Publicité

Bronchiolite

Les références médicales se trouvent dans l’article et en bas de page. 

Publicité

Définition

coqueluche résuméLa bronchiolite, ou bronchiolite aiguë du nourrisson, est une maladie virale causée en général par le virus respiratoire syncitial (VRS).
La bronchiolite est une forme de bronchite qui touche surtout les enfants de moins de 2 ans et en particulier les bébés de 3 à 6 mois. Dans cette maladie les bronchioles (bronches les plus fines) sont affectées, ce qui empêche l’air de circuler librement dans les poumons. Au début le bébé a des symptômes comme de la toux, un nez bouché ou de la fièvre puis par la suite il peut avoir des difficultés à respirer, en cherchant sa respiration. 
Il s’agit pour être précis d’une inflammation aiguë des bronchioles.

Bronchiolite

Saisons des bronchiolites 
La bronchiolite touche principalement les nourrissons et les jeunes enfants à la fin de l’automne et en hiver. La période d’épidémies ou de mini-épidémies en Europe et Amérique du nord se déroule surtout entre décembre et janvier, parfois avec un début déjà en octobre et jusqu’à mars.
Comme les bronchioles des bébés sont minuscules, seulement une petite quantité de sécrétions est suffisante pour obstruer leurs bronchioles.

La bronchiolite se transmet par les éternuements, la salive, la toux et surtout par les mains sales. C’est une maladie bénigne, mais en cas de complications elle nécessite une hospitalisation.

Si le bébé ou petit enfant a aussi le nez bouché, il peut avoir des difficultés à respirer. Dans ce cas, ils auront aussi de la peine à téter et avaler en même temps.

Quelle est la différence entre une bronchiolite et une bronchite ?
La bronchiolite est une inflammation des petites branches des voies respiratoires touchant surtout les bébés et petits enfants.
La bronchite est une inflammation des (grandes) voies respiratoires touchant plutôt les enfants plus âgés et les adultes.

Epidémiologie

– En France, la bronchiolite aiguë du nourrisson concerne environ 480’000 enfants chaque hiver, selon un communiqué de la Haute Autorité de Santé française publiée en novembre 2019. Cela représente environ 30% de la population des nourrissons. Selon l’institut français Irsan, 2% des nourrissons de moins d’un an touchés par la bronchiolite devraient être hospitalisés chaque année en France, à cause d’une forme grave de la maladie.

Causes

Le virus respiratoire syncitial est le premier responsable de la bronchiolite, surtout chez les enfants de moins de 6 mois. En anglais ce virus se nomme Respiratory syncytial virus ou RSV.  Ce virus est très contagieux, on sait que les sécrétions (glaires) contiennent une multitude de virus1.
D’autres virus peuvent aussi en être la cause comme le métapneumovirus, le rhinovirus, l’adénovirus, le virus influenza ou le HMPV (human metapneuvirus).

Causes bronchiolite

Un simple rhume d’adulte peut provoquer une bronchiolite chez un nourrisson. Les enfants délicats comme les prématurés sont les plus vulnérables. L’aggravation d’un rhume est souvent la première cause de bronchiolite.
La récidive de la bronchiolite est souvent due à un contact prolongé avec d’autres enfants malades.

Facteurs de risque
Le tabagisme passif constitue un facteur à risque. Il s’agir par conséquent d’éviter de fumer dans l’habitation. 

Transmission du virus respiratoire syncitial (RSV) 
Le plus souvent, c’est la mère enrhumée qui infecte son bébé. Le RSV est très contagieux et se propage très fréquemment par épidémie entre les bébés par exemple dans un centre d’accueil.
Le RSV se transmet par les toux et les sécrétions, mais aussi les objets contaminés comme les biberons ou les ustensiles. Ce virus peut survivre plusieurs heures sur les objets souillés ou sur les mains.

Symptômes

Symptômes légers à modérés 
Dans la majorité des cas la bronchiolite se manifeste par une rhinite accompagnée d’une toux sèche, due à l’inflammation de la trachée et des bronches menant à un rétrécissement des voies respiratoires et d’une obstruction nasale. L’enfant peut aussi présenter une légère fièvre. Ces symptômes ressemblent à ceux du refroidissement (cold en anglais). La bronchiolite s’accompagne le plus souvent d’expectorations avec une sécrétion, parfois excessive, de mucus bronchique.

Symptômes graves (signes de difficultés respiratoires)
L’enfant respire aussi parfois de manière accélérée avec un petit sifflement ou wheezing dans les cas graves et présente souvent une rhinopharyngite 24 à 72 heures avant de montrer les signes cliniques d’une bronchiolite.
En Suisse,  2 à 3% des bronchiolites nécessitent une hospitalisation2.
Dans certains cas, rare en Europe et Amérique du nord, la bronchiolite peut mener à des décès. 

Phases du virus : 
Le virus incube de 2 à 8 jours et s’accroît en nombre dans la muqueuse du nez avant d’encombrer les bronches. Il s’élimine au bout de 3 à 7 jours mais peut encore contaminer jusqu’à 4 semaines.

Durée des symptômes : 
La bronchiolite dure généralement de 2 à 3 semaines et se résout souvent d’elle-même, comme le relevait la Mayo Clinic en décembre 2018 dans un article sur son site Internet. Selon la HAS française, la phase aiguë de la bronchiolite dure en moyenne dix jours et les deux premiers jours nécessitent une attention accrue auprès du nourrisson.

Immunité :
Comme la durée de l’immunité est de seulement quelques mois, il n’est pas rare de voir des nourrissons souffrir à plusieurs reprises de bronchiolite pendant la même saison ou année.

Diagnostic

Le dépistage du virus respiratoire syncitial (RSV) se fait par un simple prélèvement des muqueuses de la gorge (arrière-gorge) ou du nez au moyen de l’examen ELISA.

Pédiatre : 
Dans la majorité des cas, c’est le médecin traitant (ex. pédiatre) qui pose le diagnostic de la bronchiolite. Autrement dit, la maladie n’est que rarement diagnostiquée, en tout cas en France, au service des urgences d’un hôpital.

Un prélèvement sanguin peut aussi être nécessaire, si l’enfant montre des signes de bronchiolite aiguë, pour mesurer la saturation en oxygène du sang.

L’opacité de la trame pulmonaire, l’accroissement de la taille des espaces intercostaux et la baisse des coupoles diaphragmatiques, dépistés par une radiographie des poumons, sont des signes principaux révélateurs de la maladie.

Complications (moins de 6 mois)

Lorsque la bronchiolite est jugée aiguë chez le nourrisson, une hospitalisation s’impose.
Les bébés de moins de 6 mois sont particulièrement à risque de complications. Les enfants de moins de 3 mois et en particulier de moins de 6 semaines sont encore plus à risque de complications. Cette fragilité provient d’un manque de défenses immunitaires, comme l’expliquait la pédiatre Dresse Alyssa Wüest dans un interview accordé à Creapharma.ch début 2021. Selon la Dresse Wüest, la bronchiolite prédomine chez les moins de 6 mois chez qui le système immunitaire est encore immature.

Signes de complications – urgence médicale (liste non exhaustive) 
Lors de complications les critères pris en compte sont une altération très rapide de la santé du patient (ex. santé inquiétante du bébé), une apnée ou cyanose (ex. lèvres bleues) à répétition ou des troubles de la respiration y compris une respiratoire sifflante, le jeune âge, une déshydratation, une cardiopathie chronique grave et des troubles d’ordre digestif. L’apnée ou la cyanose est une urgence médicale. 
Dans un interview donné à Creapharma.ch début 2021, la pédiatre suisse Dresse Alyssa Wüest explique les signes qui doivent alerter les parents lors de bronchiolite (question no2)

Traitements (sérum physiologique)

Les soins prodigués pour une bronchiolite varient selon les symptômes. Il n’existe toutefois pas de traitement soignant la cause (virus). Sauf complication ou lors de cas exceptionnels, les antibiotiques sont inutiles car il s’agit d’une infection virale. Rappelons que les antibiotiques agissent seulement lors d’infection bactérienne et la bronchiolite est une infection virale. 
La Haute Autorité de Santé (HAS) française estimait en novembre 2019 dans un communiqué que le traitement médicamenteux (ex. bronchodilatateurs) a peu de place dans la prise en charge de la bronchiolite aiguë. De manière générale, l’HAS préconise plutôt une prise en charge basée sur « le lavage de nez régulier et la surveillance des signes d’aggravation », c’est-à-dire l’utilisation sérum physiologique. 

Gestes et sérum physiologique 
Des gestes efficaces à adopter peuvent suffire. La désobstruction et le nettoyage du système respiratoire sont primordiaux. Elle se fait au moyen de sérum physiologique, soit de l’eau salée sous forme de gouttes pour
le nez, à injecter dans chaque narine. Le but est de bien rincer le nez du bébé ou de l’enfant. 
Procédure :
Le nourrisson doit être couché sur le dos et la tête orientée sur le côté. La mouche-bébé n’est pas toujours très efficace même s’il peut parfois permettre d’aspirer les sécrétions nasales notamment après avoir appliqué du sérum physiologique et si le bébé ou l’enfant est incapable de se moucher. Les parents doivent veiller à bien hydrater le bébé, lui assurer une alimentation normale et lui procurer un environnement sain.

Quand consulter ?
En cas de persistance des difficultés respiratoires ou d’apparition de vomissements et diarrhées ou de modifications comportementales, il faut prendre rendez-vous avec un pédiatre. Il peut prescrire un antibiotique, un bronchodilatateur, des corticoïdes ou des antiviraux selon le degré de gravité de la bronchiolite.
Parfois le pédiatre peut aussi conseiller des gouttes de décongestionnant nasal (au dosage approprié par rapport à l’âge) si le sérum physiologique s’avère peu efficace. Attention, ces gouttes de décongestionnant nasal ne doivent pas être utilisées plus de 5 jours, demandez conseil dans votre pharmacie. 
Contre la fièvre, le médecin peut prescrire ou recommander du paracétamol avec un dosage en fonction du poids du bébé ou du petit enfant. A utiliser notamment lors de fièvre au-dessus de 38,5°C. 

Kinésithérapie
La kinésithérapie respiratoire est une alternative possible, elle est notamment utilisée en France et Belgique. Mais elle est toujours plus critiquée, car selon les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) française publiées le jeudi 14 novembre 2019 les séances de kinésithérapie respiratoire, massivement prescrites en cas de bronchiolite aiguë du nourrisson, ne serait pas efficace chez les enfants de moins de 12 mois. Plus précisément, la HAS estime que les techniques de kinésithérapie respiratoire traditionnelles comme le clapping ou la vibration par exemple sont contre-indiquées lors de bronchiolite aiguë.
Le recours à ce mode de soin dépend de l’encombrement des bronches du nourrisson. Il s’agit le plus souvent de 3 séances quotidiennes qui consistent en une désobstruction des voies respiratoires. 

Oxygénothérapie 
En cas d’hospitalisation, de l’oxygène peut notamment être administré. On parle d’oxygénothérapie, indiquée si la saturation en oxygène du bébé est mauvaise.

Durée guérison
En général une bronchiolite guérit en quelques jours (5 à 7 jours), après les soins.

Absence de vaccin 
Il n’existe pas de vaccin contre le principal virus, le virus respiratoire syncitial (RSV), à l’origine de la bronchiolite. Toutes les tentatives de créer un vaccin efficace contre le RSV ont échoué à cause d’une faible réponse immunologique3.

Bons conseils & Prévention

– Donnez à boire à l’enfant en quantité suffisante et aérez sa chambre (température idéale à 19°C).

Bons conseils pour soigner une bronchiolite

– Conseillez à l’enfant ou faites dormir le petit enfant sur le dos et surélevez son oreiller (d’environ 30°).

– Nettoyez souvent la cavité nasale pour le désobstruer au moyen d’un sérum physiologique ou une solution saline (½ cuillère à café de sel à dissoudre dans 240 ml d’eau bouillie refroidie). Lire aussi sous Traitements ci-dessus. 

– Demandez les conseils d’un pédiatre avant toute administration de médicaments tel un sirop contre la toux.

– Prenez soin de vous laver systématiquement les mains avec de l’eau savonneuse (pendant au moins 30 secondes) avant de s’occuper de votre bébé. Vous pouvez aussi utiliser un gel désinfectant.

– Évitez d’exposer votre bébé à la fumée des cigarettes, comme on l’a vu la fumée passive est un important facteur de risque. Ne pas fumer en présence de bébé.

– Évitez autant que possible d’emmener un nourrisson dans un lieu très fréquenté comme les transports en commun ou les hôpitaux.

– Désinfectez aussi souvent que possible les jouets de l’enfant pour éliminer les microbes.

– Évitez d’embrasser un enfant si vous présentez les symptômes d’un rhume ou si vous êtes enrhumé.

– Humidifiez l’air. L’air sec a un effet négatif sur les muqueuses nasales. Utilisez un humidificateur si le taux d’humidité de la chambre est inférieur à 45%, inutile de dépasser un taux d’humidité de plus de 55%.

– Répartissez la quantité de lait donnée à l’enfant en plusieurs petits repas.

– Les 48 premières heures des symptômes sont très importantes et cruciales. Comme le relève la HAS en novembre 2019, il convient de tenir compte des 48 premières heures par rapport au début des symptômes respiratoires, période pendant laquelle tout nourrisson est susceptible de s’aggraver.

News sur la bronchiolite :
Interview avec une pédiatre pour mieux comprendre la bronchiolite

Lire aussi : bronchite – découvrez aussi d’autres maladies infantiles

Sources & Références :
Mayo Clinic, La Tribune de Genève, Folha de S.Paulo, Haute Autorité de Santé (France) Superinteressante, Le Nouvelliste, Société suisse de pneumologie pédiatrique.
Interview réalisé par Creapharma.ch en février 2021 sur la bronchiolite avec la Dresse Alyssa Wüest, pédiatre et spécialiste en néonatologie à l’Hôpital de Sion en Valais (Suisse)
Livre :
ALLÔ DOCTEUR mon enfant est malade ! – 2e édition, édition Médecine & Hygiène, Suisse. 

Rédaction du dossier : 
Xavier Gruffat (pharmacien)

Date de dernière mise à jour : 
18.02.2021 

Crédits photos et infographies : 
Adobe Stock, Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Comment traduit-on bronchiolite dans d’autres langues ?
  • Anglais : Bronchiolitis (Bronchiolitis in Infants)
  • Allemand : Bronchiolitis
  • Italien : bronchiolite

Quiz sur la bronchiolite

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Notes de bas de page et références :

  1. ALLÔ DOCTEUR mon enfant est malade ! – 2e édition, édition Médecine & Hygiène, Suisse
  2. Article du journal suisse Le Nouvelliste, paru online le 13 janvier 2021, le lien marchait à cette date
  3. Magazine brésilien Superinteressante, édition d’août 2020

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 18.02.2021

Publicité