Publicité

Angine de poitrine

Pour l’article sur l’angine (pharyngite) lire ici

Publicité

Définition

L’angine de poitrine (parfois appelé seulement angine ou en latin Angina pectoris) est un terme général utilisé pour décrire une sensation de serrement, d’oppression ou une douleur au milieu de la poitrine1. L’angine de poitrine est souvent provoquée par un rétrécissement des artères coronaires.

On distingue principalement 2 formes d’angines de poitrine : l’angine de poitrine stable (en anglais : stable angina) et l’angine de poitrine instable (en anglais : instable angina), cette dernière est une urgence médicale.
Plus d’informations dans la rubrique Symptômes ci-dessous

Causes

Les artères coronaires sont responsables d’amener de l’oxygène et des nutriments au muscle cardiaque. Mais parfois les artères coronaires se rétrécissent à cause notamment de l’accumulation de dépôts gras (plaques) à l’intérieur des artères, par exemple à cause d’hypercholestérolémie. C’est pourquoi lors d’angine de poitrine stable, au repos l’oxygène arrive souvent encore traverser les artères mais lors d’effort physique la situation devient plus compliquée avec moins d’oxygène pouvant atteindre les tissus du muscle cardiaque (voir infographie ci-dessous). Lors d’angine de poitrine instable, la situation est souvent déjà critique avec même au repos une difficulté important pour l’oxygène d’atteindre en quantité suffisante le muscle cardiaque.

Symptômes

Comme on l’a vu sous Définition, il existe principalement deux formes d’angine de poitrine (stable et instable).

Angine de poitrine stable :
Dans cette forme d’angine, les symptômes ne se manifestent que lorsque le cœur reçoit moins d’oxygène que nécessaire, par exemple en cas d’effort physique (y compris par exemple monter les escaliers), de charge psychique ou de repas lourd2.
Les principaux signes ou symptômes sont une sensation de serrement oppressante ou de brûlure douloureuse en arrière du sternum, irradiant typiquement dans le bras gauche, mais parfois aussi dans l’épaule, le cou, le menton ou le dos. Les douleurs s’apaisent au bout de quelques minutes ou après avoir pris des dérivés nitrés (ex. nitroglycérine).
Dans des cas plus graves d’angine de poitrine, certains patients peuvent souffrir de vertiges, fatigue, transpiration excessive, nausée et de difficultés à respirer. Ces symptômes moins typiques ont tendance à apparaître notamment chez des diabétiques3.

Angine de poitrine instable (urgence médicale) :
Dans cette forme d’angine, les troubles se développent en l’espace de quelques heures ou de quelques jours, s’amplifient rapidement et durent plus de 15 minutes. Ils se manifestent sans raison apparente, y compris la nuit ou au repos. Une angine de poitrine instable est un signe précurseur d’infarctus du myocarde, il s’agit donc d’une urgence.

Diagnostic

Lors d’une suspicion d’angine de poitrine, le médecin dispose de plusieurs outils de diagnostic.

– Examens non invasifs : l’électrocardiogramme (ECG), l’échocardiographie, la scintigraphie myocardique, l’imagerie par résonance magnétique (IRM), le scanner (tomodensitométrie, CT).

– Examens invasifs : la coronarographie. Ces examens nécessitent en général une courte hospitalisation.

Traitements

Angine de poitrine stable

Médicaments pour améliorer les symptômes :
– Les nitrates comme la nitroglycérine, elle est souvent utilisée en médecine à petites doses lors d’angine de poitrine stable. La nitroglycérine est le prototype des nitrates avec un effet thérapeutique. L’effet des nitrates repose sur la formation de monoxyde d’azote (NO). Le monoxyde d’azote porte aussi le nom d’oxyde azotique ou d’oxyde nitrique.
Lors d’une thérapie à long terme à base de nitroglycérine notamment sous forme de patch, attention à ne pas arrêter la thérapie de façon soudaine. Un risque de rebond (rebound en anglais) de l’angine de poitrine existe. C’est pourquoi il s’agira de diminuer progressivement la dose avant un arrêt définitif de la nitroglycérine.
– Les inhibiteurs calciques ou antagonistes du calcium comme l’amlodipine. Ces médicaments empêchent l’entrée des ions calcium dans les cellules du muscle lisse cardiaque et de la musculature vasculaire. Il s’en suit un effet hypotensif et une dilatation des coronaires. Comme l’amlodipine met plusieurs heures pour agir, il n’est pas indiqué lors d’angine de poitrine aiguë ou instable (crise d’angine de poitrine).
– Les béta-bloquants comme le bisoprolol sont des médicaments utilisés en cardiologie qui bloquent l’action des médiateurs du système adrénergique tels que l’adrénaline. Comme avec les autres bêta-bloquants, il ne faut pas arrêter brusquement la thérapie avec le bisoprolol mais diminuer la dose progressivement avant l’arrêt final. Votre médecin ou pharmacien vous conseilleront. D’autres bêta-bloquants cardiosélectifs tout comme le bisoprolol sont l’aténolol, le carvédilol, le métoprolol et le nébivolol.
– Le ranolazine, un antiangoreux pouvant être utilisé seul ou en association avec d’autres médicaments 4.

Médicaments pour prévenir les complications (ex. infarctus du myocarde) :
– Traitement prévenant la formation de caillots, comme par exemple l’aspirine (acide acétylsalicylique) faiblement dosé. Comme le sang devient plus fluide, il arrive mieux traverser les zones de rétrécissement des artères coronaires.
– Hypotenseurs. Lors d’hypertension ainsi que d’autres maladies métaboliques (ex. diabète) ou cardiovasculaires, le médecin va probablement prescrire des hypotenseurs de la famille des inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) ou des antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (ARA-II).
– Médicaments hypolipidémiants comme les statines. Ils permettent de traiter l’hypercholestérolémie en abaissant principalement le taux de “mauvais cholestérol” (LDL ou LDL-C pour LDL cholestérol). Ils ont surtout un rôle préventif, l’objectif étant de diminuer le risque cardiovasculaire comme ici l’angine de poitrine grâce à une ouverture plus grande à l’intérieur des artères coronaires (diminution de la plaque de graisse). 

Chirurgie
L’une des interventions les plus fréquentes en cardiologie lors d’angine de poitrine est l’angioplastie coronaire, aussi appelée dilatation par ballonnet. On dilate l’artère coronaire rétrécie à l’aide d’un ballonnet gonflable monté sur un cathéter. Ensuite, on pose en général un stent. Une autre intervention est le pontage.
La chirurgie est surtout réservée aux cas résistants à la prise de médicaments et lorsque les changements du style de vie (lire ci-dessous sous Bons conseil) ne font pas effets.

Angine de poitrine instable

L’angine de poitrine instable est une urgence médicale. Un traitement chirurgical peut s’avérer nécessaire.
Lors d’angine de poitrine instable, les médicaments mentionnés ci-dessus ne fonctionnent pas toujours de façon adéquate pour faire disparaître les symptômes, comme l’expliquait la Mayo Clinic dans un article publiée en septembre 2021 (lire référence tout en bas de page).

Bons conseils & Prévention

Un changement du style de vie (lifestyle en anglais) peut être un moyen efficace pour lutter contre l’angine de poitrine.

– Evitez de fumer

– Adoptez une alimentation équilibrée (si possible suivez un régime méditerranéen)

– Evitez l’excès de poids

– Ayez suffisamment d’activité physique (avec l’accord de votre médecin, essayez de pratiquer 150 minutes par semaine d’exercice physique modéré)

– Réduisez ou gérez votre stress

– Limitez votre consommation d’alcool

Rédaction :
Xavier Gruffat

Sources :
Mayo Clinic, Fondation Suisse de Cardiologie (Swissheart)
Références et littérature :
“100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020).

Mise à jour :
21.09.2021

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Notes de bas de page et références :

  1. Newsletter de la Mayo Clinic, Mayo Clinic Health Letter, page 1, édition d’octobre 2021 parlant notamment de l’angine de poitrine
  2. Fondation Suisse de Cardiologie, accédé le 10 septembre 2021
  3. Newsletter de la Mayo Clinic, Mayo Clinic Health Letter, page 1, édition d’octobre 2021 parlant notamment de l’angine de poitrine
  4. Newsletter de la Mayo Clinic, Mayo Clinic Health Letter, page 1, édition d’octobre 2021 parlant notamment de l’angine de poitrine

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 21.09.2021

Publicité