Publicité

Interview avec un professeur sur la goutte, une maladie si douloureuse

EXCLUSIF SUR CREAPHARMA

WASHGINTON D.C.La goutte est une forme d’arthrite inflammatoire souvent très douloureuse. Creapharma.ch a pu interroger le professeur de médecine Herbert S. B. Baraf de l’université George Washington (George Washington University School of Medicine) aux Etats-Unis, un spécialiste de la goutte qui nous aide à mieux comprendre la maladie et notamment les différents médicaments à disposition. Ce professeur américain honoré en 2014 par l’American College of Rheumatology (ACR) nous explique par exemple que la goutte représente en fait deux troubles différents.

Creapharma.ch – Pourquoi la goutte est-elle si douloureuse ?
Prof. Baraf (photo ci-dessus) Je ne sais pas si je peux vous donner une raison précise, mais c’est sûrement une maladie assez douloureuse. La douleur est le résultat d’une réaction inflammatoire intense déclenchée par l’excrétion de cristaux dans l’articulation affectée. L’articulation gonfle, devient rouge et est généralement extrêmement sensible aux contacts les plus légers. Lorsqu’une crise de goutte touche les pieds, généralement le gros orteil, qui est l’endroit où se produisent généralement les premières crises d’arthrite goutteuse (ndlr. goutte), la pression des draps ou même de quelqu’un qui marche dans la même pièce peuvent provoquer une crise importante de douleur.

Le physalis contre la goutte ?

Contre la douleur causée par la goutte pendant la fameuse crise, quel médicament (molécule) prescrivez-vous ou recommandez-vous le plus ?
Il existe trois classes de médicaments qui peuvent être utiles à une personne en proie à une crise de goutte. La première est la colchicine, qui est utilisée depuis plus de 200 ans. Les AINS constituent la deuxième classe de médicaments, qui peuvent tous être très utiles (l’indométhacine, le célécoxib, l’ibuprofène et le naproxène sont des AINS bien connus et fréquemment prescrits). Enfin, les corticostéroïdes, sous forme de comprimés, injectés par voie intramusculaire ou directement dans l’articulation enflammée, peuvent contrôler une crise de goutte.

L’allopurinol est-il toujours le meilleur médicament pour prévenir la goutte ou suggérez-vous d’autres médicaments (molécules) ?
Je trouve utile de considérer la goutte comme deux troubles ou affections. Le premier est l’arthrite et le second est un trouble du métabolisme qui provoque une élévation du taux sanguin d’acide urique. Comme l’acide urique n’est pas très soluble dans le sang (il ne se dissout pas facilement) lorsque le taux sanguin est élevé, des cristaux d’acide urique se déposent dans les articulations où ils s’accumulent. Cela se produit silencieusement pendant des mois et des années. La première poussée d’arthrite est la conséquence de cette accumulation. L’allopurinol est utilisé pour permettre d’éliminer ces dépôts de cristaux. Le febuxostat est un deuxième médicament en prise orale couramment utilisé pour faire baisser l’acide urique. Les deux sont efficaces, en particulier lorsque le médecin du patient surveille ou contrôle le taux d’acide urique dans le sang, en ajustant la dose du médicament pour abaisser suffisamment la valeur pour permettre aux cristaux d’être dissous afin qu’ils puissent être évacués par les reins, dans l’urine.

La goutte est une maladie bien étudiée et documentée, mais y a-t-il de nouvelles informations intéressantes sur la goutte qui sont apparues au cours des 3 dernières années ?
Il y a toujours des informations nouvelles et intéressantes qui sortent sur la goutte. Le traitement le plus récent, la pegloticase, a été introduit il y a plus de 10 ans. Il s’agit d’une enzyme qui convertit l’acide urique au contact en une substance qui est facilement évacuée par l’urine. Il est utilisé pour les patients dont la goutte est particulièrement sévère et il est administré par perfusion intraveineuse. La pegloticase, cependant, stimule fréquemment le système immunitaire des personnes à fabriquer des anticorps. Ces anticorps provoquent l’arrêt du médicament et peuvent même entraîner des réactions allergiques au médicament. La moitié des patients traités à la pegloticase perdent leur réponse au médicament avant qu’il n’ait une chance de fonctionner. Nous savons qu’en ajoutant des médicaments qui suppriment la réponse immunitaire et la formation d’anticorps, le médicament peut être efficace chez une plus grande proportion des patients traités. Enfin, il existe un nouveau médicament, également une enzyme qui aide à éliminer l’acide urique, qui est actuellement à l’étude. Lire aussi les traitements de la goutte

Quelles sont les principales raisons (ou “coupables”) de la goutte, en particulier aux États-Unis ?
L’augmentation de l’acide urique qui provoque la goutte peut être due à plusieurs facteurs. La génétique joue un rôle important dans la façon dont les reins éliminent l’acide urique. Les médicaments diurétiques administrés aux patients souffrant de maladies cardiaques et rénales peuvent augmenter le taux d’acide urique dans le sang. On observe souvent une élévation de l’acide urique chez les personnes en surpoids ou diabétiques. Au fur et à mesure que notre population vieillit, de plus en plus de personnes développent des niveaux élevés d’acide urique, puis la goutte.

Savons-nous pourquoi les hommes sont plus touchés que les femmes ?
Les hommes ont un taux d’acide urique sanguin plus élevé. Les hormones féminines maintiennent l’acide urique plus bas chez les femmes et protègent contre la goutte. À la ménopause, les niveaux d’œstrogènes diminuent chez les femmes et l’acide urique sérique augmente. Les femmes qui ont dépassé la ménopause commencent à développer la goutte au même rythme que les hommes. Bien sûr, les hommes peuvent commencer à développer la goutte dans la vingtaine et la trentaine, ce qui est très inhabituel chez les femmes et, par conséquent, il y a beaucoup plus d’hommes que de femmes qui souffrent de la goutte, dans l’ensemble.

Les athlètes sont plus exposés au risque de souffrir de la goutte comme les marathoniens (certaines sources parlent d’un risque 5 fois plus élevé), savons-nous pourquoi ?
Je n’ai jamais vu cette association auparavant. Je ne sais pas si c’est vrai et si c’est le cas, à part les traumatismes répétés aux pieds, je n’ai pas d’explication pour vous.

Enfin, à part les médicaments, quels bons conseils donneriez-vous pour prévenir la goutte ?
Garder le contrôle de son poids et éviter la consommation excessive d’alcool sont les meilleurs conseils. L’augmentation des taux sanguins d’acide urique est cependant due dans une large mesure à des défauts génétiques des reins qui altèrent la façon dont les individus éliminent l’acide urique.

Découvrez aussi le dossier complet sur la goutte de Creapharma.ch

Le 3 novembre 2020. L’interview a été réalisé en anglais entre la fin octobre et début novembre 2020 par Xavier Gruffat (pharmacien) pour Creapharma.ch. Creapharma.ch remercie le Prof. Baraf de nous avoir accordé du temps. Crédits photos : du professeur (divulgation), Adobe Stocks.
Voir l’interview original en anglais ici : Interview with an expert on gout, with Prof. Baraf

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 06.11.2020