Citalopram

Le citalopram est un antidépresseur de la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS). Le citalopram, ainsi que d’autres ISRS comme la fluoxétine, est souvent considéré comme un traitement de premier choix contre la dépression.

Noms de la molécule
Citalopram, citalopramum (nom latin)

Formule de la molécule :
C20H21FN2O

Temps de demi-vie :
Le citalopram a une longue demi-vie, de 30h à 50h. Il existe des métabolites actifs du citalopram, mais ils sont probablement de faible importance sur l’effet clinique. L’élimination du citalopram est principalement hépatique.

Effets :
Les effets du citalopram sont basés sur l’inhibition du recaptage de la sérotonine dans les cellules nerveuses présynaptiques. La sérotonine est un neurotransmetteur. On estime que les autres neurotransmetteurs ne sont pas ou très peu influencés par le citalopram.

Indications :
– Dépression provenant de différentes causes, y compris dépression majeure ou grave (remarque : contre la dépression il est possible de l’associer à d’autres médicaments antidépresseurs)
– Dépression provenant ou à la suite d’une maladie (ex. AVC)
– Troubles anxieux, troubles de panique
– Troubles obsessionnels compulsifs
Syndrome prémenstruel
– Effet possible contre la fibromyalgie

Effets secondaires :
Les principaux effets secondaires sont : bouche sèche, transpiration accrue, diarrhée, nausées, maux de tête, fatigue, faiblesse, insomnie (agitation), dysfonction sexuelle (érectile), réduction de la libido, troubles de l’éjaculation et anorgasmie chez la femme.
Une prise de poids est possible avec le citalopram, tout comme de façon moins fréquente une perte de poids.
Le citalopram a aussi des effets secondaires possibles au niveau des plaquettes sanguines (effet inhibiteur), il peut s’en suivre par exemple des saignements gastro-intestinaux. Une augmentation du risque de fractures est aussi possible.
Un effet secondaire grave peut survenir notamment pendant les premières semaines de prise : idées d’automutilation ou de suicide. Dans ce cas veuillez informer immédiatement votre médecin ou vous adresser à l’hôpital le plus proche si, en cours de traitement, vous avez des idées noires ou des moments de profonds tourments, notamment si vous êtes las de la vie ou si vous éprouvez l’envie de nuire à vous-même. Le risque de suicide est plus significatif chez les personnes jeunes sous traitement avec le citalopram.
Pour la liste complète des effets secondaires, veuillez lire la notice d’emballage.

Contre-indications :
Hypersensibilité, combinaison avec des inhibiteurs de la MAO, patients ayant un intervalle QT prolongé.
Ce médicament est, sauf exception, contre indiqué pendant la grossesse.
Pour la liste complète des contre-indications, veuillez lire la notice d’emballage.

Interactions :
Le citalopram est métabolisé par le CYP2C19, le CYP3A4 et le CYP2D6 et est un inhibiteur du CYP. Il s’en suit un risque élevé d’interactions avec d’autres médicaments. Ne pas prendre de citalopram avec d’autres médicaments qui prolongent l’intervalle QT.
Pour la liste complète des interactions, veuillez lire la notice d’emballage.

Sous quelle forme (forme galénique) ?
Le citalopram est disponible, en tout cas en Suisse, sous forme de comprimés et comprimés solubles de 20 mg et 40 mg.

Posologie :
La dose initiale pour un adulte est de 10 à 20 mg par 24h pour un adulte. La dose d’entretien ou standard est ensuite de 10 mg à 40 mg par 24h.
Remarque : chez les personnes âgées de plus de 65 ans la dose quotidienne ne devrait pas dépasser les 20 mg.
Le citalopram est généralement pris une fois par jour et indépendamment des repas.
La dose maximale a été fixée à 40 mg par jour en 2011 en raison du risque d’allongement de l’intervalle QT, comme le relève le site pharmawiki.ch.

Médicaments vendus en Suisse (mise à jour : septembre 2020) :
Original :
Seropram®
Génériques :
Citalopram Axapharm®
Citalopram Helvepharm
Citalopram-Mepha Lactab
Citalopram-Mepha Teva®
Citalopram Sandoz® 20/40, comprimés pelliculés
Claropram Spirig HC®
Citalopram Streuli® 20 Streuli

Remarques :
– En Suisse, le citalopram est disponible sur le marché depuis 1990 sous le nom de marque Seropram® (il existe désormais des génériques). La FDA a également autorisé le citalopram aux Etats-Unis en 1990. L’énantiomère S pur du citalopram, l’escitalopram, est également disponible sur le marché suisse (Cipralex® et génériques). Mais il n’existe pas d’avantages significatifs d’utiliser l’escitalopram en comparaison avec le citalopram (racémate), comme le relève le livre en allemand “100 wichtige Medikamente” dans son édition de 2020 aux éditions Infomed.
– La plupart des médicaments contre la dépression comme le citalopram prennent au moins une à quatre semaines pour produire un effet et ne sont pas suffisamment efficaces chez environ 30 à 40 % des patients souffrant de dépression grave. C’est pourquoi dans certains cas particuliers, la kétamine (et l’eskétamine) peut être une alternative intéressante. Si le citalopram n’agit pas après 4 semaines, ce médicament sera probablement sans efficacité contre la dépression.

Alternatives
Le citalopram est l’un des ISRS les plus prescrits. Le premier ISRS mis sur le marché était la fluoxétine. Il n’est pas sûr qu’il existe des différences significatives entre les différents ISRS (ex. citalopram, fluoxétine, fluvoxamine, sertraline ou paroxétine). On estime que le citalopram présente moins de risques d’interactions que d’autres ISRS mais à un plus grand risque d’arythmie cardiaque.

Critique
Début 2017, la revue française de référence pour son objectivité Prescrire déconseillait l’utilisation du citalopram contre la dépression, à cause de risques d’effets secondaires de type cardiovasculaire. La duloxétine et la venlafaxine étaient d’autres antidépresseurs déconseillés de la liste de 2017. Pour les scientifiques français, il existe d’autres antidépresseurs tout autant efficaces mais présentant moins d’effets secondaires.

Sources & Références : 
Sources : 
Pharmawiki.ch, Compendium.ch, [email protected] (journal de pharmaciens de l’Université de Bâle, Suisse), revue Prescrire (2017)
Références et littérature :
“100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020)

Rédaction : 
Xavier Gruffat (Pharmacien)

Dernière mise à jour : 
17.09.2020

Crédits photos :
Fotolia.com/Adobe Stock

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 09.10.2020