Publicité

Pneumonie

Résumé sur la pneumonie

Résumé pneumonieLa pneumonie est une maladie infectieuse qui est la plupart du temps d’origine virale ou bactérienne, elle peut toucher un ou les deux poumons.
Il s’agit d’une maladie potentiellement grave pouvant se développer chez n’importe quel individu. La pneumonie est plus dangereuse chez les personnes fragiles comme les petits enfants, les personnes âgées ou encore celles qui souffrent de diabète, de maladies pulmonaires ou cardiaques de type chronique. Le nombre de cas de pneumonie est plus élevé en hiver, même si avec la Covid-19 la maladie a un peu perdu son côté saisonnier, et se manifeste davantage chez les fumeurs. La pneumonie est l’une des principales causes de mortalité infantile, on estime que chaque année environ 1,6 millions d’enfants meurent à travers le monde à cause de cette maladie pulmonaire.

La pneumonie est causée par des bactéries, des virus et plus rarement des champignons (sous Causes ci-dessous découvrez comment les alvéoles s’infectent lors de pneumonie).

symptômes pneumonieLes principaux symptômes de la pneumonie sont la toux, une respiration rapide ainsi qu’une difficulté à respirer, de la fièvre, une douleur au niveau du thorax et de la fatigue.
Le diagnostic est principalement réalisé grâce à des examens cliniques, une observation des symptômes ainsi qu’une radio aux rayons-X du thorax. Parfois d’autres examens sont effectués par le médecin.

Le traitement va dépendre de la cause. Si la pneumonie est provoquée par une bactérie, le traitement reposera sur des antibiotiques. Relevons qu’en cas d’antibiothérapie il est important de bien suivre les recommandations du médecin, même si vous vous sentez mieux. Il est important de toujours terminer le traitement antibiotique prescrit par le médecin. Si la pneumonie est causée par un virus, il s’agira de traiter les symptômes en abaissant la fièvre par exemple avec du paracétamol ou de l’ibuprofène. Des antitussifs sont parfois utilisés contre la pneumonie.

Plusieurs bons conseils aident à soigner et prévenir la maladie : bien se laver les mains, éviter le contact avec les personnes infectées et arrêter de fumer. Un point important au niveau de la prévention est la vaccination contre le pneumocoque et la grippe (une cause indirecte importante de pneumonie).

Résumé sous forme d’infographie : 

Lire aussi : Pneumonie en milieu hospitalier

La journée mondiale contre la pneumonie (en anglais : World Pneumonia Day) a lieu chaque 12 novembre.

Définition

La pneumonie est une maladie infectieuse des poumons provoquée le plus souvent par une bactérie mais aussi par des virus et parfois par des champignons.

En cas de pneumonie, les alvéoles se remplissent de pus et de liquide, ce qui rend la respiration douloureuse et limite l’absorption d’oxygène. Rappelons que l’alvéole est l’endroit où les échanges gazeux (oxygène, gaz carbonique) ont lieu. Voir notre infographie ci-dessous.

Définition de la pneumonie

La pneumonie se développe surtout chez des personnes âgées ou très jeunes. Cette maladie peut s’avérer redoutable chez ces patients fragiles (au niveau immunologique) et pour ces individus un traitement en milieu hospitalier s’avère la plupart du temps nécessaire. Chez une personne normale une pneumonie peut se soigner à la maison et la maladie dure en général de deux à trois semaines.

Contagion
La contagion de la pneumonie peut se faire dans divers endroits publics comme les écoles, les hôpitaux ou sur la place de travail, etc. Comme toujours pour les maladies infectieuses des mesures de prévention comme bien se laver les mains ou mettre la main devant la bouche avant d’éternuer ou tousser s’avèrent très recommandables.

Classifications de la pneumonie : 
La pneumonie peut être est classée en fonction des types de germes à l’origine de la maladie (ex. pneumonie bactérienne ou virale, lire ci-dessous sous Causes) mais aussi du lieu où l’infection a été contractée, comme on peut le voir ici :
Pneumonie acquise dans la communauté (en anglais : Community-acquired pneumonia)
Il s’agit du type de pneumonie le plus courant. Elle survient en dehors des hôpitaux ou d’autres établissements de soins de santé. Les causes peuvent provenir de bactéries (ex. Mycoplasma pneumoniae, Streptococcus pneumoniae), de virus (ex. SARS-CoV-2) ou de champignons.
Pneumonie acquise à l’hôpital (en anglais : Hospital-acquired pneumonia)
Ce type de pneumonie survient lors d’un séjour à l’hôpital pour une autre maladie. Lire davantage à ce sujet : Pneumonie en milieu hospitalier
Pneumonie acquise dans le cadre des soins de santé (en anglais : Health care-acquired pneumonia)
Ce type de pneumonie est une infection bactérienne qui survient chez les personnes qui vivent dans des établissements de soins de longue durée ou qui reçoivent des soins dans des centres de soins ambulatoires, notamment des centres de dialyse rénale.
Pneumonie par aspiration (en anglais : Aspiration pneumonia)
Ce type de pneumonie survient lorsqu’une personne inhale de la nourriture, des boissons, des vomissures ou de la salive dans ses poumons. L’aspiration est plus probable si quelque chose perturbe le réflexe normal de déglutition, comme une lésion cérébrale ou un problème de déglutition, ou une consommation excessive d’alcool ou de drogues1.

Epidémiologie

– En 2015, l’OMS (WHO en anglais) estimait à environ 920’000 le nombre d’enfants de moins de 5 ans morts de pneumonie.
– Toujours selon l’OMS, on estime que la pneumonie cause 15% du nombre total de décès d’enfants de moins de 5 ans.

Pneumonie chez les enfants
Chez les enfants, la pneumonie tue davantage que toutes les autres maladies prises ensemble comme le paludisme, les diarrhées ou la rougeole. L’organisation Save the Children, qui vient en aide aux enfants, a mis en avant le taux de mortalité élevé chez les enfants à cause de la pneumonie dans un rapport publié en 2017. Il a été constaté que 99% des cas de décès à cause de la pneumonie chez les enfants a lieu dans des pays à bas revenus comme plusieurs pays d’Afrique (ex. Somalie, Tchad ou Angola). Les enfants concernés proviennent surtout de familles qui n’ont ni accès à la vaccination ni aux antibiotiques. En 2017, un traitement par antibiotique coûtait seulement 0,34 euro.
Selon Save the Children, en Somalie et au Tchad environ 32 enfants sur 1000 meurent d’une pneumonie avant leur 5ème anniversaire. Une bonne nouvelle toutefois est qu’entre l’année 2000 et 2015, le nombre de morts a reculé de 47%.

Causes

La pneumonie est causée par des bactéries (en majorité), des virus et plus rarement des champignons. Lorsqu’on inspire, l’air entre dans les poumons pour atteindre les alvéoles (voir infographie ci-dessous), des petites poches élastiques. Si des germes comme des bactéries ou virus entrent en même temps que l’air, ces alvéoles peuvent devenir enflammés et infectées menant à une pneumonie2.

Bactéries (pneumonie bactérienne)
Différentes bactéries peuvent provoquer une pneumonie comme les pneumocoques, Haemophilus influenzae type b (Hib), Legionella pneumophila (une des bactéries à l’origine de la légionellose)Pneumocystis carinii, Chlamydia pneumoniae, le staphylocoque, Streptococcus pneumoniae, Mycoplasma pneumoniae, etc. On distingue parfois la forme typique de la forme atypique, pour les pneumonies bactériennes.
Forme typique
Aux Etats-Unis en tout cas, la bactérie Streptococcus pneumoniae est la principale cause de pneumonie bactérienne en tout cas de la forme typique des pneumonies bactériennes (en anglais Typical bacterial pneumonia), elle survient souvent comme complication après une grippe ou un rhume (refroidissement, cold en anglais)3.
Forme atypique
La pneumonie bactérienne atypique (en anglais Atypical bacterial pneumonia) peut être provoquée notamment par Mycoplasma pneumoniae, pouvant mener à ces symptômes modérés. Par contre Legionella pneumophila mène souvent à des symptômes graves.
Enfants
Chez l’enfant, Streptococcus pneumonia est le plus souvent à l’origine de la pneumonie bactérienne. L’OMS estime qu’Haemophilus influenzae type b (Hib) est la deuxième bactérie la plus courante à l’origine de pneumonies.

Virus (pneumonie virale, y compris la pneumonie provoquée par la Covid-19)
On dénombre de nombreux virus qui peuvent provoquer une pneumonie comme le virus de la varicelle. Toutefois, l’agent pathogène le plus fréquent en cas de pneumonie virale est le virus respiratoire syncytial (VRS). Le VRS est aussi la cause principale de bronchiolite, une maladie respiratoire touchant surtout les nourrissons. Les coronavirus peuvent mener à la pneumonie, comme par exemple le SARS-CoV-2, virus à l’origine de la Covid-19. En général, les virus mènent à des symptômes légers (mild en anglais) de la pneumonie, sauf le SARS-CoV-2 qui mène parfois à des hospitalisations et à la mort4.

Champignons
Le champignon Pneumocystis jiroveci peut provoquer une pneumonie, il s’agit d’une cause majeure de pneumonie chez l’enfant de moins de 6 mois infecté par le VIH/sida. Selon l’OMS, ce champignon est responsable d’au moins un quart des décès chez les nourrissons séropositifs. En général, la pneumonie provoquée par des champignons (en anglais Fungal pneumonia) est plus fréquente chez des personnes avec un système immunitaire affaibli.

Dur à trouver la cause
Il n’est pas toujours facile d’associer ou trouver un agent pathogène à l’origine de la pneumonie. Dans un article publié en février 2020 dans le Wall Street Journal au moment du début de la pandémie de Covid-19, un médecin chinois expliquait que dans seulement 20% à 30% des cas de pneumonie il est possible de trouver par des tests l’agent pathogène à l’origine de la pneumonie (ex. virus, bactérie).

Facteurs de risque pneumonie

Être âgé de 65 ans ou plus ainsi que les enfants de moins de 2 ans sont plus à risque de souffrir de pneumonie. De plus, certains facteurs peuvent aggraver et favoriser le développement d’une pneumonie, car l’entrée des agents dans les poumons devient facilitée, c’est le cas si vous souffrez notamment :

– d’une grippe

– d’un refroidissement ou rhume (le rhinovirus humain ou HRV, à l’origine de ces maladies augmente le risque de souffrir de pneumonie d’origine bactérienne surtout), les coronavirus (ex. SARS-CoV-2)

– d’une bronchite

– de rougeole (la pneumonie peut être une complication relativement fréquente de la rougeole, avec l’otite)

– d’asthme

– d’une maladie cardiaque, notamment chronique

– du SIDA (en particulier chez les enfants de moins de 6 mois, à la suite d’une infection par le champignon Pneumocystis jiroveci, lire ci-dessus également) ou d’un système immunitaire affaibli (ex. chimiothérapie)

– d’un cancer (ex. cancer du poumon)

– d’un diabète

– d’une hospitalisation (en général)

Autres facteurs de risque
– Le tabagisme augmente le risque de souffrir de pneumonie, car le système de défense au niveau des voies respiratoires est affaibli par la fumée. Il s’en suit une entrée facilitée de virus et bactéries dans l’organisme.
– La prise de certains médicaments qui affaiblissent le système immunitaire comme des corticoïdes ou une chimiothérapie peuvent aussi favoriser le développement de cette maladie infectieuse.
– Une transplantation cardiaque contribue à une augmentation du risque.

Hiver et pneumonie 
On estime qu’en hiver le nombre de cas de pneumonie augmente de 30%.

Transmission de la pneumonie
La pneumonie se transmet en général par l’air qu’on respire et par le contact avec des personnes malades, par exemple à l’hôpital.
On sait que les cas de transmission de pneumonie à l’hôpital sont en général plus agressifs et résistants au traitement par des antibiotiques.

Personnes à risque

Personnes à risque pneumonieLes personnes âgées, les petits enfants, les personnes qui ont subi une transplantation cardiaque et celles avec un système immunitaire fragile (par ex. lors de SIDA) sont particulièrement exposées au risque de développer une pneumonie et surtout de présenter des complications. Lire aussi ci-dessus sous Facteurs de risque

Symptômes

Les symptômes d’une pneumonie peuvent être les suivants :

symptômes pneumonie

– Une toux (grasse) marquée. Cette toux est souvent associée à un mucus vert, brun ou couleur sang qui sort depuis les poumons (on sent que cela vient de l’intérieur des bronches).

– Une fièvre élevée (39-40°C) avec des frissons.

– Une respiration rapide et difficile ainsi qu’une respiration sifflante (plus courantes dans les pneumonies virales).

– De la fatigue et des douleurs musculaires.

– Des douleurs dans la poitrine et au thorax (qui augmente à l’inspiration).

– Des troubles gastro-intestinaux : diarrhée, nausées, vomissements.

– Une confusion ou un délire (surtout chez des sujets âgés).

– De l’anorexie (chez les enfants en particulier).

– Des maux de tête.

Remarques sur les symptômes de la pneumonie 
– Lors de pneumonie bactérienne les symptômes apparaissent très rapidement, par contre lors de pneumonie virale les symptômes mettent plus de temps à se manifester et peuvent être plus nombreux que pour une pneumonie bactérienne.
– Les symptômes de la pneumonie peuvent varier en fonction de la gravité de la maladie mais aussi en fonction de la cause de la pneumonie (bactéries, virus, champignons). En général, les symptômes de la pneumonie durent plus longtemps qu’un refroidissement ou une grippe.
– Les nourrissons, petits enfants et enfants ne présentent parfois aucun symptôme lors de pneumonie (on parle d’un profil asymptomatique de la maladie) ou ont des  symptômes peu marqués en comparaison avec les adultes. Ces jeunes patients peuvent par exemple avoir des symptômes comme des vomissements, de la fièvre, une toux, de la fatigue et un manque d’énergie ou encore avoir des difficultés à manger et respirer.
– Chez les personnes âgées, en plus des symptômes mentionnés ci-dessus, ils peuvent aussi présenter des troubles mentaux (ex. confusion mentale).

Diagnostic

pneumonie diagnosticLe diagnostic de la pneumonie, toujours effectué par un médecin, repose en principe sur un examen clinique ou physique des symptômes ainsi qu’éventuellement d’une radiographie (rayons-X) des poumons à la recherche d’inflammation des poumons. Des examens sanguins peuvent être effectués.
Le médecin peut aussi mesurer le niveau d’oxygène et dans certains plus graves ou spécifiques, il pourra effectuer une culture de fluide pleural ou sputum ou encore une bronchoscopie.

Complications

Les complications de la pneumonie peuvent être nombreuses et aboutir, dans certains cas, à un décès. D’où l’intérêt de prendre cette maladie infectieuse très au sérieux, en particulier chez les personnes fragiles (jeunes enfants, personnes âgées, sidéens).
Voici quelques complications de la pneumonie : sepsis, abcès du poumon, liquide entre le poumon et la poitrine (épanchement pleural), méningite, infections du coeur et des tissus environnants, etc.

Quand consulter son médecin ?

Complications de la pneumonieIl est nécessaire de consulter un médecin dans tous les cas lors de suspicion de pneumonie (voir symptômes). Mais il s’agit d’une urgence médicale lorsque le mucus que vous crachez est de couleur sang ou brun (cela signifie la présence de sang dans le mucus) ou encore si vous avez des difficultés à respirer.

Traitements

Le traitement varie en fonction de la cause, qu’elle soit bactérienne, virale ou provoquée par un champignon :

– Lors d’une pneumonie bactérienne, une antibiothérapie est nécessaire. Le médecin dispose en fonction de la bactérie responsable de la pneumonie de différentes classes d’antibiotiques, comme la pénicilline ou ses dérivés, des macrolides, des céphalosporines de 3ème génération, etc.

pneumonie Traitement

En fonction de la gravité et de la personne concernée le traitement sera dans les cas sévères au début une antibiothérapie par injection (ex. intraveineuse) puis un traitement oral ou dans des cas moins problématiques directement une antibiothérapie par voie orale.
Après 1 à 3 jours de thérapie les symptômes (notamment la fièvre élevée) devraient avoir disparu, si ce n’est pas le cas, contactez à nouveau votre médecin.
Aux Etats-Unis, l’American College of Physicians5 estimait en 2021 en se basant sur une étude qu’un traitement antibiotique contre la pneumonie bactérienne devrait durer au maximum 5 jours. Un traitement plus long peut être envisagé en fonction du type d’infection et de l’évolution clinique du patient. Un traitement antibiotique court mais efficace permet de limiter la résistance aux antibiotiques dans nos sociétés.

Association cortisone et antibiotiques
Une étude suisse réalisée en janvier 2015 par l’Hôpital Universitaire de Bâle et d’autres hôpitaux suisses a montré que l’association de cortisone (corticoïde) et d’antibiotiques permettait de guérir plus rapidement de la pneumonie (mais d’autres études ont montré l’inverse, lire aussi paragraphe ci-dessous).
En effet, l’utilisation de cortisone permet au patient de guérir en moyenne 1 jour et demi plus rapidement que sans la prise de ce médicament, c’est-à-dire en utilisant seulement des antibiotiques. Grâce à cette association, le patient peut quitter l’hôpital un jour avant, au lieu de rester en moyenne 7 jours, 6 jours sont désormais suffisants.
De plus, grâce à cette association médicamenteuse l’administration d’antibiotiques sous forme intraveineuse peut être réduite de 5 à 4 jours. Un autre avantage avec cette méthode est un risque plus bas d’aggravation de la maladie. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue scientifique de référence The Lancet.
La dexaméthasone, un glucocorticoïde, accélère la guérison et réduit la mortalité dans les cas graves de pneumonie6. La dexaméthasone est aussi indiquée lors de dysplasie bronchopulmonaire suite à un syndrome de détresse respiratoire. La dexaméthasone est utilisée par certains hôpitaux, notamment anglais, contre le Covid-19.

Traitement de la pneumonie acquise dans la communauté (en anglais : Community-acquired pneumonia)
Le traitement de la pneumonie acquise dans la communauté (PAC), la forme la plus fréquente de pneumonie, repose en tout cas aux Etats-Unis sur la prise d’antibiotiques mais aussi de corticostéroïdes7. Les études montrant une utilité des corticoïdes dans le traitement de la PAC sont contradictoires, certaines montrent un effet favorable des corticoïdes et d’autres non. Par exemple une étude favorable à la prise de corticoïdes datant de 20058 a montré un effet bénéfique de l’hydrocortisone concernant la réduction du nombre de jours sous ventilation mécanique et le nombre de jours à l’hôpital9.
Une étude datant de 201510 de grande qualité, c’est-à-dire en double aveugle contrôlée (randomisée), réalisée sur 785 patients hospitalisés pour la PAC, a comparé la prednisone (un corticoïde) avec un placebo. Cette étude n’a toutefois pas réussi à montrer une supériorité significative notamment sur le taux de mortalité de la prednisone face à un placebo.
Aux Etats-Unis, l’utilisation de corticoïdes lors de PAC léger à modéré n’est pas recommandé (en tout cas en 2021). Concernant les cas graves, comme les études sont contradictoires, c’est selon l’appréciation du médecin.

Pneumonie virale
Lors de pneumonie virale, aucun traitement de la cause (curatif) n’est à disposition (vu que les antibiotiques ne font pas d’effet contre les virus). Dans ce cas, il faudra soigner les symptômes, boire beaucoup pour diluer le virus et rester au lit. Votre médecin décidera des traitements à utiliser, par exemple du paracétamol pour faire baisser la fièvre, etc.

Durée traitement pneumonie virale
Une pneumonie virale, comme avec le Covid-19 (nouveau coronavirus), se soigne en milieu hospitalier en au moins 15 jours. Mais la maladie peut évoluer en pneumonie bactérienne, ce qui peut prolonger encore plus l’hospitalisation.

Antitussifs
Parfois des médicaments contre la toux (ex. antitussifs ou expectorants) peuvent s’avérer utile, mais comme la toux permet d’éliminer le mucus (se trouvant notamment dans les mucus), il est préférable d’utiliser ces médicaments avec prudence. Utilisez la plus faible dose d’antitussifs qui vous permet de bien vous reposer11. Lire aussi ci-dessous la rubrique concernant les Remèdes naturels (notamment ceux contre la toux).

Fièvre
Contre la fièvre, il est possible de prendre de l’ibuprofène ou du paracétamol pour abaisser la température.

Vaccination contre la pneumonie

Il existe des vaccins contre certaines bactéries qui provoquent la pneumonie comme:
– Vaccin contre le Hib (Haemophilus influenzae b), une cause majeure de pneumonie.
– Vaccin contre le pneumocoque (Streptococcus pneumoniae). Ce vaccin est en général conseillé chez les enfants et chez les personnes de plus de 65 ans.

Vaccination obligatoire en France (dès 2018)
La vaccination contre le pneumocoque et Haemophilus influenzae est obligatoire pour tous les enfants nés dès l’année 2018 en France. En effet, dès le 1er janvier 2018 le nombre de vaccins obligatoires en France pour les petits enfants est passé de 3 à 11. Avant cette date, seulement 3 vaccins étaient obligatoires contre les 3 maladies suivantes : diphtérie, tétanos et poliomyélite. Depuis début 2018, les Français et résidents français nés en 2018 ou après devront en plus des 3 vaccins mentionnés ci-dessus se faire vacciner obligatoirement contre : la rougeole, les oreillons, la rubéole, la coqueluche, l’hépatite B, le méningocoque, le pneumocoque et la bactérie Haemophilus influenza.
La vaccination contre la Covid-19 permet de diminuer le risque de souffrir de pneumonie provoquée par cette maladie infectieuse, causée par le virus SARS-CoV-2.

Remèdes naturels (en complément)

Phytothérapie pneumonieLa pneumonie étant une maladie potentiellement grave, il est déconseillé de soigner cette maladie exclusivement par la phytothérapie (surtout si c’est une pneumonie bactérienne, il faudra dans ce cas utiliser des antibiotiques). Toutefois, certaines plantes médicinales peuvent aider et compléter le traitement, notamment lors de toux, voici quelques plantes expectorantes intéressantes :

Bouillon blanc, plante à action expectorante, principalement en vente sous forme de tisane.

Bourgeons de sapin, une plante à action expectorante en vente sous forme de sirops ou de bonbons.

Eucalyptus, une plante principalement en vente sous forme de tisane, goutte, sirop ou huile essentielle.

Lierre, une plante expectorante, en vente sous forme de médicament prêt à l’emploi (ne pas se faire soi-même un remède à base de cette plante !)

Pulmonaire, une plante à action expectorante et émolliente utile lors de toux, principalement en vente sous forme de tisane.

Thym, une plante à forte action désinfectante , principalement en vente sous forme de tisane, sirop contre la toux ou en huile essentielle.

Bons conseils (lors de pneumonie)

– Comme pour toutes les maladies infectieuses il est fortement conseillé de se reposer, comme le relève la Mayo Clinic. En effet, le corps a besoin de beaucoup d’énergie pour lutter contre les agents infectieux et le repos s’avère ainsi être une excellente thérapie pour le laisser « travailler ».

Bons conseils pneumonie– Boire exerce également un effet très favorable, particulièrement si la pneumonie est virale, car le fait de beaucoup boire offre une importante dilution du virus et favorise son élimination.

– Eviter de fumer.

Prévention (pour prévenir la pneumonie)

– Il est conseillé de bien se laver les mains lors de périodes de contagion de pneumonie, il s’agit certainement du meilleur moyen de prévention. Utiliser si possible des savons désinfectants, c’est particulièrement recommandé dans des endroits fermés comme un hôpital, une école ou encore une caserne militaire. De l’alcogel peut aussi s’avérer très utile.
Lire aussi : Pneumonie en milieu hospitalier

Bons conseils pneumonie– Pour prévenir la pneumonie bactérienne il existe des vaccins. Il est en général conseillé et proposé chez les personnes hospitalisées.
Pour les personnes à risque (personnes de plus de 65 ans, etc.) il est aussi conseillé de se faire vacciner contre la grippe, car surtout chez des personnes plus fragiles au niveau immunologique la pneumonie peut être une conséquence de la grippe de saison. Comme on l’a vu, une vaccination contre la Covid-19 est aussi conseillée pour diminuer le risque de pneumonie virale.

– Avoir un système immunitaire solide (bonne alimentation, exercice physique, sommeil de qualité, etc.) permet de diminuer le risque de souffrir de pneumonie. Lire aussi : 10 conseils pour renforcer son immunité

– Essayez d’arrêter de fumer, un facteur de risque important de la pneumonie.

Personnes célèbres mortes de pneumonie : 
– Max Weber (sociologue allemand), mort en 1920 à 56 ans des suites d’une pneumonie, après avoir contracté la grippe (grippe espagnole).
– Guillaume Depardieu (acteur français), mort en 2008 à 37 ans.
– Freddie Mercury (chanteur britannique), mort en 1991 à 45 ans.
Liste complète sur le site Wikipedia.org

Lire aussi : légionellose, toux, coronavirus

Sources & Références : 
OMS (WHO en anglais), Mayo Clinic, Keystone-ATS (agence de presse suisse), Le Figaro, CBS-News.com, The Wall Street Journal (édition de février 2020), Folha de S.Paulo, “100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020).

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Xavier Gruffat (Pharmacien et Rédacteur en chef de Creapharma), Seheno Harinjato (Rédactrice chez Creapharma.ch, responsable infographie).

Crédits photos & Infographies :
Fotolia.com, Creapharma.ch (Pharmanetis Sàrl)

Dernière mise à jour du dossier :
18.12.2021

Comment traduit-on la pneumonie dans d’autres langues ?
  • Anglais : Pneumonia
  • Allemand : Lungenentzündung
  • Italien : polmonite

Notes de bas de page et références :

  1. Consumer Health: What is pneumonia? – Article de la Mayo Clinic datant du 12 novembre 2021, site accédé par Creapharma.ch le 12 novembre 2021 et le lien marchait à cette date
  2. Newsletter de la Mayo Clinic, Mayo Clinic Health Letter, page 1, édition de janvier 2022 parlant notamment de la pneumonie
  3. Newsletter de la Mayo Clinic, Mayo Clinic Health Letter, page 1, édition de janvier 2022 parlant notamment de la pneumonie – page 1
  4. Newsletter de la Mayo Clinic, Mayo Clinic Health Letter, page 1, édition de janvier 2022 parlant notamment de la pneumonie – page 2
  5. Newsletter de la Mayo Clinic, Mayo Clinic Health Letter, page 5, édition de novembre 2021 parlant notamment des antibiotiques citant une étude publiée dans Annals of Internal Medicine.
  6. Livre en allemand : “100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020)
  7. The Medical Letter, livre “Drugs of Choice 2021”, The Medical Letter on Drugs and Therapeutics, New Rochelle – New York – Etats-Unis. Le livre se base sur des études des sociétés savantes American Thoracic Society et Infectious Diseases Society of America
  8. Confalonieri M, Urbino R, Potena A, Piattella M, Parigi P, Puccio G, Della Porta R, Giorgio C, Blasi F, Umberger R, Meduri GU. Hydrocortisone infusion for severe community-acquired pneumonia: a preliminary randomized study. Am J Respir Crit Care Med. 2005 Feb 1;171(3):242-8. doi: 10.1164/rccm.200406-808OC. Epub 2004 Nov 19. PMID: 15557131.
  9. The Medical Letter, livre “Drugs of Choice 2021” – P.83, The Medical Letter on Drugs and Therapeutics, New Rochelle – New York – Etats-Unis.
  10. Blum CA, Nigro N, Briel M, Schuetz P, Ullmer E, Suter-Widmer I, Winzeler B, Bingisser R, Elsaesser H, Drozdov D, Arici B, Urwyler SA, Refardt J, Tarr P, Wirz S, Thomann R, Baumgartner C, Duplain H, Burki D, Zimmerli W, Rodondi N, Mueller B, Christ-Crain M. Adjunct prednisone therapy for patients with community-acquired pneumonia: a multicentre, double-blind, randomised, placebo-controlled trial. Lancet. 2015 Apr 18;385(9977):1511-8. doi: 10.1016/S0140-6736(14)62447-8. Epub 2015 Jan 19. PMID: 25608756.
  11. Newsletter de la Mayo Clinic, Mayo Clinic Health Letter, page 3, édition de janvier 2022 parlant notamment de la pneumonie

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 05.01.2022
Publicité