Publicité

Un lien existerait entre les bactéries intestinales et le niveau de vitamine D (étude)

SAN DIEGO – Chez les hommes âgés, la composition du microbiome intestinal serait liée au niveau de vitamine D active, une hormone importante pour la santé des os et l’immunité. C’est ce que révèle une étude réalisée par des chercheurs et des collaborateurs de l’université de Californie à San Diego et publiée le 26 novembre 2020 dans Nature Communications. Cette étude a également révélé une nouvelle compréhension de la vitamine D et de la façon dont elle est généralement mesurée.

Un lien existerait entre les bactéries intestinales et le niveau de vitamine D (étude)Les microbiomes de notre intestin, c’est à dire les nombreuses bactéries, virus et autres microbes qui vivent dans notre tube digestif, jouent un rôle important dans notre santé. Quant à la vitamine D, elle peut prendre plusieurs formes différentes, mais les tests sanguins standard n’en détectent qu’une seule, un précurseur inactif qui peut être stocké par l’organisme. Pour utiliser la vitamine D, l’organisme doit métaboliser le précurseur en une forme active.
L’auteur principal de l’étude, Deborah Kado, directrice de la clinique de l’ostéoporose à l’UC San Diego Health explique que les chercheurs ont été surpris de constater que la diversité des microbiomes – la variété des types de bactéries dans l’intestin d’une personne – était étroitement associée à la vitamine D active, mais pas à la forme précurseur. Ils pensent qu’une plus grande diversité des microbiomes intestinaux est associée à une meilleure santé en général.
Un faible taux de vitamine D associé à un plus grand risque de maladies
Mme Kado a dirigé l’étude pour le groupe de recherche sur les fractures ostéoporotiques chez l’homme (MrOS). Celle-ci a été financée par le National Institute on Aging, un vaste effort multi-sites qui a débuté en 2000. Elle a fait équipe avec Rob Knight, PhD, professeur et directeur du Centre pour l’innovation en microbiome à l’UC San Diego, et les co-premiers auteurs Robert L. Thomas, MD, PhD, chercheur dans la division d’endocrinologie à l’école de médecine de l’UC San Diego, et Serene Lingjing Jiang, étudiante diplômée du programme de biostatistique à l’école Herbert Wertheim des sciences de la santé publique et de la longévité humaine.

De nombreuses études ont suggéré que les personnes ayant un faible taux de vitamine D courent un risque plus élevé de cancer, de maladies cardiaques, d’infections plus graves de la Covid-19 et d’autres maladies. Pourtant, le plus grand essai clinique randomisé à ce jour, avec plus de 25’000 adultes, a conclu que la prise de suppléments de vitamine D n’a aucun effet sur les résultats de santé, y compris les maladies cardiaques, le cancer ou même la santé des os.

Selon Mme Kado, l’étude suggère que cela pourrait être dû au fait que ces études n’ont mesuré que la forme précurseur de la vitamine D, plutôt que l’hormone active. Ainsi, les mesures de la formation et de la dégradation de la vitamine D pourraient être de meilleurs indicateurs des problèmes de santé sous-jacents, et des personnes qui pourraient le mieux répondre à une supplémentation en vitamine D.

Étude.

L’équipe a analysé les échantillons de selles et de sang fournis par 567 hommes participant à l’étude MrOS. Les participants vivent dans six villes des États-Unis, leur âge moyen est de 84 ans et la plupart ont déclaré être en bonne ou en excellente santé. Les chercheurs ont utilisé une technique appelée séquençage de l’ARNr 16S pour identifier et quantifier les types de bactéries dans chaque échantillon de selles en se basant sur des identifiants génétiques uniques. Ils ont utilisé une méthode connue sous le nom de LC-MS-MS pour quantifier les métabolites de la vitamine D (le précurseur, l’hormone active et le produit de dégradation) dans le sérum sanguin de chaque participant.

En plus de découvrir un lien entre la vitamine D active et la diversité microbienne globale, les chercheurs ont également noté que 12 types particuliers de bactéries apparaissaient plus souvent dans les microbiomes intestinaux des hommes ayant beaucoup de vitamine D active. La plupart de ces 12 bactéries produisent du butyrate, un acide gras bénéfique qui aide à maintenir la santé de la muqueuse intestinale.

D’après Mme Jiang, les microbiomes intestinaux sont particulièrement complexes et varient beaucoup d’une personne à l’autre. Lorsque des associations sont établies, elles ne sont généralement pas aussi distinctes que celles qui ont été trouvées lors de cette étude. Étant donné qu’ils vivent dans différentes régions des États-Unis, les hommes qui ont participé à cette recherche ont été exposés à des quantités différentes de soleil, une source de vitamine D. Comme prévu, les hommes qui vivent à San Diego, en Californie, ont reçu le plus de soleil, et ils ont également eu la forme la plus précurseur de vitamine D.

Cependant, l’équipe n’a pas trouvé de corrélation entre le lieu de résidence des hommes et leur taux d’hormone active de la vitamine D.

Importance significative du métabolisme de la vitamine D active

Il semble, selon la déclaration de Mme Kado, que la quantité de vitamine D obtenue grâce au soleil ou à une supplémentation n’a pas d’importance, ni la quantité que le corps peut stocker. Ce qui compte, ce serait plutôt la capacité du corps à métaboliser cette vitamine en vitamine D active, et c’est peut-être ce que les essais cliniques doivent mesurer afin d’obtenir une image plus précise du rôle de la vitamine dans la santé. Selon les chercheurs, le constat montre souvent qu’en médecine plus n’est pas nécessairement mieux. Dans ce cas, ce n’est peut-être pas la quantité de vitamine D apportée en supplément qui est essentielle, mais la façon dont on encourage le corps à l’utiliser.

Mme Kado a souligné que l’étude s’appuyait sur un seul cliché dans le temps des microbes et de la vitamine D trouvés dans le sang et les selles des participants, et que ces facteurs peuvent fluctuer dans le temps en fonction de l’environnement, de l’alimentation, des habitudes de sommeil, des médicaments et autres. Selon l’équipe, d’autres études sont nécessaires pour mieux comprendre le rôle des bactéries dans le métabolisme de la vitamine D et pour déterminer si une intervention au niveau du microbiome pourrait être utilisée pour compléter les traitements actuels afin d’améliorer les os et éventuellement d’autres résultats pour la santé.

Références & Sources :

Nature Communications, UC San Diego Health, National Institute on Aging

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Seheno Harinjato (Rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies), relecture par Xavier Gruffat (pharmacien)

Date de dernière mise à jour du dossier :
02.12.2020

Crédits photos :
Creapharma.ch, Adobe Stock, © 2020 Pixabay

Crédit infographie : 
Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 02.12.2020

Publicité