Publicité

Pourquoi le stress touche-t-il plus les femmes que les hommes ?

Le stress est aujourd’hui considéré comme la maladie caractéristique du 21e siècle. Il touche autant les hommes que les femmes et pourrait être lié à l’altération de la mémoire chez l’adulte selon une étude publiée en octobre 2018 dans le journal Neurology (DOI : 10.1212/WNL.0000000000006549). Les résultats de cette recherche montrent aussi que les femmes en sont plus affectées que les hommes. Entre le travail, la famille, les nombreuses contraintes et difficultés de la vie quotidienne ainsi que les différentes responsabilités auxquelles elle est soumise, la gent féminine semble être plus vulnérable et a plus de mal à se déconnecter des facteurs favorisant le stress.

Un sentiment plus accru de perte de contrôle

Toujours d’après cette étude, un niveau élevé de cortisol serait associé à un rétrécissement du cerveau. Il faut rappeler que le cortisol figure parmi les principales hormones du stress et que l’excès de cortisol peut mener à des troubles mentaux et physiques comme l’hypertension ou l’insomnie. Le rythme de vie actuel ne semble pas améliorer les choses, notamment chez les femmes dont le sentiment de perte de contrôle est plus fréquent que chez les hommes. Ce manque de contrôle constitue pourtant une grande source de stress dans la mesure où l’esprit est accaparé par différentes choses à la fois et devient diffus. Cet état de confusion peut être assimilé à un ordinateur où beaucoup de fichiers sont ouverts en même temps, il devient ainsi difficile de se focaliser sur une chose. De même, les pensées qui s’accumulent et s’éparpillent empêchent de se concentrer sur le vrai problème et réduisent de ce fait la capacité du cerveau à s’adapter.

La sensibilité aux menaces physiques et émotionnelles

Lorsque nous nous sentons en danger, nous avons peur. Le cerveau réagit et met en place tout un processus destiné à nous garder en vie. Il libère les informations qui peuvent nous être utiles pour nous protéger et sécrète des hormones permettant de renforcer certains souvenirs qui nous semblent nécessaires pour affronter la situation. Si la peur est essentielle à notre survie, elle est aussi source de stress. Si nous n’arrivons pas à contrôler ce sentiment, il risque de devenir de plus en plus envahissant et va entretenir un état permanent de stress.

La fatigue cérébrale

Lorsque le cerveau est fatigué, il l’exprime de différentes façons. Comme il n’a pas de récepteur de la douleur, il va s’exprimer à travers la fatigue des yeux, la perte de concentration, les fautes d’inattention, l’inefficacité et la perte de volonté dans l’accomplissement d’un acte. Après un travail dur, une activité intense ou ennuyeuse, il est nécessaire de se reposer, car la fatigue cérébrale entraîne le stress et  ce dernier entretient à son tour la fatigue pour constituer un cercle infernal.

Pourquoi le stress touche-t-il plus les femmes que les hommes ?

D’où vient cette vulnérabilité des femmes ?

Chez les femmes, les tensions causées par le stress sont plus fortes. Une enquête réalisée par l’American Psychological Association, entre 2010 et 2012, sur 929 hommes et 1’091 femmes a montré que les symptômes du stress chez les femmes sont parfois plus marqués, à savoir des maux de tête, des maux d’estomac, de la fatigue, de la tristesse et de l’irritabilité. Ceci s’expliquerait par le fait que le cerveau des femmes les rend plus sensibles au stress que les hommes. En effet, elles perdent plus facilement le contrôle du fait que les zones limbiques du cerveau, permettant de contrôler les émotions et les souvenirs, sont très actives, ce qui contribue à renforcer le souvenir des blessures et des émotions négatives accumulées au quotidien autant dans le domaine personnel que professionnel.

Différences entre hommes et femmes

De plus, les multiples exigences imposées par la parentalité et la recherche du bien-être du ménage rendent difficile la capacité à se concentrer sur une seule chose. Compte tenu de leurs responsabilités, les femmes ont une attention plus confuse et un état d’esprit toujours en alerte, notamment lorsqu’il s’agit de protéger leurs enfants. Les mères ont ainsi tendance à s’attarder un peu plus que les pères de famille sur les différents problèmes qui surviennent dans le ménage.  Leur façon de percevoir et d’interpréter le monde est différente. Une étude menée à l’École de médecine de l’Université de Yale et publiée en novembre 2018 dans le Yale Medicine Magazine a montré que face à une situation de stress, le cerveau des femmes leur permettait de visualiser la situation et de traiter cognitivement et émotionnellement leur expérience. Chez les hommes, ces régions cérébrales restaient inactives, ce qui les pousse à penser rapidement et à agir ou à prendre des mesures plutôt qu’à exprimer verbalement leur stress.

Ce phénomène pourrait expliquer le fait que les femmes ont tendance à offrir un soutien émotionnel à une personne en détresse tandis que les hommes sont plus pragmatiques en donnant des conseils ou des choses concrètes comme une aide financière ou physique.

Le 06 avril 2019. Par la rédaction de Creapharma.ch. Crédit photos : Adobe Stock – Sources : études (lire dans l’article) et ouvrage : Mindfulness Redesigned for the Twenty-First Century: Let’s Not Cage the Hummingbird A Mindful Path to Resilience du Prof. Amit Sood MD.

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 06.04.2019