Publicité

3 choses à savoir sur le pied diabétique

Le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par l’incapacité du pancréas à produire suffisamment d’insuline ou encore par la résistance des cellules à l’action de l’insuline produit. La fréquence du diabète augmente avec l’âge, ce qui implique la nécessité d’être plus vigilant, car un diabète qui n’est pas correctement soigné peut provoquer à long terme de nombreuses complications. En effet, selon une publication de la revue Diabetes & Metabolic Syndrome (DOI : 10.1016/j.dsx.2015.04.002), environ 10 à 15 % des patients diabétiques pourraient développer des ulcères du pied à un certain stade de leur vie et 15 % de toutes les amputations sont réalisées chez des patients diabétiques. Beaucoup de personnes atteintes de diabète négligent pourtant leurs pieds alors qu’il s’agit d’un élément important à surveiller outre la glycémie, l’alimentation, le poids ou encore d’autres facteurs de risque.

1. Pourquoi le pied diabétique est dangereux ?

Toutes les personnes qui souffrent de diabète sont exposées au risque d’ulcère du pied, même si les patients qui utilisent de l’insuline, les personnes âgées, en surpoids, qui consomment de l’alcool ou du tabac ou encore qui sont atteints de maladies rénales, oculaires ou cardiaques liées au diabète courent un risque plus élevé de rencontrer ce problème. De même, une étude publiée dans la revue Clinical Research on Foot & Ankle (DOI : 10.4172/2329-910X.1000267) montre que certaines affections telles que les traumatismes locaux ou la pression, ainsi que la présence d’une maladie microvasculaire peuvent entraîner diverses infections du pied diabétique, de la simple cellulite superficielle à l’ostéomyélite chronique.

L’ulcère diabétique se manifeste par une lésion qui atteint les tissus cutanés, sous-cutanés et osseux, le plus fréquemment, de la région plantaire. Cette affection d’origine neuropathique peut s’aggraver en l’absence d’une prise en charge adaptée et une amputation du membre touché sera nécessaire en cas de complications graves. Il faut noter que la neuropathie est l’incapacité partielle ou totale à ressentir la douleur dans les pieds à cause de lésions nerveuses causées au fil du temps par un taux de glycémie élevée. De plus, si les pieds sont mal vascularisés, les plaies auront de la peine à guérir, ce qui explique le risque accru d’amputation. Ces lésions sont souvent indolores et une plaie peut passer inaperçue. De ce fait, le patient peut ne pas prendre conscience du problème en l’absence d’un examen régulier des pieds.

3 choses à savoir sur le pied diabétique

2. Qu’est-ce qu’il faut observer pendant l’examen des pieds ?

Pour mener à bien toutes les vérifications appropriées, l’indication d’un spécialiste comme le podologue est essentielle. Il est recommandé de consulter au moins une fois par an pour éviter les cas problématiques. Selon une étude publiée dans The Australian Journal of General Practice (AJGP) (DOI : 10.31128/AJGP-11-19-5161), tous les patients diabétiques devraient subir un examen annuel des pieds par un médecin généraliste ou un podologue. Un examen trimestriel des pieds est recommandé pour tout patient ayant des antécédents d’infection du pied diabétique.

Lors de l’examen quotidien des pieds, il est important d’être attentif à tous les signes précoces de dégradation de la peau, à toute forme d’infection et à toutes déformations qui peuvent apparaître dans la région plantaire, sur le talon, dans la cheville ou dans d’autres parties des jambes. Parfois, des anomalies pré-lésionnelles comme les fissures, les crevasses ou les mycoses peuvent survenir. Il convient d’informer votre médecin en précisant la localisation de la plaie si vous rencontrez le moindre problème. Attention, même une ampoule peut se transformer en une lésion grave si vous le négligez.

Si vous avez noté des problèmes au niveau de vos pieds, il est tout aussi judicieux d’en déterminer les facteurs déclenchants. Cela peut être des chaussures inadaptées, le fait de marcher pieds nus, des chaussettes dont les coutures sont à l’origine de compressions distales.

3. Comment prévenir ?

Pour prévenir les complications au niveau du pied, il existe de nombreux conseils que vous pouvez suivre.

– Contrôlez de manière strict votre glycémie. Un taux élevé de glycémie favorise la complication, car il réduit la capacité de guérison du corps.

– Examinez quotidiennement vos pieds pour voir s’il n’y pas d’ampoules (cloques), d’égratignure, de petites plaies, des coupures, une peau sèche ou des rougeurs.

– Choisissez des chaussettes en coton et sans couture ou élastique.

– Portez des chaussures confortables, ne marchez pas pieds nus.

– Surveillez régulièrement votre température afin d’identifier à temps les éventuelles infections dans les pieds.

– Si vous remarquez la présence de signes d’infection : odeur, rougeur, chaleur, écoulement purulent ou tuméfaction, consultez rapidement un médecin.

– Lavez les pieds tous les jours avec du savon neutre et de l’eau tiède, évitez l’eau chaude ou bouillante.

– Séchez vos pieds, y compris entre les orteils.

– Ne coupez pas les ongles trop courts.

– Attention à ne pas enlever ou couper les verrues, les cors et les durillons.

– Consultez régulièrement un podologue.

Références & Sources :
– Revue Clinical Research on Foot & Ankle (DOI : 10.4172/2329-910X.1000267)
– The Australian Journal of General Practice (AJGP) (DOI : 10.31128/AJGP-11-19-5161)
– Revue Diabetes & Metabolic Syndrome (DOI : 10.1016/j.dsx.2015.04.002)
– Mayo clinic

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Seheno Harinjato (rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies), rédaction Creapharma.ch.

Date de dernière mise à jour du dossier :
2.06.2022

Crédits photos :
Creapharma.ch, Adobe Stock, © 2022 Pixabay. Image d’illustration.

Crédit infographie : 
Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 02.06.2022
Publicité