Publicité

Plus d’un tiers du personnel médical a souffert d’insomnie lors de l’épidémie de Covid-19 en Chine

GUANGZHOU – Le personnel de la santé souffrant d’insomnie était plus susceptible de se sentir déprimé et anxieux, et les chercheurs ont identifié certains facteurs aggravant ce risque. Le nouveau coronavirus qui a infecté plus d’un million de personnes dans le monde (au moment de notre publication) n’est pas seulement une menace pour la santé physique. En effet, une étude, la première du genre, publiée le 14 avril 2020 dans Frontiers in Psychiatry (DOI : 10.3389/fpsyt.2020.00306), a révélé que plus d’un tiers du personnel médical ayant répondu à l’épidémie lors de son apogée en Chine souffrait d’insomnie.

Insomnie chronique possible

Le personnel médical qui a souffert d’insomnie était également plus susceptible de se sentir déprimé, anxieux et de subir des traumatismes liés au stress, selon les résultats de cette recherche. « L’insomnie liée au stress est généralement transitoire et ne dure que quelques jours », a déclaré le Dr Bin Zhang, professeur à la Southern Medical University de Guangzhou, en Chine, et co-auteur de l’article. « Mais si l’épidémie de Covid-19 se poursuit, l’insomnie peut progressivement se transformer en insomnie chronique dans le cadre clinique ».

Plus d'un tiers du personnel médical a souffert d'insomnie lors de l'épidémie de Covid-19 en Chine

1’563 participants

Les résultats sont basés sur une série de questionnaires auto-administrés en ligne entre le 29 janvier et le 3 février au plus fort de l’épidémie de Covid-19 en Chine. Les chercheurs ont utilisé la plateforme de médias sociaux WeChat pour recueillir les réponses de 1’563 participants du domaine médical.

Sur ce nombre, 564 personnes, soit 36,1 %, présentaient des symptômes d’insomnie. Les auteurs de l’étude actuelle notent que cette statistique est conforme aux recherches précédentes menées sur les effets psychologiques de l’épidémie de SRAS de 2002, un coronavirus apparenté qui a également provoqué une détresse respiratoire grave. À titre d’exemple, 37 % des infirmières qui ont travaillé avec des patients atteints du SRAS ont souffert d’insomnie.

Des niveaux de dépression plus élevés

Le groupe des insomniaques dans le présent document a connu des niveaux de dépression nettement plus élevés que le groupe des non-insomniaques, 87,1 % contre 31 %, en particulier dans les cas modérés (22,9 % contre 2,8 %) et graves (16,7 % contre 1,8 %). Les pourcentages et les différences entre les groupes étaient également similaires pour l’anxiété et les traumatismes.

Des facteurs en corrélation avec l’insomnie

L’équipe a également identifié certains facteurs qui étaient en corrélation avec l’insomnie. « Le facteur le plus important était l’incertitude très forte concernant le contrôle efficace de la maladie chez le personnel médical », a noté Zhang. La forte incertitude était 3,3 fois plus élevée pour les personnes souffrant d’insomnie que pour les autres.

Le personnel moins instruit était également sujet aux troubles du sommeil. Plus précisément, les chercheurs ont constaté que le risque d’insomnie chez les membres du personnel médical ayant un niveau d’études secondaires ou inférieur était 2,69 fois plus élevé que chez ceux ayant un doctorat. Ils ont émis l’hypothèse que moins d’éducation conduisait à une crainte plus fondée sur les résultats.

Les auteurs ont noté que les travailleurs de la santé étaient également soumis à un stress incroyable en général. Ils étaient en contact étroit avec des patients infectés qui pouvaient leur transmettre la maladie. Ils craignaient d’infecter leur propre famille et leurs amis. Le personnel médical devait porter un ensemble complet d’équipements de protection individuelle (EPI) pendant plus de 12 heures d’affilée, souvent sans pouvoir faire de pause car ils risquaient d’être infectés en enlevant les EPI. Dans ces conditions dangereuses, le personnel médical s’épuise mentalement et physiquement, et court donc un risque accru d’insomnie en raison du stress élevé, selon les chercheurs.

Les stratégies pour atténuer les troubles du sommeil

Le document met en lumière certaines stratégies pour atténuer les troubles du sommeil, notamment la thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie (TCCI), qui comprend l’éducation à l’hygiène du sommeil, la thérapie de relaxation, le contrôle de la stimulation, la restriction du sommeil et la thérapie cognitive. Les chercheurs suggèrent également aux responsables de la santé de sélectionner le personnel médical en fonction des facteurs de risque identifiés par leurs recherches.

« Une étude longitudinale pour suivre l’évolution des symptômes de l’insomnie est nécessaire au sein du personnel médical, en particulier lorsque le décès du personnel médical pendant le Covid-19 sera officiellement annoncé et mis à jour », a déclaré M. Zhang à propos des futurs objectifs de la recherche.

Références & Sources :
Frontiers in Psychiatry

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Xavier Gruffat (Pharmacien et Rédacteur en chef de Creapharma), Seheno Harinjato (Rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies).

Date de dernière mise à jour du dossier :
16.04.2020

Crédits photos :
Creapharma.ch, Adobe Stock, © 2020 Pixabay

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 16.04.2020

Publicité