Allergie au soleil



Définition

Dermatite atopique définitionL’allergie au soleil est une réaction du système immunitaire suite à une exposition de la peau à la lumière solaire. On l’appelle également lucite estivale bénigne (une forme d’allergie au soleil, lire sous symptômes), photoallergie ou photodermatose.
La renommée Mayo Clinic estime qu’il existe en fait plusieurs formes d’allergies au soleil qui se caractérisent par une éruption cutanée rougeâtre sur la peau qui a été exposée à la lumière du soleil. Toujours selon cette institution américaine de référence (Mayo Clinic), la principale forme d’allergie au soleil est l’éruption lumineuse polymorphe ou lucite polymorphe (en anglais : polymorphic light eruption ou sun poisoning).


Epidémiologie

On estime que 5 à 10% des personnes souffrent d’allergie au soleil. Il s’agit d’une maladie qui touche les femmes à 95% et en particulier les jeunes femmes âgées de 20 à 35 ans.

Causes

L’allergie en général

Causes allergie au soleil

Le processus allergique se déroule souvent en deux étapes. Dans un premier contact avec l’allergène, ou sensibilisation, des cellules spécifiques produisent des anticorps tel que l’IgE. Une deuxième exposition cause la libération des substances comme l’histamine qui provoquent des réactions inflammatoires diverses propres à l’allergie. Notons que la réponse de l’organisme face à un allergène donné varie d’un individu à l’autre.
Des signes plus graves peuvent s’installer brutalement, ce sont les hypersensibilités immédiates. Par contre, les hypersensibilités retardées, moins graves, apparaissent comme son nom l’indique de façon tardive.

Allergie au soleil 
– Certains spécialistes estiment que ce mécanisme allergique se reproduit à chaque ensoleillement ultérieur, le patient devient de plus en plus sensible et les lésions s’intensifient davantage.
– D’autres scientifiques et médecins pensent en fait qu’il ne s’agit pas vraiment d’une allergie au soleil mais plutôt une forme de douleur musculaire provoquée par le soleil. Parler d'”allergie au soleil” serait donc un abus de langage, car il n’a pas été de prouvé que le soleil était vraiment l’allergène.
– De ce fait l’origine exacte de la lucite semble encore obscure, mais les scientifiques incriminent les rayons ultraviolets A (UVA) qui pénètrent de façon plus profonde que les UVB dans la peau.

– Le rayon du soleil peut donner une allergie même s’il traverse une vitre, un pare-brise ou un parasol avant d’atteindre la surface cutanée.

Origine génétique :
La Mayo Clinic estime que l’allergie au soleil aurait une origine génétique chez certaines personnes, c’est-à-dire une origine en partie héréditaire.

Autres causes de l’allergie au soleil (photoallergie)
hépatite traitement– Lors de l’exposition au soleil, les personnes qui prennent des antibiotiques peuvent avoir une photoallergie ou une photosensibilisation.
C’est également le cas de certains médicaments contre le diabète, l’hypertension artérielle, l’épilepsie, la dépression et certains cancers.
Il en est de même pour l’utilisation des plantes médicinales ou alimentaires comme le millepertuis (mais seulement à haute dose), le céleri, le persil, le citron, le jus du figuier, la berce.
– Quant aux produits cosmétiques, les substances odoriférantes, le lait, lotions ou crèmes avec ou sans parfum s’avèrent aussi photosensibilisants. Le risque augmente surtout chez les jeunes à peau grasse.
– Le fait de souffrir d’une autre maladie de la peau (ex. lupus) augmente le risque de souffrir d’allergie au soleil.

Symptômes

L’allergie au soleil peut être classée en quatre groupes selon les symptômes et les circonstances d’apparition : l’urticaire solaire, la lucite estivale bénigne, la lucite polymorphe (en anglais : polymorphic light eruption) et la photosensibilisation.

Coup de soleil résumé

– L’urticaire solaire est peu fréquente. Elle se manifeste dès les premières minutes du contact par une plaque rosacée, surélevée et qui gratte. Ces signes rappellent celui d’une piqûre d’ortie. La lésion peut atteindre tout le corps, essentiellement les zones non couvertes par les vêtements et s’efface au bout d’une à deux heures si le patient se met à l’ombre.
Les femmes adultes sont fréquemment les plus vulnérables. Ce type d’allergie se reproduit durant plusieurs années et il engendre de véritables désagréments, car il oblige la victime à se mettre en permanence à l’ombre pendant ses activités quotidiennes.

– À l’opposé, la lucite estivale bénigne apparaît dans les heures qui suivent une exposition aux rayons solaires assez intenses. Elle se caractérise par des boutons rouges, des vésicules ou des papules accompagnés de fortes démangeaisons dans les parties découvertes du corps comme le décolleté, les mains et les avant-bras. Elle épargne habituellement le visage sauf dans les cas graves. Les symptômes persistent pendant plusieurs jours et réapparaissent à chaque réexposition, mais s’améliorent avec le bronzage. Cette photodermatose qui perdure des années est plus souvent rencontrée chez les femmes âgées de 20 à 35 ans.

– Quant à la lucite polymorphe, elle survient plus rarement et se forme suite à une lumière solaire de faible intensité pendant 30 minutes ou quelques heures. La peau présente des vésicules, des plaques rouges et des boutons roses regroupés en cercle ou non. Ces lésions d’apparence variée siègent sur le décolleté, le visage, les membres ou derrière les oreilles. Ces manifestations accompagnées de fortes démangeaisons s’atténuent à l’ombre, pourtant les expositions ultérieures auront tendance à s’aggraver. Cette affection chronique touche autant les femmes que les hommes adultes.

– La photosensibilisation se produit par l’association de l’action des rayons solaires à l’administration par voie orale, locale, rectale ou parentérale (autre mode d’administration que le tube digestif) de substances alimentaires, médicamenteuses ou cosmétiques. Elle se manifeste par l’apparition des éruptions rouges, papuleuses ou vésiculeuses et très prurigineuses dans toute la surface cutanée. La couleur de la peau peut devenir bleutée ou brune.

Diagnostic

hémorroïde consultationLe médecin recherche le diagnostic de l’allergie au soleil, dans un premier temps, par l’intermédiaire d’un questionnement sur le contexte d’apparition et l’historique de la maladie. Il examine scrupuleusement la peau lésée pour différencier la photodermatose à d’autres affections.
Le professionnel de santé reconnaît facilement la lucite, mais des explorations complémentaires se révèlent parfois utiles. Le spécialiste en photodermatologie ou photodermatologue procède à ce qu’on appelle phototests en émettant quelques rayons ultraviolets sur l’épaule ou le dos. Un test positif montre les signes allergiques.

Complications

L’urticaire qui s’étend vers les muqueuses respiratoires et la gorge risque de suffoquer très rapidement le patient.

Traitements

Le premier geste thérapeutique est de se mettre à l’ombre et rafraîchir la lésion avec du linge froid. Il appartient à un médecin de prescrire les médicaments à prendre si besoin.

Le traitement principal de l’allergie au soleil en général est la prévention, limiter l’exposition au soleil, utiliser de la crème solaire et des compléments alimentaires comme le bêtacarotène (qu’on trouve dans la carotte ou dans des compléments alimentaires) associé au sélénium, aux vitamines E et C qui renforcent l’autoprotection de la peau. La prise de calcium ou d’oméga-3 peut aussi être efficace.

Si l’allergie se manifeste sur la peau, la thérapie repose généralement sur la prise d’antihistaminiques et de pommades corticoïdes contre le prurit.

L’arrêt de l’utilisation de produits photosensibilisants facilite la guérison de l’allergie au soleil.

En cas de lucite estivale bénigne il s’agira de prévenir la maladie par des compléments alimentaires, en vente en pharmacie (demandez conseil à votre pharmacien). En cas d’échec de traitements préventifs le médecin pourrait prévenir la lucite estivale bénigne par des anti-paludéens à prendre 8 jours avant le départ et pendant les 8 premiers jours lors du séjour au soleil.

Dans certains cas le médecin peut prévenir l’allergie au soleil (lucite estivale bénigne) par une PUVAthérapie.

Dans des cas graves d’allergie au soleil, le médecin peut prescrire des corticoïdes en prise orale comme des comprimés ou gélules à base de prednisone. Dans certains cas, l’hydroxychloroquine (un antipaludique vendu sous le nom notamment de Plaquenil®) peut être prescrit par le médecin pour lutter contre l’allergie au soleil.

Remarques sur la thérapie : 
La Mayo Clinic relève qu’une allergie au soleil légère à modérée peut se soigner sans traitement particulier. Autrement dit, les traitements à base de crèmes corticoïdes ou de médicaments à ingérer sont réservés surtout aux cas graves ou avancés d’allergie au soleil. Les patients souffrant d’allergie au soleil grave devront aussi adopter des mesures de prévention (lire ci-dessus).

Remèdes naturels

Remèdes naturels lors d'allergie au soleil - Phytothérapie allergie au soleilLes tomates, les carottes, les abricots, les melons et les légumes verts à feuilles contiennent une grande quantité de caroténoïde tandis que les kiwis, les agrumes et les céréales sont riches en vitamine C et en vitamine E.
Ces plantes ou aliments peuvent aider en cas d’allergie au soleil.

L’aloe vera, sous forme de gel, peut être utile pour lutter contre les symptômes de l’allergie au soleil.

Bons conseils & Prévention

– La prise de médicament (lire aussi sous Traitements ci-dessus) nécessite l’avis d’un professionnel de santé.

– La photothérapie dirigée par un dermatologue améliore la tolérance de la peau aux rayons solaires.

Bons conseils pour soigner une allergie au soleil– La protection de la peau par un vêtement, le port de chapeau, de lunettes ou l’utilisation de protection ou d’un parasol s’avère utile. L’application d’une crème protectrice adaptée peut être efficace. De nos jours il existe des vêtements spéciaux qui bloquent les rayons UV ou en tout cas en partie.

– Il est préférable d’éviter les médicaments photoallergiques (lire ci-dessus sous causes comme certains antibiotiques).

– Il est conseillé de ne pas s’exposer au soleil à certaines heures de la journée notamment entre midi et 16 heures car le risque de sensibilisation (allergie) est à son maximum.

– Au printemps quand le soleil revient de façon plus intense, essayez de vous exposer progressivement au soleil, par exemple commencez par quelques minutes puis progressivement exposez-vous chaque jour plus longtemps (jusqu’à quelques heures). Autrement dit, évitez une exposition intense et pendant plusieurs heures au début du printemps.

– Hydratez votre peau avec des crèmes ou lotions, cela permet de lutter en particulier contre la peau sèche et les irritations qui sont des symptômes possibles de l’allergie au soleil.

Si vous souffrez de photodermatose, consultez immédiatement un médecin si :

– L’intérieur de votre bouche se gonfle, ou si vous sentez des picotements dans la gorge.


– L’éruption s’étend dans tout le corps.

– Vous présentez des malaises ou des difficultés respiratoires.

Lire aussi : allergie, soleil et peau, carotte, calcium, lupus

Sources & Références :
Mayo Clinic

Crédits photos et infographies : 
Fotolia.com, Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Comment traduit-on l’allergie au soleil dans d’autres langues ?
  •  Anglais : sun allergy
  •  Allemand : Sonnenallergie
  •  Italien : allergia al sole
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 06.05.2018