Publicité

Héparine

L’héparine est un médicament anticoagulant. L’objectif lors d’un traitement à base d’héparine est surtout de prévenir la formation de thromboses. Il existe plusieurs formes d’héparines, avec notamment les héparines non fractionnées ou HNF (en anglais UF) et les héparines de bas poids moléculaire ou HBPM (en anglais NMH). Selon plusieurs études, l’héparine joue un rôle important chez certains patients atteints de grave forme de Covid-19.

Noms :
Héparine
Il existe différentes molécules de la famille ou classe des héparines :
Daltéparine (sodique), énoxaparine, nadroparine (Nadroparinum calcicum)

Métabolisme :
Les HNF ont un temps de demi-vie de 1h à 3h.
Les HBPM ont un temps de demi-vie de 3h à 5h.
Autant pour les HNF que les HBPM il n’existe pas de métabolites actifs. L’élimination des HBPM est rénale.

Effets :
Les effets de l’héparine sont basés sur la liaison et l’activation de l’antithrombine (appelé aussi antithrombine III). L’antithrombine inactive à son tour le facteur de coagulation Xa dans la cascade de la coagulation sanguine.

Indications (liste non exhaustive des indications) :
En traitement :
Thrombose veineuse profonde (phlébite profonde)
Embolie pulmonaire
– Obstruction artérielle aiguë
En prévention :
– Thrombose veineuse profonde, par exemple avant une opération ou lors d’un long voyage en avion chez des personnes à risque. Remarque : dans ce cas des doses relativement basses d’héparine (HBPM) sont administrées.
– Parfois utilisé dans certaines maladies cardiovasculaires (ex. infarctus du myocarde, angina pectoris).
Covid-19 :
– L’héparine et d’autres anticoagulants sont utilisés chez des patients hospitalisés pour Covid-19 avec un syndrome respiratoire grave1. L’héparine semble augmenter le pronostic thromboembolique.
Lire davantage ci-dessous

Effets secondaires :
Les principaux effets secondaires sont les saignements, ils peuvent survenir chez 3% à 10% des personnes traitées. Les héparines non fractionnées ou HNF (en anglais UF) mènent à plus de saignement que les héparines de bas poids moléculaire (HBPM ou en anglais NMH). Les risques de saignement sont aussi plus élevées avec des doses élevées d’héparine et chez les personnes souffrant de comorbidités. Des saignements au niveau du cathéter épidural sont très problématiques.
Une thrombocytopénie thrombotique induite par l’héparine (HIT en anglais) peut mener à de graves complications thrombotiques.
Un traitement à long terme (plus de 10 semaines par exemple pendant la grossesse) à base d’héparines non fractionnées ou HNF (en anglais UF) peut mener à de l’ostéoporose. D’autres effets secondaires comme une allergie, une nécrose de la peau ou une alopécie sont possibles.
Pour la liste complète des effets secondaires, veuillez lire la notice d’emballage de l’héparine en question.

Contre-indications :
Saignements graves, tous les saignements intra-crâniaux, pour lutter contre les effets secondaires d’un vaccin anti-Covid-19 comme celui d’AstraZeneca (lors de thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par un vaccin contre la Covid-19, les préparations habituelles à base d’héparine ne doivent pas être utilisées pour empêcher la coagulation, car elles peuvent déclencher une thrombose ou l’aggraver)2.
Il existe d’autres contre-indications, pour la liste complète des contre-indications, veuillez lire la notice d’emballage de l’héparine en question.

Interactions :
Des interactions sont possibles avec plusieurs autres médicaments comme : inhibiteurs de l’ECA, sels de calcium, certains diurétiques et la drospirénone. Ces médicaments peuvent mener à une hyperkaliémie.
Il existe d’autres interactions, pour la liste complète des contre-indications, veuillez lire la notice d’emballage de l’héparine en question.

Médicaments (en Suisse, état en 2020) :
Héparines non fractionnées ou HNF (en anglais UF) :
– 50 et 100 UI/ml (pour rincer), 1000 à 25’000 UI/ml en thérapie
Héparines de bas poids moléculaire HBPM (en anglais NMH) :
– Tous les HBMP sont conditionnés en piqûres.
Daltéparine sodique (Fragmin®) : 10’000, 12’500 et 25’000 UI/ml
Enoxaparine (Clexane®) : 10’000 et 15’000 UI/ml
Nadroparine (Fraxiparine®, Fraxiforte®) : 9’500 et 19’000 UI/ml
En usage externe :
Heparin-natrium : gel à 400 et 1000 UI/g, spray à 400 UI/ml.

Remarques :
– En Suisse les héparines de bas poids moléculaire (HBPM ou en anglais NMH) sont surtout utilisées à l’hôpital et jouent un rôle important3.
– Pour simplifier (il existe des exceptions), les anticoagulants comme l’héparine sont essentiellement utilisés pour le
traitement ou la prévention de troubles de la coagulation du système veineux et les médicaments agissant sur l’inhibition de l’agrégation plaquettaire sont surtout utilisés pour le traitement ou la prévention de troubles de la coagulation du système artériel4.
Covid-19 et héparine :
Alors qu’au début de la pandémie mondiale, on supposait que la Covid-19 était principalement une maladie touchant les poumons, on sait désormais que plusieurs systèmes fonctionnels du corps humain sont affectés après une infection par l’agent pathogène SRAS-CoV-2. L’un de ces systèmes fonctionnels est la coagulation sanguine. Les patients atteints de Covid-19 présentent un risque accru de thromboses et d’embolies, telles que des accidents vasculaires cérébraux, des infarctus pulmonaires ou du myocarde, et même des thromboses veineuses profondes.
Etudes :
– L’héparine à dose élevée réduit la mortalité de 78% de complications de Covid-19 s’il est administré chez des patients admis à l’hôpital avec des signes d’inflammations respiratoires, selon une étude publiée le 14 octobre 2021 dans le journal scientifique British Medical Journal (10.1136/bmj.n2400). L’étude a pris en compte 465 patients avec un âge moyen de 60 ans admis à l’hôpital avec une saturation en oxygène égale ou inférieure à 93%. Ces participants provenaient de 28 hôpitaux et de 6 pays différents. Les participants ont été assignés au hasard à recevoir de l’héparine à dose thérapeutique (228 participants) ou à l’héparine à dose prophylactique (237 participants). Il est important de noter que la prise d’héparine doit être réalisée seulement en milieu hospitalier et sous strict contrôle médical, on sait que l’héparine peut mener à des saignements parfois mortels si la molécule est mal dosée (mauvaise posologie). L’étude a montré que l’héparine, à dose élevée ou dite thérapeutique dans l’étude (jusqu’à 4 fois la dose recommandée par l’OMS), doit être administrée entre le 7ème et le 14ème jour après le début des symptômes de la Covid-19. On estime que l’héparine agit favorablement au niveau des alvéoles pulmonaires en détruisant des microthromboses. Ces dernières diminuant l’échange gazeux entre l’air des poumons et la circulation sanguine. L’héparine améliore aussi l’endothélium vasculaire.
– Des chercheurs de l’université de médecine de Vienne en Autriche ont montré que l’héparine de faible poids moléculaire a non seulement un effet bénéfique sur la survie des patients atteints de Covid-19, mais qu’elle influence également la durée de l’infection active par le SRAS-CoV-2. Les résultats ont été publiés le 5 octobre 2021 dans la revue scientifique Cardiovascular Research (DOI : 10.1093/cvr/cvab308). Dans une analyse multicentrique des patients atteints de la Covid-19 en Autriche à Vienne, Linz et Innsbruck, le groupe de chercheurs a observé que la coagulopathie associée à la Covid-19 se produit presque exclusivement chez les patients nécessitant des soins intensifs ou chez les patients qui décèdent des suites de la maladie. Les scientifiques autrichiens ont constaté que chez les patients qui recevaient de l’héparine à faible poids moléculaire, la durée de l’infection était en moyenne de quatre jours plus courte que chez les patients qui ne sont pas traités avec de l’héparine de faible poids moléculaire.

Lire aussi : Vaccination contre la Covid-19 : la thrombose peut être évitée par un traitement rapide

Sources & Références : 
Sources : 
Pharmawiki.ch, Compendium.ch, Folha de S.Paulo.
Références et littérature :
“100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020).

Rédaction : 
Xavier Gruffat (Pharmacien)

Dernière mise à jour : 
12.11.2021

Crédits photos :
Fotolia.com/Adobe Stock

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Notes de bas de page et références :

  1. Folha de S.Paulo, 11 octobre 2021
  2. Journal of Thrombosis and Haemostasis (DOI : 10.1111/jth.15346)
  3. “100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020)
  4. Article du journal édité par l’Université de Bâle (Suisse), [email protected], édition de mai 2021

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 12.11.2021
Publicité