Terbinafine

La terbinafine est une molécule avec un effet fongicide appartenant au groupe des antimycotiques allylamines. Il est notamment utilisé sous forme de comprimés pour le traitement des mycoses des ongles.

Noms de la molécule :
Terbinafine, terbinafinum

Formule de la molécule :
C21H25N

Temps de demi-vie et élimination :
Le temps de demi-vie à l’équilibre est de 20 jours, le temps de demi-vie est toutefois de 12 heures. Le terbinafil s’accumule au niveau de la peau, des ongles et de la graisse. Il n’existe pas de métabolites actifs. L’élimination est principalement hépatique.
La structure chimique de la terbinafine est proche de la naftifine, un médicament antifongique allylamine utilisé pour le traitement topique des tinea pedis, tinea cruris et tinea corporis. 

Effets :
La terbinafine inhibe la synthèse de l’ergostérol en inhibant l’enzyme squalène époxydase.

Indications :
Mycoses des ongles (causée par les dermatophytes) – de préférence en comprimé (lire ci-dessous)
– Mycoses en général, ex. mycoses des pieds (Tinea pedis), muguet (mycose de la bouche), Tinea corporis, Pityriasis versicolor, Tinea cruris.

Effets secondaires :
On estime que la terbinafine est plutôt bien tolérée.
Les principaux effets secondaires (pouvant apparaître jusqu’à 10% des fois) sont : perte d’appétit, maux de tête, fatigue, vertiges ou troubles visuels, troubles gastro-intestinaux (ex. diarrhée, maux de ventre), éruptions cutanées, douleurs articulaires et musculaires.
Chez environ 3% des personnes traitées par ce médicament, on observe une augmentation importante des enzymes hépatiques. Les troubles du goût peuvent survenir et ne sont pas toujours réversibles après l’arrêt du traitement.
Des maladies graves ou mortelles peuvent se manifester mais sont très rares comme le syndrome de Stevens-Johnson, une toxicité hépatique, une neutropénie grave ou une nécrolyse épidermique toxique.

Contre-indications :
Allergie
– Maladies du foie (ex. hépatite)
– Fonctions rénales limitées
– Grossesse (par manque d’études ayant montré son absence de risque)

Interactions :
La terbinafine est un substrat du cytochrome CYP2D6, il peut s’en suivre des interactions. Des interactions sont notamment à signaler avec les bêta-bloquants, les psychotropes, le tamoxifène ou le tramadol.
L’antibiotique rifampicine diminue la concentration plasmatique de la terbinafine alors que la cimétidine, un antihistaminique, l’augmente.

Formes galéniques :
La terbinafine est disponible sous forme de :
En usage interne :
– Comprimé (en Suisse : 125 mg ou 250 mg)
En usage externe :
– Crème, solution liquide ou spray (10 mg/g, soit une concentration de 1%).

Remarques :
– En général lors de mycoses de la peau (ex. Tinea corporis, Tinea pedis) un traitement local comme sous forme de crème ou de gel est à préférer. Une thérapie de 1 à 2 semaines est souvent suffisante.
– Lors de mycoses des ongles, un traitement en prise orale comme en comprimé est souvent nécessaire.

Posologie :
Usage interne :
Contre les mycoses des ongles la posologie habituelle pour un adulte est d’un comprimé de 250 mg de terbinafine par jour (24h).
La durée du traitement est de 6 semaines pour les ongles des mains et de 3 mois ou 12 semaines pour les ongles des pieds (orteils). Avant de commencer le traitement et 6 semaines après l’instauration, il est important de mesurer les enzymes hépatiques (lire aussi ci-dessus sous Effets secondaires et Contre-indications ci-dessus). Prendre ce comprimé en dehors des repas.
Usage externe :
La posologie en spray, gel ou crème est en général d’une application 2 fois par jour sur la zone touchée. Le terbinafine est efficace contre Tinea pedis (mycose des pieds), Tinea corporis et Tinea cruris. Mème si moins efficace, on peut l’utiliser contre Tinea versicolor ainsi que contre Candida et Malassezia furfur.

Remarques :
– La terbinafine a été approuvé en Suisse en 1991, sous le nom de Lamisil® (il existe désormais des génériques).
– Avant de commencer une thérapie par la terbinafine il est important que le médecin ait bien confirmé le diagnostic, parfois il est possible de confondre une mycose des ongles avec d’autres maladies ou affections de l’ongle.
– Même en cas d’amélioration des symptômes, il est important de terminer le traitement prescrit par le médecin.
– Pendant le traitement, il s’agira éviter de consommer de l’alcool.
Alternatives :
– Lors de mycoses des ongles, d’autres alternatives sont les antifongiques azolés comme l’itraconazole ou le fluconazol. On estime qu’une prise orale de terbinafine (250 mg par jour) est plus efficace qu’une prise orale d’itraconazole contre les mycoses des ongles, notamment les mycoses provoquées par des dermatophytes1. Certaines sources estiment que contre les mycoses des ongles provoquées par Candida, l’itraconazole s’avère plus efficace que la terbinafine. Des laques en application locale peuvent aussi être utilisées comme l’amorolfine ou le ciclopirox.
– Pour des mycoses au niveau de la peau, les antifongiques azolés comme le clotrimazol sont des alternatives efficaces.

Sources & Références : 
Sources : 
Keystone ATS (agence de presse suisse), Pharmawiki.ch, Swissmedicinfo.ch.
Références et littérature :
“100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020), Goodman & Gilman’s The pharmacological basis of therapeutics – 13th Edition – McGraw Hill Education.

Rédaction : 
Xavier Gruffat (Pharmacien)

Dernière mise à jour : 
28.10.2020

Crédits photos :
Fotolia.com/Adobe Stock

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Notes de bas de page et références :

  1. Livre : Goodman & Gilman’s The pharmacological basis of therapeutics – 13th Edition – McGraw Hill Education.
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 30.10.2020