Tests de diagnostic recommandés par âge et sexe

Tests de diagnostic pour adultes

Tests de diagnostic recommandésRemarques importantes – A lire absolument
1. Cette page est en construction constante et peut évoluer en fonction de nouvelles informations médicales
Aux Etats-Unis surtout, de plus en plus de médecins estiment que la population a tendance à effectuer trop de tests de diagnostic inutiles, on parle aussi de “sur-diagnostic”.
Lire news ci-dessous
2. Nous vous rendons aussi attentif au fait de bien contrôler vos vaccins (lire calendrier vaccinal), surtout si vous devez vous rendre à l’étranger (ex. vaccin fièvre jaune pour certaines régions, etc.)
3. Il peut être conseillé d’effectuer un check-up ou bilan de santé annuel chez un médecin (mesure de la tension, prise de sang avec mesure de la glycémie, du cholestérol et des triglycérides, examen cardio-vasculaire, analyse d’urine, etc). Lire: Faut-il effectuer un check-up annuel ?
4. Il est conseillé de faire un contrôle annuel chez un (médecin)-dentiste. On l’oublie parfois mais les dents et toute la région buccale appartiennent entièrement au corps humain, il faut en prendre soin d’autant plus qu’on sait qu’une mauvaise hygiène buccale peut avoir des effets sur le reste du corps (notamment au niveau cardiaque).
5. Nous vous recommandons de contrôler et surveiller votre peau régulièrement par exemple 3 fois par an, soit de bien observer vos grains de beauté ou toute irrégularité sur votre peau, on parle aussi d’auto-contrôle de la peau. En cas de changement de couleur, de variation de taille, d’asymétrie (grain de beauté pas symétrique ou régulier) ou de bord irrégulier d’un de vos grains de beauté veuillez consulter immédiatement un médecin, de préférence un dermatologue. Nous vous conseillons aussi de vous rendre une fois par année chez un dermatologue pour lui montrer votre peau, voire plus souvent si vous êtes à risque de développer un cancer de la peau.


Âge Examens, tests spécifiques à faire pour FEMMES Examens, tests spécifiques à faire pour HOMMES
20-29 ans – Examen gynécologique annuel et chaque 2 ans un frottis pour dépister le cancer du col de l’utérus– (Examen des hormones thyroïdiennes)

– Eventuellement dépistage de certaines MST (HIV, syphilis, etc)

– Eventuellement dépistage de certaines MST (HIV, syphilis, etc)
30 – 39 ans – Examen gynécologique annuel y compris mammographie annuelle chez les femmes ayant des cas de cancer du sein dans la famille et chaque 2 ans un frottis pour dépister le cancer du col de l’utérus– (Examen des hormones thyroïdiennes)

– Eventuellement dépistage de certaines MST (HIV, syphilis, etc)

– Eventuellement dépistage de certaines MST (HIV, syphilis, etc)
40-49 ans – Examen gynécologique annuel y compris mammographie annuelle chez les femmes ayant des cas de cancer du sein dans la famille et chaque 2 ans un frottis pour dépister le cancer du col de l’utérus- Examen annuel chez un ophtalmologiste pour dépister le glaucome

– (Examen des hormones thyroïdiennes)

– Examen annuel chez un ophtalmologiste pour dépister notamment le glaucome

 

– Chaque homme devrait faire annuellement un contrôle de la prostate, pratiqué en général par un toucher rectal et/ou parfois par un test PSA (ce test est de plus en plus indiqué seulement chez les personnes à risque. Pour les hommes sains et non à risque, discutez-en avec votre médecin, aux Etats-Unis chez les hommes non à risque, le test devrait être réalisé seulement entre 55 et 69 ans, ni avant, ni après. Découvrez notre dossier complet sur le test du PSA).

50 – 59 ans – Examen gynécologique annuel y compris mammographie annuelle chez les femmes ayant des cas de cancer du sein dans la famille et chaque 2 ans un frottis pour dépister le cancer du col de l’utérus- Examen annuel chez un ophtalmologiste pour dépister notamment le glaucome

– Effectuez une coloscopie (avant 50 ans pour les cas de cancer du côlon ou de l’intestin dans la famille) – examen à répéter chaque 10 ans.

Selon une étude américaine parue en 2013, effectuer une coloscopie chaque 10 ans réduit le risque de cancer du
côlon de 40%, grâce à un dépistage des cellules tumorales.

En France, la coloscopie systématique n’est pas recommandée. Les Français (et résidents) reçoivent chaque 2 ans un test de dépistage de la part de la Sécurité sociale qui repose sur la recherche de sang dans les selles. En cas de test positif, le médecin demandera au patient d’effectuer une coloscopie.

– (Examen des hormones thyroïdiennes)

– Examen annuel chez un ophtalmologiste pour dépister notamment le glaucome

– Chaque homme devrait faire annuellement un contrôle de la prostate, pratiqué en général par un toucher rectal et/ou parfois par un test PSA (ce test est de plus en plus indiqué seulement chez les personnes à risque. Pour les hommes sains et non à risque, discutez-en avec votre médecin, aux Etats-Unis chez les hommes non à risque, le test devrait être réalisé seulement entre 55 et 69 ans, ni avant, ni après. Découvrez notre dossier complet sur le test du PSA).

 

– Effectuez une coloscopie (avant 50 ans pour les cas de cancer du côlon ou de l’intestin dans la famille) – examen à répéter chaque 10 ans.Selon une étude américaine parue en 2013, effectuer une coloscopie chaque 10 ans réduit le risque de cancer du
côlon de 40%, grâce à un dépistage des cellules tumorales.

En France, la coloscopie systématique n’est pas recommandée. Les Français (et résidents) reçoivent chaque 2 ans un test de dépistage de la part de la Sécurité sociale qui repose sur la recherche de sang dans les selles. En cas de test positif, le médecin demandera au patient d’effectuer une coloscopie.

60-69 ans (- Examen gynécologique annuel)- mammographie annuelle chez toutes les femmes)

– Examen annuel chez un ophtalmologiste pour dépister notamment le glaucome

– Effectuez une coloscopie (avant 50 ans pour les cas de cancer du côlon ou de l’intestin dans la famille) – examen à répéter chaque 10 ans.

Selon une étude américaine parue en 2013, effectuer une coloscopie chaque 10 ans réduit le risque de cancer du
côlon de 40%, grâce à un dépistage des cellules tumorales.

En France, la coloscopie systématique n’est pas recommandée. Les Français (et résidents) reçoivent chaque 2 ans un test de dépistage de la part de la Sécurité sociale qui repose sur la recherche de sang dans les selles. En cas de test positif, le médecin demandera au patient d’effectuer une coloscopie.

– (Examen possible de densitométrie osseuse, surtout en cas d’ostéoporose, par exemple dans la famille)

– (Examen des hormones thyroïdiennes)

PS. N’oubliez pas de vous faire vacciner contre la grippe (en Suisse après 65 ans)

 

– Chaque homme devrait faire annuellement un contrôle de la prostate, pratiqué en général par un toucher rectal et/ou parfois par un test PSA (ce test est de plus en plus indiqué seulement chez les personnes à risque, pour les hommes sains et non à risque, discutez-en avec votre médecin, aux Etats-Unis chez les hommes non à risque, le test devrait être réalisé seulement entre 55 et 69 ans, ni avant, ni après. Découvrez notre dossier complet sur le test du PSA).- Examen annuel chez un ophtalmologiste pour dépister notamment le glaucome

– Effectuez une coloscopie (avant 50 ans pour les cas de cancer du côlon ou de l’intestin dans la famille) – examen à répéter chaque 10 ans.

Selon une étude américaine parue en 2013, effectuer une coloscopie chaque 10 ans réduit le risque de cancer du
côlon de 40%, grâce à un dépistage des cellules tumorales.

En France, la coloscopie systématique n’est pas recommandée. Les Français (et résidents) reçoivent chaque 2 ans un test de dépistage de la part de la Sécurité sociale qui repose sur la recherche de sang dans les selles. En cas de test positif, le médecin demandera au patient d’effectuer une coloscopie.

PS. N’oubliez pas de vous faire vacciner contre la grippe (en Suisse après 65 ans)

plus que 70 ans (- Examen gynécologique annuel y compris mammographie annuelle chez les femmes ayant des cas de cancer du sein dans la famille et chaque 2 ans un frottis pour dépister le cancer du col de l’utérus)- Examen annuel chez un ophtalmologiste pour dépister le glaucome

– Effectuez une coloscopie (avant 50 ans pour les cas de cancer du côlon ou de l’intestin dans la famille) – examen à répéter chaque 10 ans.

Selon une étude américaine parue en 2013, effectuer une coloscopie chaque 10 ans réduit le risque de cancer du
côlon de 40%, grâce à un dépistage des cellules tumorales.

En France, la coloscopie systématique n’est pas recommandée. Les Français (et résidents) reçoivent un test de dépistage de la part de la Sécurité sociale, juqu’à 74 ans, qui repose sur la recherche de sang dans les selles. En cas de test positif, le médecin demandera au patient d’effectuer une coloscopie.

– (Examen possible de densitométrie osseuse, surtout en cas d’ostéoporose, par exemple dans la famille)

PS. N’oubliez pas de vous faire vacciner contre la grippe

– Chaque homme devrait faire annuellement un contrôle de la prostate, le test du PSA n’est plus conseillé à partir de 70 ans (sauf avis médical).Découvrez notre dossier complet sur le test du PSA

– Examen annuel chez un ophtalmologiste pour dépister le glaucome

– Effectuez une coloscopie (avant 50 ans pour les cas de cancer du côlon ou de l’intestin dans la famille) – examen à répéter chaque 10 ans.

Selon une étude américaine parue en 2013, effectuer une coloscopie chaque 10 ans réduit le risque de cancer du
côlon de 40%, grâce à un dépistage des cellules tumorales.

En France, la coloscopie systématique n’est pas recommandée. Les Français (et résidents) reçoivent un test de dépistage, jusqu’à 74 ans, de la part de la Sécurité sociale qui repose sur la recherche de sang dans les selles. En cas de test positif, le médecin demandera au patient d’effectuer une coloscopie.

PS. N’oubliez pas de vous faire vacciner contre la grippe

Lire aussi notre page: prévention (chaque semaine un bon conseil)

Lire aussi: Faut-il effectuer un check-up annuel ?

Voici aussi des articles intéressants sur ce sujet

USA: De grandes organisations de médecins recommandent moins de tests

WASHINGTON Neuf organisations américaines de médecins spécialisés, dont des cancérologues, recommandent moins d’examens et de tests souvent inutiles, voire parfois néfastes aux patients. Cela permettrait, selon elles, d’économiser des centaines de milliards de dollars annuellement.

Ces groupements professionnels représentent 375’000 médecins. Leurs recommandations portent sur les 45 tests et procédures les plus fréquents, notamment pour les personnes en fin de vie.

Selon le Dr Glenn Braunstein, responsable de l’innovation clinique au Centre médical Cedars-Sinaï à Los Angeles (Californie), ces examens, tests et traitements inutiles représenteraient jusqu’à un tiers des 2000 milliards de dollars de dépenses de santé annuelles du pays.

Dans la liste de ces tests trop souvent et inutilement effectués, figurent un électrocardiogramme fait de manière routinière durant l’examen de santé annuel ou la prescription d’antibiotiques pour traiter une sinusite. Dans la plupart des cas, celle-ci se dissipe seule dans les dix jours.

L’American Society of Clinical Oncology s’est aussi prononcée. Elle prône de réduire le nombre de scanners pour les femmes atteintes d’une tumeur précoce du sein, ainsi que le test sanguin de détection du cancer de la prostate chez certains hommes dont une tumeur éventuelle présente peu de risque de se développer.

“Problème culturel”

Les médecins américains procèdent à des examens inutiles pour se protéger d’actions en justice éventuelle. Il y a aussi “souvent le désir aux Etats-Unis dans le public de vouloir se faire faire tous les tests dans le faux espoir qu’on découvre une maladie aux tous premiers stades de développement et de pouvoir ainsi la guérir”, a expliqué le Dr Braunstein qualifiant cette attitude de “problème culturel”.

“Ce qui se produit le plus généralement, surtout avec les échographies, scanners et autres techniques d’imagerie, c’est la découverte d’une tumeur bénigne. Cela conduit à d’autres examens plus envahissants comme des biopsies qui comportent des risques de complication voire mortels”, a-t-il dit.

ATS : 24 mars 2012


Quatre fois par an chez le médecin (Suisse)

Sur une période d’une année, quatre personnes sur cinq ont au moins un contact avec un médecin. Le nombre annuel moyen de consultations médicales par habitant s’élève à 4,5 pour les femmes et à 3,5 pour les hommes. Le recours au médecin augmente avec l’âge, plus tôt pour le spécialiste (dès 45 ans) que pour le généraliste (dès 55 ans). Au cours d’une année, 65% de la population consultent par ailleurs au moins une fois un dentiste et 12% sont hospitalisés.

L’enquête suisse sur la santé est réalisée tous les cinq ans. En 2007, près de 19’000 personnes de plus de quinze ans résidant en Suisse dans un ménage privé y ont participé.


ATS, 2 novembre 2010

Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 28.11.2016

Thèmes