Gonorrhée



Résumé sur la gonorrhée

Gonorrhée (blennoragie)La gonorrhée (blennoragie) est une maladie sexuellement transmissible (MST) très fréquente dans le monde. Cette MST affecte autant les hommes que les femmes.
La gonorrhée est causée par une bactérie (Neisseria gonorrhea ou gonocoque).
La transmission de cette maladie s’effectue par des relations sexuelles ou pendant l’accouchement, c’est-à-dire par transmission mère-enfant.


En général et surtout au début, la gonorrhée ne provoque pas de symptômes typiques. Les symptômes peuvent toutefois varier selon les sexes (lire sous Symptômes ci-dessous). Plus de la moitié des femmes contaminées n’éprouvent aucun symptôme, tandis que les hommes découvrent les signes de l’infection entre 2 et 30 jours en général après la transmission.

Si la gonorrhée est mal soignée, elle peut provoquer de la stérilité et des douleurs chroniques. Dans le cas où la bactérie de la gonorrhée (gonocoque) passe dans le sang, les complications peuvent être une arthrite, une méningite et même mener jusqu’à la mort du patient.

Le diagnostic repose sur un examen clinique effectué par un médecin et si nécessaire complété par un examen de laboratoire.

traitement goutteLe traitement repose sur la prise d’antibiotiques par voie orale ou injectable. Il faut savoir que le gonocoque est toujours plus résistant aux antibiotiques (en particulier à la pénicilline), ce qui complique la thérapie et pousse les médecins à effectuer des injections de céphalosphorine (un type d’antibiotique plus efficace face au gonocoque). Dans certains pays comme l’Australie, la France, le Japon, la Norvège, la Suède ou le Royaume-Uni, on observe selon l’OMS également des cas de résistance aux céphalosporines.
En juillet 2017, l’OMS relevait dans un communiqué que selon des données provenant de 77 pays, du fait de la résistance aux antibiotiques il est devenu plus difficile, voire parfois impossible de traiter la gonorrhée.

Résumé sur la gonorrhéeLe meilleur moyen de prévention reste l’utilisation du préservatif pour toute relation sexuelle à risque (nouveau rapport) ou la fidélité envers son partenaire.

Dossier de qualité sur Creapharma.ch : plusieurs sources médicales ont été utilisées (plus d’informations sur les sources en bas de l’article).

Définition

La gonorrhée, aussi appelée blennoragie ou en langage populaire “chaude-pisse”, est une MST (maladie sexuellement transmisible) causée par la bactérie Neisseria gonorrhea (gonocoque). Il s’agit d’une des MST les plus fréquentes.

La bactérie Neisseria gonorrhea peut atteindre l’urètre, le rectum, la gorge et chez les femmes le col de l’utérus. Chez le nouveau-né, le gonocoque peut provoquer une conjonctivite purulente et peut affecter de façon permanente la vision de l’enfant.

Transmission de la gonorrhée

La gonorrhée se transmet par voie génitale (lors d’un rapport sexuel), buccale (rapport sexuel) et/ou lors d’un accouchement (transmission mère-enfant).

Epidémiologie

Statistiques sur la gonorrhée– Dans le monde, l’OMS estimait en juillet 2017 que 78 millions de personnes étaient infectées chaque année par la gonorrhée.
– En Suisse, on a compté 1970 cas de gonorrhée en 2015, selon l’OFSP.
Lire aussi : Augmentation alarmante du nombre de MST en Suisse, attention au risque de résistance aux antibiotiques (11 juillet 2016)
– Aux Etats-Unis, entre 2009 et 2013, le nombre de cas de gonorrhée a augmenté de 8,2%.
Les CDC estimaient en juillet 2016 qu’il y avait plus de 800’000 cas de gonorrhée chaque année aux Etats-Unis.

Statistiques intéressantes :
– On estime que de 3 à 5% des femmes enceintes dans les pays développés seraient porteuses de la bactérie gonorrhée.
– Chez 70 à 80% des femmes infectées par la gonorrhée, la maladie est asymptomatique.

Causes

La gonorrhée est causée par la bactérie Nesseria gonorrheae, appelée aussi gonocoque. Il s’agit d’une bactérie gonocoque à Gram négatif.

Une fois dans l’organisme, la bactérie commence à se multiplier et provoque les symptômes typiques de la maladie.

Personnes à risque

– Les personnes sexuellement actives et en particulier les personnes qui n’utilisent pas de préservatif

– Les hommes plus que les femmes

– Les nouveau-nés (si la mère est porteuse)

Symptômes

Relevons tout d’abord que la maladie peut souvent ne présenter aucun symptôme (asymptomatique), en tout cas au début et en particulier chez la femme, ce qui complique le dépistage de la maladie. De plus, en fonction de la localisation de l’infection (urètre, anus, pharynx) les symptômes sont différents selon les sexes.

En général et en cas de symptômes ceux-ci se manifestent 2 à 10 jours après la contamination (ex. un rapport sexuel à risque).

Voici les différents symptômes de la gonorrhée :

Symptômes de la gonorrhée chez l’homme au niveau du tractus génital

Si la gonorrhée se manifeste chez l’homme au niveau du tractus génital voici des symptômes typiques :

– urétrite (inflammation de l’urètre) : apparaît en général 4 à 20 jours après la contamination
L’urétrite se manifeste par une urine :
– jaunâtre;
– abondante;
– tachant le linge;
– éventuellement avec brûlure à la miction;
D’où le nom familier de “chaude-pisse”.

De plus les testicules peuvent être enflés.

En général, les premiers symptômes de la gonorrhée chez l’homme sont une douleur à la miction.

En absence de traitement adapté, la gonorrhée peut mener jusqu’à une stérilité chez l’homme.

Symptômes de la gonorrhée chez la femme au niveau du tractus génital

Chez la femme, les symptômes de la gonorrhée ne sont pas toujours visibles (asymptomatiques).

Si des symptômes se manifestent chez la femme, ceux-ci peuvent être :

– Des pertes blanches (leucorrhées) ou d’autres inflammations locales comme une cystite, notamment au niveau du système urinaire.

– Une miction douloureuse

– Des douleurs abdominales

– Des douleurs pelviennes

– Saignement vaginal entre les règles

On note qu’une gonorrhée chez la fillette peut mener à des inflammations de la vulve et du vagin.

En absence de traitement adapté, la gonorrhée peut mener jusqu’à une stérilité chez la femme.

Symptômes de la gonorrhée au niveau du rectum

Si la gonorrhée se développe au niveau du rectum on peut observer une démangeaison anale, un écoulement de pus au niveau du rectum, du sang qui se dépose sur le papier de toilette après être allé à selle ou encore une douleur lorsque la personne va à selle.

Symptômes de la gonorrhée au niveau des yeux

La gonorrhée peut toucher les yeux en particulier chez les nouveaux-nés (si la mère est porteuse) et provoquer une conjonctivite. Chez l’adulte l’infection par le gonocoque est rare.

Les symptômes observés sont une sensibilité à la lumière ainsi que la présence de pus au niveau de l’œil.

Symptômes de la gonorrhée au niveau de la gorge (pharynx)


La bactérie responsable de la gonorrhée s’installe au niveau du pharynx ou de la gorge en général après du sexe oral. Les symptômes peuvent être une difficulté à avaler et des symptômes proches d’une infection de la gorge (angine, maux de gorge).

Symptômes de la gonorrhée au niveau des articulations

Parfois le gonocoque peut atteindre les articulations et provoquer une arthrite. Dans ces cas les articulations sont douloureuses, enflées, chaudes et rouges (des signes d’une inflammation). Ces symptômes se manifestent en particulier en cas de mouvement.

Comment diagnostiquer la gonorrhée ?

Lors de suspicion de gonorrhée il faut se rendre pour la femme chez un gynécologue ou médecin généraliste et pour l’homme chez un urologue ou médecin généraliste.

Le médecin fera en général un examen clinique et parfois aussi un test de laboratoire pour rechercher une trace de la bactérie de la gonorrhée. Dans ce cas le médecin va en général prélever du pus localement (ex. au niveau du vagin, de l’urètre, du rectum ou du pharynx).

Le médecin peut aussi effectuer des examens complémentaires notamment pour détecter une autre MST fréquente : la chlamydia. On sait qu’une personne atteinte de gonorrhée a une probabilité plus élevée d’être contaminé par la chlamydia.

Complications

Lorsque la gonorrhée n’est pas traitée ou mal traitée, cette maladie principalement sexuellement transmissible peut engendrer les complications suivantes :

Complications de la gonorrhée chez l’homme

Complications de la gonorrhéeLors d’absence de traitement on peut observer chez l’homme une prostatite, une cystite ainsi que dans un cas extrême un rétrécissement urétral, ce qui peut mener à des difficultés à la miction.
Une épididymite qui en cas d’absence de traitement peut aboutir à une stérilité masculine.

Complications de la gonorrhée chez la femme

En cas de mauvais traitement ou d’absence de traitement et si la bactérie remonte dans les ovaires et les trompes, cela peut aboutir à une stérilité chez la femme.

L’endométriose est une autre complication possible de la gonorrhée chez la femme.

Complications de la gonorrhée chez l’homme et la femme

Dans de rares cas la bactérie gonorrhée peut atteindre la circulation sanguine générale et mener à de la fièvre ainsi que des infections des articulations y compris l’arthrite (on parle d’arthrite infectieuse ou septique). D’autres complications comme la méningite ou le rash cutané peuvent apparaître.

Dans le pire des cas la gonorrhée peut aboutir à la mort.

Complications de la gonorrhée chez le nouveau-né

Comme on l’a vu chez le nouveau-né et en cas de contamination de la mère à l’enfant pendant l’accouchement les yeux du nouveau-né peuvent être atteints (conjonctivite). En cas d’absence de traitement ou de thérapie peu adéquate cela peut mener à une cécité.

Traitements (médicaments)

Traitement gonorrhée (MST)

Médicaments gonorrhéeVu qu’il s’agit d’une maladie bactérienne, le médecin soignera la gonorrhée avec des antibiotiques. Les antibiotiques utilisés sont en général des fluoroquinolones ou des céphalosporines (ex. céfixime).
Cela dit, ces dernières années on a observé toujours plus de cas de résistances des antibiotiques à la bactérie de la gonorrhée (Nesseria gonorrheae ou gonocoque).
Aux Etats-Unis, selon une étude menée en 2009, 25% des gonocoques sont ultra-résistants à la pénicilline, tétracycline et aux fluoroquinolones ainsi qu’aux combinaisons de ces molécules.

C’est pourquoi certains médecins prescrivent plutôt l’antibiotique nommé céphalosphorine. Mais malheureusement on observe aussi toujours plus de cas de résistance à la céphalosphorine. Il est conseillé d’utiliser la céphalosphorine sous forme injectable et non en comprimés.

Le ceftriaxone, une céphalosporine de 3ème génération utilisée sous forme injectable, est souvent considéré comme la molécule la plus efficace pour éliminer le gonocoque. Néanmoins, des chercheurs ont aussi observé des cas de résistance à ce médicament, notamment en Australie.

En août 2016, l’OMS a publié de nouvelles recommandations (guidelines) pour traiter la gonorrhée et déconseille désormais aux médecins à travers le monde d’utiliser des quinolones, à cause de l’augmentation des souches bactériennes résistantes à cette classe d’antibiotiques. L’OMS recommande à la place d’utiliser des céphalosporines.

Traitement conjonctivite gonococcique (chez le nouveau-né)

On utilise des collyres antibiotiques en cas de gonorrhée chez le nouveau-né.

Remarque sur le traitement avec les antibiotiques :

– Il est important de commencer la thérapie le plus tôt possible.
– Il faut bien suivre les recommandations du médecin et prendre le nombre de comprimés (antibiotique) prescrits, dans sa totalité.
– Eviter les rapports sexuels pendant le traitement, en tout cas les rapports non protégés.
– Le/la partenaire sexuel devrait être également traité à titre préventif.
– La gonorrhée étant souvent associée à la chlamydia, le médecin traitera pour ces deux maladies.

Prévention

La prévention de la gonorrhée se fait essentiellement par la lutte des maladies vénériennes :

– Education sexuelle.

– Utilisation d’un préservatif lors de rapport sexuel.

– Eviter le « butinage » sexuel (nombreux partenaires).

– Dépistage régulier par des contrôles gynécologiques.

– Traiter également le/la partenaire.

– Contrôle régulier et systématique lors de rapports sexuels avec de nombreux partenaires, même en l’absence de symptômes (à cause du caractère parfois asymptomatique de la maladie).

– Eviter d’avoir des relations sexuelles avec une personne qui présente des symptômes d’une MST (maladies vénériennes), car la transmission de la gonorrhée ou d’autres MST peut être fortement augmentée.

Bons conseils

– La gonorrhée étant souvent associée à la chlamydia, le médecin traitera pour ces deux maladies.

– Adoptez une alimentation riche en liquides et en nutriments de qualité (ex. riche en fibres, vitamines, etc.).


– Maintenez une bonne hygiène au niveau des organes génitaux.

News


Références (sources):

CBSNews, OFSP, OMS, NPR, Oregon State University (étude publiée en juin 2017).

Lire aussi : MST, chlamydia, herpès génital, syphilis

Comment traduire la gonorrhée (blennoragie) dans d’autres langues ?
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 07.07.2017

Thèmes

Lire aussi :