Marron d’Inde




Résumé

Plante médicinale utilisée en cas de jambes douloureuses ou d’hémorroïdes, se présente souvent sous forme de crèmes.

Marron d'Inde - Plante Médicinale
Noms

Noms français : marron d’Inde, marronnier d’Inde, marronnier commun
Nom scientifique : Aesculus hippocastanum L.
Nom anglais : Horse Chestnut, Conkers (Marrons)
Nom allemand : Rosskastanie, Kastanie, gewöhnliche Rosskastanie
Nom italien : ippocastano, castagno d’India
Nom portugais : castanha-da-Índia
Nom espagnol : castaño de Indias

Famille

Hyppocastaniaceae

Constituants

– Triterpenesaponines (aescine ou escine)
– Flavonoïdes
 Coumarine (dans l’écorce)
– Saponosides
– Antocyane (dans enveloppe du marron)

Parties utilisées

– Ecorces ou graines (marrons). Remarque: l’enveloppe du marron s’appelle tégument.

marronier-inde-fotolia_118601692_xs

Effets

– Augmentation de la résistance et tonus capillaire (effet de l’aescine ou escine), phlébotrope, anti-inflammatoire, anti-oedémateux, astringent (écore).

Indications

Jambes lourdes ou douloureuses, oedèmes, insuffisance veineuse chronique des membres inférieurs ou varices, hémorroïdes, démangeaison anale, ecchymoses, ulcères au niveau des jambes.

Découvrez notre ebook : “30 arbres et arbustes avec des propriétés médicinales” – vous y trouverez le marron d’Inde

Effets secondaires

Veuillez lire la notice d’emballage. Remarque: ne pas ingérer le marron d’Inde, utilisez seulement des préparations prêtes à l’emploi.
Le marron d’Inde peut éventuellement mener à des trouble digestifs ainsi que des nausées.

Contre-indication

Veuillez lire la notice d’emballage.

Interactions

Aucune connue (à notre avis).

Noms des préparations

En Suisse : dans Venostatin® en crèmes et comprimés, dans Phytopharma® Marronnier d’Inde (200 mg), dans Arkogélule® Marronnier d’Inde en gélule, dans Aesculaforce® de A.Vogel en gel et comprimés pour les veines.

*Attention : les médicaments mentionnés ci-dessus ne se veulent pas représentatifs de l’ensemble des remèdes existants, il s’agit d’un listing en aucun cas exhaustif et à titre purement indicatif. Pour les médicaments, veuillez lire la notice d’emballage et demandez conseil à votre spécialiste.

Préparations – Sous quelle forme ?

– Comprimés

– Gélules (capsules), à base d’extrait sec de marron d’Inde ou de l’écorce du marronnier. Une gélule si possible doit contenir 50 mg aescine ou escine (le principe actif du marron d’Inde), à consommer 1 gélule 2 fois par jour

– Décoction

– Tisane

– Teinture mère

– Crème, lotion ou gel

– Bain

– Extrait alcoolique (ex. 2 parts de marrons dans 8 parts d’eau-de-vie comme la vodka)

Où pousse le marronnier d’Inde ?

Le marronnier d’Inde pousse notamment en Europe, Asie et sur le continent américain comme au Canada ou aux Etats-Unis.
Malgré son nom (Inde), le marronnier d’Inde est originaire de l’Ouest de l’Asie et notamment de la Turquie. Il a ensuite été introduit en Europe à la fin des années 1500.

Découvrez notre ebook : “30 arbres et arbustes avec des propriétés médicinales” – vous y trouverez le marron d’Inde

Remarques

Marron d'Inde - En cas de jambes lourde– Le marron d’Inde est utilisé pour soigner les jambes lourdes, néanmoins son efficacité est remise en question par les spécialistes à cause d’un manque d’études concluantes. Il faut savoir aussi qu’il est toujours difficile de prouver l’efficacité d’un remède pour des sensations comme les jambes lourdes ou douloureuses, une maladie elle aussi remise en question.
D’autres mesures que la prise de marron d’Inde contre les jambes douloureuses peuvent être la pratique régulière d’exercice (favorisant la circulation sanguine) et une alimentation saine, en particulier riche en fruits et légumes. Découvrez notre dossier complet sur les jambes lourdes ou douloureuses

Une étude de la Cochrane, une organisation de scientifiques, datant de 2012 a montré que l’extrait de graine de marron d’Inde semblait être un traitement à court terme efficace et sûr pour l’insuffisance veineuse chronique. Globalement, il semblait y avoir une amélioration de l’insuffisance veineuse chronique en ce qui concerne les signes et les symptômes avec cet extrait de marron d’Inde par rapport au placebo. Cette étude a été publiée le 14 novembre 2012 dans la Cochrane Library (DOI : 10.1002/14651858.CD003230.pub4).

– Il n’est pas possible de consommer des marrons directement. Autrement dit, le marron doit être transformé en médicament ou préparation (ex. crème). En français, il ne faut pas confondre la châtaigne avec le marron. On parle d’ailleurs à tort souvent de marron comme du marron glacé, alors qu’il s’agit véritablement de la châtaigne (Castanea sativa) qui elle s’avère comestible.

– Quand ils mûrissent les marrons passent du vert au brun.

Découvrez notre ebook : “30 arbres et arbustes avec des propriétés médicinales” – vous y trouverez le marron d’Inde

marron-inde-proche-fotolia_90883603_xs

– Le marron d’Inde, sous forme de médicament, est très utilisé et apprécié en Allemagne. Dans ce pays c’est l’une des plantes médicinales les plus utilisées avec le ginkgo et le millepertuis.

Lire aussi : châtaignier

Sources & Références : 
Cochrane Library (DOI : 10.1002/14651858.CD003230.pub4)

Crédits photos : Creapharma.ch, Fotolia.com

Marron d'Inde - Aesculus hippocastanum

Lire aussi :




Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 04.10.2018