Publicité

Fracture de la hanche : de nombreuses maladies augmentent les complications chirurgicales postopératoires

Fracture de la hanche : de nombreuses maladies augmentent les complications chirurgicales postopératoiresHELSINKI – La maladie de Parkinson, l’arthrose, les maladies rhumatismales, l’alcoolisme et les troubles de santé mentale augmentent le risque de complications chirurgicales après une fracture de la hanche, selon une nouvelle étude finlandaise qui analyse les registres nationaux. Les résultats ont été publiés le 30 novembre 2018 dans le journal Injury (DOI : 10.1016/j.injury.2018.10.030). Cette recherche montre que 4,6 % de tous les patients ayant subi une chirurgie de la hanche et 10 % de tous les patients ayant subi une arthroplastie totale de la hanche ont présenté des complications chirurgicales dans les trois mois suivant leur chirurgie.

L’étude a été réalisée en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Finlande orientale, de l’Hôpital universitaire Kuopio, de l’Université d’Helsinki et de l’Institut national finlandais pour la santé et le bien-être.

Étude menée sur 68’800 patients

Environ 7’000 fractures de la hanche sont traitées chaque année en Finlande, et ce nombre devrait augmenter à mesure que la population vieillit. Les complications chirurgicales postopératoires affaiblissent les résultats du traitement et entraînent une augmentation des coûts.

Les chercheurs ont utilisé la base de données finlandaise PERFECT (Performance, Effectiveness and Cost of Treatment) pour explorer la prévalence et les facteurs contribuant aux complications chirurgicales postopératoires conduisant à la réadmission à l’hôpital de patients ayant subi une chirurgie de la hanche. Les complications chirurgicales comme les fractures osseuses, les hémorragies, les infections et les complications associées aux implants survenant dans les trois mois suivant la chirurgie de la fracture de la hanche ont été incluses dans l’analyse. Les données comprenaient 68’800 patients ayant subi une fracture de la hanche, c’est-à-dire tous les patients âgés de plus de 50 ans qui ont subi leur première fracture de la hanche en Finlande entre 1999 et 2011.

Complications chirurgicales dues à l’âge et à certaines maladies

L’analyse montre que le traitement de la fracture de la hanche est associé à un risque important de complications chirurgicales puisque 4,6 % des patients ont subi des complications chirurgicales dans les trois mois suivant leur chirurgie. Selon les chercheurs, la prévalence élevée des complications s’explique en grande partie par l’âge élevé des patients et leurs comorbidités.

Le risque de complications chirurgicales était élevé chez les patients souffrant d’arthrose, de maladie de Parkinson, de rhumatisme articulaire aigu, de dépendance à l’alcool, de dépression ou de trouble psychotique.

« Une attention particulière doit être accordée au traitement des fractures de la hanche chez les patients qui souffrent de ces maladies », déclare le chirurgien orthopédiste Tero Yli-Kyyny, le premier auteur de cet article.

Augmentation des complications avec le retard de chirurgie et l’arthroplastie totale

L’arthroplastie totale de la hanche a été associée à plus de complications chirurgicales que les autres méthodes de traitement, 10 % des patients ayant subi une arthroplastie totale de la hanche ont subi une complication. Le risque de complications augmentait également si la chirurgie était retardée.

« Pour un patient ayant subi une fracture de la hanche, une arthroplastie totale de la hanche donne d’excellents résultats fonctionnels. Cependant, il y a étonnamment beaucoup de complications associées à son utilisation. Il semble qu’une sélection minutieuse des patients soit nécessaire pour traiter leur fracture de la hanche avec une arthroplastie totale de la hanche », dit le professeur Heikki Kröger de l’Université de Finlande orientale.

Il s’agissait de la première étude nationale basée sur un registre à se concentrer sur les complications postopératoires précoces dans le traitement de la fracture de la hanche. Des observations similaires de la prévalence des complications ont déjà été faites dans des études spécifiques aux hôpitaux. Le vaste ensemble de données utilisées dans l’étude a permis d’obtenir des observations entièrement nouvelles concernant, par exemple, le risque accru de complications chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Le 06 décembre 2018. Par la rédaction de Creapharma.ch (supervision scientifique par Xavier Gruffat, pharmacien). Sources : Communiqué de presse de l’étude (en anglais). Référence : Injury (DOI : 10.1016/j.injury.2018.10.030)
Crédit photo : Adobe Stock

Lire aussi : dossier complet sur la fracture de la hanche

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 06.12.2018