Vaccin contre la grippe



La vaccination contre la grippe est le moyen le plus efficace pour prévenir la grippe, une maladie d’origine virale très contagieuse. Découvrez aussi notre dossier complet sur cette maladie infectieuse


Vaccination : 10 idées fausses à corriger

Informations intéressantes sur la vaccination contre la grippe

Remarque 
Certaines personnes, nommées personnes à risques, devraient se faire vacciner contre la grippe chaque année (lire davantage ci-dessous pour connaître la liste de ces personnes).

Vaccination en Suisse
– Il existe différentes marques de vaccins contre la grippe vendus en pharmacie sous prescription médicale (ordonnance). Quelques exemples de vaccins vendus en Suisse pendant la saison 2017/2018 : Influvac®, Fluarix® Tetra, Aggripal® ou Mutagrip®. Relevons aussi un vaccin avec adjuvant (MF59C)nommé Fluad® qui permet de renforcer son efficacité, ce vaccin est seulement autorisé pour les adultes à partir de 65 ans.
– En Suisse, il est possible de se faire vacciner contre la grippe en pharmacie dans la plupart des cantons suisses. Découvrez sur ce site une liste de pharmacies où il est possible de se faire vacciner.

Vaccins atténués
Les vaccins injectables contre la grippe sont à base d’une souche inactive du virus de la grippe, on parle aussi de vaccins vivants atténués. Comme ils sont assez immunogéniques (qui favorisent une bonne défense immunitaire), les vaccins injectables contre la grippe ne contiennent pas de sels d’aluminium comme l’hydroxyde d’aluminium ou le phosphate d’aluminium.
Aux Etats-Unis, environ 90% des vaccins contre la grippe sont fabriqués à partir de virus cultivés dans des millions d’œufs de poule, comme le relève un article du Wall Street Journal en décembre 2017.

Fonctionnement du vaccin 
Le vaccin contre la grippe est efficace grâce à une activation d’anti-corps spécifiques contre le virus de la grippe. Ainsi lorsque la grippe est présente dans la société, la personne vaccinée aura déjà des anti-corps (si le vaccin est efficace, voir ci-dessous) pour pouvoir lutter contre le virus de la grippe.

Durée efficacité 
Le vaccin devient efficace 15 jours après le jour de la vaccination contre la grippe. Les réponses vaccinales sont transitoires et meilleures dans les 3 à 4 premiers mois, selon le site suisse spécialiste des médicaments Pharmavista.net (consulté le 25 septembre 2017).

Quand se faire vacciner ?
Selon l’OFSP (autorité médicale en Suisse, à Berne, selon des informations de novembre 2015) la vaccination contre la grippe saisonnière doit se faire chaque année en octobre et en novembre (pour l’hémisphère nord), de préférence entre mi-octobre et mi-novembre, pour ceux qui veulent éviter ou diminuer les risques d’attraper la grippe. Une vaccination en décembre est encore possible.

Efficacité vaccin grippe
– Le vaccin a une efficacité de 70 à 90% en fonction des années, car cela dépend du choix de la souche du vaccin (effectué par l’OMS en été). Néanmoins, une étude parue en octobre 2011 a montré que l’efficacité de la vaccination contre la grippe pouvait parfois être en moyenne de seulement 59% ou même moins dans certaines régions du monde. Aux Etats-Unis pendant la saison 2016-2017 le vaccin contre la grippe présentait une efficacité de 42% et pendant la saison 2014-2015 de seulement 19%, selon un article du Wall Street Journal du 9 décembre 2017. Dans une bonne année, l’efficacité du vaccin contre la grippe aux Etats-Unis est d’environ 60%.
On estime qu’un vaccin en général devrait avoir un taux d’efficacité idéalement de 90%. Par comparaison, le vaccin contre la rougeole a une efficacité d’environ 97%.
– En Suisse pendant la saison 2014/2015, le vaccin contre la grippe n’a pas été autant efficace que les autres années. En effet, le virus de la grippe qui circulait pendant cette saison ne correspondait pas exactement à celui auquel les fabricants du vaccin se sont référés. Toutefois, une protection même partielle reste meilleure qu’aucune protection du tout.

Nombre de personnes vaccinées 
– En Suisse entre 10% et 15% de la population se fait vacciner chaque année contre la grippe selon des informations datant de 2009.  Selon une enquête réalisée en Suisse pendant la saison 2013/2014, seulement 37% des plus de 65 ans, 31% des malades chroniques et 19% du personnel de la santé en contact direct avec les patients s’étaient fait vacciner contre la grippe.
– Aux Etats-Unis, en 2017 les industriels ont estimé que 166 millions de doses du vaccin sous forme injectable ont été disponibles pour la population américaine. Avec une population américaine d’environ 330 millions d’habitants, cela représente 1 dose pour un peu plus de 50% de la population.

Obésité et vaccination 
Chez les personnes obèses, l’efficacité de la vaccination contre la grippe peut être divisée par deux. Une étude réalisée par l’Université de Caroline du Nord (University of North Carolina) à Chapel Hill aux Etats-Unis a découvert que les personnes obèses (IMC supérieur à 30) vaccinées contre la grippe avaient 2 fois plus de risque de développer la grippe en comparaison avec les personnes ayant un poids normal. Cette étude a été publiée online le 25 juillet 2017 dans le journal scientifique International Journal of Obesity. Le vaccin contre l’hépatite B est aussi connu pour être moins efficace chez les personnes obèses.

Maladies cardio-vasculaires et grippe
– Selon une étude publiée par le Canadian Medical Association Journal en 2010, la vaccination contre la grippe permettrait de réduire d’environ 19% le risque de voir survenir un premier infarctus du myocarde et d’environ 30% lorsqu’elle est destinée à protéger des patients à risque cardiovasculaire.
– Une autre étude parue en 2012 réalisée par des chercheurs Brésiliens portant sur 190’000 patients des hôpitaux publics de la ville de Sao Paulo (Brésil) arrive plus ou moins aux mêmes conclusions que celle publiée dans le Canadian Medical Association Journal. L’étude brésilienne a constaté une augmentation d’environ 20% des cas de maladies cardiaques pendant la période juillet-août (l’hiver dans cette région du Brésil).

Comment le vaccin contre la grippe est-il élaboré ? Importance de l’Australie 
Il existe 4 catégories du virus de la grippe qui provoque la maladie (symptômes) chez l’humain. Il s’agit des virus de type A, avec le H1N1 et le H3N2 et ceux de type B, avec Victoria et Yamagata. Le vaccin contre la grippe inclut une souche des 2 virus de type A et un du type B. Toutefois, chaque type de virus (ex. H1N1) présente des souches différentes. Ces souches de virus de la grippe qui circulent varient d’une année à l’autre. Pour que le vaccin soit efficace, il faut que celui-ci contienne la souche du virus en circulation pendant la saison de la grippe.
L’OMS est responsable du choix de la souche. Elle se réunit en février ou mars pour choisir les souches qui iront dans le vaccin de la grippe de l’hémisphère nord pour l’automne et l’hiver à suivre. Cela signifie que la distribution du vaccin commence environ 7 mois après (octobre-novembre) la réunion de l’OMS. Le choix de la souche pour l’hémisphère sud (ex. Australie, Brésil) a lieu en septembre et la commercialisation en général en mai ou juin de l’année suivante.
Ce délai de 7 mois, qui permet aux industriels de fabriquer le vaccin en grande quantité, est souvent un peu long et demande aux scientifiques de l’OMS une capacité de deviner la souche qui sera active pendant la saison de la grippe à venir. La logique pour le choix de la souche du vaccin pour l’hémisphère nord consiste souvent à s’inspirer de la souche en circulation en Australie pendant l’hiver austral qui a eu lieu quelques mois auparavant, soit de juin à septembre. Par exemple, pour choisir le vaccin de la grippe de la saison 2017/2018, les scientifiques de l’OMS se sont réunis en février ou mars 2018 en se basant sur l’épidémie de grippe qui a eu lieu entre juin et septembre 2017 en Australie.


Est-ce que se faire vacciner contre la grippe pendant plusieurs saisons mène à une immunité pour une prochaine épidémie de grippe ?
Selon une étude norvégienne publiée fin 2016 dans le journal scientifique Journal of Infectious Diseases (DOI : 0.1093/infdis/jiw619), la réponse est non. Des chercheurs du Centre de la grippe à Bergen en Norvège ont découvert que la vaccination annuelle contre la grippe n’augmente pas la susceptibilité ou réaction à l’infection grippale au cours des années d’inadéquation du vaccin, c’est-à-dire lorsqu’une nouvelle souche du virus de la grippe est en circulation et qu’on n’a jamais été immunisé (vacciné) contre cette souche.  Ces résultats sont importants car ils montrent qu’il est seulement positif d’avoir une vaccination annuelle contre la grippe. Ils soutiennent la poursuite de la politique de vaccination annuelle répétée, a déclaré dans un communiqué de presse de l’étude la Professeure Rebecca Cox, Cheffe du Centre de la grippe à Bergen.

Vaccination contre la grippe année après année (ex. chez les seniors)
Des scientifiques espagnols de l’Instituto de Salud Pública de Navarra à Pampelune en Espagne ont découvert qu’une vaccination répétée contre la grippe (4 années ou saisons de suite) était 2 fois plus efficace pour prévenir l’apparition d’une grippe grave chez les seniors hospitalisés pour cette maladie, en comparaison avec les cas non graves. De façon chiffrée, les scientifiques ont constaté que chez les patients qui ont reçu au moins 4 vaccinations contre la grippe année après année, la protection contre une grippe légère était en moyenne de 30% plus élevée que pour les 1800 participants du groupe témoin (les non vaccinés). La protection contre une hospitalisation chez les personnes vaccinées année après année était même de 74% et de 70% plus élevée pour la prévention du risque de décès. Bien que la protection contre l’infection grippale soit principalement liée aux anticorps, une protection contre une progression sévère de la maladie pourrait résulter de la défense immunitaire cellulaire. Selon les chercheurs, cette réponse immunitaire pourrait être renforcée par plusieurs vaccins pris année après année, permettant aux propres cellules T du corps de reconnaître et de combattre les protéines d’autres types de souches virales.
Cette étude a été publiée online le 8 janvier 2018 dans le journal scientifique canadien CMAJ (DOI : 10.1503/cmaj.170910).

Groupes à risques grippe – Qui doit se faire vacciner contre la grippe ?

Suisse 
En Suisse, la vaccination contre la grippe est particulièrement recommandée pour les groupes à risques suivants :

–  Les personnes âgées de plus de 65 ans.

–  Les femmes enceintes, il est possible de se faire vacciner pendant les 3 trimestres de la grossesse, toutes les études montrent que cette vaccination est sans danger pour la mère et l’enfant.
Lire aussi : Grippe : les femmes enceintes à risque trop peu vaccinées

– Les enfants de moins de 2 ans.

– Les femmes venant d’accoucher (jusqu’à 30 jours après l’accouchement).

– Les enfants nés prématurément (à partir de l’âge de 6 mois, pendant les deux premières saisons grippales suivant la naissance)

–  Les personnes souffrants de maladies chroniques (diabète,…) et en particulier les maladies cardio-vasculaires. En effet on enregistre une augmentation d’environ 20% des cas de maladies cardiaques comme l’infarctus du myocarde pendant la saison de la grippe. Lire ci-dessous

–  Les personnes immunodéprimées (ex. SIDA).

– Personnes souffrant d’obésité morbide.

– Personnes en contact avec les groupes à risque mentionnés ci-dessus.

– Personnel médical et soignant des cabinets médicaux, hôpitaux et établissements médico-sociaux (EMS) ou homes.

– Personnel des crèches (y compris des parents d’accueil de jour).

– Environnement familial.

– Personnes en contact étroit avec des nourrissons de moins de 6 mois.
Remarque : aux Etats-Unis les enfants de moins de 2 ans devraient se faire vacciner selon les conseils des autorités, en Suisse par contre, aucune recommandation n’est faite pour les enfants de cet âge, excepté ceux ayant des maladies chroniques.

Etats-Unis
Aux Etats-Unis, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommandent à chaque personne âgée de plus de 6 mois de se faire vacciner contre la grippe, comme le relève un article du Wall Street Journal du 9 décembre 2017.

grippe symptôme

Sources & Références :
International Journal of Obesity, Canadian Medical Association Journal, Pharmavista.net (site suisse de référence sur les médicaments), Vaccinationenpharmacie.ch, The Wall Street Journal (édition du samedi 9 décembre 2017),  Journal of Infectious Diseases. (DOI : 0.1093/infdis/jiw619), CMAJ (DOI : 10.1503/cmaj.170910).
Crédits photos : Fotolia.com, Creapharma.ch

Lire aussi : notre dossier complet sur la grippe – différences entre la grippe et le rhume

Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 08.01.2018

Thèmes

Lire aussi :