Hépatite



Résumé sur les hépatites

L’hépatite est une maladie qui touche le foie, au sens propre le terme hépatite signifie inflammation du foie, on distingue plusieurs formes d’hépatite (A, B, C, D, E, infectieuse, etc). Notre dossier complet sur cette affection qui peut mener à de sérieuses complications.


Voici les principales différences entres les trois grands types d’hépatites virales:

Type Ages Temps d’incubation Transmission Phase aiguë Phase chronique (dans le sens que le virus persiste à l’infini ou jusqu’à ce que la maladie soit traitée et le virus éliminé) Cancer Vaccins
enfants 2 à 6 semaines Oro-fécal (voie digestive) fréquente jamais jamais oui
adultes 2 à 6 semaines Transfusion sanguine, seringues contaminées, relations sexuelles, transmission mère-foetus fréquente 10% des cas oui oui
adultes 2 semaines à 6 mois Transfusion sanguine, seringues contaminées, transmission mère-foetus rare 75 à 85% des cas oui non

Définition

L’hépatite est une inflammation du foie (notre photo), aiguë ou chronique.

hépatite définition

En réalité, il faudrait parler des hépatites, car elle a de nombreuses causes. L’hépatite peut être d’origine virale (on recense à ce jour, les hépatites A, B, C, D , E, F et G), toxique et médicamenteuse, alcoolique, bactériennes ou parasitaires. Les différentes causes de l’hépatite sont détaillées dans la partie causes de l’hépatite. Une hépatite est souvent aigüe, mais elle peut parfois évoluer en hépatite chronique, si elle dure plus de 6 mois.


Les symptômes d’une hépatite varient en général selon la cause, mais certains signes sont communs à toutes les hépatites à savoir un ictère (jaunisse), des urines foncées, des selles claires, des nausées ou un foie pouvant présenter une sensibilité au toucher.

Le mode de transmission d’une hépatite dépend lui aussi de l’origine de l’hépatite, c’est pourquoi ce dernier sera expliqué en détail dans la partie causes de l’hépatite.

La maladie peut être aigüe et évoluer spontanément de façon favorable dans la majorité des cas et ne laisser aucune séquelle. Cependant, une hépatite mal soignée, peut évoluer vers la chronicité, une cirrhose, voire un cancer.

La plupart des sujets atteints d’une infection chronique par l’hépatite B ou C ignorent qu’ils continuent d’être porteurs du virus. Ils s’exposent donc à un risque élevé de développer une maladie chronique sévère du foie et peuvent sans le savoir transmettre le virus à autrui.

Epidémiologie

Quelques statistiques et chiffres clés sur les hépatites :

hépatite statistique

–  L’hépatite virale tue 1,4 million de personnes chaque année et affecte des centaines de milliers de personnes dans le monde (source OMS, juillet 2013).

–  En France on estime que plus d’une personne sur cent (environ 700’000 personnes) seraient atteintes d’hépatite en général.

–  La Chine recense le plus grand nombre de cas d’hépatite B et l’Egypte le plus grand nombre d’hépatite C selon l’OMS [en juillet 2011].

Hépatite B

–  En Suisse on parle de 20’000 personnes atteintes d’hépatite B. Une centaine de personnes par an contactent une hépatite B aiguë, selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

–  Dans le monde on estime que 2 milliards de personnes sont infectées par le virus de l’hépatite B et 350 millions de personnes (certaines sources comme l’OMS parlent de 240 millions) souffrent d’une infection chronique du virus de l’hépatite B.

On estime que chaque année 600’000 personnes dans le monde meurent d’une hépatite B.

Hépatite C

–  Selon l’OMS, 150 millions de personnes dans le monde sont infectées par le virus de l’hépatite C.

En Suisse cela représenterait de 50’000 à 70’000 personnes (selon une information de l’ATS le 13 juin 2010).

Causes

Comme vu dans la partie définition de l’hépatite, il existe plusieurs origines, donc plusieurs sortes d’hépatites – les hépatites virales, toxiques et médicamenteuses, aiguë alcoolique, aiguës bactériennes ou parasitaires.

hépatite virale

–  Les hépatites virales, nommées A, B, C, D ou E, sont les plus fréquentes. D’autres virus peuvent aussi provoquer cette maladie. C’est le cas du virus d’Epstein-Barr et le Cytomégalovirus (infectant les cellules sanguines). En effet, l’hépatite peut se manifester lors de la mononucléose infectieuse.

– L’hépatite A est causée par le virus A. La contamination se fait par la voie digestive, notamment par les aliments et l’eau contaminés par les matières fécales ainsi que par la consommation de fruits de mer. Le temps d’incubation est de 15 à 45 jours. L’hépatite A est la forme la plus anodine, car elle est la seule qui n’évolue pas vers la chronicité. Néanmoins chez certains patients âgés elle peut se révéler mortelle. Remarquons qu’on la nomme parfois “hépatite du voyageur” car ce sont souvent des touristes ou voyageurs qui l’a contractent, en particulier dans des pays du Sud ou de l’Est.

Le virus de l’hépatite A s’attrape par de l’eau, des jus ou des aliments insuffisamment cuits (salades, fruits non pelés, fruits de mer, glaçons) dans des conditions d’hygiène insuffisantes.

– L’hépatite B est causée par le virus B, transmis par voie sanguine (transfusion sanguine de sang contaminé ou lors d’usage de seringues contaminées chez les toxicomanes notamment), sexuelle et salivaire. Le temps d’incubation est de 30 à 180 jours. L’hépatite B peut devenir chronique et se transformer en cirrhose ou en cancer.

– L’hépatite C est causée par le virus C, transmis par voie sanguine (transfusions, hémophiles, toxicomanes, hémodialysés, transmission sexuelle ou par voie placentaire possible, mais rare). L’incubation est de 30 à 100 jours.

– L’hépatite D est causée par le virus D, transmis par voie sanguine ou sexuelle. La présence du virus de l’hépatite B est nécessaire pour que l’hépatite D puisse se développer. Il peut s’agir d’une co-infection (la personne s’infecte simultanément avec le virus B et le virus D) ou d’une surinfection (la personne est déjà porteuse du virus B et s’infecte avec le virus D, d’une manière tardive). L’incubation est de 45 à 180 jours. Cette forme d’hépatite touche de manière presque exclusive, les toxicomanes. Dans 80 % des cas, l’hépatite D devient chronique et évolue rapidement vers la cirrhose.

– L’hépatite E est causée par le virus E, transmis par voie orofécale. Elle est souvent aiguë et bénigne sans forme chronique. Cependant, la mortalité est la plus grande chez les femmes enceintes où elle peut atteindre 20%.

– On peut aussi relever les hépatites F et G, mais plus rare à notre avis.

Les personnes qui s’injectent des drogues sont les plus touchées par les hépatites B et C, mais l’infection est aussi répandue parmi les travailleurs du sexe et les homosexuels.

Les rapports sexuels à risques, le tatouage, le piercing, l’injection de drogues et les transfusions de sang comportent des risques de contracter l’hépatite.

hépatite médicamenteuse

–  Les hépatites toxiques ou médicamenteuses sont des hépatites induites par l’ingestion de certaines substances médicamenteuses ou non. Ces dernières provoquent une destruction du foie pouvant être très importante. C’est le cas de l’amanite phalloïde (champignon vénéneux). Il s’agira dans le cas de certains médicaments hépatotoxiques, comme le paracétamol, de les consommer avec modération et de suivre les posologies prescrites.

On sait qu’un médicament très prescrit contre le cholestérol soit l’atorvastatine (en Suisse Sortis®, en France Tahor®, aux USA Lipitor®) peut provoquer dans de rare cas (entre 1 cas sur 1000 et 1 cas sur 10’000) des hépatites. Il s’agira d’arrêter le traitement au plus vite.

–  L’hépatite aiguë alcoolique est une sorte d’hépatite toxique, induite par l’alcoolisme. Elle entraîne une cirrhose et une destruction massive du foie.

–  L’hépatite aiguë bactérienne ou parasitaire peut survenir suite à certaines maladies, comme la tuberculose, la brucellose, la leptospirose ou la bilharziose. Certains germes opportunistes peuvent provoquer une hépatite aiguë bactérienne chez les sidéens, déjà immunodéprimés.

–  Les hépatites chroniques. En général, leurs causes sont semblables aux hépatites aiguës. Comme vu dans la partie définition de l’hépatite, une hépatite chronique est une hépatite qui dure depuis plus de 6 mois. Elles peuvent être dues aux virus (surtout les hépatites B et C), ainsi qu’aux médicaments. Notons l’existence d’une hépatite chronique dite auto-immune, surtout présente chez la femme jeune. Il y a dans ce genre de cas, une production d’auto-anticorps, dirigés contre le foie.

Personnes à risque

– Les hépatites ayant plusieurs origines, voici les différents groupes de personnes à risque :

– Les voyageurs (hépatites A, B et C), lors de comportements à risque tels que consommation d’aliments et d’eau contaminés, de rapports sexuels non protégés.

– Les toxicomanes (hépatites B, C et D) lors d’utilisation d’aiguilles souillées.

– Les personnes immunodéprimées (sidéens,…).

– Les alcooliques.

– Le personnel de santé.

– Les polytransfusés.

– Les hémodialysés.

– Les personnes ayant des comportements sexuels à risque (non protégés, par exemple.

Symptômes

Comme vu dans la partie définition de l’hépatite, les symptômes sont en général fonction de la forme d’hépatite. Certains symptômes sont cependant communs à toutes les hépatites, à savoir l’ictère (appelée familièrement « jaunisse »).

L’ictère est la coloration jaune de la peau, des muqueuses et du blanc de l’œil. Les symptômes des différentes sortes d’hépatites sont détaillés ci-dessous.

Hépatite A :

En général, l’infection aiguë passe inaperçue chez l’enfant, ce qui n’est pas le cas chez l’adulte (dans les 2 tiers des cas).

L’évolution se fait en 3 phases :

– Symptômes pseudo-grippaux : fièvre, douleurs articulaires et musculaires.

– Phase ictérique avec une très grande fatigue (=asthénie). Cette phase dure en général 2 semaines. La phase ictérique se caractérise par des urines foncées et des selles décolorées, des nausées et une perte d’appétit.

– Phase de convalescence : dure 2 à 6 semaines (ou plus), avec disparition progressive des signes, mais la fatigue peut persister.

Hépatite B :

En général, seules 10 à 25 % des hépatites B sont symptomatiques. Les symptômes sont équivalents à ceux présents dans l’hépatite A.

Hépatite C :

En général, seules 5 à 10% des hépatites C aiguës sont symptomatiques. Les symptômes sont équivalents à ceux présents dans l’hépatite A.

En général le virus de l’hépatite C met 30 ans avant de détruire le foie. Attention toutefois pour les personnes porteuses du HIV (Sida), la durée peut être beaucoup plus courte dans ce cas.

Hépatite E:

Chez l’homme, elle se manifeste par une hépatite souvent asymptomatique et habituellement bénigne (grande fatigue, signes digestifs, jaunisse et parfois de la fièvre). Des formes graves peuvent être observées chez les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées et les personnes présentant déjà une maladie du foie.

Hépatite alcoolique aiguë :

Peut être asymptomatique. Cependant, les signes plus fréquents sont la fièvre, un gros foie et un ictère.

Les hépatites chroniques:

En général, on retrouve les mêmes symptômes que lors d’hépatites aiguës plus ou moins importants : douleurs abdominales, fatigue, ictère.

Diagnostic

Le diagnostic des hépatites est confirmé par :

–  Des prélèvements sanguins, identifiant une augmentation massive des enzymes du foie (les transaminases) due à une destruction du tissu hépatique.

–  Des sérologies, identifiant le virus en cause.

–  Une biopsie du foie lorsque l’hépatite dure plus de 6 mois, montrant l’importance de la destruction du foie.

Complications

L’évolution de l’hépatite dépend de l’état initial du foie (notre photo) avant l’atteinte hépatique, ainsi que de la cause.

–  Les hépatites virales sont en général aiguës et guérissent spontanément. Les souches B et C peuvent parfois évoluer vers la chronicité, avec possibilité de cirrhose et de cancérisation. Dans certains cas l’hépatite virale peut mener à de l’arthrite (arthrite infectieuse).

–  Les complications de l’hépatite alcoolique sont essentiellement des troubles de la conscience, une hémorragie digestive, une pancréatite. Le pronostic dépend surtout de l’arrêt de l’alcool.

–  Les hépatites médicamenteuses régressent à l’arrêt de l’intoxication médicamenteuse.

hépatite traitement

–  Les hépatites bactériennes régressent en général dès l’administration de l’antibiotique adéquat.

Quand consulter son médecin ?

Quand consulter son médecin en cas d'hépatite ?

Nous vous recommandons de consulter dans tous les cas lors de suspicion d’hépatite (voir symptômes hépatite), car l’hépatite peut être une maladie grave et seul un médecin a les compétences du diagnostic et de la thérapie.

Traitements

Pour les hépatites, il existe des mesures préventives et des traitements curatifs.

1. Les mesures préventives dépendent de la forme d’hépatite :

L’hépatite A(“hépatite du voyageur”) :

hépatite A mesure préventive

– Mesures d’hygiène telles que lavage des mains, précautions avec l’alimentation, crudités et fruits de mer, surtout en voyage.

– Vaccin pour les voyageurs et les professions à risque (professions de la santé par exemple). Exemple de vaccin en Suisse: Havrix®.

L’hépatite B :

prévention hépatite B


– Utilisation de préservatif

– Utilisation de seringues neuves et stériles

– Vaccin pour les voyageurs, personnel des professions de santé, toxicomanes, la population en général dans certains pays à risque…

Exemple de vaccin en Suisse: Engerix®-B.

Il est important de relever que si un nourrisson reçoit bien les trois doses du vaccin anti-hépatite B, il sera protégé à vie contre ce virus. Il faut remarquer que dans certains pays à risque on conseille la vaccination chez les nourrissons, dans d’autres moins à risque (comme la Suisse) on conseille seulement chez les personnes à risque.

Davantage d’informations sur notre page vaccination

Le taux de vaccination contre l’hépatite B atteint 80% au niveau mondial.

L’hépatite C :

hépatite C transfusion

– Sécurité transfusionnelle (recherche des anticorps chez les donneurs de sang)

– Il n’existe pas de vaccins contre l’hépatite C

L’hépatite D :

hépatite D prévention

– Utilisation de préservatif

– Utilisation de seringues neuves et stériles

Lire notre dossier sur l’hépatite D

L’hépatite E :

prévention hépatite E

– Mesures d’hygiène telles que lavage des mains, précaution avec l’alimentation, crudités et fruits de mer, surtout en voyage

L’hépatite alcoolique :

– Lutte contre l’alcoolisme

hépatite alcoolique prévention

2. Les traitements sont également propres aux différentes sortes d’hépatites.

Dans les hépatites virales, guérissant en général de manière spontanée en 1 ou 2 mois, le traitement consiste essentiellement en repos et à une interdiction totale d’alcool qui fatiguerait le foie. Une fatigue générale peut persister.

–  L’hépatite A : pas de forme chronique, le traitement consiste en un repos.

–  L’hépatite B chronique : interféron alpha.

–  L’hépatite C chronique : association d’interféron alpha et de ribavirine.

Notons que tout le monde n’a pas forcément besoin d’un traitement, c’est le médecin bien entendu qui va décider de la stratégie à adopter pour lutter contre cette infection.

Dans un stade avancé, si le foie a une cirrhose ou un cancer, il se peut que l’unique traitement soit une transplantation de foie.

De nouveaux traitements sont apparus récemment contre l’hépatite C.

Phytothérapie

La phytothérapie n’est pas le traitement de premier choix pour soigner l’hépatite mais peut s’avérer être une mesure complémentaire intéressante surtout pour améliorer l’état du foie. Avant d’entreprendre un traitement nous vous conseillons de demander conseil à votre médecin.

hépatite phytothérapie

Premièrement en Suisse nous pouvons vous conseiller un médicament appelé LIV 52®, médicament issu de la médecine tibétaine à base de différentes plantes médicinales (comme le millefeuille) et qui semble efficace pour compléter la thérapie de l’hépatite C en améliorant l’état du foie.

Deuxièmement, ci-dessous vous trouverez des plantes médicinales qui ont un effet positif sur le foie (hépatoprotecteur) et qui peuvent aider lors d’hépatite :

chardon marie phytothérapie hépatite

– Le Chardon-Marie, à utiliser sous forme de comprimé ou gélule.

artichaut hépatite phytothérapie

– L’artichaut, à utiliser sous forme de comprimé ou de gélule.

Bons conseils

Différents bons conseils permettent de prévenir les hépatites. D’autres bons conseils permettent de favoriser une bonne guérison, lors du traitement d’hépatites aigües et chroniques.

–  Bons conseils en thérapie de l’hépatite

–  Bons conseils en prévention de l’hépatite

 Bons conseils pour aider à soigner une hépatite aigüe ou chronique

hépatite bons conseils prévention

–  Repos au lit.

–  Arrêt total d’alcool.

–  Arrêt de médicaments hépatotoxiques (paracétamol,…).

Bons conseils pour prévenir une hépatite :

–  Mesures d’hygiène telles que lavage des mains, précaution avec l’alimentation, crudités et fruits de mer, surtout en voyage. (hépatites A et E).

hépatite prévention vaccin

–  Vaccin pour les voyageurs et les professions à risque (professions de la santé), les personnes avec comportements à risques (toxicomanes). (hépatites A, B).

–  Utilisation de seringues neuves et stériles (toxicomanes) (hépatites B et D).

–  Utilisation de préservatifs (hépatites B et D).

–  Lutte contre l’alcoolisme (hépatite alcoolique).

Voir aussi nos dossiers spéciaux par type d’hépatite : hépatite A, hépatite B, hépatite C, hépatite D, hépatite E

Quizz (quizz spécial sur les hépatites).

Comment traduit-on hépatite  dans les autres langues ?
  • Portugais: hepatite
  • Espagnol: hepatitis
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 23.05.2017

Thèmes

Lire aussi :