Tiques



Que faire en cas de piqûres de tiques ?

1. Il est important de retirer la tique le plus vite possible, car plus elle reste fixée à la peau longtemps et plus le risque est élevé d’une contamination par des virus ou bactéries (pour autant que la tique soit porteuse des ces virus et bactéries). On sait notamment que la tique peut transmettre la maladie de Lyme, causée par une bactérie, seulement si elle reste fixée à la peau pendant au moins 24 heures (infographie juste ci-dessous). Par contre lors de FSME ou méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE), la transmission des virus a lieu immédiatement à l’homme lors d’une piqûre.


2. Consultez un pharmacien pour qu’il puisse observer les symptômes et vous orienter ou non vers un médecin. Dans certains cas, une piqûre de tiques se soigne bien sans avoir besoin de se rendre chez un médecin.

Lisez aussi notre dossier complet sur la maladie de Lyme (borréliose)

En bas de page, n’oubliez pas de participer à notre quiz pour bien tester vos connaissances

Définition

Définition des tiquesLes tiques (en latin Ixodes ricinus) sont des arachnides présents dans la nature, qu’on trouve en particulier dans les sous-bois, les clairières et les forêts. Les tiques peuvent piquer l’homme et provoquer parfois de graves maladies.
Il existe plusieurs espèces de tiques, plus de 850 dans le monde. En Suisse l’espèce la plus répandue est Ixodes ricinus, appelée aussi tique du mouton.

Structure des tiques
Une tique se compose d’une tête, nommée rostre, qui lui permet de se nourrir en suçant le sang de la peau de l’homme et de s’y fixer solidement tout en injectant parfois des bactéries ou virus. Une femelle tique (Ixodes ricinus) adulte peut atteindre une longueur de 4 mm. Si la tique est gorgée de sang, elle peut même avoir 7 à 8 mm de longueur.

Saison des tiques
En général, les tiques sont présentes dans la nature dès le printemps (mars à juin) mais peuvent persister jusqu’à l’automne (octobre), les tiques sont souvent présentes dès que la température est supérieure à 7°C. On estime que c’est au printemps et en automne que les tiques sont les plus actives, c’est-à-dire moins en été.

Lieux des tiques
Les tiques du mouton (Ixodes ricinus) se trouvent la plupart du temps sur des buissons ou des hautes herbes (notre schéma ci-dessous) à une hauteur ne dépassant pas 1 m. On les trouve notamment en lisière des forêts ou dans des clairières ainsi que dans des prairies. Les tiques peuvent aussi se trouver dans les forêts (de feuillus ou mixtes).
Les tiques peuvent vivre jusqu’à environ 1500 m d’altitude, c’-est-à-dire de 0 à 1500 m au-dessus du niveau de la mer.
Définition des tiques

Développement  des tiques
Une tique femelle peut pondre jusqu’à 3000 oeufs pendant sa vie, mais la majorité de ces oeufs ne donnera pas une tique adulte. La durée de développement de la tique, en 3 étapes, depuis la larve (taille d’environ 0,5 mm) puis de la nymphe (taille entre 0,5 et 1,5 mm) puis de la tique adulte (taille d’une femelle entre 4 et 5 mm) dure 3 ans.
Il faut aussi savoir que les nymphes représentent un grand danger. En effet, elles peuvent être porteuses de bien plus d’agents pathogènes que les tiques adultes.

Zones sur le corps appréciées des tiques
Les tiquent apprécient particulièrement les zones chaudes, humides et où la peau est fine sur le corps. C’est pourquoi ces endroits sont particulièrement touchés : pli des genoux, intérieur de la cuisse, aine, nombril, creux des aisselles, cou, nuque, derrière les oreilles.
De plus, chez les enfants le cuir chevelu est aussi régulièrement concerné.

Transmission d’agents infectieux
Les tiques peuvent transmettre des virus ou bactéries à l’homme et provoquer deux maladies infectieuses sérieuses (d’autres maladies moins fréquentes peuvent aussi être véhiculées par les tiques comme la babésiose ou la rickettsie, ces deux dernières maladies sont provoquées par des bactéries) :

1. La FSME (pour Frühsommer-Meningo-Enzephalitis qui provient de l’allemand) appelée aussi méningite à tique ou méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE) est transmise par le virus de l’encéphalite à tiques qui peut mener à divers symptômes neurologiques plus ou moins graves. Dans diverses régions de Suisse le taux d’infection des tiques par ce virus serait compris entre 0,5% et 3% par tique, souvent en moyenne 1%. Ce taux d’infection des tiques est bien inférieur à certaines régions d’Europe, notamment dans les pays de l’Est, où le taux d’infection des tiques par le virus de la méningite à tiques peut atteindre 40%. Avec des taux aussi élevé, la vaccination semble presque obligatoire.
En français, on utilise parfois aussi le terme de méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE).
La vaccination est la seule méthode de prévention efficace.
En cas de FSME, la transmission des virus a lieu immédiatement à l’homme lors d’une piqûre, à la différence de la maladie de Lyme (lire ci-dessous). Les virus de la FSME se trouvent dans les glandes salivaires des tiques.

2. La borréliose ou maladie de Lyme (maladie de Lyme-borréliose ou borréliose de Lyme), transmise par la bactérie Borrelia burgdorferi, peut provoquer divers problèmes dermatologiques ou articulaires. Dans certaines régions de Suisse le taux d’infection des tiques par cette bactérie serait d’environ 50%. En moyenne, il semble que le taux d’infection des tiques par cette bactérie soit de 5 à 30% : tout en sachant donc que toutes les tiques infectées ne transmettront pas forcément la maladie et qu’il y a d’importantes différences en fonction des régions en Suisse.
Comme on peut le voir la borréliose est une maladie plus fréquente que la FSME. Découvrez notre dossier complet sur la maladie de Lyme (borréliose)
On estime que les tiques infectées transmettent la maladie de Lyme à l’homme seulement lorsqu’elles restent fixées sur la peau pendant plus de 24 heures. D’où l’intérêt d’enlever rapidement la tique de la peau (lire sous Traitements).

Epidémiologie

Données pour la Suisse:
Relevons tout d’abord que la borréliose est une maladie plus fréquente que la FSME.

FSME (encéphalite à tiques verno-estivale )
En 2016, on a compté en Suisse 201 cas de FSME, selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). En moyenne annuelle, la Suisse compte entre 100 et 250 cas de FSME.
On estime qu’environ 0,5% à 1% des cas de FSME sont mortels. L’OFSP relève que chaque année en Suisse en moyenne 1 personne meurt de FSME.
En Suisse romande, les cantons les plus touchés sont Fribourg, Berne et Jura.

Borréliose (maladie de Lyme)
En Suisse environ 10’000 personnes contractent chaque année la borréliose selon des données de mars 2017 de l’OFSP. La moyenne annuelle est de 6’000 à 12’000 cas.
Lire davantage sur la maladie de Lyme

Vaccination (contre la FSME)
Quelque 17 % des Suisses se sont fait vacciner contre la FSME, selon l’ATS.

Consultations médicales
Selon l’OFSP,  en Suisse 28’980 personnes ont consulté un médecin en 2016 suite à une piqûre de tiques, il s’agit d’un record comparé aux autres années.

Causes

Les tiques se trouvent principalement dans la nature en forêt ou à leur lisière (sous-bois, clairières).

Causes d'une piqûre de tique

Les zones où se trouvent des tiques porteuses du virus de la FSME ou de la bactérie de la borréliose sont nommées zones endémiques ou zones à risque.
Depuis le début du 21ème siècle, on assiste en Suisse à une recrudescence des cas d’encéphalite à tiques. Ce phénomène est en partie dû aux changements climatiques.

Il faut savoir que la tique pique l’homme pour se nourrir et que ce n’est pas la tique elle-même qui peut provoquer des complications mais des agents infectieux véhiculés par la tique comme un virus (virus de la FSME qui provoque la FSME) ou une bactérie (Borrelia burgdorferi qui provoque la borréliose).

Tous les groupes de personnes avec un lien avec la forêt en zone endémique : promeneurs, forestiers, chasseurs, militaires ou sportifs peuvent potentiellement être piqués.

Zones à risque (régions à risque)
Votre médecin ou pharmacien pourra vous informer sur le lieu de ces zones à risque dans votre pays, en Suisse par exemple c’est plutôt la partie alémanique (Suisse allemande) du pays qui connaît le plus grand nombre de piqûres de tiques potentiellement dangereuses, comme c’est le cas par exemple pour les cantons de Berne, Zurich ou Argovie.
Notons toutefois en Suisse Romande que ce sont les régions des trois lacs : canton de Neuchâtel, Berne et Fribourg ainsi que la région de la plaine de l’Orbe et d’Yverdon dans le canton de Vaud qui présentent des forêts avec des tiques vecteurs des maladies de la FSME ou de la borréliose.

En France, il s’agit surtout de l’Alsace qui est concerné par le problème des tiques même si selon certains internautes français de Creapharma, de nombreuses autres régions (y.c. la région parisienne) seraient désormais concernées par ce problème. On observe aussi dans la région de Bordeaux des cas de tiques.

Dans le reste de l’Europe, il s’agit plutôt de la partie est du continent qui est concerné par des tiques porteurs des agents infectieux, il s’agit notamment de l’Autriche, du nord de l’Italie, du sud de l’Allemagne et de tous les pays à l’est de l’Autriche (Roumanie, Hongrie) jusqu’à la Russie.

Il est intéressant de relever que les tiques infectées par la bactérie responsable de la borréliose semblent plus résistantes que leurs congénères non porteuses. La maladie modifierait le comportement des acariens afin d’optimiser les chances de transmission (source, Université de Neuchâtel, septembre 2013).

Période d’incubation de la FSME :
De 2 à 28 jours.

Période d’incubation de la maladie de Lyme : 
De plusieurs jours à plusieurs semaines.

Symptômes

En général, une piqûre de tique passe souvent inaperçu, car cet arachnide véhicule des substances anesthésiques masquant la douleur de la piqûre.
C’est pourquoi après chaque promenade en forêt (dans les zones à risques) il est important de surveiller les régions de la peau exposées afin d’observer la présence ou non de tiques et, le cas échéant, de les retirer.

Dans la majorité des cas (de l’ordre de 80 à 90%) les tiques infectées ne provoqueront aucune complication, toutefois dans 10% des cas il se peut qu’une personne développe la FSME ou la borréliose (dans une zone à risque évidemment):

1. Symptômes de la FSME

Les symptômes de la FSME (les symptômes apparaissent en général une à deux semaines après la piqûre) sont dans un premier temps souvent semblables à ceux de la grippe : comme des maux de tête, des douleurs dans les membres et de la fièvre.
Par la suite (environ 2 à 4 semaines après la piqûre) pour un tiers des malades infectés par le virus de la FSME des symptômes plus graves apparaissent comme des troubles mentaux, une fièvre très élevée, de très forts maux de tête, un raidissement de la nuque, des vomissements ou même de la paralysie. On parle de symptômes pseudo-grippaux.
Chez 5 à 15% des personnes ayant développé des symptômes ressemblant à la grippe, une méningite peut se développer touchant ainsi le cerveau. Les symptômes de la méningite sont en particulier raideur de la nuque, troubles de la conscience et paralysie. D’autres symptômes peuvent apparaître comme de la fatigue.

1 % à 2% environ des personnes ayant développés des symptômes graves (c’est-à-dire des malades) décéderont (au total 1 sur 2’000 dans l’ensemble des personnes piquées par les tiques). Ce qui rappelle le devoir de chacun de consulter rapidement un médecin pour tout symptôme suspect ou alarmant (forte fièvre, rougeur élargie au point de piqûre après quelques jours).

2. Symptômes de la borréliose (maladie de Lyme)

Cette maladie peut provoquer des problèmes dermatologiques et surtout articulaires (arthrite). Il peut également s’installer chez le patient une borréliose chronique, en cas d’échec d’une thérapie avec des antibiotiques, avec des symptômes qui perdurent plus de 6 mois après la piqûre. Découvrez tous les symptômes de la borréliose (maladie de Lyme)


Pour résumer, un signe général mettant en garde d’une complication due à une piqûre de tique (FSME ou borréliose) est la présence de fièvre ainsi qu’un élargissement (jusqu’à 10 cm) et une coloration rouge au point de la piqûre. Dans ce cas, consultez rapidement un médecin.

Traitements

1. En prévention des tiques :

A. En prévention de la FSME (maladie véhiculée par les tiques) – vaccination 

prévention des tiques

Pour les groupes à risque (forestier, habitation en zone endémique, scouts, campeurs) la vaccination (seul moyen efficace) est désormais recommandée en Suisse dès mars 2006.
Les adultes et enfants de plus de 6 ans qui séjournent dans une région forestière ou rurale à moins de 1500 mètres d’altitude devraient se faire vacciner.

On estime à 17% le nombre de Suisses vaccinés.

Schéma de vaccination contre la FSME
La vaccination contre la FSME se fait en général avec 3 injections. Comme le relève le site suisse de référence Pharmavista.net consulté en octobre 2017, les deux premières doses sont en général administrées à intervalle d’un mois et la troisième dose est administrée en général 5 à 12 mois après la 2ème dose selon le vaccin et confère une protection de 95% et d’au moins 10 ans. Remarquons qu’après 2 injections, il existe une protection limitée dans le temps. En cas de risque d’exposition persistant, un rappel est nécessaire tous les 10 ans.


Il faut savoir que la thérapie de la FSME une fois déclarée ne permet que de soigner les symptômes et donc la vaccination reste le seul moyen efficace pour lutter contre cette infection de façon efficace.

B. En prévention de la maladie de Lyme :

Il n’existe pas de vaccin contre la maladie de Lyme (borréliose). Lire davantage sur notre dossier complet de la maladie de Lyme

2. En traitement après une piqûre de tiques :

Première chose à faire après une piqûre de tiques :
Enlevez la tique avec une pince (modèles en vente en pharmacie ou utiliser une pince à épiler) le plus vite possible, désinfectez la piqûre et observez l’évolution. En cas d’augmentation de la taille de la piqûre ou de fièvre consultez un médecin.

En cas de maladies déclarées (FSME ou borréliose) après une piqûre de tique :
– FSME : les médecins traiteront les symptômes, il n’existe pas de thérapie causale (à notre avis) pour cette maladie.
– La borréliose ou maladie de Lyme : traitement de la cause (car il s’agit d’une bactérie) avec des antibiotiques. En Allemagne, les médecins recommandent en général un traitement quotidien à base de doxycyline 200 mg pendant 20 jours.
Découvrez tous les traitements contre la maladie de Lyme

Bons conseils & Prévention

– Lors de promenades en forêt dans des zones endémiques utilisez des produits répulsifs efficaces contre les tiques (attention toutefois, car tous les produits n’ont pas une efficacité prouvée, renseignez-vous auprès d’un spécialiste pour trouver le bon répulsif). Des produits à base de DEET ou permethrin sont efficaces. Lire également sous piqûres d’insectes les différents révulsifs à disposition

– Evitez de toucher les plantes proches du sol, comme les herbes hautes, les buissons, les arbustes ou les broussailles.

–  Vérifiez, après une sortie en forêt (surtout en zone endémique) que vous n’ayez pas une tique sur votre peau, si oui, il faut l’enlever le plus rapidement possible, il existe en pharmacie des pinces spéciales qu’on nomme tire-tique (la tique se fixe avec une forme de colle à la peau ce qui oblige à l’utilisation de pince) pour enlever les tiques, vous pouvez aussi utiliser une pince à épiler. Si vous n’arrivez ou ne voulez pas le faire vous-même, votre pharmacien ou médecin peut vous aider.
Il faut être rapide, car les tiques infectées ne transmettent la borréliose que lorsqu’elles restent fixées sur la peau pendant un laps de temps relativement long, vraisemblablement plus de 24 heures.
N’oubliez également pas de bien désinfecter la piqûre, noter la date de la piqûre et observer son évolution.
Certains endroits du corps, où la peau est fine, sont plus touchés par les tiques (lisez ci-dessus sous Définition).

– Rentrez les chemises et pulls dans le pantalon, recouvrez les chaussettes des pantalons lors de sorties en forêt dans des zones endémiques pour les tiques. Portez si possible des vêtements fermés (long pantalons, longues manches).

– Portez des vêtements de couleur claire, car les tiques se voient mieux sur fond clair, afin de pouvoir bien les identifier.

– L’utilisation d’huile ou d’éther sur la tique et sa piqûre semble n’avoir aucun effet sur l’évolution négative ou positive des maladies (Lyme et FSME) véhiculées par la tique. En résumé : à ne pas utiliser ce genre de produits.

– Relevons que les tiques qu’on retrouve par exemple sur des animaux de compagnie (chiens, chats) ne sont pas porteuses de tiques qui peuvent véhiculer des virus ou bactéries (responsables des maladies mentionnées dans ce dossier). Le risque est donc selon un médecin suisse qui s’exprimait dans le journal Astrea (Journal pour les pharmacies) en septembre 2010 proche de zéro d’attraper une maladie (Lyme, FSME). N’ayez donc pas peur des tiques de vos chiens. Attention toutefois, si vous allez en forêt avec votre chien, il faudra au retour de la promenade aussi contrôler la peau du chien à la recherche de piqûre de tiques.

– Renseignez-vous sur l’état dans votre région des tiques. Si vous travaillez dans une forêt en zone endémique ou que vous vous rendiez souvent dans une telle zone faites-vous vacciner contre la FSME (demandez conseil à votre médecin). Davantage d’informations sur la vaccination ci-dessus dans la rubrique Traitements
Si vous habitez en Suisse, téléchargez une application appelée simplement “Tique” dans l’App Store ou sur Google Play Store afin de connaître les zones à risque concernant la FSME et la maladie de Lyme (borréliose).  Le site Internet www.fsme-schweiz.ch, développé par la Confédération Suisse, peut aussi vous renseigner.

Découvrez aussi notre page spéciale sur la méningite et sur la maladie de Lyme (article plus spécifique)

Quiz


Sources & Références : 
Université de Neuchâtel, OFSP, ATS (agence de presse suisse), Pharmavista.net (site suisse de référence sur les médicaments), Pfizer Suisse (Zurich).

Crédits photos : 
Fotolia.com

Comment traduit-on les tiques  dans d’autres langues ?
  • Anglais : tick (tick bites=piqûres de tiques)
  • Allemand : Zecken
  • Italien : zecche
  • Portugais : carrapato
  • Espagnol : garrapata
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 18.06.2018