Statines

statines médicamentsLes statines sont une classe de médicaments présentant un effet hypolipidémiant. Ils permettent de traiter l’hypercholestérolémie, en abaissant principalement le taux de “mauvais cholestérol” (LDL ou LDL-C pour LDL cholestérol). Ils ont surtout un rôle préventif, l’objectif étant de diminuer le risque cardiovasculaire. La prise de statines est un traitement souvent prescrit à vie.

Publicité

Cliquez ici pour davantage d’information sur l’hypercholestérolémie

Nom scientifique et mécanisme d’action

Les statines portent aussi le nom scientifique d’inhibiteurs de l’hydroxy-methyl-glutaryl-coenzyme A (HMG-CoA) reductase. La HMG-CoA reductase est une enzyme responsable de la synthèse du cholestérol à l’intérieur des cellules humaines.

Effets

Après la prise de statines on observe au niveau sanguin une importante diminution du LDL (le “mauvais cholestérol”), une légère réduction des triglycérides et une augmentation modérée du HDL (“bon cholestérol”). Abaisser le LDL et les triglycérides permettrait de réduire la formation d’athérome (plaque pouvant boucher les artères, menant à des complications cardio-vasculaires).

Notons qu’il n’y a pas de polémique sur l’effet pharmacologique d’abaisser le taux de cholestérol (LDL) des statines. La controverse (lire ci-dessous) réside davantage dans le fait de savoir si abaisser le LDL et les triglycérides a ou non un effet sur la réduction du risque cardio-vasculaire chez le patient et de savoir si l’athérome se forme en grande partie à cause d’un taux élevé de LDL ou non.

Une partie des scientifiques estime que contrôler son taux de cholestérol (LDL surtout) permet de prévenir des maladies cardio-vasculaires (infarctus, AVC). Certains sont toutefois beaucoup plus critiques sur l’utilité à grande échelle des statines (lire ci-dessous).

Publicité

Il faut quand même relever que la grande majorité des médecins dans le monde estime que diminuer le taux de LDL réduit le risque cardio-vasculaire.

Lire aussi : Le “bon cholestérol” ou HDL semble avoir été survalorisé

Indications

statines indications– Les statines sont indiquées en cas d’hypercholestérolémie pour prévenir les maladies cardio-vasculaires.
En médecine on distingue la prévention primaire de la prévention secondaire.
Prévention primaire signifie que le patient n’a pas eu dans le passé d’accident cardiovasculaire.
Prévention secondaire indique au contraire que le patient a souffert par le passé d’un accident cardiovasculaire comme un infarctus du myocarde, un AVC, une angine de poitrine, etc.
Les statines sont surtout indiquées en cas de prévention secondaire mais peuvent aussi être prescrites en prévention primaire, surtout en cas de taux élevés de cholestérol (LDL, triglycérides).
La Haute Autorité de Santé (HAS) en France estime toutefois qu’il y a une prescription excessive des statines en prévention primaire.

Grande étude lors de taux de LDL élevé
Se protéger de la grippe… et de l’infarctusUne étude publiée en 2018 dans le JAMA a montré  que les personnes avec un taux élevé de LDL (>100 mg/dl) pouvaient profiter de façon significative de la prise de statines pour lutter contre les accidents cardiovasculaires (ex. AVC, infarctus du myocarde). Ce travail de recherche a porté sur l’analyse de plusieurs études publiées dans le passé (méta-analyse) incluant plus de 270’000 patients. L’étude a été menée en particulier par la Prof. Jennifer Robinson de l’Université de l’Iowa (Etats-Unis). Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que la vie de 4,3 personnes supplémentaires sur 1000 ont été sauvées chaque année lorsqu’elles ont été traitées par un traitement visant à abaisser le taux de cholestérol LDL comme des statines. Le plus grand avantage et la plus grande réduction des taux de mortalité ont été observés chez ceux qui avaient les taux de cholestérol LDL les plus élevés, a expliqué la Prof. Robinson dans un communiqué de presse de l’étude publié en avril 2018.  L’analyse a révélé que les statines étaient plus susceptibles de réduire le risque de décès lorsque le taux de cholestérol LDL était de 100 mg par dl ou plus, que les statines soient ou non utilisées avec d’autres médicaments hypolipidémiants. Cette étude a été publiée le 17 avril 2018 dans le journal scientifique Journal of the Amercian Medical Association ou JAMA (DOI : 10.1001/jama.2018.2525).

– Une étude parue en 2014 a montré que les statines pourraient réduire les lésions du système nerveux lors de sclérose en plaques. Ces médicaments agiraient aussi lors de troubles physiques en cas de sclérose en plaques de forme progressive secondaire.

– Une étude parue en février 2015 a montré que les statines pouvaient permettre de réduire le risque de cancer du foie. Selon les chercheurs, la prise régulière de statines pourrait être utile notamment chez des patients à risque élevé de cancer du foie comme ceux souffrant de maladies chroniques hépatiques (hépatite B ou C par exemple) ou de diabète. Cette étude a été publiée le 26 février 2015 dans la version online du Journal of the National Cancer Institute.

– Une grande étude observationnelle réalisée sur plus de 900’000 patients en Grande-Bretagne par l’Aston Medical School a montré qu’un taux élevé de cholestérol chez des patients souffrant de cancer serait à l’origine d’une diminution du taux de mortalité de 4 cancers fréquents : ceux du sein, du poumon, de la prostate et du côlon/rectum (cancer colorectal).  Les scientifiques anglais ont observé que les personnes qui avaient un taux élevé de cholestérol (hypercholestérolémie) présentaient 22% en moins de risque de mortalité de cancer du poumon que celles avec un taux de cholestérol normal. Dans la même logique, le cancer du sein diminuait le risque de mortalité de 43%, de cancer de la prostate de 47% et du côlon/rectum de 30%. Selon les scientifiques, cette diminution serait provoquée par la prise de statines. Les scientifiques affirment que ces résultats renforcent l’argument de réaliser un essai clinique évaluant l’effet protecteur possible des statines et d’autres médicaments du système cardiovasculaires couramment utilisés comme l’aspirine et les antihypertenseurs chez des patients souffrant de cancer.  Ce travail a été présenté lors du congrès médical annuel de la Société Européenne de Cardiologie (European Society of Cardiology) qui a eu lieu du 8 au 10 juillet 2016 à Florence, en Italie.

Recommandations de 2018 lors de mauvais cholestérol (LDL)
Après une crise cardiaque, des fibres pour vivre plus longtempsDeux associations savantes aux États-Unis ont modifié en novembre 2018 les recommandations (guidelines) à destination des médecins pour les personnes qui souffrent d’hypercholestérolémie, c’est-à-dire avec un taux élevé de mauvais cholestérol (LDL). L’idée est que les médecins doivent suivre une approche plus personnalisée. Ces recommandations qui sont une mise à jour de celles de 2013 ont été divulguées le samedi 10 novembre 2018 lors d’un congrès de cardiologie (American Heart Association) qui s’est tenu à Chicago. L’American College of Cardiology a aussi participé à ces directives. Suite à ces recommandations, les médecins devraient prescrire deux nouvelles classes de médicaments anti-cholestérol comme les inhibiteurs PCSK9 ou l’ezetimibe (comme ce médicament est moins cher que les PCSK9 à utiliser avant les PCSK9) chez des patients à risque élevé comme ceux ayant déjà souffert d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC par le passé et lorsque les statines s’avèrent inefficaces pour abaisser le taux de LDL en dessous d’une certaine limite (en général 70 mg/dl). Les statines restent le traitement de premier choix pour diminuer le taux de LDL, selon les recommandations de 2018. Les spécialistes de la santé devraient aussi réévaluer après 12 semaines l’efficacité ou non du nouveau traitement. Les recommandations de 2018 rappellent qu’un taux élevé de cholestérol, peu importe l’âge, peut augmenter le risque d’infarctus du myocarde ou d’AVC, comme le souligne un article de la Mayo Clinic à ce sujet. Dans certains cas le médecin doit effectuer un scanner cardiaque avant de commencer à prescrire des médicaments anti-cholestérol. Comparé aux recommandations de 2013, le document de 2018 ne mentionne plus un objectif de traitement d’arriver pour tout le monde à un taux de LDL en dessous de 100 mg/dl ou même de 70 mg/dl pour les personnes à haut risque comme le relève un article du Wall Street Journal publié le 10 novembre 2018.

Publicité

Principales molécules de la famille des statines

Atorvastatine (lire ci-dessous sous Remarques), simvastatine, pravastatine, fluvastatine, rosuvastatine, lovastatine (qui provient de la levure de riz rouge). La lovastatine a été la première statine mise sur le marché.

Notons que les statines sont en général associées à un sel, comme par ex. l’atorvastatine calcique trihydratée.

Certaines sources estiment que l’atorvastatine et la rosuvastatine auraient une efficacité supérieure à d’autres statines, autrement dit on peut utiliser ces 2 molécules si on veut massivement abaisser le taux de LDL.

Selon le journal français Prescrire, connu pour être neutre par rapport à l’industrie pharmaceutique, si le médecin prescrit une statine il devrait choisir la pravastatine (Elisor® ou génériques) ou la simvastatine (Zocor® ou génériques).

Toujours selon Prescrire la pravastatine est la statine de premier choix en cas de risque d’interactions médicamenteuses.

Formes (galéniques) des statines

Les statines sont la plupart du temps vendues sous forme de comprimés ou de gélules (capsules).

Posologie, heure de prise des statines (chronothérapie)

Les statines sont prises en général une fois par jour, c’est-à-dire 1 comprimé ou 1 gélule (capsule) par jour. La production de cholestérol par le foie est plus élevée après minuit et plus basse le matin ainsi qu’en début d’après-midi. C’est pourquoi certains spécialistes recommandent de prendre les statines le soir juste avant d’aller se coucher. Toutefois, chaque statine a une posologie différente avec certaines statines qui peuvent être prises à n’importe quel moment de la journée et indépendamment des repas, c’est pourquoi lisez la notice d’emballage avant de prendre une statine. Ce qui est important toutefois pour toutes les statines est de les prendre toujours à la même heure de la journée, c’est-à-dire d’éviter par exemple de prendre une statine un jour à midi puis un autre jour le soir.  prise-medicament-moment-journee-nuit-V-2016-1

Quelle statine choisir ?

Le choix des statines relève du médecin. Toutes les statines permettent d’abaisser le LDL-C (cholestérol LDL). Certaines différences peuvent exister entre les statines comme la biodisponibilité, l’hyrophilie ou la lipophylie, le prix (en général un grand nombre de statines appartient aux génériques), etc.

Etude de 2018
Selon une étude suisse réalisée par l’Université de Zurich publiée le 4 décembre 2018 dans le journal scientifique Annals of Internal Medicine (DOI : 10.7326/M18-1279),  l’atorvastatine et la rosuvastatine ont un meilleur équilibre entre les bénéfices et les effets secondaires que la simvastatine et la pravastatine.

Effets secondaires

Découvrez notre dossier complet sur les effets secondaires des statines 

Contre-indications

Certaines statines sont contre-indiquées en cas de grossesse, allaitement, certaines maladies hépatiques, etc. Pour la liste complète veuillez-lire la notice d’emballage à l’achat d’une statine.

Interactions

Des interactions avec d’autres médicaments sont possibles comme avec les fibrates, la cyclosporine, les antibiotiques en particulier de type macrolide (en cas de traitement sur 10 jours avec des macrolides et simultanément avec prise de statines, veuillez arrêter le traitement de statines pendant le temps de l’antibiothérapie à base de macrolide, soit dans ce cas 10 jours, puis reprendre, dès la fin de l’antibiothérapie, les statines), etc. Dans tous les cas de traitement à base de statine, veuillez lire la notice d’emballage et demandez conseil à votre médecin ou pharmacien.

Allergies

L’allergie aux statines touche environ 1,5% des hommes et des femmes, selon une étude publiée en septembre 2016 (version imprimée) dans la revue scientifique Allergy. Le nombre de personnes allergiques a doublé entre le début des années 2000 et 2013. Cette étude a été réalisée sous la direction du Dr Li Zhou du Brigham and Women’s Hospital à Boston (MA) aux Etats-Unis.

Très consommées dans le monde

– En France, on estime que 5 à 6 millions de Français consomment des statines (état, année 2013).

– Aux Etats-Unis, on estime que 36 millions de personnes consomment des statines (source : CBSNews, site consulté le 4 avril 2016). Un article du Wall Street Journal du 1er août 2017 estimait que 56 millions d’Américains devraient théoriquement prendre des statines. Aux Etats-Unis, un article du magazine Prevention estimait en 2017 à 17 milliards de dollars les coûts annuels des statines pour le système de santé américain.

– Au Royaume-Uni, on estime que 5,2 millions de personnes consomment des statines (état, année 2013).

– Au Brésil, on estime que 8 millions de personnes consomment des statines (état, année 2013).

– Au niveau mondial, on estime qu’1 milliard de personnes prennent des statines. Cette dernière statistique reste toutefois difficile à vérifier et il se peut qu’il s’agisse plutôt du nombre théorique et non réel de personnes qui devraient consommer des statines dans le monde.

La polémique autour des statines, en France surtout

Dans certains pays, en France notamment, il existe une certaine polémique autour des statines. Des livres sont sortis comme celui du Pr Phillipe Even “La vérité sur le Cholestérol”. Dans cet ouvrage de 2013 le professeur se montre très critique et estime que dans la plupart des cas l’utilisation préventive des statines pour abaisser le taux de cholestérol est inutile, car cela ne réduit pas le taux de mortalité. Selon cet auteur, dans la plupart des cas, abaisser le mauvais cholestérol (LDL) ne diminue pas le risque cardio-vasculaire, car le cholestérol et surtout le LDL n’est en général par responsable de la formation d’athérome dans les artères.

D’autres professeurs français estiment que le Pr Evan exagère et pensent important d’utiliser des statines, en tout cas chez certains patients.

Comme on l’a vu dans le paragraphe ci-dessus, les montants et enjeux financiers sur ces traitements sont tellement immenses qu’on peut imaginer que l’industrie pharmaceutique tende à influencer au maximum la prescription des statines, parfois bien entendu de façon subjective.

Pour le moment, il est difficile d’y voir clair dans cette polémique, car il y a plusieurs études un peu contradictoires. Demandez conseil à votre médecin ou pharmacien pour voir si prendre des statines peut s’avérer bénéfique pour vous. Relevons quand même que la très grande majorité des cardiologues, à l’échelle mondiale, reconnait l’utilité des statines pour diminuer le risque cardio-vasculaire, ce n’est pas pour rien que les statines appartiennent aux médicaments les plus prescrits au monde.

Aux Etats-Unis aussi…

En novembre 2013, deux sociétés savantes américaines prestigieuses, la Heart American Association (HAA) et l’American College of Cardiology (ACC), ont modifié les recommandations (guidelines) de conseil de prescription des statines. Pour résumer, le taux de LDL (mauvais cholestérol) n’est plus seulement pris en compte comme objectif de traitement, les médecins devant inclure aussi le risque cardiovasculaire global pour chaque patient, en prenant en compte chaque maladie cardiaque. En 2013, on estimait à 36 millions le nombre d’Américains prenant des statines. Cette décision n’avait toutefois pas fait  l’unanimité à l’époque, certains spécialistes de l’Harvard Medical School, une autre institution de référence, avaient crié au scandale, voyant peut-être le lobby de l’industrie pharmaceutique derrière cette décision favorable aux fabricants de statines.

Publicité

Toutefois, selon une étude publiée dans la revue scientifiques Journal of the American Medical Association en juillet 2015, ces recommandations se sont montrées plus exactes et efficaces que celles établies avant 2013, en permettant notamment d’identifier les adultes avec un risque cardiaque élevé. Cette décision aurait permis ou permettrait ainsi de sauver des milliers vies. Selon le Dr Udo Hoffmann, le chercheur qui a mené ce travail de recherche et qui s’exprimait dans un communiqué de l’hôpital Massachusetts General Hospital à Boston : “En extrapolant nos résultats à environ 10 millions d’Américains qui seraient nouvellement éligibles pour une thérapie à base de statines selon les recommandations de 2013, nous estimons entre 41’000 et 63’000 le nombre d’événements cardiovasculaires – infarctus du myocarde, AVC ou décès d’une maladie cardiovasculaire – pouvant être évités sur une période de 10 ans.”

Remarques

– L’effet indésirable de type musculaire est la première raison de l’arrêt du traitement avec des statines. Lire aussi sous Effets secondaires ci-dessus.

– Le coenzyme Q10 ne semble pas avoir d’effet scientifiquement prouvé pour réduire les effets secondaires de type musculaire lors de prise de statines.

– On sait que les statines appartiennent aux médicaments les plus prescrits et les plus lucratifs pour l’industrie pharmaceutique. Dans le monde, on suppose que le marché des médicaments contre le cholestérol représente un chiffre d’affaires de plus de 25 milliards de dollars par an, une grande partie provient des statines. En effet ils sont considérés par les médecins (cardiologues surtout) comme la classe de médicaments la plus efficace pour abaisser le LDL-C (cholestérol LDL).

– On estime que chez des patients qui ont déjà souffert d’une maladie cardio-vasculaire comme un infarctus ou un AVC la prise de statines permet de diminuer la mortalité totale de l’ordre de 10% et même de 25% par mortalité cardio-vasculaire.

– La première statine mise sur le marché américain date de 1987, il s’agissait de la lovastatine. En Suisse, la première statine mise sur le marché était la simvastatine (Zocor®) en 1990. En Suisse, la lovastatine (Mevacor®) n’est actuellement plus disponible sur le marché.

Le succès du Lipitor (atorvastatine)

Pendant plus de 10 ans le Lipitor (nom de marque aux Etats-Unis, en France Tahor et en Suisse Sortis), à base d’atorvastatine, était le médicament qui présentait le plus grand chiffre d’affaires annuel de toute l’industrie pharmaceutique, soit plus de 12 milliards de dollars par an. Le Lipitor est considéré comme le médicament le plus rentable de tous les temps, il aura généré depuis son acquisition par Pfizer à la société Warner-Lambert en l’an 2000 un chiffre d’affaires vertigineux de 131 milliards de dollars. On parle aussi d’un méga blockbuster (un médicament block-buster génère plus d’un milliard de dollars de chiffre d’affaires annuel).

Fin 2011 le brevet du Lipitor a pris fin, il est désormais possible de trouver des génériques de l’atorvastatine en pharmacie, ce qui a fortement réduit le chiffre d’affaires du Lipitor.

Lire aussi: Lipitor, médicament le plus rentable de tous les temps

A lire : Effets secondaires des statines

News sur les statines et le cholestérol

– 5 informations à connaître sur les statines
– Les femmes âgées prenant des statines plus à risque face au diabète (étude)
– Des alternatives aux statines se sont montrées autant efficaces pour diminuer le risque cardiovasculaire
Les statines ont plus de bénéfices que de risques pour la santé (étude de l’Université d’Oxford, septembre 2016) 
– Les statines pourraient réduire le risque de mortalité de 4 cancers très fréquents
– Le “bon cholestérol” ou HDL semble avoir été survalorisé
Les statines augmentent significativement le risque de diabète de type 2 (étude)
Les statines pourraient réduire le risque de cancer du foie
Manger des pommes pour réduire le taux de mortalité cardio-vasculaire, autant ou plus efficace que les statines (étude)
Lipitor, médicament le plus rentable de tous les temps

Sources & Références :
Journal of the American College of CardiologyEuropean Society of Cardiology, Allergy, The Lancet, The Wall Street Journal (article du 1er août 2017 et du 10 novembre 2018), Prevention (magazine américain sur la santé), Journal of the Amercian Medical Association ou JAMA (DOI : 10.1001/jama.2018.2525), Mayo Clinic, Annals of Internal Medicine (DOI : 10.7326/M18-1279)

Personne responsable et impliquée dans l’écriture de ce dossier :
Xavier Gruffat (Pharmacien et Rédacteur en chef de Creapharma).

Dernière date de mise à jour du dossier : 
6 décembre 2018

Crédits photos et infographies : 
Adobe Stock, Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 06.12.2018