Publicité

L’hydroxychloroquine n’a pas d’impact significatif sur le rythme cardiaque des patients atteints de lupus

ATLANTA – De nouvelles recherches montrent que les adultes atteints de lupus qui prennent le médicament antipaludique, l’hydroxychloroquine, n’ont pas de différences dans leurs intervalles QT corrigés (QTc), une mesure par électrocardiogramme (EKG) des signaux électriques du cœur, même s’ils ont une maladie rénale chronique (CKD), une complication du lupus qui peut être associée à une augmentation des niveaux du médicament. L’étude a été présentée à l’ACR Convergence 2020, la réunion annuelle de l’American College of Rheumatology (ACR). L’hydroxychloroquine est aussi utilisée actuellement dans certains pays contre la Covid-19 en off-label, avec des résultats controversés (lire notre dossier complet sur la Covid-19, sous Traitements). 

Lupus

Le lupus érythémateux disséminé (LED ou lupus) est une maladie chronique (à long terme) qui provoque une inflammation systémique affectant plusieurs organes. En plus d’affecter la peau et les articulations, il peut toucher d’autres organes du corps tels que les reins ou les tissus qui tapissent les poumons, le cœur et le cerveau. De nombreux patients souffrent également de fatigue, de perte de poids et de fièvre.

Pas d’association avec un risque sérieux de rythme cardiaque anormal

L'hydroxychloroquine n'a pas d'impact significatif sur le rythme cardiaque des patients atteints de lupusLes recommandations actuelles de traitement du lupus incluent l’hydroxychloroquine pour tous les patients. Elle est bien tolérée et considérée comme présentant un faible risque d’effets secondaires. Le médicament peut produire un retard dans le système de conduction électrique du cœur, mais des études antérieures n’ont trouvé aucune association avec des symptômes ou un risque sérieux de rythme cardiaque anormal. Cependant, une préoccupation est que chez les patients atteints de lupus présentant une diminution de la fonction rénale, des niveaux plus élevés d’hydroxychloroquine peuvent être plus susceptibles d’affecter le cœur.
Une façon d’évaluer la signalisation électrique du cœur est la mesure de l’intervalle QTc sur un ECG. Il mesure le temps nécessaire au cœur pour se contracter et se détendre à chaque battement. Les personnes dont l’intervalle QT est prolongé courent un risque plus élevé d’arythmie cardiaque, c’est-à-dire de battements de cœur irréguliers, qui pourrait mettre leur vie en danger. Cette nouvelle étude a comparé les intervalles QTc chez des adultes atteints de lupus en fonction de leur utilisation de l’hydroxychloroquine, et s’ils souffraient ou non d’une maladie rénale chronique.

Contre le lupus, sûr et sans risque

« L’utilisation de l’hydroxychloroquine a augmenté pendant la pandémie de la Covid-19, avec des rapports contradictoires concernant son impact sur la santé cardiovasculaire », déclare le co-auteur de l’étude, H. Michael Belmont, MD, professeur de médecine à la Grossman School of Medicine de l’Université de New York et co-directeur du Centre du lupus de l’Université de New York. Il ajoute qu’il est important de rassurer les patients atteints de lupus qui doivent prendre ce médicament régulièrement et pendant de longues périodes, en leur disant qu’il est généralement sûr et sans risque de toxicité cardiaque grave.

Absence de différence significative dans les intervalles QTc moyens

Il y avait 194 patients atteints de lupus inclus dans l’étude, qui a utilisé les données rétrospectives de la base de données des dossiers médicaux électroniques de NYU Langone Health de mars 2012 à mai 2020. Les chercheurs ont recueilli des données sur les résultats des ECG des patients, y compris les intervalles QTc de leur premier et dernier ECG. Les intervalles QTc prolongés sont de plus de 450 millisecondes pour les hommes et de plus de 470 millisecondes pour les femmes. L’allongement grave est supérieur à 500 millisecondes. Les chercheurs ont également examiné les taux de créatinine et les données démographiques des patients, et ont vérifié s’ils souffraient ou non d’IRC.

Seules 90 personnes de l’étude avaient subi au moins un ECG pendant cette période, et parmi celles-ci, 91% étaient des femmes, 32,2% des Afro-Américains, 6,6% des Asiatiques, 28,8% des Blancs, 20% des Hispaniques et 2,2% d’autres races. Soixante-quinze d’entre eux prenaient de l’hydroxychloroquine, tandis que 15 n’en prenaient pas. Huit des 75 patients qui prenaient de l’hydroxychloroquine avaient un intervalle QTc prolongé, et seulement une des 15 personnes ne prenant pas le médicament avait un intervalle prolongé. Il n’y a pas eu de différence significative dans les intervalles QTc moyens en fonction du traitement à l’hydroxychloroquine.

Qu’en est-il des patients atteints de lupus avec IRC ? Les 23 patients atteints d’une maladie rénale chronique participant à l’étude n’ont pas non plus présenté de différences significatives dans leurs intervalles QTc moyens, qu’ils prennent ou non de l’hydroxychloroquine. Aucun de ces patients ne présentait de tachyarythmie documentée, ou un rythme cardiaque plus rapide que la normale, ou de torsades de pointes (Tdp), une arythmie potentiellement mortelle.

« Les résultats de cette étude peuvent apporter un certain réconfort aux patients atteints de lupus, y compris ceux atteints d’IRC, en leur montrant que l’hydroxychloroquine n’est pas susceptible de produire de graves arythmies cardiaques », déclare le Dr Belmont. Des études futures pourraient examiner ces observations chez un nombre encore plus important de patients et inclure un examen prospectif des intervalles QTc chez les patients avant et après le début du traitement afin de fournir une assurance encore plus grande de la sécurité du médicament.

Le 6 novembre 2020. Par Xavier Gruffat (pharmacien) et l’équipe de Creapharma.ch. Adapté d’un communiqué de presse de l’ACR en anglais et d’une conférence de presse qui s’est tenue le 6 novembre 2020. Sources : Congrès annuel de l’American College of Rheumatology (ACR) appelé ACR Convergence qui s’est tenu de façon exceptionnelle (Covid-19 oblige) online début novembre 2020. Décharge de responsabilité : cette activité n’est pas sanctionnée par, ni fait partie, de l’American College of Rheumatology (This activity is not sanctioned by, nor a part of, the American College of Rheumatology).

Références & Sources :
American College Rheumatology (ACR) – communiqué de presse – Abstract #1844, NYU Langone Health, Grossman School of Medicine

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Seheno Harinjato (Rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies), relecture par Xavier Gruffat (pharmacien)

Crédits photos :
Creapharma.ch, Adobe Stock, © 2020 Pixabay

Crédit infographie : 
Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 06.11.2020