : delta-9 tétrahydrocannabinol (THC), cannabidiol (CBD), etc.

Parties utilisées

– Feuilles de cannabis, fleurs de cannabis, tiges séchées de cannabis
Il existe des préparations médicinales mélangeant les feuilles et les fleurs (folium cum flore).

Effets

Les effets du cannabis varient en fonction de la forme de consommation du produit ainsi que de la concentration en THC :
Sous forme de joint de cannabis :
– Psychotrope, psychoactif, antidouleur

Sous forme de médicament (avec du THC synthétique) :
– Antiémétique (soigne les nausées et vomissements)

Indications

– En Suisse, le médicament Sativex à base de cannabis, vendu sous forme de spray pour utilisation bucale, est disponible sur le marché. En octobre 2019, le Sativex était indiqué notamment lors de sclérose en plaques. Selon le site de référence Compendium.ch, le Sativex est utilisé pour améliorer les symptômes de la spasticité modérée à sévère due à une sclérose en plaques (SEP) chez les patients qui n’ont pas répondu de manière adéquate aux autres traitements antispastiques et qui ont montré une amélioration cliniquement pertinente des symptômes liés à la spasticité lors d’une tentative initiale de traitement. L’utilisation de Sativex en dehors de l’indication approuvée nécessite une autorisation de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

– Au Canada et aux USA certains médicaments à base de cannabis (il ne s’agit pas de joint de cannabis mais de médicaments prêts à l’emploi à base de THC synthétique) sont enregistrés et donc commercialisés en vente sur ordonnance pour lutter contre certaines nausées (conséquences par exemple de certaines chimiothérapies), lors d’anorexie chez les sidéens, lors de sclérose en plaques, etc.

– Douleurs neuropathiques chroniques (lire ci-dessous).

Effets secondaires

Joint de cannabis (danger du cannabis) :
psychose (notamment schizophrénie, risque reconnu par l’OMS), anxiété (crise d’anxiété) , crise de panique (crise d’angoisse), dépression, hallucination, nausées et vomissements, bouche sèche, dépendance (toxicomanie), possibilité de passer plus facilement à une consommation d’héroïne (100’000 héroïnomanes en France, la plupart aurait commencé par une consommation de cannabis), difficulté de mémorisation (proche des symptômes de la maladie d’Alzheimer), diminution de l’éveil et de l’attention, troubles moteurs, troubles du sommeil, cancer (lié à la fumée du joint de cannabis) : en particulier le cancer du poumon, bronchite chronique, augmentation du nombre d’AVC (certains chercheurs l’estiment à +76%, il manque encore des études pour prouver l’éventuel lien de cause à effet).
Environ 9 % des gens qui ont fumé du cannabis deviennent dépendants (selon une étude du journal The Lancet parue en octobre 2009).
Fumer du cannabis peut mener à de graves troubles érectiles chez l’homme. Des individus surtout jeunes (20 à 30 ans) fumant plusieurs joints de cannabis par jour peuvent présenter une impotence totale.

Médicaments à base de THC, en vente au Canada et aux USA
Veuillez lire la notice d’emballage et demandez conseil à votre spécialiste.

Contre-indications

Joint de cannabis :
Difficulté psychique, fragilités psychiques, maladies psychiques déclarées (schizophrénie), grossesse, allaitement, maladies cardiaques (effet comparable à la fumée de tabac).

Médicaments à base de THC, en vente au Canada et aux USA :
Veuillez lire la notice d’emballage et demandez conseil à votre spécialiste.

Interactions

Joint de cannabis :
Eventuellement augmentation de l’effet de différentes substances psychotropes (alcools, café, somnifères)

Publicité

Médicaments à base de THC, en vente au Canada et aux USA :
Veuillez lire la notice d’emballage et demandez conseil à votre spécialiste.

Noms des préparations

En Suisse, demandez conseil à votre pharmacien.

Préparations – Sous quelle forme ? (formes galéniques)

– Capsule molle (deux médicaments en vente au Canada à base de THC synthétique)

– Vaporisateurs sublinguaux à base de THC synthétique

– Solution pour pulvérisation buccale (spray)

Cannabis - Plante médicinale

Remarques

– La consommation de cannabis (plante en général fumée sous forme de joint), dont le principal composé est le THC, est une molécule qui ne laisse personne indifférent. De nombreux jeunes fument de plus en plus les joints de cannabis (et ses dérivés sous forme de résine comme le haschisch) avec des taux parfois élevés en THC, ce qui provoque selon certains scientifiques des risques de psychoses sérieuses dans la société comme la schizophrénie ainsi que des troubles de la mémoire, d’autres scientifiques se montrent moins critiques face aux effets néfastes du cannabis. Il nous est difficile, malgré de multiples sources, d’avoir un avis tranché sur la question du développement des psychoses liés à la consommation du cannabis, notamment parce que chaque personne semble réagir différemment au THC du cannabis.
La question est donc simple : est-ce que le cannabis révèle les psychoses ou provoque les psychoses ? Affaire à suivre, car les réponses divergent pour le moment. En tout cas, pour toutes personnes fragiles psychiquement, il est déconseillé de consommer du cannabis.

– En revanche, lorsque le THC est synthétisé et dont le dosage est contrôlé, des médicaments intéressants ont pu être mis au point, par exemple pour lutter contre les nausées et les vomissements des chimiothérapies.

– Plusieurs états américains ont légalisé dans les années 2010 notamment l’utilisation du cannabis pour usage “récréatif” (en anglais, recreational use). Des états comme le Colorado, Washington et dès novembre 2016 la Californie autorisent l’utilisation de cannabis à des fins récréatives.
D’autres états, en plus des 3 mentionnés ci-dessus, autorisent l’utilisation du cannabis à des fins médicales comme lors de sclérose en plaques.

– Toujours aux Etats-Unis, selon une étude provenant du groupe de recherche Cowen rapportée par le Financial Times dans un article en novembre 2016, 14% des adultes américains admettent utiliser du cannabis contre 70% des adultes qui boivent de l’alcool et 25% qui fument. Autrement dit, en novembre 2016 le nombre de personnes consommant du cannabis était bien plus bas que ceux buvant de l’alcool.

Cannabis et anxiété
Dans une étude sur des souris, l’exposition au cannabis et au stress pendant l’adolescence peut entraîner des troubles anxieux à long terme, caractérisés par la présence d’une peur pathologique. C’est ce que montrent les résultats d’une étude publiée le 8 janvier 2019 dans le journal Neuropharmacology (DOI : 10.1016/j.neuropharm.2018.11.016). Chez les souris adultes, cette exposition affecte l’extinction du souvenir de la peur et provoque des troubles anxieux tels que le syndrome de stress post-traumatique, des phobies ou des crises de panique. Cette étude met en évidence l’influence de facteurs environnementaux tels que le stress sur les effets nocifs de l’exposition au cannabis pendant la petite enfance et émet l’hypothèse que les conséquences de l’usage précoce du cannabis dépendent largement de l’environnement de son utilisation.

Lire aussi : 
5 informations à connaître sur le cannabis

Sources & Références :
Financial Times, Compendium.ch

Rédaction : 
Xavier Gruffat (pharmacien)

Dernière mise à jour : 
27.10.2019

Cannabis - Cannabis sativa

Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 27.10.2019