Publicité

L’exercice physique comme la marche agit aussi comme anti-inflammatoire naturel

Le sport parfois autant utile que les médicamentsSAN DIEGOOn connaît bien les effets positifs d’une pratique régulière d’exercice physique dans le contrôle du poids, le renforcement du système cardiaque, des os et des muscles ou de la réduction du risque de souffrir de certaines maladies comme le diabète ou la maladie d’Alzheimer. Il faudra aussi compter sur un nouvel effet bénéfique de la pratique sportive, l’action anti-inflammatoire. Des chercheurs de l’Université de Californie à San Diego (UC San Diego) ont récemment découvert qu’une seule session d’exercice d’environ 20 minutes à un rythme modéré comme de la marche rapide pouvait avoir un effet anti-inflammatoire au niveau cellulaire et sur l’organisme en général. Ces résultats s’avèrent encourageants pour des maladies chroniques comme l’arthrite, la fibromyalgie ou l’obésité.

« A chaque fois qu’on pratique de l’exercice physique, nous faisons vraiment quelque chose pour notre corps à plusieurs niveaux y compris au niveau des cellules du système immunitaire », explique dans un communiqué de presse de l’étude Dr Suzi Hong de l’Ecole de Médecine de l’UC San Diego, auteur senior de l’étude. Selon la scientifique américaine : « Les effets positifs anti-inflammatoires de l’exercice physique étaient connus des chercheurs, mais découvrir comment ce processus se déroule est important pour augmenter les bénéfices. »

Système nerveux sympathique

Le cerveau et le système nerveux sympathique – un chemin physiologique qui sert à accélérer la fréquence cardiaque et augmenter la tension sanguine, parmi d’autres effets – sont activés pendant l’exercice physique pour permettre à l’organisme de réaliser différentes tâches. Des hormones comme l’adrénaline ou la noradrénaline sont libérées dans la circulation sanguine et déclenchent les récepteurs adrénergiques, qu’on retrouve sur les cellules immunitaires.

Système immunitaire

Ce processus d’activation au cours de l’exercice physique produit des réponses immunologiques, qui incluent la production de nombreuses cytokines, ou protéines, dont l’une est le TNF – un régulateur clé de l’inflammation locale et systémique qui contribue également à stimuler les réponses immunitaires.

L’inflammation est un élément vital de la réponse immunitaire de la part de l’organisme. C’est un moyen qu’a le corps de se soigner après une blessure, de se défendre contre des agresseurs étrangers comme les virus et bactéries et de réparer du tissu endommagé. Néanmoins, les inflammations chroniques peuvent mener à de graves problèmes de santé en association avec le diabète ou l’obésité notamment.

Nouvelles thérapies

où courirDr. Hong explique : « Notre étude a découvert qu’une session d’environ 20 minutes d’exercice modéré sur tapis roulant aboutissait à une diminution de 5% du nombre de cellules immunitaires stimulées produisant le TNF. » Elle poursuit : « Connaître les mécanismes de régulation des protéines inflammatoires en mouvement pourrait contribuer à développer de nouvelles thérapies pour le nombre élevé de personnes atteintes de maladies inflammatoires chroniques, incluant environ 25 millions d’Américains souffrant d’une maladie auto-immune. »

Détail de l’étude

Dans ce travail de recherche, 47 participants ont marché ou couru sur un tapis roulant (treadmill en anglais) sur un rythme qui a été ajusté en fonction de leur forme physique. Un échantillon de sang a été récolté avant et immédiatement après les 20 minutes d’exercice.

Marcher

« Notre étude a montré que la séance d’entraînement ou d’exercice n’a pas nécessairement besoin d’être intense pour avoir des effets anti-inflammatoires. Vingt à trente minutes d’exercice sur un rythme modéré comme par exemple de la marche rapide, semble être suffisant, » précise Dr Hong. Elle complète : « Imaginer que la séance d’entraînement doit être intense et sur une longue durée peut intimider ceux qui souffrent de maladie chroniques inflammatoires qui pourraient fortement bénéficier d’activité physique. »

Espoir pour les malades

« Les patients souffrant de maladies inflammatoires chroniques devraient toujours consulter leur médecin afin de choisir le meilleur traitement, mais savoir que l’exercice physique peut agir comme anti-inflammatoire est une étape passionnante qui ouvre de nouvelles possibilités, » conclut Dr Hong.

Cette étude a été publiée online le 21 décembre 2016 dans le journal scientifique Brain, Behavior and Immunity.

Lire aussi : le sport et la santé

Le 23 janvier 2017. Par Xavier Gruffat (Pharmacien Dipl. EPF Zurich). Sources : communiqué de presse de l’UC San Diego (traduit de l’anglais librement). Lien vers l’étude : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0889159116305645. Crédits photos : Fotolia.com

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 23.01.2017