Publicité

Maladie de Chagas

Définition

Embolie pulmonaire définitionLa maladie de Chagas est une maladie infectieuse causée par un parasite appelé Trypanosoma cruzi (T cruzi). Ce dernier provoque des maladies cardiaques chroniques comme l’insuffisance cardiaque chez environ un tiers des personnes infectées.

Publicité

Origine du nom :
La maladie de Chagas (en anglais : Chagas disease) doit son nom à la description pour la première fois en 1909 du médecin brésilien Carlos Chagas, spécialiste des maladies infectieuses. La maladie de Chagas est aussi connue sous le nom de trypanosomose américaine.  

Journée mondiale de l’OMS :
La journée mondiale de la maladie de Chagas de l’OMS est célébrée le 14 avril, en référence au 14 avril 1909, date à laquelle Carlos Chagas a diagnostiqué chez Berenice, une petite Brésilienne âgée de deux ans, le premier cas humain de la maladie.

Epidémiologie

D’après les estimations, 6 à 7 millions de personnes dans le monde sont infectées par Trypanosoma cruzi (T. Cruzi), le parasite responsable de la maladie de Chagas. La plupart de ces personnes vivent en Amérique latine1.

Amérique latine
La maladie de Chagas sévit principalement dans les régions tropicales d’Amérique du Sud et centrale.
La plupart des cas ont lieu dans les pays suivants : Brésil, Argentine, Bolivie, Paraguay, Paraguay, Mexique et El Salvador. La Bolivie est un pays particulièrement touché par cette maladie, avec environ 10% des Boliviens infectés, surtout provenant des classes populaires2.

Autres pays
Selon une étude publiée en août 2018 dans le journal scientifique Circulation, depuis les années 1980 la maladie de Chagas s’est propagée dans des régions où elle n’avait pas été traditionnellement observée, y compris aux États-Unis ainsi que dans d’autres pays comme l’Espagne, la France, la Suisse, l’Italie, le Royaume-Uni, l’Australie ou le Japon.

Causes

La maladie de Chagas est causée par un parasite appelé Trypanosoma cruzi (T cruzi).

Transmission par un insecte (triatomine – photo ci-dessus)
L’infection par le parasiste T cruzi se produit lorsque les excréments d’un insecte, une sorte de punaise, infecté par le parasite suceur de sang appelé triatomine pénètre dans la peau par le site de la piqûre ou dans l’œil. Les insectes triatomine se trouvent surtout en Amérique centrale et en Amérique du Sud, où ils infestent les maisons en adobe ainsi que dans le sud des États-Unis. Un triatomine souvent à l’origine de la maladie de Chagas est le vinchuca (Triatoma infestans), un insecte hématophage de la famille des Reduvidae (Rhynchota Heteroptera Cimicomorpha). Il vit dans certaines zones déprimées d’Amérique du Sud (Bolivie, Argentine). Voir photo ici sur la page Wikipedia.org en français (le lien marchait le 22 avril 2022, date de mise à jour de ce dossier).

Autres voies de transmission 
La maladie peut également être transmise par des aliments ou des boissons contaminés, des femmes enceintes à leur enfant ou par des transfusions sanguines et des transplantations d’organes.

Symptômes

Proportion de personnes développant des symptômes : 
Environ 60 à 70% des personnes infectées par le T cruzi ne développent jamais de symptômes. Les autres 30 à 40% peuvent développer des symptômes. La maladie peut rester “dormante” (asymptomatique) chez certains patients pendant 20 ou 30 ans.

Différentes phases : 
On distingue une phase aiguë de la maladie d’une durée de plusieurs jours, pouvant être mortelle, d’une phase chronique qui dure des mois ou années. Lors de la phase aiguë, le patient souffre notamment de fièvre.

Principaux symptômes en phase chronique : 
Les symptômes possibles d’une maladie de Chagas en phase chronique sont : une maladie cardiaque comme une insuffisance cardiaque, un accident vasculaire cérébral (AVC), une arythmie ventriculaire (anomalies du rythme cardiaque) ou un arrêt cardiaque. Un symptôme de cette maladie est le syndrome dit de “méga-organes”, c’est-à-dire une dilatation d’organes comme le coeur, l’oesophage ou le côlon. Comme l’a vu, la dilatation du coeur peut mener à de graves maladies cardiaques. L’OMS précise que jusqu’à 30% des personnes infectées de façon chronique présentent des troubles cardiaques et jusqu’à 10% d’entre elles souffrent de troubles digestifs et/ou neurologiques, ce qui peut imposer un traitement particulier3.
Au Brésil, environ 10% des cas d’insuffisance cardiaque sont provoqués par la maladie de Chagas. On estime que la phase chronique est une maladie auto-immune, c’est-à-dire avec une destruction de cellules notamment au niveau du myocarde.
Des constipations très douloureuses, à cause du syndrome du mégacôlon, sont aussi des symptômes de la phase chronique de la maladie de Chagas.

Publicité

Taux de guérison : 
Si la maladie est dépistée tôt, l’infection peut être guérie avec des médicaments qui ont un taux de réussite de 60 à 90 % (le chiffre de 80% est souvent avancé, en tout cas en 20224), selon le moment où le patient est traité au cours de l’infection.

Traitement

Traitement phase aigüe :
Une thérapie antiparasitaire (ex. benznidazole, nifurtimox) peut être instaurée par le médecin lors de la phase aiguë de la maladie de Chagas. S’ils sont administrés rapidement après l’infection, dès le début de la phase aiguë, ces deux médicaments sont efficaces à presque 100%, y compris dans les cas de transmission congénitale, selon l’OMS. Toutefois, plus l’infection est ancienne, plus l’efficacité du benznidazole et du nifurtimox diminue. Le traitement dure en général environ 2 mois.
Le benznidazole fait partie de la liste des médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Effets secondaires : 
Les deux médicaments utilisés contre la maladie de Chagas mènent souvent à des effets secondaires, parfois sévères, en particulier chez les personnes âgées. En effet, environ 30% des patients réagissent mal aux médicaments et souvent doivent arrêter la thérapie médicamenteuse5.
Contre-indications : 
Le benznidazole et le nifurtimox ne devraient pas être administrés aux femmes enceintes ou aux personnes souffrant d’insuffisance rénale ou hépatique. Le nifurtimox est également contre-indiqué chez les personnes qui présentent des antécédents en matière de troubles neurologiques ou psychiatriques6.

Traitement phase chronique : 
Dans la phase chronique, des traitements symptomatiques seront privilégiés (par ex. contre l’insuffisance cardiaque).

Bons conseils & Prévention

– Le risque d’infection est extrêmement faible pour la plupart des voyageurs et résidents des pays endémiques. Pour minimiser les risques, les personnes (y compris voyageurs) devraient éviter de dormir dans des maisons avec des murs en adobe non plâtrés et/ou des toits de chaume.

– Il faut éviter de boire des jus de canne à sucre et d’açai non pasteurisés dans les pays touchés par la maladie.

Lisez sur le site de l’OMS plus de conseils de prévention (bas de page) [le lien marchait le 22 avril 2022 (date de mise à jour du dossier)]

Sources & Références : 
Circulation (DOI : 10.1161/CIR.0000000000000599), journal suisse Le Temps, OMS.

Rédaction : 
Xavier Gruffat (pharmacien)

Dernière mise à jour : 
26.04.2022

Voir ce dossier en portugais du Brésil : Doença de Chagas

Lire aussi : Leishmaniose

Notes de bas de page et références :

  1. Chagas (maladie de, trypanosomiase américaine), page de l’OMS sur la maladie de Chagas, mis à jour par l’OMS le 13 avril 2022, accédé par Creapharma.ch le 22 avril 2022
  2. Journal suisse Le Temps, édition imprimée du 22 avril 2022
  3. Chagas (maladie de, trypanosomiase américaine), page de l’OMS sur la maladie de Chagas, mis à jour par l’OMS le 13 avril 2022, accédé par Creapharma.ch le 22 avril 2022
  4. Journal suisse Le Temps, édition imprimée du 22 avril 2022
  5. Journal suisse Le Temps, édition imprimée du 22 avril 2022
  6. Chagas (maladie de, trypanosomiase américaine), page de l’OMS sur la maladie de Chagas, mis à jour par l’OMS le 13 avril 2022, accédé par Creapharma.ch le 22 avril 2022

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 26.04.2022
Publicité