Publicité

Amiodarone

L’amiodarone est un médicament antiarythmique de référence, mais pas toujours de premier choix notamment à cause de nombreux effets secondaires possibles. Il s’agit d’un antiarythmique de classe III, selon la classification de Vaughan-Williams. On qualifie parfois l’amiodarone de métronome pour le coeur. L’amiodarone est un dérivé du benzofurane avec une teneur en iode de presque 40%.

Noms de la molécule :
Amiodarone (nom français et anglais), amodiaron (nom allemand), amiodaronum (nom latin), chlorhydrate d’amiodarone (nom du sel), Amiodaroni hydrochloridum PhEur (nom en latin d’un sel), Amiodaronhydrochlorid (nom en latin d’un sel).

Formule de la molécule :
C25H29I2NO3

Temps de demi-vie :
Le temps de demi-vie moyen est de 53 jours, un taux très élevé (pour la plupart des médicaments le taux de demi-vie se compte en heures et pas en jours). Toutefois, il y a une importante variabilité interindividuelle du temps de demi-vie (20 à 100 jours). Ce temps de demi-vie très élevé s’explique notamment par l’accumulation d’une forme chimique (sans proton) de l’amiodarone dans les tissus graisseux1.
Il existe un métabolite actif, le desethyl-amiodarone.
L’élimination de l’amiodarone est presque exclusivement extra-rénale.

Effets :
Les effets de l’amiodarone sont notamment basés sur l’inhibition de l’écoulement du potassium en phase III du potentiel d’action dans le tissu myocardique.

Indications :
– Troubles du rythme cardiaque supra-ventriculaire.
– Tachychardie supra-ventriculaire.
– Syndrome de Wolff-Parkinson-White.
– Prophylaxie (en prévention) de l’arythmie cardiaque après un infarctus du myocarde ou lors d’insuffisance cardiaque.

Effets secondaires :
Toxicité ou complications pulmonaires : troubles dans la capacité de diffusion du gaz carbonique (effet secondaire très fréquent), infiltration pulmonaire (rare), fibrose pulmonaire (rare) ou décès (rare).
Bradycardie(fréquent), allongement de l’intervalle QT (fréquent), arythmies mortelles comme torsades de pointes (rare).
Symptômes neurologiques (environ 30% des cas, comme ataxie, troubles du sommeil).
Microdépôts sur la cornée, indigestion, goût métallique, élévation des transaminases (dans environ 20% des cas), photosensibilisation, coups de soleil à cause d’un effet photosensibilisant de l’amiodarone, pancréatite. Un décès suite à une toxicité hépatique est très rare.
Troubles de la thyroïde (dans plus de 10% des cas, avec surtout de l’hypothyroïdie et beaucoup moins de l’hyperthyroïdie), cet effet survient à cause de deux atomes d’iode dans la molécule d’amiodarone (C25H29I2NO3) pouvant augmenter jusqu’à 30% la quantité d’iode dans la glande thyroïde2.
Pour la liste complète des effets secondaires, veuillez lire la notice d’emballage et demandez conseil à un spécialiste.

Contre-indications :
Grossesse, troubles de la thyroïde, choc cardiogénique.
Pour la liste complète des contre-indications, veuillez lire la notice d’emballage et demandez conseil à un spécialiste.

Interactions :
Comme l’amiodarone est un substrat du CYP3A4 et du CYP2C8, il présente un potentiel élevé d’interactions médicamenteuses.
Interactions notamment avec certains médicaments pouvant augmenter leurs concentrations : statines (surtout simvastatine), anticoagulants oraux, d’autres antiarythmiques et la digoxine.
Autres interactions possibles : bêta-bloquants, diltiazem, verapamil, certains antiviraux, jus de pamplemousse, macrolides (des antibiotiques).
Pour la liste complète des interactions, veuillez lire la notice d’emballage et demandez conseil à un spécialiste.

Formes galéniques :
L’amiodarone est disponible sur le marché sous forme de comprimés et de solution injectable.
En Suisse, en comprimé de 100 mg ou 200 mg et en ampoules de 150 mg dans 3 ml. Lire ci-dessous liste de médicaments vendus en Suisse.

Posologie :
En cas de troubles du rythme cardiaque la dose de départ en prise orale (comprimé) pour un adulte est de 400 à 800 mg par 24h puis la dose d’entretien est de 100 à 200 mg par 24h. Dans certains cas la dose initiale (départ) peut être de 1000 mg par 24h pendant 1 semaine ou au maximum 3 semaines. Les comprimés sont à prendre avec ou après un repas.
En cas d’urgence, la dose en prise intraveineuse (i.v.) pour un adulte est de 10/20mg/kg par 24h.

Médicaments vendus en Suisse (mise à jour : août 2021 – selon le site Compendium.ch) :
En comprimés ou préparations orales :
Original :
Cordarone® Comprimés (de Sanofi-Aventis)
Génériques :
Amiodar® comprimés (de Sandoz)
Amiodaron-Mepha® comprimés (de Mepha)
Amiodarone Zentiva® en comprimés (d’Helvepharm)
– (Escodarone 200 mg® (de Streuli Pharma) – médicament hors-commerce, selon nos informations)
En injection :
Original :
– Cordarone® sol inj 150 mg/3ml
Génériques :
– Amiodarone Labatec sol inj 150 mg/3ml (de Labatec)

Remarques :
– En Suisse, l’amiodarone avec son nom de marque Cordarone® a été mis sur le marché en 1968. Il existe désormais des médicaments génériques de l’amiodarone.
– Dans des situations graves l’amiodarone est souvent l’unique alternative.
– Comme l’amiodarone contient de l’iode en quantité importante et que son temps de demi-vie est très long (plus de 50 jours en moyenne), attention à un risque d’accumulation d’iode dans l’organisme. Le développement d’une hyperthyroïdie est possible.
– L’amiodarone fait partie de la liste des médicaments essentiels de l’OMS (liste mise à jour en avril 2013, le lien fonctionnait le 23 juillet 2021 – date mise à jour de cette page).
Alternative :
– Contre l’arythmie ventriculaire, la lidocaïne en injection intraveineuse est une alternative mais s’avère moins efficace que l’amiodarone3.

Sources & Références : 
Sources : 
Keystone ATS (agence de presse suisse), Pharmawiki.ch, OMS, Swissmedicinfo.ch, Compendium.ch.
Références et littérature :
“100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020).

Rédaction : 
Xavier Gruffat (Pharmacien)

Dernière mise à jour : 
04.08.2021

Crédits photos :
Fotolia.com/Adobe Stock

Voir cette page en portugais : amiodarona

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Notes de bas de page et références :

  1. Livre en allemand : Taschenatlas Pharmakologie (Atlas de poche de pharmacologie), Lutz Hein – Jens W. Fischer, 8ème édition (8. Auflage), Thieme, 2020 – Remarque : une édition de ce livre existe aussi en français mais souvent il y a un retard dans les différentes mises à jour (éditions).
  2. Livre en allemand : Taschenatlas Pharmakologie (Atlas de poche de pharmacologie), Lutz Hein – Jens W. Fischer, 8ème édition (8. Auflage), Thieme, 2020 – Remarque : une édition de ce livre existe aussi en français mais souvent il y a un retard dans les différentes mises à jour (éditions).
  3. “100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020)

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 04.08.2021
Publicité