Publicité

Fièvre du Nil occidental

Définition

La fièvre du Nil occidental, appelée aussi virus du Nil, est une maladie infectieuse transmise par un virus de la famille des flavivirus, avec un génome à ARN. La plupart des personnes infectées ne présentent aucun symptôme ou seulement une maladie bénigne1. Toutefois, dans une petite partie des cas, la maladie peut s’avérer grave avec un risque de méningite ou d’encéphalite (lire davantage ci-dessous sous Symptômes).

Publicité

Origine du nom
L’origine du nom vient du district de West Nile (Nile occidental) en Ouganda où il a été isolé pour la première fois en 1937 chez une femme souffrant d’une forte fièvre.
Ce n’est que dans les années 1990 que les scientifiques l’ont associée pour la première fois à des maladies neurologiques graves (ex. méningite).

Epidémiologie

Europe
– En Grèce, 25 personnes sont tombées malades de la fièvre du Nil occidental en 2019 jusqu’au 1er août (2019). Deux d’entre elles sont mortes des conséquences de la maladie, selon l’autorité compétente du Ministère de la Santé (EODY) grec qui s’est exprimé dans un communiqué le vendredi 2 août 2019.
– En 2018, l’agence de l’Union Européenne (UE), l’ECDC, a enregistré un nombre particulièrement élevé d’infections dans les États membres de l’UE, soit 2083 au total. Environ 9 % des patients sont décédés.
– En 2018, la Grèce a été particulièrement touchée par ce virus.
Le 27 septembre 2018, 31 personnes étaient mortes des conséquences du virus du Nil occidental en Grèce, selon un communiqué des autorités grecques de santé (Keelpno). A fin septembre 2018, au moins 240 autres personnes sont tombées malades cette année, la plupart dans la péninsule du Péloponnèse, dans les zones rurales de l’est d’Athènes et dans la ville portuaire de Thessalonique.

Amérique du nord
Les Etats-Unis sont aussi touchés par ce virus. Par exemple en 2007, les autorités de santé américaines (CDC) ont noté un total de 3’630 cas de fièvre du Nil occidental chez l’humain répartis sur 44 États.
En été 2002 les États-Unis ont été également touchés avec plus de 4000 malades et 250 morts.

Brésil 
Le Brésil a enregistré 2 cas confirmés de fièvre du Nil occidental, un cas en 2014 et l’autre en 2017, selon le journal brésilien Folha de S.Paulo du 15 février 2019.

Causes

Virus
La fièvre du Nil occidental est provoquée par un virus. Il s’agit d’un virus à ARN.
Le virus du Nil occidental, en anglais West Nile virus (WNV), appartient à la famille des flaviviridae et au genre Flavivirus, comme les virus de la dengue ou de la fièvre jaune. Le virus est principalement transmis par les moustiques du genre Culex mais aussi Aedes aegypti.

Oiseaux et moustiques
Des oiseaux migratoires transportant des moustiques infectés par le virus peuvent répandre la maladie dans différents endroits du monde. Les moustiques transmettent le virus d’un oiseau à l’autre, ce qui permet au virus de se multiplier et de se propager.

Saison
Dans l’hémisphère nord, les infections par le virus du Nil occidental sont observées de fin mai ou début juin à septembre, lorsque les moustiques sont actifs.

Symptômes

Environ 80% des personnes infectées ne présentent pas de symptômes et 20% ont des symptômes proches de la grippe avec notamment de la fièvre qui peut apparaître de façon rapide2.
Environ 1% des personnes infectées présentent des symptômes graves (lire ci-dessous), même moins de 1% pour les méningites et encéphalites.
Parfois des ganglions lymphatiques enflés et de la fièvre peuvent apparaître.
Environ un tiers des patients présentent une éruption cutanée sur la poitrine, le dos et les bras. Une perte de poids, des nausées ou vomissements ou des douleurs dans les yeux sont d’autres symptômes possibles.

Méningite et encéphalite :
La méningite est une complication plus rare. Chez un petit nombre de personnes infectées – que l’on pense être bien en dessous de 1% – une infection neurologique grave peut se produire3. Les signes typiques d’une méningite ou encéphalite sont : fièvre très élevée, cou raide, désorientation ou confusion, paralysie, convulsions, coma.

Forme marquée de la maladie :
Environ 1 patient sur 150, en général des patients âgés avec d’autres maladies (comorbidité), présentent des symptômes intenses avec une fièvre élevée et des douleurs dans les membres ou les muscles.

Diagnostic

Il existe deux méthodes de diagnostic pour identifier le virus du Nil occidental :
– PCR
– Elisa

Les tests de diagnostic sont effectués en général chez des patients avec des symptômes avancés.

Traitements

Il n’existe pas de traitement spécifique contre la fièvre du Nil occidental. Des traitements symptomatiques sont utilisés pour lutter contre les différents symptômes comme des antidouleurs ou des fébrifuges (ex. paracétamol). Le repos est fortement conseillé.

En février 2021 (date de mise à jour de ce dossier), il n’existait à notre connaissance pas de vaccin contre la fièvre du Nil occidental.

Lors de complications ou cas graves de la fièvre du Nil occidental, le patient peut être interné en milieu hospitalier. Le but est notamment d’éviter des infections secondaires. En milieu hospitalier, des antiviraux et une prise d’immunoglobuline intraveineuse sont souvent effectués. Comme l’expliquait le site de santé Verywellhealth.com dans un article publié en 2019, il n’y a pas de preuve réelle que ces deux mesures contribuent à la récupération du patient.
La mortalité due à une infection neurologique grave du Nil occidental, même avec des soins médicaux agressifs, est de 2 à 7% aux États-Unis, peut-être même plus que 7% pour les cas d’encéphalite4.

Bons conseils et Prévention

– Il est conseillé d’utiliser des produits ou pommades contre les insectes et notamment les moustiques qui véhiculent le virus. Des produits à base de DEET sont les plus efficaces.

– Comme on l’a vu ci-dessus, en février 2021 (date de mise à jour de ce dossier), il n’existait pas de vaccins disponibles pour les êtres humains. Aux Etats-Unis il existe des vaccins contre ce virus à usage vétérinaire pour les chevaux.

Sources & Références :
Keystone – ATS (agence de presse suisse), Wikipedia.org, CDC, Folha de S.Paulo, “100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020), Larousse Médical, Verywellhealth.com. Voir aussi les références dans l’article et résumées en bas de de dossier.

Ecriture du dossier : 
Xavier Gruffat (pharmacien)

Dernière mise à jour : 
18.02.2021

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Notes de bas de page et références :

  1. Article du site internet Verywellhealth.com, accédé le 18 février 2021
  2. Department of Health de l’état de New York, site accédé le 18 février 2021
  3. Centers for Disease Control and Prevention. West Nile virus, accédé le 18 février 2021
  4. West Nile virus meningoencephalitis, 2006, DOI : 10.1038/ncpneuro0176
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 18.02.2021

Publicité