Publicité

Le déclin cognitif pourrait s’accélérer après une crise cardiaque

WASHINGTON – Les adultes atteints d’une coronaropathie seraient exposés à un plus grand risque de déclin cognitif à long terme. Selon une étude publiée le 17 juin 2019 dans le Journal of the American College of Cardiology (DOI : 10.1016/j.jacc.2019.04.019), les maladies coronariennes (MC) sont la principale cause de décès chez les hommes et les femmes. Les coronaropathies surviennent lorsque les artères coronaires sont endommagées en raison d’une accumulation de graisse et de cholestérol et peuvent entraîner une crise cardiaque (infarctus du myocarde) ou une angine de poitrine lorsque le cœur ne peut obtenir le sang ou l’oxygène nécessaire. Les résultats ont montré que les maladies coronariennes pourraient contribuer directement au déclin cognitif en raison du manque d’oxygène dans le cerveau.

Évaluation à partir de trois tests cognitifs

Le déclin cognitif pourrait s'accélérer après une crise cardiaque, une angine de poitrine (étude)L’étude, l’une des plus importantes études longitudinales portant sur la progression du déclin cognitif avant et après un diagnostic de coronaropathie, comprenait des données provenant d’un total de 7’888 participants sans AVC de l’English Longitudinal Study of Aging (ELSA), une étude biannuelle communautaire de cohortes d’adultes de 50 ans et plus, menée entre 2002 et 2017. Les chercheurs ont exclu les personnes qui avaient des antécédents d’accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque ou d’angine de poitrine, qui avaient reçu un diagnostic confirmé de démence ou de maladie d’Alzheimer, ou qui avaient eu un AVC pendant le suivi.
Trois tests cognitifs ont été utilisés pour évaluer la fonction cognitive des participants en huit vagues sur une période de suivi de 12 ans. Premièrement, la mémoire verbale a été évaluée en testant le rappel immédiat et retardé de 10 mots sans rapport. Deuxièmement, on a demandé aux participants de nommer oralement autant d’animaux différents que possible en une minute pour tester la fluidité sémantique. Troisièmement, l’orientation temporelle a été évaluée au moyen de quatre questions concernant la date actuelle (jour, mois, année et jour de la semaine). Des scores plus élevés indiquent une meilleure fonction cognitive.

Taux plus élevés de déclin cognitif après une crise cardiaque ou une angine de poitrine

Au cours de la période d’étude, 5,6% des participants ont subi une crise cardiaque ou une angine de poitrine. Les personnes atteintes de coronaropathie ont montré des taux plus élevés de déclin cognitif dans les trois tests. Les patients ayant reçu un diagnostic d’angine de poitrine présentaient une forte diminution de l’orientation temporelle, tandis que les patients ayant subi une crise cardiaque présentaient une diminution importante de la mémoire verbale et de la fluidité sémantique, et un déclin cognitif général plus marqué.

« Même de petites différences dans les fonctions cognitives peuvent entraîner un risque accru de démence à long terme », a déclaré Wuxiang Xie, PhD, auteur principal de l’étude et chercheur à l’Imperial College School of Public Health à Londres. « Comme il n’existe actuellement aucun remède contre la démence, la détection et l’intervention précoces sont essentielles pour retarder la progression vers la démence. Les patients souffrant de crise cardiaque et d’angine de poitrine ont besoin d’un suivi attentif dans les années qui suivent un diagnostic », ajoute-t-il.

Le manque d’oxygène dans le cerveau en cause

Les chercheurs signalent que les maladies coronariennes pourraient contribuer directement au déclin cognitif en raison du manque d’oxygène dans le cerveau. Une étude antérieure a établi que les cardiopathies ischémiques étaient associées aux microinfarctus cérébraux, ce qui suggère que les coronaropathies coronariennes peuvent être associées aux maladies des petits vaisseaux cérébraux – une cause principale de démence chez les adultes âgés – et contribuent donc à la déficience cognitive.

Dans un commentaire éditorial d’accompagnement, Suvi P. Rovio, PhD, professeur auxiliaire au Centre de recherche appliquée et préventive en médecine cardiovasculaire de l’Université de Turku en Finlande, a déclaré que les liens entre la santé cardiovasculaire et cérébrale suggèrent que des niveaux de facteurs de risque cardiovasculaire compromis à un jeune âge peuvent endommager à la fois les tissus vasculaires et neuraux du cerveau.

« Cette étude fournit des données probantes sur le rôle des coronaropathies coronariennes incidentes en tant que facteur pouvant influer sur l’évolution de la trajectoire du déclin cognitif chez les personnes âgées », a-t-elle ajouté. « Bien que la prévention primaire et primordiale soit la meilleure façon de retarder les troubles cognitifs cliniques, il est crucial d’identifier des populations à risque spécifiques pour une prévention secondaire et tertiaire ciblée. »

Cette étude comporte plusieurs limites, y compris l’utilisation des maladies coronariennes accidentelles autodéclarées diagnostiquées par le médecin, ainsi qu’un manque d’information précise sur la date du diagnostic, la gravité des symptômes, les traitements actifs et les médicaments. La mesure de la fonction cognitive à l’aide de tâches isolées constitue une autre limite. D’autres recherches s’imposent pour déterminer le lien exact entre les coronaropathies incidentes et le déclin cognitif au moyen d’une évaluation élaborée et complète.

Le 20 juin 2019. Par la rédaction de Creapharma.ch (supervision scientifique par Xavier Gruffat, pharmacien). Sources : Communiqué de presse de l’étude (en anglais). Référence : Journal of the American College of Cardiology (DOI : 10.1016/j.jacc.2019.04.019). Crédit photos : Adobe Stock

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 20.06.2019