Comment aider son conjoint diabétique ?

pré-diabèteComment aider un conjoint diabétique au quotidien ? Voici le témoignage de plusieurs personnes qui ont bien voulu répondre à cette question et partager leur expérience. Il faut, en effet, comprendre que malgré notre envie d’aider, en tant que conjoint, notre rôle n’est pas d’exercer une surveillance quasi militaire des faits et gestes de notre partenaire diabétique, mais surtout de lui offrir notre soutien, sans pour autant l’étouffer.


Sautes d’humeur
« Mon mari est diabétique sous insuline, je pense que les moments les plus difficiles que nous avons le plus souvent à traverser ensemble sont ses sautes d’humeur. C’est quelqu’un de généralement calme, mais il est parfois agressif. Il y a des fois où j’ai l’impression que tout ce que je fais l’irrite. C’est assez difficile à vivre, surtout au début, mais aujourd’hui, j’essaie de plus en plus de comprendre sa maladie, d’en parler avec lui lorsqu’il est calme et de le soutenir. Pendant ces excès de colère, je n’essaie jamais plus de le raisonner, je lui propose gentiment, sans le brusquer, de partager un jus de fruit ou s’il en a l’envie, de sortir faire une petite promenade. J’ai remarqué qu’à trop vouloir l’aider ou le surprotéger, on ne fait que le froisser un peu plus, du coup, je fais parfois semblant de ne rien remarquer. »
Caroline

Douleurs et HE
«  Pour apaiser la douleur due aux nombreuses piqûres, il faut penser à masser la pulpe des doigts. Cela aide également à relancer la micro circulation. Ce massage peut se faire avec une synergie huileuse. Voici ma recette aromatique perso : huile végétale calendula ou calophylle 20% + huile végétale de bourrache ou d’onagre 20% + huile végétale d’amande douce 50% et huiles essentielles à 3% (à 10% maxi du total selon l’âge et l’état de santé…) ; Helicryse + ciste + lavande fine + cyprès (si oedème, douleurs, inflammation), HE à part égale dans synergie (à 3% / 10% maxi d’HE). Cela permet de prévenir certains effets secondaires de ces piqûres répétées (dont hypersensibilité/ inflammations). »
Slina

Sportive
« Ma femme est atteinte du diabète de type 1. Elle gère très bien sa maladie au quotidien. Avec le temps, elle a appris à vivre avec. Elle contrôle son diabète pendant les repas, elle peut mesurer sa glycémie capillaire et c’est moi qui suis souvent maladroit pour l’aider. Je l’encourage surtout à faire du sport, ce qui n’est pas toujours facile. Sinon, elle aime danser et j’en profite pour l’inviter de temps en temps à sortir. On en profite pour se retrouver, mais en plus ça lui fait un peu d’exercice. »
André

L’amour, le vrai
« Pour moi, la meilleure façon d’aider un conjoint diabétique est simplement de l’aimer et de le lui exprimer. Je suis marié depuis 20 ans et cela fait 12 ans qu’on a découvert que ma femme était diabétique. Au début, j’étais comme tout le monde, je m’inquiétais plus qu’elle, je voulais tout savoir, je questionnais sur tout et j’avais tendance à la surprotéger. Le temps m’a appris qu’elle était l’experte et que ma présence au quotidien, les jours où je fais maladroitement la cuisine pour lui faire plaisir ou mes petits mots d’encouragement quand elle s’est mise à l’aquagym ou pour qu’elle vienne m’accompagner à faire de la marche étaient plus précieux. Il y a toujours des hauts et des bas dans la vie, mais l’essentiel est de ne jamais baisser les bras. »
Marc Antoine  


Quel est l’avis du médecin ?

Encouragez-le (la) à faire des exercices physiques
Cinq sports « bons pour le dos »
L’activité physique entre dans le traitement du diabète. En effectuant des exercices physiques, le diabétique augmente son utilisation du sucre, ce qui favorise l’action de l’insuline. L’activité physique réduit également l’apparition des effets secondaires du diabète tels que les maladies cardiovasculaires. Si votre conjoint est plutôt sédentaire, encouragez-le à faire du sport. S’il n’est pas motivé par les sports en salle et autres exercices physiques, organisez ensemble des sorties, des randonnées ou du trekking. C’est la meilleure manière de combiner l’utile à l’agréable. Ces balades en pleine nature feront travailler ses muscles tout en vous permettant de passer des moments en amoureux.

Veillez à ce qu’il ait une alimentation équilibrée
Un diabétique a besoin d’une alimentation équilibrée. Il ne peut pas sauter des repas et se rabattre ensuite sur des gâteaux et autres sucreries en cas de fringale. Ainsi, faites un point d’honneur à proposer un repas équilibré à chaque repas. Pour que le changement de régime alimentaire ne soit pas vécu comme une frustration, l’idéal serait d’adopter le même menu pour tout le monde. En effet, manger équilibré ne fera de mal à personne. Pour que le changement d’hygiène de vie ne soit pas vécu comme une contrainte, demandez à votre conjoint les plats qu’il aime au lieu de lui imposer un menu sous prétexte que cela lui fera du bien. Évitez également de le tenter en lui présentant des douceurs auxquelles il n’a pas droit.

Repérez les signes avant-coureurs d’hypoglycémie
Un diabétique peut souffrir d’hypoglycémie durant la journée ou parfois même durant la nuit. Ce manque de sucre peut conduire à un évanouissement ou même un coma. Pour éviter que votre conjoint n’arrive à ce stade, apprenez à repérer les signes avant-coureurs qui précèdent souvent les crises d’hypoglycémie. D’une manière générale, quand le taux de glycémie chute, la personne diabétique présente des changements d’humeur, il peut ainsi se montrer colérique et agressif. Si la glycémie n’est pas corrigée, il peut être en proie à des étourdissements et des agitations. Ainsi, si votre conjoint présente l’un de ses symptômes, ne vous mettez pas systématiquement en colère. Parlez-lui et demandez-lui de vérifier sa glycémie pour corriger le problème au plus vite.

Soyez attentif à son traitement
Vous êtes le conjoint et non le garde malade ni le médecin de votre partenaire diabétique. Toutefois, en tant que compagnon de vie, vous devez connaitre son traitement. Connaitre les médicaments pris par votre conjoint, ainsi que leur posologie vous permet de rectifier le tir en cas d’oubli de sa part. Renseignez-vous également sur les médicaments qui sont tolérés, acceptés ou contre-indiqués, cela vous sera d’une grande utilité en cas d’accident.

Le 22 février 2017. Par Seheno Harinjato. Crédits photos : Fotolia.com. Infographies : Creapharma.ch

Découvrez nos dossiers complets sur les diabètes : diabète type 1, diabète type 2, pré-diabète

Diabète la peur de l'amputation

Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 15.03.2017

Thèmes

Lire aussi :