Le cœur des femmes, plus fragile que celui des hommes

Série différences homme-femme en médecine
Le cœur des femmes, plus fragile que celui des hommesNEW YORKLe cœur des femmes est plus fragile que celui des hommes. Par exemple le risque pour une femme de mourir après un infarctus du myocarde est 50% plus élevé que pour un homme.  Une étude canadienne publiée en juillet 2018 (voir références ci-dessous) a également montré que les femmes souffrant d’insuffisance cardiaque avaient des taux de mortalité et d’hospitalisation supérieurs aux hommes. Chez la femme l’insuffisance cardiaque représente environ 35% des cas de décès par maladie cardiovasculaire. 

Infarctus du myocarde

Bien que les hommes continuent de souffrir davantage d’infarctus du myocarde, l’augmentation du nombre de cas et de décès chez les femmes a tout simplement explosé ces dernières décennies même si on observe actuellement un tassement. Dans les années 1950 aux Etats-Unis on estime qu’il y avait 10 décès féminins par infarctus du myocarde pour 100 morts masculins, actuellement dans les années 2010 ce chiffre se monte à 50 décès féminins, soit 5 fois plus de cas.

Insuffisance cardiaque

L’infarctus du myocarde n’est pas la seule cause de décès des maladies cardiaques, il faut compter aussi entre autres sur l’arythmie et l’insuffisance cardiaque. Aux Etats-Unis en 2010 598’000 personnes sont mortes d’une maladie cardiaque. La proportion de décès est identique entre hommes et femmes. Parmi les décès, un homme et une femme sur 4 meurent de maladie cardiaque chaque année aux Etats-Unis. C’est la première cause de mortalité dans ce pays, loin devant le cancer. Dans le monde on estime qu’environ 17 millions de personnes meurent chaque année d’une maladie cardiaque (cardiopathie).
Comme on l’a vu dans l’introduction, une étude canadienne de 2018 a montré que le taux de mortalité de l’insuffisance cardiaque était supérieur chez les femmes que chez les hommes. Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont analysé les données de plus de 90’000 patients de l’Ontario (Canada) diagnostiqués d’insuffisance cardiaque. Ces patients ont été suivi sur une période de 5 ans (2009 à 2014). Un an après le premier diagnostic 16,8% (7156) des femmes sont mortes contre 14,9% des hommes (7138). Pendant toute la durée de l’étude, le taux d’hospitalisation des femmes a dépassé celui des hommes avec par exemple exemple 98 femmes pour 1000 femmes hospitalisées contre 91 hommes pour 1000 hommes en 2013. L’un des objectifs de ce genre d’étude est d’arriver à des traitements plus différenciés entre hommes et femmes. Cette étude a été publiée le 16 juillet 2018 dans le journal scientifique CMAJ (DOI : 10.1503/cmaj.180177).

Malbouffe et stress

L’augmentation du nombre d’infarctus du myocarde en particulier est inquiétante, car cela affecte aussi beaucoup de femmes jeunes, ayant encore des enfants ou adolescents à charge. De mauvaises habitudes dans les sociétés à haut revenu comme les Etats-Unis, que cela soit la malbouffe ou la sédentarité, sont clairement des facteurs de risque importants pour les maladies cardiaques

Facteurs risque cardiaque chez la femme

Le cœur des femmes est différent

Le cœur des hommes est différent de celui des femmes, que cela soit au niveau anatomique ou physiologique. La fréquence cardiaque est 10% plus rapide pour les femmes que les hommes, le cœur d’une femme bat entre 60 et 80 fois par minute et de 55 à 70 battements par minute chez les hommes. Le diamètre des artères coronariennes est 15% plus étroit chez les femmes que chez les hommes. Cette étroitesse peut augmenter le risque d’obstruction, par exemple à cause de plaques lipidiques ou de cholestérol.

Une différence fondamentale se manifeste par exemple dans les symptômes de l’infarctus du myocarde. Chez l’homme, dans 90% des cas, les symptômes de l’infarctus sont clairs et se manifestent en particulier par une douleur violente dans la poitrine qui irradie dans le bras et l’épaule.
Chez la femme par contre les symptômes de l’infarctus du myocarde sont dans 70% des cas peu marqués au niveau de l’intensité et peuvent se manifester aussi sous forme de mal de dos, de troubles du sommeil, de fatigue, de brûlure d’estomac ou de nausées. Ces symptômes sont souvent confondus avec d’autres maladies.
Comme on sait que l’infarctus est une urgence médicale absolue, chaque minute compte pour sauver la vie du patient, les femmes courent ainsi un risque supérieur que les hommes dans ce moment crucial. En plus chez la femme l’infarctus est souvent fulminant.

Grave effet secondaire

Les torsades de pointes sont un grave trouble du rythme cardiaque, pour être précis une forme de tachycardie ventriculaire, pouvant mener à une mort subite. Il s’agit souvent d’un effet secondaire provoqué par la prise de certains médicaments et les femmes en souffrent plus fréquemment que les hommes.

Aux Etats-Unis, certains médecins font pression pour que les recherches scientifiques soient davantage orientées sur les femmes (gender medicine). Car trop souvent dans les études cliniques, on prend des hommes parce qu’il y a moins de risques en cas de grossesse par exemple. Mieux connaître la santé cardiaque des femmes pourra permettre d’améliorer le diagnostic, notamment aider à une meilleure identification des femmes souffrant d’infarctus, ainsi que trouver des traitements spécifiques (ex. dosage, posologie). Lire aussi : Médicaments cardiovasculaires : les femmes devraient recevoir un dosage différent et adapté

Il faut aussi savoir que l’œstrogène protège le cœur et les vaisseaux sanguins, à la ménopause et lorsque sa concentration chute, la femme devient plus vulnérable aux maladies cardiaques.

L’importance de la prévention

Il faudra effectuer un contrôle médical (check-up) régulier, autant pour les femmes que les hommes. Le médecin va mesurer différents paramètres comme la tension, le poids, le taux de cholestérol, le glucose, etc. Le but est de soigner toute hypertension ainsi que l’hypercholestérolémie.

Le point essentiel à retenir pour prévenir les maladies cardiaques est de changer, si nécessaire, son style de vie et en particulier d’effectuer de l’exercice régulièrement et d’adopter une alimentation saine et équilibrée (voir 8 aliments contre l’hypertension).

La célèbre Association Américaine du Cœur (American Heart Association) recommande à toutes les femmes d’effectuer 20 minutes d’exercice par jour comme de la marche, de la course à pied ou des exercices musculaires tels le fitness.

D’autres facteurs de risque doivent être également pris en compte et il s’agira d’arrêter de fumer, de perdre du poids et de prévenir le diabète de type 2.

À retenir de cet article :
– Le cœur des femmes est différent de celui des hommes, que cela soit au niveau anatomique ou fonctionnel
– Les femmes souffrant d’insuffisance cardiaque ont des taux de mortalité et d’hospitalisation supérieurs aux hommes
– Les symptômes de l’infarctus du myocarde sont beaucoup moins évidents chez la femme que chez l’homme, dans ce cas la prise en charge de cette urgence médicale est souvent peu adéquate
– La prévention est un élément essentiel de la santé cardiaque (exercice, alimentation saine, ne pas fumer, maigrir), notamment chez la femme

Article mis à jour le 30 août 2018. Par Xavier Gruffat, Pharmacien diplômé de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich, Suisse (ETH). Sources : Congrès de cardiologie de l’Etat de Sao Paulo (Brésil) qui s’est tenu du 15 au 17 juin 2017 à Sao Paulo. XG était présent à ce congrès. Pharmavista.net (site suisse de référence sur les médicaments).
Référence étude : CMAJ (DOI : 10.1503/cmaj.180177).
Photo: © CLIPAREA.com – Fotolia.com

Lire aussi :

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 30.08.2018