Publicité

Bronchite

Résumé sur la bronchite

La bronchite est une inflammation des bronches qui se manifeste par une toux accompagnée d’expectorations.
Il s’agit d’un trouble très fréquent qui peut être divisé en deux types : la bronchite aiguë et la bronchite chronique.
La bronchite aiguë est souvent la conséquence ou la complication d’une grippe, d’un refroidissement (cold en anglais), d’une maladie à coronavirus comme la Covid-19 ou d’un rhume avec en général une origine virale.
La bronchite chronique est causée dans la plupart des cas par le tabac (fumée de cigarette), parfois par la pollution de l’air ou l’exposition prolongée à des gaz nocifs.
Les symptômes communs aux deux formes de bronchites sont souvent : une toux (principal symptôme), un essoufflement, une respiration sifflante, parfois une gêne thoracique et une difficulté à respirer, de la fatigue ou de la fièvre. Une bronchite peut se caractériser par la production de mucus de couleur variable, blanche ou claire, jaune-gris ou verte.

Publicité

Le traitement varie en fonction du type de bronchite. En cas de bronchite aiguë on recommandera le repos pendant quelques jours et la prise de fluidifiants ou expectorants (ex. acétylcystéine) pour soigner la toux grasse. Comme la bronchite aiguë est en général d’origine virale, les antibiotiques qui agissent contre les bactéries sont inutiles.
En cas de bronchite chronique on essayera surtout d’éliminer la cause (pollution, tabac), il existe aussi certains médicaments à utiliser dans cette forme de bronchite. Mieux comprendre la bronchite chronique ou BPCO dans notre dossier complet

Il est possible d’utiliser des plantes médicinales pour soigner la bronchite comme le pelargonium (géranium du Cap) ou le thym.
Pour soigner la maladie il est recommandé de boire beaucoup et de bien se reposer.
Finalement, notons l’importance de prendre quelques mesures préventives en cas de bronchite comme bien humidifier les pièces ou limiter au maximum l’exposition à la fumée de tabac. Ces conseils s’appliquent en particulier pour les personnes les plus à risque comme les personnes âgées, les enfants et nourrissons, les fumeurs, les personnes souffrant de problèmes cardiaques ou encore celles atteintes de maladie pulmonaire.

Découvrez aussi notre document en PDF pour bien préparer sa visite chez le médecin (pour lecture et impression)

Résumé (infographie et vidéo)

Définition

Définition de la bronchiteLa bronchite est une irritation et une inflammation des bronches qui se manifeste notamment par une toux.
Il s’agit d’un trouble très fréquent qui peut être divisé en deux formes différentes, la bronchite aiguë (1) et la bronchite chronique (2).

1. Définition de la bronchite aiguë (bronchite obstructive) 

La bronchite aiguë est la plupart du temps provoquée par une infection virale des bronches, souvent la conséquence d’une grippe ou d’un refroidissement en hiver (mais aussi en automne et au printemps), plus rarement d’un endroit enfumé ou lors de pollution de l’air. On parle parfois aussi de bronchite obstructive pour qualifier la bronchite aiguë, notamment chez les enfants.

Une bronchite survient brusquement et dure quelques jours seulement (en cas d’absence de complications), d’où son nom de bronchite aiguë par opposition à une bronchite chronique.

2. Définition de la bronchite chronique

La bronchite chronique, appelée médicament parfois BPCO, est la plupart du temps provoquée par le tabagisme ou la pollution de l’air, ces agents chimiques irritent les bronches et l’ensemble des voies respiratoires.
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) parle de bronchite chronique si les symptômes sont présents pendant au moins trois mois par an et pendant deux années consécutives ou plus, avec un essoufflement plus ou moins intense et des crises d’asthme.

Il arrive fréquemment que, pendant l’année des épisodes d’exacerbation aiguës (poussées) avec augmentation de la toux et des expectorations se manifestent, ce qui provoque une plus grande obstruction au passage de l’air dans les bronches et les poumons. Dans certains cas, la bronchite chronique peut coexister avec un emphysème pulmonaire (un lent processus de dégénérescence du tissu pulmonaire, on parle aussi de BPCO).
Il faut aussi savoir qu’environ 50% des cas de bronchite chronique conduisent à une insuffisance respiratoire.

Définition mucus
Le mucus est principalement composé de glycoprotéines d’eau et de mucine qui sont de très longs brins de protéines enrobés de glycanes – un type de molécule de sucre1. La viscosité du mucus est déterminée par des protéines appelées “facteurs trèfles” (en anglais trefoil factors) qui se lient aux glycoprotéines de la mucine qui sont de très longs brins de protéines enrobés de molécules de sucre uniques. Il faut savoir qu’une quantité saine de mucus est très importante pour capturer et éliminer les menaces potentielles pour les poumons, telles que les particules de poussière, les cellules mortes et les bactéries.

Epidémiologie

Bronchite chronique
Aux Etats-Unis, l’Université de Californie à Berkeley évaluait en mai 2018 à 5% le nombre d’Américains de la population générale souffrant de bronchite chronique. Aux Etats-Unis, une bronchite chronique (en anglais : chronic bronchitis) est caractérisée par une toux profonde produisant du mucus qui, avec le temps, devient constante et dure pendant des mois.

Causes

En fonction du type de bronchite, les causes sont différentes :

1. Causes de la bronchite aiguë :

Causes de la bronchite aiguëLa bronchite aiguë est principalement causée par des virus (adénovirus, parainfluenza et influenza, rhinovirus, Covid-19, etc.).
Une bronchite aiguë est souvent la conséquence ou la complication d’une grippe, d’un refroidissement ou d’un rhume.
Dans environ 10% des cas, la bronchite aiguë est d’origine bactérienne. On parle aussi dans ce cas de surinfection bactérienne avec des complications sérieuses possibles comme la pneumonie.
La transmission se fait de personne à personne par les voies respiratoires.

Sécheresse en hiver
En hiver, le chauffage (parfois excessif) avec pour conséquence un air sec et le fait que les fenêtres soient souvent fermées provoquent une difficulté à maintenir l’humidité nécessaire au niveau des muqueuses. Celles-ci ont donc davantage de peine à jouer un rôle de protection contre l’invasion de substances nocives comme des virus.

2. Causes de la bronchite chronique :

– La bronchite chronique est une maladie beaucoup plus grave que la bronchite aiguë.

Dans la majorité des cas, une bronchite chronique est causée par la consommation de tabac, celui-ci irrite les bronches et provoque une inflammation qu’on nomme bronchite chronique. Remarquons aussi que pour les fumeurs, on parle de plus en plus également de BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) qui est la contraction de deux maladies du système respiratoire que sont la bronchite chronique et l’emphysème pulmonaire, cette maladie semble être en forte augmentation parmi la population.

– La bronchite chronique peut également être causée par une pollution de l’air, ce qui va aussi irriter les bronches et provoquer une inflammation, c’est le cas de certains travailleurs qui sont sur des chantiers ou dans des industries polluées.

– D’autres causes comme des allergies ou des infections à répétition seraient également responsables de la bronchite chronique.

Personnes à risque

– Les personnes à risque de souffrir de bronchite aiguë sont les personnes âgées, les enfants et les nourrissons, les fumeurs, les personnes souffrant de problèmes cardiaques ou encore les personnes souffrant de maladie pulmonaire.

– Les personnes qui ronflent paraissent être plus sujettes à contracter une bronchite chronique.

Symptômes

Les symptômes de la bronchite varient en fonction du type de bronchite (voir définition bronchite), toutefois il est possible d’énumérer un certain nombre de symptômes communs aux deux formes, telles que :

Toux grasse (qui produit du mucus). Le mucus peut prendre différentes colorations : blanc ou liquide claire, jaune-gris ou vert. Une quinte de toux peut être présente.

– Essoufflement aggravé par le stress, avec parfois une respiration sifflante

– Douleurs à la poitrine

Fatigue

Fièvre

Plus précisément, voici les symptômes caractéristiques pour chaque type de bronchite :

1. Symptômes de la bronchite aiguë

– La bronchite aiguë apparaît généralement de façon brusque et ne dure pas très longtemps, c’est-à-dire en général quelques jours. Toutefois, la toux peut continuer pendant des semaines après la phase aiguë de la bronchite.

Les symptômes qui peuvent précéder l’arrivée d’une bronchite aiguë sont des brûlures d’estomac rétrosternale ou une difficulté à respirer.

Après quelques jours, la toux apparaît, généralement sèche au début, puis plus grasse et plus productive ensuite, accompagnée d’expectorations (pouvant devenir jaunâtres et épaisses en cas de surinfection bactérienne), le mucus étant assez visqueux, on le nomme alors glaire. Ces symptômes sont provoquées par l’inflammation, en effet les bronches se gonflent et produisent du mucus et du pus.

– Une légère fièvre (en général moins de 38° C, rarement plus de 39° C), elle se résorbe souvent dans les 3 à 5 jours

– Des maux de tête

– Des maux de gorge

– Une voix rauque (enrouement)

– D’éventuelles complications respiratoires (par exemple chez les nourrissons ou les personnes âgées) ou des complications bactériennes comme une pneumonie (reste très rare mais possible surtout chez des personnes âgées).

Remarquons que seul un médecin peut faire un diagnostic exact d’une bronchite, chez des personnes fragiles (nourrissons, petits enfants, personnes âgées, asthmatique) une consultation médicale est toujours nécessaire, car des complications peuvent survenir comme des insuffisances respiratoires.

2. Symptômes de la bronchite chronique

Les symptômes de la bronchite chronique sont les suivants :

Toux, en général grasse, accompagnée d’expectorations

– Respiration sifflante

Toux de l’effort

– A terme : différentes complications respiratoires peuvent apparaître.

Seul un médecin peut faire un diagnostic exact d’une bronchite chronique, un contrôle régulier en particulier chez les fumeurs est fortement recommandé. On sait que les fumeurs ont une probabilité bien plus élevée que les non-fumeurs de souffrir de bronchite chronique ou de BPCO (bronchite chronique accompagné d’un emphysème pulmonaire).

Diagnostic

En général, les bruits respiratoires anormaux (respiration sifflante, râles) peuvent être auscultés par le médecin à l’aide d’un stéthoscope. D’autres tests peuvent être pratiqués par exemple comme celui de la fonction pulmonaire ou une radiographie du thorax.

Il peut également être utile de faire un test sanguin pour mesurer les niveaux d’oxygène et de dioxyde de carbone. De plus, une collection d’échantillons de salive pour vérifier les infections bactériennes peut être pratiquée.

Parfois le médecin peut effectuer ou prescrire des tests pour éliminer (ou confirmer) la présence d’une autre maladie avec des symptômes proches : la pneumonie.

Complications

La bronchite aiguë disparaît la plupart du temps après quelques jours. Dans de rares cas une bronchite aiguë pas correctement traitée peut évoluer sous forme de pneumonie.

Vous devriez toujours consulter votre médecin ou votre pharmacien dans les cas où :

– La toux est très prononcée, avec une difficulté à dormir, si la toux dure longtemps et est accompagné d’un essoufflement, s’il y a production de mucus jaunâtre, de mucus verdâtre ou si vous remarquez des traces de sang.

– Vous avez de la fièvre qui dure plus de trois jours, ou une fièvre supérieure à 38,5°.

– Vous avez plusieurs rechutes au cours de l’année.

– Cela concerne une personne âgée ou une personne ayant d’autres maladies pulmonaires (asthme, emphysème pulmonaire) ou cardiaques.

Les complications de la bronchite chronique sont par contre plus graves. En particulier, chez les fumeurs cette maladie peut évoluer en BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) qui est la contraction de deux maladies du système respiratoire que sont la bronchite chronique et l’emphysème pulmonaire.
En effet, en cas de bronchite chronique avec un état inflammatoire presque constant, il peut y avoir des complications diverses, telles que l’emphysème pulmonaire (menant à la BPCO), une modification du poumon caractérisée par une dilatation anormale avec la formation de poches d’air en lien avec les alvéoles et la perte d’élasticité du tissu pulmonaire.

Complications de la bronchite - Risques bronchite

Traitements

En fonction du type de bronchite, les traitements sont différents :

1. Traitement de la bronchite aiguë

Il faut tout d’abord noter que dans la majorité des cas, une bronchite aiguë se soigne par elle-même sans traitement médical en environ 2 semaines. Certaines sources comme l’Université de Californie à Berkeley parlent d’une dizaine de jours.

Le traitement de la bronchite aiguë est symptomatique (sans soigner la cause mais seulement les symptômes), car dans la plupart des cas, l’origine de la bronchite aiguë est virale, il n’existe pas de traitements antiviraux pour soigner la bronchite.

En général, pour soigner une bronchite aiguë on recommande quelques jours de repos et dans certains cas la prise de médicaments antitussifs (lire le paragraphe ci-dessous) et d’antipyrétiques.

Si possible il ne faudrait pas trop utiliser d’antitussifs en cas de bronchite aiguë, car il est important de faire “mûrir” la toux. En particulier et surtout si le mucus est abondant, parce que la toux aide à éliminer les agents irritants des voies respiratoires. Si le mucus venait à stagner dans les bronches il pourrait y avoir un risque de surinfection pulmonaire.

Toutefois, si votre toux vous empêche de dormir, vous pouvez utiliser un médicament sédatif comme un antitussif avec effet calmant et sédatif, mais dans ce cas aussi il faudra éviter de bloquer complètement la stimulation de la toux.

Contre les douleurs le patient peut prendre des antalgiques ou des antipyrétiques (paracétamol par exemple).

Parfois le médecin peut prescrire des médicaments pour favoriser l’ouverture des bronches.

Ensuite, pour traiter une toux grasse avec des expectorations, on peut utiliser des fluidifiants ou expectorants pour respectivement fluidifier et “faire sortir” le mucus. Cela dit certains spécialistes estiment que la prescription d’expectorants n’a pas de fondement scientifique dans le traitement de la bronchite aiguë.

Fluidifiants (qui diminuent la viscosité du mucus) ou mucolytiques :

– A base d’acétylcystéine, sous forme de comprimés, comprimés effervescents, sachets, etc.

– A base de carbocystéine, sous forme de sirop contre la toux.

Expectorants

– Expectorants salins (ammonii chloridium) ou à base d’extraits de plantes (guaifénésine ou à base d’ipéca).

Dans un cas de surinfection bactérienne, le médecin prescrira normalement des antibiotiques.

Il faut relever que dans la plupart du temps, comme la bronchite est d’origine virale, les antibiotiques sont inutiles.

2. Traitement de la bronchite chronique

La première mesure à effectuer en cas de bronchite chronique est de rechercher la cause qui provoque cette affection et de l’éliminer. La plupart du temps il s’agit de la fumée de tabac, il faudra donc à tout prix essayer d’arrêter de fumer, avant qu’il ne soit trop tard.

S’il s’agit d’agents chimiques ou polluants il faudra également essayer d’arrêter ou de fortement limiter ces sources qui déclenchent la bronchite chronique.

Après avoir essayé de soigner la cause et si la bronchite chronique persiste, le médecin dispose de plusieurs traitements médicamenteux comme les fluidifiants, les bronchodilatateurs ou des antibiotiques (en cas d’infection bactérienne).

Dans les cas graves, votre médecin peut également prescrire de l’oxygène (oxygénothérapie).

Si vous souffrez d’asthme ou de maladie BPCO, votre spécialiste peut vous recommander des aérosols et d’autres médicaments (par exemple, les corticoïdes) pour réduire l’inflammation et l’occlusion bronchique.

Il peut également être utile dans certains cas d’entreprendre un programme d’exercices de rééducation respiratoire, basée sur quelques exercices simples de réadaptation physique. Demandez conseil à votre médecin.

Découvrez aussi notre document en PDF pour bien préparer sa visite chez le médecin (pour lecture et impression)

Remèdes naturels

Les remèdes naturels suivants ont su démontrer une efficacité pour soigner une bronchite (surtout la bronchite aiguë), ces remèdes restent toutefois une mesure alternative et complémentaire des remèdes plus classiques comme les fluidifiants.

1. Plantes médicinales pour soigner la bronchite :

Classement par ordre alphabétique

Plantes médicinales pour soigner la bronchiteBouillon blanc, plante à action expectorante, principalement en vente sous forme de tisane.
Bourgeons de sapin, à action expectorante, en vente sous forme de sirops ou de bonbons.
Capucine, en général sous forme de tisane ou décoction.
Droséra, principalement en vente sous forme de goutte.
Eucalyptus, principalement en vente sous forme de tisane, goutte, sirop ou huile essentielle.
Guaco, une plante qui agit sur les bronches (originaire d’Amérique du Sud, peu connue en Europe et Amérique du Nord mais très efficace, surtout en cas de toux grasse et de bronchite), principalement en vente sous forme de tisane.
Guimauve (racine de), à action expectorante, principalement en vente sous forme de tisane.
Hysope, plante expectorante, à consommer sous forme de tisane ou sirop.
Lierre, plante expectorante, en vente sous forme de médicament prêt à l’emploi (ne pas se faire soi-même un remède à base de cette plante !)
Mauve, utilisée lors de toux sèche ou en cas de maux de gorge. Se présente souvent sous forme de sirop, en bonbon ou en tisane.
Pelargonium, d’origine d’Afrique du Sud, à utiliser sous forme de teinture par exemple.
Pulmonaire, plante à action expectorante et émolliente utile lors de toux, principalement en vente sous forme de tisane.
Thym, une plante à forte action désinfectante, principalement en vente sous forme de tisane, sirop contre la toux ou en huile essentielle.

2. Remèdes naturels pour soigner la bronchite :

Tisanes Sirops Autre
Tisane d’anis Sirop d’ail Lait au miel (efficace, prouvé scientifiquement)
Tisane de bouillon blanc Sirop de bouillon blanc Cataplasme aux pommes de terre
Tisane d’eucalyptus Sirop de bourgeons de sapin Cataplasme de moutarde
Tisane d’hysope Sirop de bourgeons de sapin (recette bis) Lait à l’ail
Tisane pectorale Sirop de chou-rave Miel d’oignon
Tisane de primevère Sirop de coquelicot Remède à base de carotte et de sucre candi
Tisane de pensée sauvage Sirop d’hysope Remède contre la bronchite du Maroc
Tisane de pulmonaire Sirop de navet Teinture d’oignon
Tisane contre les refroidissements Sirop d’oignon Remède d’oignon et vinaigre
Tisane de thym Sirop de plantain  
Tisane de thym serpolet Sirop de radis noir  
Tisane coquelicot Sirop de sureau  
Tisane de guimauve Sirop de thym  

Bons conseils

– Ne sous-estimez jamais une bronchite, même aiguë, il est toujours important de bien la soigner pour éviter toute complication (ex. pneumonie)

– Buvez beaucoup de liquide, boire permet de fluidifier le mucus, vous pouvez boire par exemple des tisanes à base de thym (avec du miel).

– Humidifiez les pièces et aérez régulièrement même en hiver, cela limite la probabilité d’être contaminé par des virus avec un effet préventif.

– Ne fumez pas. Découvrez notre dossier pour arrêter de fumer.

– Reposez-vous pendant la durée de la bronchite, surtout en cas de fièvre.

– Utilisez aussi des thérapies à base de plantes (lire ci-dessus).

Prévention

Pour bien préparer sa visite chez le médecin, lisez davantage dans le sous-titre ci-dessous

Il est important de prendre quelques mesures préventives pour réduire les risques de développer une bronchite, en particulier quand les cas de bronchites sont fréquents pendant toute l’année (bronchites à répétition ou bronchite chronique).

Avant de vous présenter et de vous détailler quelques conseils de prévention, le plus important à retenir est de toujours essayer de bien identifier la cause, celle-ci peut résider dans l’environnement dans lequel vous vivez : comme un environnement froid et humide ou des agents infectieux.

Les conseils ci-dessous peuvent être utiles pour diminuer le risque de bronchite et, en général, pour protéger les poumons :

– Limitez l’exposition aux virus qui causent la bronchite. Evitez autant que possible d’être en contact avec des personnes souffrant de rhume, de coronavirus, de refroidissement ou de grippe. Pendant la saison de la grippe et des coronavirus, évitez les endroits bondés et, lorsque cela est possible, portez un masque couvrant la bouche et le nez afin de réduire le risque d’infection.

– Faites-vous éventuellement vacciner contre la grippe en automne ou hiver. De nombreux cas de bronchite sont provoqués par la grippe, la vaccination pourra donc réduire le risque de bronchite aiguë en particulier.
Depuis 2021, il est aussi conseillé de se faire vacciner contre la Covid-19 (si possible), maladie virale à l’origine d’infections respiratoires parfois très graves.

– Lavez-vous les mains fréquemment et utilisez des désinfectants (ex. alcogel), surtout en hiver lorsqu’il y a beaucoup de cas de grippe, de coronavirus et de rhume.

– Ne fumez pas et évitez l’exposition à la fumée passive afin de réduire le risque de contracter surtout une bronchite chronique ou un emphysème pulmonaire. Si votre bronchite chronique est due au tabac, essayez impérativement d’arrêter de fumer.

– Utilisez un humidificateur dans les pièces où vous vous trouvez. L’air trop sec (mais aussi trop humide) peut causer des problèmes respiratoires et notamment la bronchite. Utilisez notamment un humidificateur si le taux d’humidité de la chambre est inférieur à 45%, inutile de dépasser un taux d’humidité de plus de 55%.

– Essayez d’inspirer et d’expirer au maximum par le nez et non par la bouche, le nez est en effet capable de bloquer les germes pathogènes.

Bien préparer sa visite chez le médecin

Une coloscopie tous les 10 ans réduit de 40% le risque de cancer colorectalV.1.2 du document (mise à jour : 25.02.2021) – Questions, remarques ou améliorations ? Contactez-nous
Découvrez aussi notre document en PDF pour bien préparer sa visite chez le médecin (pour lecture et impression)
La bronchite est une inflammation des bronches qui se manifeste par une toux accompagnée d’expectorations, cette maladie courante peut aussi rendre la respiration difficile. Par conséquent, il peut être important de poser les bonnes questions pendant votre visite chez le médecin. Notez que seulement un médecin peut poser le diagnostic correct d’une bronchite. En général une visite chez le médecin de famille ou généraliste est suffisante, mais dans certains cas notamment lors de bronchite chronique, une visite chez un pneumologue peut s’imposer.

Découvrez tout d’abord un petit glossaire de termes utiles pendant votre consultation :
Bronches. Il s’agit des conduits qui apportent l’air riche en oxygène (dioxygène) depuis l’extérieur du corps dans les poumons. Lors de bronchites, ces conduits sont inflammés avec pour conséquence un rétrécissement des voies aériennes et une respiration plus difficile.
Bronchite aiguë ou chronique. Une bronchite aiguë est comme son non l’indique un synonyme de bronchite soudaine. En médecine, une maladie aiguë est en général de courte durée, progresse rapidement et nécessite un traitement immédiat. Une bronchite aiguë est généralement causée par une infection et disparaît lorsque l’infection se résorbe, en quelques jours ou maximum semaines. Une bronchite chronique dure pendant une longue période, souvent plus de 3 mois. Une bronchite chronique est généralement causée par une source ou cause continue, comme le fait de fumer une cigarette, la pollution ou le fait de travailler dans un lieu où la personne inhale des vapeurs chimiques.
Types de toux. On parle de toux sèche, de toux irritative ou de toux non productive lorsqu’il n’y a pas de production ou sécrétion de mucus et de toux grasse ou de toux productive lorsque la toux justement produit du mucus (crachats, glaires, salive). Certains cas de bronchite se caractérisent par une toux sèche mais la plupart des cas de bronchite se manifestent par une toux grasse. Les crachats ou expectorations (en anglais sputum) sont le mucus d’une toux productive mélangé à la salive.
Culture des crachats (expectorations ou sécrétions). Le médecin peut demander une culture des crachats, un test de laboratoire souvent effectué chez une personne diagnostiquée avec une bronchite. Il permet de déterminer si vos crachats ou expectorations contiennent des bactéries, ce qui indique que vous avez une infection du tractus respiratoire.
Test de spirométrie. Un type de test de la fonction pulmonaire qui détermine le débit d’air obstruée dans les bronchites chroniques. Ce test est aussi utilisé lors d’asthme.
Oxymètre de pouls. Un appareil surtout utilisé aux Etats-Unis mais qui avec la Covid-19 est de plus en plus utilisé en Europe pour des maladies respiratoires. Cet appareil mesure le niveau de saturation en oxygène dans votre sang. Un oxymètre de pouls mesure la saturation « pulsée » en oxygène ou SpO2 au niveau du doigt, c’est une estimation de la quantité d’oxygène dans le sang.
Bronchodilatateur. Il s’agit d’un type de médicament destiné à traiter ou à prévenir la bronchoconstriction ou bronchospasme, dans des maladies telles que la bronchite mais aussi l’asthme, l’emphysème ou la pneumonie.
Autrement dit, un bronchodilatateur détend les bronches, ce qui permet une meilleure ouverture des voies respiratoires et par conséquent mène à une meilleure respiration. Un bronchodilatateur est souvent pris sous forme inhalée (ex. en spray).
Fluidifiant. Un médicament qui rend plus fluides les sécrétions ou expectorations bronchiques, souvent utilisé lors de toux grasse. On parle aussi en français de mucolytique, la molécule la plus célèbre est probablement l’acétylcystéine (ou N-acétylcystéine).
Questions pour une bonne conversation avec votre médecin (liste non exhaustive) :
Symptômes :
– Est-ce une bronchite aiguë ou une bronchite chronique ?
– Après avoir commencé le traitement (ex. médicament), combien de temps les symptômes vont-ils durer ?
– Quels symptômes doivent m’inquiéter ?
Causes :
– Comment puis-je diminuer le risque que je développe une bronchite, qu’elle soit aiguë ou chronique ?
Diagnostic :
– Est-ce que je dois réaliser un ou plusieurs tests de diagnostic (demander si les tests peuvent être réalisés dans le cabinet ou à un autre endroit, ex. laboratoire médical) ?
– Est-ce que ces tests permettront de poser un diagnostic exact de bronchite et pas une autre maladie respiratoire comme l’asthme ou l’emphysème (BPCO) ?
Traitements (médicaments) :
– Pouvez-vous m’expliquer le traitement prescrit, par exemple le ou les médicaments ? Remarque : demandez aussi conseil à votre pharmacien à ce sujet, notamment pour les effets secondaires et les interactions.
– Est-ce qu’il existe des traitements non médicamenteux, par exemple des traitements naturels efficaces, par exemple à base de plantes médicinales ?
Prévention, autre :
– Quelle précaution dois-je avoir pour ne pas contaminer mes proches, notamment ceux vivant avec moi (même foyer) ?
– Est-ce que je vais me remettre de séquelle ou problème particulier de ma bronchite ?

Références & Sources :
Mayo Clinic, University of California Berkeley, Verywellhealth.com

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Xavier Gruffat (Pharmacien et Rédacteur en chef de Creapharma), Seheno Harinjato (Rédactrice chez Creapharma.ch, responsable de l’infographie).

Crédits photos et infographies : 
Adobe Stock, Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Dernière mise à jour du dossier : 
11.03.2021

Lire aussi : BPCO, bronchiolite, toux, pneumonie, refroidissement

Comment traduit-on la bronchite dans d’autres langues ?

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Notes de bas de page et références :

  1. Mucus breakthrough could help patients breathe easy, accédé le 13 mai 2020, le lien fonctionnait le 13 mai 2020
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 11.03.2021

Publicité